1. //
  2. // 25e journée
  3. // PSG/Caen

Le jour où… PSG/Caen a changé le Parc des Princes

C'était le 28 août 1993. Le PSG recevait Caen au Parc des Princes. Un match banal comme l'enceinte de la porte de Saint-Cloud en a tellement connu. Sauf que ce jour-là, le Kop de Boulogne va se réveiller. Avec force. Des CRS y prennent des coups dans la gueule en 16/9. Bilan des courses : des images qui vont marquer et un tournant dans l'histoire du Parc.

Modififié
3 21
Une autre époque. Celle où les sweats Umbro fleurissaient dans les travées du Kop de Boulogne. Un KOB qui n'avait d'ailleurs pas de sièges, mais des marches. Celles qui rendaient les fameuses « descentes » mémorables à chaque but du PSG. En août 1993, le club entraîné par Artur Jorge ne sait pas encore qu'il va être sacré champion de France dix mois plus tard. La France ne sait pas non plus que sa politique en matière de répression du hooliganisme va connaître une sacrée évolution en moins de 4 mois. La raison ? PSG-Caen, 28 août 1993. Et comme en France, on aime agir dans la précipitation, ce match et tout ce qui va s'y produire vont complètement bouleverser le Parc des Princes et le KOB. Pour comprendre les incidents qui vont largement émailler ce match, il faut se remettre dans le contexte parisien de l'époque. Les hools parisiens sortent d'une année charnière. En gros, certains matchs ont fait leur entrée dans le panthéon de la violence : Salonique, Anderlecht, Juventus, Marseille. On est au cœur de ce qu'on peut communément appeler l'âge d'or du hooliganisme de Paname. Pour endiguer ce phénomène, le club parisien a décidé de fermer l'étage supérieur de Boulogne en ce début de saison, officiellement pour des vibrations suspectes détectées lors de la finale de la Coupe de France contre Nantes. Officieusement, le club essaie de contrôler ses éléments les plus perturbateurs. Une direction qui ne sait plus comment apaiser ses tribunes et arrêter les déferlantes racistes qui gangrènent parfois son stade et ses abords. Le virage Auteuil, créé en partie par le club dans le but d'endiguer la montée en puissance du KOB, en est encore à ses balbutiements.

Pour la réception de Caen, seule la tribune basse – sans siège – est donc ouverte. Mois d'août oblige, les rangs du KOB sont clairsemés. Comme d'habitude, on s'amuse à l'ancienne : pogos, charges, chants graveleux, etc. Au milieu des spectateurs du KOB, des CRS. Au cœur de la première période, une petite poignée de supporters tente – et réussit – de pénétrer sur la pelouse en enjambant la fosse qui sépare la tribune du terrain, le tout sous le regard des forces de l'ordre. Pas d'envahissement de terrain ou de violence, juste une pompe jetée sur la pelouse qu'il faut aller récupérer. L'opération « chaussure » est un succès puisque la godasse et son propriétaire sont de retour au sein de Boulogne en moins de 30 secondes. Surréaliste. Le retour au milieu de Boulogne déclenche pourtant un mouvement de foule incroyable, puisque les CRS présents en tribunes tentent d'interpeller « monsieur chaussure » . La boulette.

Un CRS prend un plat du pied dans la mâchoire


Ça part dans tous les sens. Les flics sortent matraques et lacrymos, les Parisiens répliquent à coups de Rangers et de bourre-pifs. Premier mouvement de foule d'une rare violence. Le tout sous les caméras de télévision. À la fin de la rencontre, Michel Denisot – alors président délégué du PSG – parlera d'une intervention policière « peu empreinte de psychologie » . Une chose est sûre, cette première vague de coups ne va pas être la dernière. En 13 minutes, il va y en avoir trois au total. À chaque fois plus violentes. La dernière reste la plus connue. À la sortie d'une porte faisant le lien entre la tribune et les coursives, une dizaine de CRS est vite débordée. On leur pique leurs couvre-chef, ça prend des patates de partout, et l'infériorité numérique est telle que les vagues parisiennes engloutissent et chassent les CRS de Boulogne. Dans la retraite, un CRS est laissé devant les grandes portes en fer qui permettaient alors de rejoindre les coursives. L'homme prend un plat du pied-chaussure de sécurité en pleine face. KO technique. L'image va tourner en boucle sur les chaînes de télévision. Pendant ce temps-là, le match est arrêté à cause des gaz lacrymogènes. Bilan du quart d'heure américain : 10 blessés chez les flics dont 1 grave. Le monde du football est débordé. Le PSG en premier. « Les casseurs sont impardonnables. Je tire donc de nouveau la sonnette d'alarme. Il faut que ceux qui sont connus et fichés par la police n'entrent plus dans le stade. Mais pour ce faire, il faut nous donner les moyens de leur interdire cet accès, grâce à une loi adaptée. Pour l'heure, nous sommes impuissants » , détaille Michel Denisot après le match. Les incidents sont tels que le ministre de l'Intérieur de l'époque, Charles Pasqua, prend le problème très au sérieux et nomme le commissaire divisionnaire Philippe Swiners-Gibaud comme « monsieur sécurité » . Sa mission est simple : lutter contre le hooliganisme. De son côté, Michèle Alliot-Marie, ministre des Sports, planche sur une réponse légale. Et cette réponse va faire mal.

IDS, prison et disparition des képis


Dans son projet de loi, « MAM » souhaite taper à son tour sur la mouvance hooligan. Dans les grandes lignes, la loi met en place l'interdiction d'accès au stade à toute personne en état d'ivresse, punit les incitations à la haine et violence, pénalise l'utilisation de fumigènes et les utilisateurs de projectiles. Les peines s'échelonnent de la simple amende à de la prison ferme. La loi Alliot-Marie, déposée dans les semaines qui ont suivi PSG-Caen, rentrera en vigueur en décembre 1993 et changera complètement la donne en matière de répression, mais pas seulement pour le hooliganisme… Dans le même temps, le PSG décide de faire appel à des sociétés de sécurité privées pour assurer la bonne tenue des matchs. Ainsi, les képis disparaissent des tribunes et sont remplacés par des stewards. Le PSG pense régler une partie de son problème. Il ne se doute pas que ces sociétés de sécurité vont alors devenir un enjeu financier et de contrôle énormes de la part de certains hooligans du Parc des Princes. Au début des années 2000, la plupart des stewards qui officiait à Boulogne… étaient des anciens abonnés du KOB et bossaient dans une compagnie de sécurité privée dirigée par un ex-hooligan connu du milieu parisien. Drôle.

Au-delà de la loi, c'est la physionomie de tout le KOB qui va changer après Caen. Alors que la tribune est sous le feu des projecteurs partout en Europe suite aux incidents, les leaders sont arrêtés et jugés. 19 connaîtront des peines de prison. Deux entités mythiques de Boulogne vont même arrêter d'exister peu après les incidents : le Commando Pirate et l'Army Korps. Dans l'esprit, il y aura un avant et un après PSG-Caen. Ah oui, sur le terrain, le PSG l'avait emporté 2 à 0 et les joueurs s'étaient empressés d'aller saluer le KOB au moment des buts. « Quand nous leur adressons un signe de la main, il n'y a aucune arrière-pensée. On salue avant tout les supporters venus nous encourager au Parc des Princes. Étant donné ce qu'il s'est passé, il est évident que cela va provoquer un sujet de réflexion chez les joueurs, mais je pense qu'il est difficile d'apporter une réponse personnelle à cette question. Nous devons tous en discuter ensemble, il faut éviter de faire un amalgame. Tous les supporters de la tribune Boulogne ne sont pas comme ça » , détaillera Vincent Guérin le lendemain dans la presse.

Quelques vidéos :

Youtube

Youtube


Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Kit Fisteur Niveau : Loisir
La seule chose dommage, c'est que en 1993, les actuels supporters du PSG étaient pour l'OM... donc peu s'en souviendront. Même si beaucoup de marseillais sont effectivement devenus parisiens 10 mois plus tard...
derIngenieur Niveau : CFA
Note : 5
Désolé d'être un peu HS, mais peut on avoir un résumé sur le derby alsacien en Ntaional ?

Je peux fournir vidéos et photos !

Des buts magnifiques, une ambiance de ouf avec le meilleur KOP de france et la meilleure ambiance je n'ai pas peur de le dire, guichet fermés, + de 25 000 personnes !!
C'est un souci de mentalité personnelle, entre d'une part les "supporters" qui se croient "chez eux" donc qui peuvent faire ce qu'ils veulent (en oubliant certaines bases de respect et de légalité), et d'autre part les CRS qui se croient protéger par leur statut qui leur permet de se faire respecter via des actes violents.
Et après y a le "sentiment de flicage" qui peut être ressenti en voyant les forces de l'ordre tout le temps.

Moi ça me dépasse de voir des choses comme ça. De voir des gens venir dans un stade pour se battre avant ou après.
Ca n'a plus aucun rapport avec le foot c'est triste
Lamine Turgut Niveau : CFA
Moi c'est un jour de Caen-PSG qui a changé ma vie.

http://www.sofoot.com/cisco-la-legende- … 89465.html

(cœur avec la teub, Cisco)
Stephan27 Niveau : CFA2
Ah formule foot, l'emission du samedi soir sur TF1 que l'on attendait febrilement avec mes potes pour voir les images de notre equipe favorite, que de souvenirs.
gastongaudio Niveau : Loisir
beaucoup d'abrutis coté kob, certes, mais un gros paquet d'abrutis du coté des forces de l'Ordre qui, ce soir là et d'autres à cette époque, étaient bien remontées et multipliaient les provocations autour de l'accès à la tribune.
je fus d'ailleurs très surpris de les voir débouler dans la tribune rouge en cours de match, dans cette période tendue.
étrangement à cette époque, je notais la présence systématique lors des matchs, autour du Parc, d'une fourgonnette couleur crème remplis de boissons en tout genre, enfin surtout de la bibine, déstinées à "désalterer" la bleusaille casquée.
ce constat d'alcoolisme potentiel, on pouvait d"ailleurs le constater rien qu'au teint vermillon, au bide prononcé et à l'"amabilité" de certains agents.
après les matchs, souvent, les mêmes, matraques et boucliers à la main constituaient des sortes de haies d'honneur dans la rue à la sortie de la tribune avec la sale impression que cela pouvait partir en vrille à la moindre étincelle.
voilà l'ambiance de l'époque pour un abonné lambda qui devait supporter les conséquences de l'incompétence des pouvoirs publics face au problème "hools"

ce soir là, les crs ont voulu se la raconter et n'ont récolté que ce qu'ils ont semé.
Bob le Flambeur Niveau : DHR
C'est aussi là qu'on voit que les techniques d'intervention des CRS ont évolué, parce que aller à 10, sans protection, face à des centaines de supporters hostiles (dont certains au-dessus des CRS), c'est quand même bien con...
Je ne cautionne pas du tout la violence dans les stades que ce soit bien clair.

Par contre, j'aime bien que la vérité soit établie. Parce que, comme gastongaudio l'a fait remarquer, les CRS étaient bien souvent bourrés et provocateurs.

Ce soir de PSG-Caen, j'étais à Auteuil, donc je me permettrai pas de juger.
Par contre, il y a des choses qui n'ont pas été très claires.
Par exemple, j'ai eu le témoignage d'une personne qui à l'époque était dans les forces de l'ordre et m'a affirmé qu'à un moment, plusieurs CRS ont poussé un de leur collègue qu'ils ne pouvaient pas saker pour qu'il s'en prenne plein la tronche.
Pas mal de choses n'étaient pas très nettes.

Je me souviens aussi de quelques déplacements houleux où tout était fait pour que cela dégénère.

Par exemple un déplacement à Metz en 94 où les supporters du PSG descendaient au compte goutte des cars. Je me souviens être passé dans une sorte d'allée construite pour l'occasion avec des barrières de chaques côtés avec d'un côté des CRS qui provoquaient et de l'autre des supporters Messins qui chambraient.
Il ne faut pas s'étonner qu'après, lorsque tous les supporters du PSG sont rassemblés, cela devienne électrique vu que le rapport de force n'était plus le même.

Un autre exemple à Nantes en 95 où les CRS séparaient symboliquement la tribune ds supp Parisiens des spectateurs Nantais.
Les mes étaient bourrés, ils empestaient l'alcool, étaient insultant sans raison, provoquaient.
Même certains spectateurs Nantais à côté commençaient à flipper pour leur sécurité.
Sur le but du 2-1 pour le PSG, c'est la folie, un supp du PSG empiète légèrement sur l territoire Nantais, mais même pas par provocation, juste parce que ça sautait partout.
Un Crs l'a jeté violemment, et évidemment ça a commencé à dégénérer.

Je ne veux pas cautionner les supp qui viennent au stade pour tout casser et emmerder le monde, bien au contraire et à la rigueur je serais même favorable au plan Leproux, à partir du moment où il est transitoire.

Mais il faut dire la réalité, à l'époque les CRS faisaient tout pour que ça pète.
Le plus choquant, c'est la coiffure d'Hervé Mathoux dans la première vidéo. Des images d'une violence inouïe.
kim jung kill Niveau : CFA
j'avais 8 ans quand j'ai vue ses images, elles m'avaient marquer, je sais pas si le crs moustachu était bourré ou pas mais ça se voyait que lui il aimait ça la castagne.
GA92
Message posté par gastongaudio


ce soir là, les crs ont voulu se la raconter et n'ont récolté que ce qu'ils ont semé.



Typiquement le genre de phrase, et j'assume que je dis, que je considère comme le "cancer" de notre société. C'est quoi le délire se mettre sur la gueule ? J'habite le 93, je suis souvent à Paris, toutes les nuits c'est la même, passer son temps à séparer des mecs qui veulent se foutre sur la gueule, et toujours cette même phrase qui revient : "ils l'ont bien cherché". Cette phrase tu la dérives à toute les sauces, Charlie Hebdo, justification de la peine de mort, les anti-taubira etc.

Je me verrais pas foutre mon pied dans la gueule d'un mec, encore moins mon poing. Quand il y a une baston, t'essayes de l'arrêter, je compte même pas les mecs qui se touchent autour en rigolant. Peut être parce qu'ils ont jamais vu leur potes dans le coma, ou le profil droit du visage complètement enfoncé. Je sais de quoi je parle.

On est tous agressifs dans les tribunes. Mais dans la violence, C'est vraiment du qui a la plus grosse, qui a le plus du muscle, qui veut se la mettre. Et j'ai vraiment l'impression que notre société bande là-dessus. Ya qu'à voir les mots employés sans guillemets : "age d'or" du Hool.
j'y étais et les gens qui se permettent de commenter sans connaître les raisons qui ont engendré cette répression feraient mieux de se taire que de tenir des propos déplacés !!
j'ai été frapper par des CRS alors que je venait voir un match de foot.
bilan 18 points de suture sur le crâne !!
une GAV dans les cellules du parc des princes , sans aucuns soins, alors que le sang coulait à flot !!
oui j ai frappé des CRS mais je pratique la loi du Talion !!!
une dizaine d année plus tard j ai travaillé pour la sécurité du parc des princes en tant que steward et j'ai appris de la part de CRS une version plus particulière concernant le policier qui a été passé à tabac !!
maintenant, j'y étais, je sais ce qui s est passé et ce n est pas des on dit ou des campagne de communication Anti-supporters qui changeront les choses !!
Le noir et le blanc avec maintenant ... sur tous les points !
GA92
La loi s'applique pour les deux camps, et les CRS n'ont aucune excuse, et le grand problème ajd , c'est qu'à eux on leur a donné bien plus de moyen d'exister qu'aux supporters. J'estimme être en droit de défendre les ultras, sans pour autant excuser la violence, d'une infime minorité (souvent des groupes de 20 à 30 personnes en france).

La violence de l'état est la pire, puisque cest l'institution qui te frappe, et là en l'occurence, elle a complètement chié. De toute façon, chez les CRS c'est 90% de connards, alcolo, qui aiment également se foutre sur la gueule. Même combat.
RobertoBaggio Niveau : DHR
Le gars qui va chercher la chaussure, pépouze, comme au stadium le dimanche matin.
Avec tout ce qui s'est passé dans l'enceinte du parc ou dans ses alentours en 20 ans,qu'elles ont été les sanctions prises contre le club?
toto_da_don Niveau : CFA
Message posté par gazole
Avec tout ce qui s'est passé dans l'enceinte du parc ou dans ses alentours en 20 ans,qu'elles ont été les sanctions prises contre le club?


Tu penses que le plan Leproux et l'image public que traine le club depuis 30 piges c'est pas assez ?
Jean-Paul Pomme Niveau : District
Et dire que c'est sans doute cette chaussure qui est à l'origine du déclenchement de ce qui a constitué le plan Leproux 15 ans plus tard avec la mise à l'écart des ultras militants pour des tribunes "propres" et aseptisées et donc l'arrivée possible des qataris. On est si peu de choses dans la vie...


Le type devrait mettre sa chaussure en vente sur Ebay car elle fait partie de l'histoire du PSG.


Mec, si tu me lis, je suis prêt à mettre 2000 euros pour ta pompe. Je te promets que la cirerai chaque jour que dieu fait (même si je ne suis pas croyant), et je la regarderai avec les yeux de Chimène tel un homme épris de la seule femme qu'il n'a jamais vraiment cessé d'aimer dans sa vie <3
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
3 21