Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 21 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Lyon-Saint-Étienne

Le jour où Briand a trollé Saint-Étienne

En mars dernier, le Guingampais Jimmy Briand célébrait son but contre les Verts en réalisant le sigle OL avec les doigts. Provocation gentillette envers Sainté ou clin d’œil aux Lyonnais ? Un peu des deux.

Modififié
L’action est joliment construite. Partant du gardien, le ballon circule rapidement sur le côté gauche et arrive très vite à proximité du but de Stéphane Ruffier. Deux passes, un une-deux réalisé en plusieurs touches de balle, un bon centre de Lars Jacobsen et voilà Jimmy Briand en bonne position pour dégainer devant le porter français. Un chouette coup de boule plus tard, voilà les filets qui tremblent et les 18 000 supporters du Roudourou en fusion. L’En Avant mène 1-0, mais l’important n’est pas là.

Régis Juanico : « Des gens qui courent, il n’y en a pas énormément à l’Assemblée » 


Ce but, tout le monde (ou presque) l’a zappé. Bah ouais, parce que ce qui se passe ensuite a pris toute la place dans les mémoires. Briand commence à se diriger vers son public pour fêter son caramel, mais se rétracte en une demi-seconde. Comme s’il venait de se souvenir d’une promesse qu’il avait livrée. Comme un déclic qui l’oblige à oublier la spontanéité. Son regard cherche la caméra, la trouve, et son cerveau envoie illico l’information à ses muscles. Alors, les coudes se lèvent, et les doigts dessinent son œuvre de la soirée. Un rond pour la main droite, le pouce et l’index levés pour la gauche : le sigle OL est identifié. Une humiliation pour les supporters stéphanois. Un réel kiff pour les supporters lyonnais.

Vidéo

« C'est un petit clin d’œil pour remercier l'OL du très bon accueil la dernière fois » , explique le protagoniste après la victoire des siens (2-0) à Canal Plus. À la manière d’un Didier Drogba hurlant « Allez l’OM ! Allez l’OM » après avoir marqué contre le Paris Saint-Germain avec Chelsea, Briand se rappelle donc au bon souvenir des fans olympiens. «  Franchement, notre première réaction après ce geste, ça a été un vrai sentiment de fierté, apprécie encore Thierry Boirivent, vice-président de l’Amicale des Rouge et Bleu, groupe de supporters de l’OL. Je me suis dit : "Jimmy, il a la classe, il marque contre notre pire ennemi et il pense à nous direct !" »

C’est que l’avant-centre a eu de très bonnes relations avec les fans lyonnais. Lors de son passage au club entre 2010 et 2014, et malgré certaines dissensions éphémères avec Jean-Michel Aulas, Briand a toujours su consacrer du temps aux autographes et aux petites discussions. C’est d’ailleurs par l’une d’entre elles qu’est venue l’idée de la célébration « OL avec les doigts » . Car en réalité, la chose était plus ou moins programmée. L’avant-centre explique : « La saison dernière, j’ai reçu un accueil exceptionnel lorsqu’on est allés à Gerland avec Guingamp. Ils m’ont montré qu’ils ne m’avaient pas oublié, ça m’a fait énormément plaisir. Puis, en parlant avec certains supporters, ils m’ont demandé de leur faire une petite dédicace si jamais je marquais contre Sainté. Donc j’ai pensé à eux après mon but.  »

Bourreau régulier des Verts


Sauf que ce serait trop facile pour que l’histoire s’arrête là. Puisque que le bonheur des uns fait le malheur des autres, il convient d’évoquer les dindons de la farce de cet épisode, à savoir les Stéphanois. Il s’avère que Briand avait déjà plusieurs contentieux avec les Verts. En dix-huit confrontations, l’international (cinq sélections) a marqué sept fois et réalisé trois passes décisives. Sa victime préférée devant Lorient et Nice, tout simplement. Avec Lyon, il a planté à trois reprises. Surtout, il est l’auteur du but à la dernière minute du derby rhodanien le 10 novembre 2013, qui avait fait tellement de mal à Geoffroy-Guichard. Un moment qui est d’ailleurs toujours utilisé par le camp lyonnais pour chambrer ses voisins honnis, rappelle Thierry Boirivent : « On leur parle de "90+3", qui est un peu le surnom de Jimmy. En fait, depuis ce but, Jimmy est un peu accueilli comme un messie. Les supporters lyonnais ne pourront jamais l'oublier.  »


Manière de dire que Briand est chez lui à Lyon et qu’il fait partie de la famille. Par ricochet, il est donc un rival de Saint-Étienne, qui le lui fait bien savoir. Le natif de Vitry-sur-Seine a pu en faire l’expérience : « Quand je suis retourné à Saint-Étienne avec Guingamp, j’ai été reçu comme… comme on reçoit un ancien Lyonnais, quoi ! Moi, ça me fait plus sourire qu’autre chose, car je sais que c’est le contexte footballistique. Ces personnes qui m’ont balancé des noms d’oiseaux, si je les croisais dans la rue, ça se passerait certainement bien ! Voilà, les sifflets dans les stades, ça fait partie du jeu… comme mon petit clin d’œil ! » Pas besoin de préciser quelle équipe il supportera ce dimanche soir.




Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article