1. // Rétro
  2. // Ce jour-là

Le jour où Boca s'est payé Maradona

L'alliance fusionnelle entre Maradona et Boca n'a tenu qu'à un fil. Au moment de faire le grand saut vers un membre du gotha argentin, Diego se trouve à deux doigts de s'engager avec River. Finalement, le 20 février 1981, il officialise un choix qui semble aujourd'hui relever de l'évidence.

Modififié
46 63
Plus d'un fan xeneize souhaiterait penser qu'il s'agit d'une déclaration née de la jalousie de leurs adversaires millonarios. Mais elle est archivée, et même disponible sur Youtube. Nous sommes début 1981, et le transfert de Maradona tourne à la telenovela en pays che. « Je rêvais de rejoindre River, déclare Diego à la télé argentine, mais Rafael Aragón Cabrera (le président du club) a fait s'effondrer cette possibilité, aujourd'hui il reste la piste de Boca. » Maradona précise auparavant les raisons de son renoncement au club à la diagonale rouge : une histoire de gros sous. Considéré par certains comme une sorte de Che Guevara ou de Christ rédempteur en crampons, El Diez se révèle un simple footballeur mortel au moment de signer un contrat. « Ils m'ont proposé de gagner le même salaire que Fillol et Passarella, les mieux payés du club. » Diego voulait davantage. Mais que Maradona rompe l'ultime étage de l'échelle des salaires aurait obligé River à faire exploser son plafond salarial pour rémunérer ses deux stars au même niveau qu'El Pelusa. Les Millonarios ont préféré ne pas piocher dans leurs économies. Pour le plus grand bonheur de Boca.

Argentinos Juniors avait estimé la valeur de sa merveille à 13 millions de dollars. Finalement, il n'en tirera que quatre millions. Boca Juniors, dont la situation financière est alors délicate, parvient à un arrangement. Les Xeneizes se font louer El Diez pour un an et demi. De la transaction, 600 000 billets verts vont directement dans la poche du joueur. La grand histoire entre Diego et Boca prend sa source à Mar del Plata, lors d'un tournoi d'été auquel Argentinos Juniors était invité, la présence de Maradona ayant conduit à l'anoblissement temporaire du club roturier. Pour convaincre Diego, les dirigeants de Boca se déplacent dans la célèbre station balnéaire. El Pelusa, dont la majeure partie de la famille est boquense, est partant. Les présidents d'Argentinos et des Xeneizes se tapent dans la main lors d'une rencontre à Punta del Este, le Mar del Plata uruguayen. Ne manque plus que la signature du surdoué. Elle advient le 20 février 1981. Le lieu ? La Bombonera. Celle dont Maradona accentuera les secousses sismiques lors des trois ans et demi qu'il passera, au total, en bleu et jaune. Les Xeneizes, qui n'ont pas remporté un championnat depuis quatre ans, savent exactement quel impact peut avoir Diego sur leur rendement : avec Argentinos, El Pelusa leur a mis huit buts en autant de rencontres.

Ce 20 février, le passage de Diego d'Argentinos à Boca est théâtralisé lors d'une rencontre où El Pelusa joue la première période avec le club de ses débuts, avant d'enfiler lors du second acte, la tunique bleu nuit à bande jaune. Maradona fera ses débuts officiels deux jours plus tard. Pour la première journée du championnat, le hasard le fait rencontrer les Talleres de Cordoba, le club face auquel il avait fait ses débuts pros à 15 ans. Boca l'emporte largement (4-1). Diego inscrit deux buts. Deux pénaltys. Touché à la cuisse, El Pelusa joue sous infiltration. Ses ennuis physiques ajourneront d'ailleurs l'expression totale de son talent jusqu'aux débuts de la deuxième moitié de saison. Avec un Maradona divin, Boca arrachera lors de la dernière journée son premier sacre depuis quatre ans. Le dernier avant onze ans de disette. En 1995, quand Diego enfile à nouveau le maillot de Boca, l'entraîneur, Silvio Marozolini, est le même que lors de ses débuts en bleu et jaune. Diego, lui, affiche un bouc de sportif fatigué. Le Pibe de oro génère toujours autant d'attentes, mais il ne peut plus les satisfaire. Sa signature ressemble à celle d'un faussaire.




Par Marcelo Assaf et Thomas Goubin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Stalin Rivas Niveau : DHR
Le seul et unique meilleur Argentin de tous les temps.
L'autre, à la tête de rat, qui carbure a la nandrolone, n'est qu'une arnaque.
riquelmat Niveau : DHR
Mouai dans le même genre on peut aussi citer Daniel Passarella joueur, entraineur, président et idole de River Plate et qui pourtant dans sa jeunesse était un grand supporter de .. Boca Juniors.
Basile Boli, idole de Marseille, faisait partie de ces jeunes supporters parisien qui ,enthousiastes, ont envahis la pelouse du Parc des Princes un soir de finale de Coupe de France 1982 après l'égalisation miraculeuse du Paris Saint Germain


Je pense que il faut relativiser celà. Certes on peut étant petit kiffer un club et ensuite avoir un coup de foudre fusionnel pour un club dont tu as porté le maillot, connu les gens , les supporters, partager les moments de joie et de tristees. Comment Diego ne pouvait pas être dingue de Boca avec tout l'amour que les boquenses lui ont donné?
le seul et unique tout court Rivas
Diego fait partie de l'Histoire de Boca, c'est bien. J'admire surtout son passage au Napoli et ses exploits avec l'Albiceleste.
Mais tout ce qui compte, c'est que Roman soit aujourd'hui devant lui dans le coeur de tous les xeneizes.
Stalin Rivas Niveau : DHR
@argento: Pelé lui etait largement superieur, dixit Menotti. Et je pense que ce dernier s'y connait un peu plus en football que toi...
Xeneize31 Niveau : DHR
Par contre toi t'y connais que dalle en foot!!!
@rivas je confirme que Pelé était meilleur que Maradona,dixit la plupart des journalistes sportifs,d'ailleurs j'ai souvent entendu dire que Maradona était le meilleur car pelé était hors catégorie et ne pouvait donc pas être comparé...
après niveau melon et connerie,c'est match nul
Xeneize31 Niveau : DHR
Il faut quand même rappeler, que lorsque Maradona était sélectionneur de l'Argentine, il s'était mis un grand nombre de la Doce à dos, les supporters Boquenses chantant même contre Maradona et prenant la défense de Riquelme, dans leurs querelles les opposants, ayant pour résultat final la retraite internationale de Roman...
gastongaudio Niveau : Loisir
@ MerenGone, retenons juste ce qu'ont apporté deux monstres comme Roman et D10S à ce club, et ne te rabaisse pas , tel un vulgaire s....n r...s, à ne ramener le football qu'à des comparaisons sans fondement.
Menotti a aussi parlé du Barça actuel comme de la meilleure equipe qu'il a jamais vu, parlé de Messi comme le meilleur joueur depuis Maradona, et de son admiration pour Pep Guardiola en disant: "il peut perdre dans le résultat, mais jamais dans le jeu, le contraire de Mourinho"

Mais ça tu oublie de le dire dans tes posts débiles...
Stalin Rivas Niveau : DHR
C'est plutot toi qui oublie de dire que Maradona a publiquement annonce que Mourinho etait a ses yeux le meilleur entraineur actuel et qu'il voulait que son gendre joue sous ses ordres...

C'est tout de meme bizarre l'amnesie chez les pseudo supporters argentins, surtout les bosteros, qui portent bien leur nom d'ailleurs...
Stalin Rivas el unico boludo del sitio !
point commun de Diego et Roman , les deux viennent del Bicho ! ( Argentinos )
et pourtant les deux ne peuvent plus se voir meme pas en peinture !
Le titre de 81 et son court passage a laisser une trace indéniable dans le coeur de chaque supporters !
Diego est un fanatique de Boca , avant qu'il soit sélectionneur quasi chaque match il etait dans sa loge , souvent avec ses deux filles ..
dernièrement il aurait dit que son reve serait un jour de diriger l'équipe , sauf que depuis son passage en sélection personne ne souhaite sa venue car grand joueur fait rarement grand entraineur !
m'enfin ca pourra jamais etre pire qu'avec la Volpe ..
Vous prendrez bien un coup de rock nacional avec los ratones paranoicos
" Para el pueblo lo mejor .. Marado Marado .. "
http://www.youtube.com/watch?v=Cvbyye1JjXc
Stalin Rivas Niveau : DHR
Menotti a le droit de dire ce qu'il pense, ça n'engage que lui.
Cela dit, c'est le seul, parmi ceux qui commentent ici, qui a vecu le football depuis les derniers 60 ans. Et s'il dit que Pelé est au dessus de la melee, alors qu'il est argentin et a meme entraine Maradona, je me dois, et nous nous devont tous de lui accorder le plus grand des credits.
Pas de chance pour toi...
Maintenant, tous les commentaires qu'il fait sur des joueurs de sa propre nationalite sont forcement partisans.
Tout comme les tiens...
Et on se demande bien porque...
Stalin Rivas Niveau : DHR
Une dernier chose... ce n'est pas ma faute a moi si ton idole a une tronche de rat et joue dopé. Je n'y peux rien, c'est juste la réalité. Mais la dope au fait, c'est courant chez vos joueurs je crois...
et toi, t'est pas portugais par hasard? du coup tes commentaires sont partisans aussi???

sinon j'admire Maradona le joueur,pas le schizo dès qu'il ouvre sa gueule,et je supporte pas Boca merci
Xeneize31 Niveau : DHR
Stalin Rivas, Eusébio, eternel légende du Portugal, qui connait aussi très bien le football si je ne m'abuse, a déclaré que Messi était le meilleur joueur du monde...donc pour aller dans ton sens avec tes coms sur Menotti et ses dires, tu vas faire de même, et apporter à Eusébio tout le crédit que tu lui doit en léchant les boules de Messi....puisque papa Eusébio te l'ordonne...
A mon avis les joueurs du Real courent beaucoup plus vite que ceux du Barca et aussi longtemps, plus peut-être... Même quand c'est du blaugrana en face (ça sert à rien au final mais c'est un fait si on fait une moyenne de la vitesse des joeurs des 2 effectifs).

Ils seraient donc soit plus forts au naturel que des dopés, soit encore plus dopés que les dopés en question...

Je suis sûr qu'il n'a pas fait de projets au delà de Décembre 2012 le Stalin vu son objectivité et son bon (non ?) sens...

Il met tellement d'ardeur à soutenir des bêtises sans nom contre vents et marées (et depuis tellement longtemps) qu'il m'arrive parfois de me demander si c'est pas moi le fou.
Stalin Rivas Niveau : DHR
Tiens en parlant de dopage puisque c'est toi qui aborde le sujet, laisse-moi te repondre, si tu permets...

Un de mes posts d'hier... auquel AUCUN cataleux ne repond...

C'est bizarre, vraiment bizarre... encore une fois, mais personne, PERSONNE n'a commente les propos de M-A-S-H (preuves a l'appui) que je connaissais deja.
J'attends donc vos commentaires avises, puisque vous etes si impartiaux...

"Guardiola a été blanchi dans l'affaire de la prise de nandrolone, mais par pitié, ne soyez pas dupe. Il a été contrôlé positif deux fois, et a été lâché par ses coéquipiers à Brescia et son prez' de l'époque, Luigi Corioni, qui avait dit que la prise e produits stupéfiants était coutumière chez Guardiola depuis 7-8 ans au moment des faits.

Voici un article de 2011:
16:30 28/11 Corioni on new test for Guardiola: "We expected it, he takes the same substances since 7-8 years"

Brescia President Luigi Corioni commented on Radio Radio the news of anti-doping test after Lazio-Brescia on November 4th that confirmed the positivity to nandrolone of Spanish midfielder Pep Guardiola: "We expected that he was positive to this test too after Lazio match. the player takes the same substances since 7-8 years, in Spain he never had problems with antidoping. It could mean that in Italy we do more severe controls. Guardiola is in good faith because he didn't need to come to Brescia to do such a thing. I think he hasn't anything to show to anybody".

Son blanchissement est uniquement politique, tout le monde le sait. Guardiola était un tricheur, et tout le monde n'est pas logé à la même enseigne dans les tests antidopages."

Le dopage est une institution au FC Nandrolone. Qui pour contredire cette article? Mais peut-etre certains ici connaissent mieux le football que le president de Brescia...
Xeneize31 Niveau : DHR
Stalin Rivas tu viens à nouveau à parler de choses qui sont complètement hors sujet avec l'article...comme d'habitude...sinon tu ne voudrais pas nous parler de la suspension pour dopage des portugais Abel Xavier et Fernando Couto, pour ne parler que d'eux, parce que si j'étais aussi con que toi, je pourrais dire que le dopage alors aussi répandu chez les Portugais....Allez je le répète, écoutes papa Eusébio et va lécher les boules de Messi...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
46 63