1. //
  2. // 13 août 1995

Le jour où Basile Boli a signé à Monaco

Il y a 20 ans jour pour jour, Basile Boli quittait l'Écosse et les Rangers pour s'engager avec l'AS Monaco. Sur le Rocher, il retrouvait ses potes de l'OM, le championnat de France et l'envie de revenir en équipe de France. Il n'y restera que 13 matchs. Le temps d'en gagner trois, de se prendre un K.O. en 16/9 et de repartir par la petite porte. Au Japon.

Modififié
684 16
Difficile d'oublier Basile Boli sous le maillot de l'OM. Ses larmes de Bari, son coup de casque de Munich, celui contre le PSG au Vélodrome le match suivant. Bref, Basilou était un guerrier. Un roc que rien ne semblait altérer... Jusqu'à l'affaire VA-OM. Là, blessé et perdu, Basile Boli a pris le chemin des Rangers. En Écosse. Une saison plus tard, il revient en France alors qu'il était encore sous contrat pour trois saisons avec les Gers. Bordeaux, Marseille tentent leur chance. Monaco aussi. Banco. Il débarque sur le Rocher en tant que joker au cœur du mois d'août. Sur les ondes de France Info, il ne cache pas son enthousiasme de retrouver son championnat préféré : « Je suis heureux d'arriver dans un grand club européen. C'est un beau challenge personnel. Qui plus est, je suis content de retrouver mes anciens coéquipiers de Marseille, Barthez, Di Méco et Anderson. »

Crâne rasé et moustache Eddy Murphy


Acheté 20 millions de francs par le champion d'Écosse, Glasgow voulait quand même rentrer dans ses frais. Depuis le transfert de Mark Hateley du Rocher aux Gers, les deux clubs s'entendent plutôt bien. Ce fut chose faite. Tout le monde y trouve son compte, à commencer par l'entraîneur monégasque Jean Tigana qui, à l'époque, se réjouissait de cette arrivée. « Depuis le début du championnat, on a pris trop de buts. Il fallait faire quelque chose. Basile est aussi un leader intéressant et dans le groupe, cela en fera un de plus. Tant mieux. » Sur le Rocher, Tigana a pourtant du monde en charnière : Franck Dumas, Lilian Thuram, Emmanuel Petit. Mais la puissance de Basile Boli et son aura sont un vrai plus pour le club asémiste.

Ses premiers jours du côté de La Turbie sont parfaits. Crâne rasé, moustache Eddy Murphy, Boli est content de retrouver « les Marseillais » à la Turbie. A priori, il est loin d'être cramé. On l'oublie, mais Boli n'a que 28 ans. Officiellement. Pourtant, le stoppeur est à la rue physiquement. En Écosse, il n'a joué que trois petits matchs amicaux depuis trois mois. Mais l'homme est motivé. « Pour l'équipe de France, je n'ai pas dit mon dernier mot et je suis venu à l'ASM pour gagner le championnat » , lâche-t-il dans les colonnes de L'Équipe le lendemain de son premier entraînement. Le début de la fin. Ses premiers pas monégasques dans le championnat de France sont compliqués. Son style ne plaît pas aux arbitres. Trop engagé. Il prend des avertissements à chaque match et/ou se blesse rapidement. Et puis arrive la Coupe UEFA...

12 septembre 1995, le trou d'air


80e minute du match de ce 32e finale de Coupe UEFA face à Leeds. Les Anglais mènent 2-0 au Louis-II quand Anthony Yeboah plante le troisième but du match, son troisième personnel également. Il est anecdotique, car les regards sont ailleurs. Sur Marc Delaroche et Basile Boli. En voulant défendre sur le Ghanéen, les deux Monégasques se sont télescopés. Tempe contre tempe. Boli est évanoui, puis il convulse. Les images sont impressionnantes. À côté, Delaroche ne répond pas non plus aux sollicitations des secouristes. On lui passe une minerve autour du cou. Les deux hommes reprennent conscience avant d'être évacués de la pelouse. Officiellement, Boli a été victime d'une crise tonique. Il en a avalé sa langue...

Sur le terrain, Monaco en a pris 3. Delaroche, qui avait remplacé Piveteau à la pause, a même laissé sa place dans les buts à... Claude Puel pour la fin du match. Le score est presque anecdotique. Boli est K.O. Il va mettre un temps fou à s'en remettre. Pour ne pas dire jamais. On le dit déçu par l'ASM. La greffe ne prend pas. Les mois passent et Boli joue peu. Blessé. Suspendu. Ça en devient presque gênant. Et puis la délivrance arrive avant les fêtes de Noël. Le club de la Principauté officialise la chose par un communiqué de trois lignes. Lapidaire. Basile Boli signe au Japon. Pour 15 millions de francs. Venu apporter du muscle et de l'enthousiasme, Boli n'aura apporté ni l'un ni l'autre. Pis, au sein du groupe de Jean Tigana, la volonté de faire bouger les choses de Boli a été très vite mal perçue. Trop direct. Trop maladroit. Au final, le héros de Munich n'aura joué que 13 matchs avec Monaco. Il en aura gagné seulement trois, écopé de cinq avertissements et d'un carton rouge. Il a manqué 8 matchs (2 pour suspension, 6 pour blessures). Et quand il n'est pas là, Monaco gagne.

Youtube

Une saison au Japon et le clap de fin


La finale de la Coupe des champions 1993 n'est pas si loin, mais Boli semble déjà dépassé par le football moderne. À peine arrivé au Japon, il se confie sur son échec monégasque dans les colonnes de France Football. « Je m'attendais à autre chose en débarquant en Principauté. Je n'ai jamais pu donner ma pleine mesure. Je suis arrivé en plein championnat, j'ai été blessé. De plus, j'ai évolué dans une équipe qui n'obtenait pas de résultats, qui était rongée par le doute et par les différentes querelles sur lesquelles je ne vais pas revenir. » Au sein du vestiaire de l'ASM, il a déchanté. Découvrant des joueurs qui, pour certains, se haïssent.

Pour Basile le candide, c'est la déception. Et comme le corps ne suit plus... « À Monaco, je me suis trompé, puis découragé. Moi, et chacun le sait, j'ai besoin d'un contexte chaleureux, avec une forte communion entre joueurs pour apporter quelque chose. Impossible de changer la mentalité monégasque. » Boli est déjà sur autre chose. Il a la tête aux Red Diamonds, le club des Allemands Buchwald, Bein et Rummennigge, ainsi que du Brésilien Toninho. Sur place, déjà des emmerdes, puisque le règlement n'autorise que trois étrangers sur la pelouse. Peu importe. Basile Boli ne joue qu'une saison au Japon. Fin 1997, il prend sa retraite sportive. Il avait 31 ans.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Ehrmantraut Niveau : Loisir
Surement le joueur le plus faible techniquement de toute l'histoire du foot. Pas une des plus fins non plus (je me souviens la célébration chambrage devant le banc de Guy Roux avec l'OM). Une fin de carrière où il commence à être cuit à 28 ans (sic)...
Tout chez lui respirait l'escroquerie, mais il a mis 2 beaux buts de la tête. Du coup on se souviendra longtemps de lui. Sinon il aurait été assez quelconque au final.
Message posté par Ehrmantraut
Surement le joueur le plus faible techniquement de toute l'histoire du foot. Pas une des plus fins non plus (je me souviens la célébration chambrage devant le banc de Guy Roux avec l'OM). Une fin de carrière où il commence à être cuit à 28 ans (sic)...
Tout chez lui respirait l'escroquerie, mais il a mis 2 beaux buts de la tête. Du coup on se souviendra longtemps de lui. Sinon il aurait été assez quelconque au final.


"Surement le joueur le plus faible techniquement de toute l'histoire du foot"...trop de ton péremptoire tue le ton péremptoire.
pierrot92 Niveau : CFA2
Il a quand même commencé en D1 à 16 ans à Auxerre. Ce qui fait 15 ans de carrière.
Ehrmantraut Niveau : Loisir
Message posté par tamanoir


"Surement le joueur le plus faible techniquement de toute l'histoire du foot"...trop de ton péremptoire tue le ton péremptoire.


Après, j'ai pas souvenir de pire, mais si tu as des exemples, je t'écoute.
gwynplaine76 Niveau : CFA2
Message posté par Ehrmantraut


Après, j'ai pas souvenir de pire, mais si tu as des exemples, je t'écoute.


Dada Maravilha? La quasi-totalité de l'effectif du Crazy gang de Wimbledon - à commencer par Vinnie Jones? Dagui Bakari? Brandao?
Ehrmantraut Niveau : Loisir
Message posté par gwynplaine76


Dada Maravilha? La quasi-totalité de l'effectif du Crazy gang de Wimbledon - à commencer par Vinnie Jones? Dagui Bakari? Brandao?


Ah ouais ok, tu as donc 70 ans...
Brandao est mille fois plus technique que Basile. Basile n'a jamais fait de contrôle du dos.
Message posté par Ehrmantraut


Après, j'ai pas souvenir de pire, mais si tu as des exemples, je t'écoute.


Francis Llacer.

Oui Monsieur.
gwynplaine76 Niveau : CFA2
Message posté par Ehrmantraut


Ah ouais ok, tu as donc 70 ans...
Brandao est mille fois plus technique que Basile. Basile n'a jamais fait de contrôle du dos.


En même temps, c'est toi qui a utilisé l'expression"... de l'histoire du foot", la prochaine fois, précise "à partir des années 90".

Mais bon, OK pour le contrôle du dos.
Ehrmantraut Niveau : Loisir
Message posté par kikette38


Francis Llacer.

Oui Monsieur.


Si tu me trouves une vidéo de Basile qui fait un truc comme ça (avec ses pieds), je te paye un panaché.
https://www.youtube.com/watch?v=7fK8i9yCn3U
Message posté par Ehrmantraut
Surement le joueur le plus faible techniquement de toute l'histoire du foot. Pas une des plus fins non plus (je me souviens la célébration chambrage devant le banc de Guy Roux avec l'OM). Une fin de carrière où il commence à être cuit à 28 ans (sic)...
Tout chez lui respirait l'escroquerie, mais il a mis 2 beaux buts de la tête. Du coup on se souviendra longtemps de lui. Sinon il aurait été assez quelconque au final.


Vite fait comme ça, je dirais Prunier, Ivan Campo, Koné. on doit pouvoir en trouver pleins d'autres. Et puis on parle d'une époque ou on demandait pas aux défenseurs d'être technique ou de savoir faire une passe (et encore moins les stoppeurs, t'avais un libéro pour ça) mais de faire peur et d'être (très) aggressif.

Je suis pas fan de l'OM, en tant qu'homme je peux pas blairer Basilou,c'est sûrement pas le plus grand stoppeur de l'histoire du foot, mais il mérite mieux, en tant que joueur, que la description que tu en fais.
En parlant du Crazy Gang je recommande vivement un documentaire qu'on peut facilement trouvé sur Youtube ( attention pour ceux qui parlent et comprennent l'anglais). On comprend que c'était une équipe de tarés notamment Fashanu et Jones avec sa technique du "mixeur". Le football plaisir comme on l'aime ou le déteste.
Je crois pas qu'on lui demandait une quelconque qualité technique. On lui demandait surtout de faire peur aux attaquants adverses.

Perso, l'image qui me vient de lui, c'est sa capacité de démarrage pour rattraper 5m sur 10m à l'attaquant adverse (oui, Basile était souvent pris dans son dos). Ses retours à l'arrache et ses tacles de bison.
Message posté par tamanoir


"Surement le joueur le plus faible techniquement de toute l'histoire du foot"...trop de ton péremptoire tue le ton péremptoire.


De +, on parle la DU joueur qui a donné LA seule coupe d'europe a tout une ville et meme tout un pays ... au dela de peremptoire ya méprisant ?
"Acheté 20 millions de francs par le champion d'Écosse, Glasgow voulait quand même rentrer dans ses frais."

Grammaire à revoir, cette phrase ne veut pas du tout dire ce que l'auteur essaie d'expliquer.

Sinon, pour le débat "Boli, joueur le moins technique de l'histoire", je pense qu'il ne faut pas exagérer non plus. Des défenseurs aux pieds carrés, il y a en toujours eu et il y en a toujours. Oui, Boli rentrait dans cette catégorie, mais comme combien d'autres ? Il a été un grand stoppeur, on lui a jamais demandé de faire des passements de jambes et des roulettes.
Message posté par Ehrmantraut
Surement le joueur le plus faible techniquement de toute l'histoire du foot. Pas une des plus fins non plus (je me souviens la célébration chambrage devant le banc de Guy Roux avec l'OM). Une fin de carrière où il commence à être cuit à 28 ans (sic)...
Tout chez lui respirait l'escroquerie, mais il a mis 2 beaux buts de la tête. Du coup on se souviendra longtemps de lui. Sinon il aurait été assez quelconque au final.


L'énormité du jour. Félicitation.
En effet, en signant à Monaco, il n'avait que 28 ans ! Officiellement...
Il a commencé sa carrière à Auxerre à 26, euh 16 ans...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
684 16