1. // Angleterre – Arsenal – Histoire

Le jour où Arsenal a joué sans voir la balle

C'est sans aucun doute l'une des histoires les plus drôles du football : en 1945, à Londres, Arsenal recevait le Dinamo Moscou pour un match amical sous une purée de pois aveuglante. Sans voir la balle, ou presque, les deux équipes se sont livré une bataille acharnée, se permettant quelques petits écarts par rapport aux règles du jeu.

20 7
En novembre 1945, le Royaume-Uni se réveille péniblement d'un sommeil marqué d'un long cauchemar. Un mauvais rêve pendant lequel Londres était assiégé, l'Europe envahie, un dégénéré à sa tête. Malgré tous ses efforts pour survivre pendant cette terrible période, le football en Angleterre avait pris un sale coup derrière la tête. Alors, une fois le calme revenu, une fois le bruit des obus détruisant Londres en sourdine, les Anglais souhaitent retrouver une vie normale le plus rapidement possible. Seulement, outre-Manche, une vie normale, c'est une vie avec le football. Alors, dès novembre 1945, la Football Association décide d'inviter plusieurs équipes à défier quelques onze anglais. Pour la première fois de son histoire, l'Angleterre accueille une équipe russe sur son territoire. Les Gunners d'Arsenal s'apprêtent effectivement à affronter le Dinamo Moscou. Quelques heures avant le coup d'envoi, personne ne peut se douter que cette rencontre amicale restera à jamais gravée dans l'histoire du football comme le match le plus drôle jamais disputé. Tout ça à cause d'un brouillard tout à fait londonien.

Guerre froide, accueil frileux


En novembre 1945, la Seconde Guerre mondiale est effectivement terminée, mais les premiers engrenages de la Guerre froide sont déjà en train d'actionner un mécanisme qui tournera pendant des décennies. Dans un premier temps, le Dinamo refuse d'aller jouer dans un pays acquis à la cause du bloc de l'Ouest. Les Russes finissent par accepter, mais déchantent dès leur arrivée. Surpris de ne pas voir flotter le drapeau soviétique à leur arrivée, joueurs et membres du staff ne sont pas ravis de l'accueil. Il faut dire que tous passent trois nuits compliquées à l'ambassade de l'URSS, avant que les Anglais ne daignent leur trouver des logements décents... Au programme de ce tour d'Angleterre par des Russes, des matchs contre Arsenal, Chelsea, Cardiff City et les Rangers. Après un nul 3-3 face à Chelsea et une victoire écrasante, 10-1, face à Cardiff, le Dinamo s'apprête à défier l'Arsenal de George Allison. Un Arsenal avec beaucoup d'invités de prestige, comme Stan Matthews, Stan Mortensen et Joe Bacuzzi.

En face, le Dinamo Moscou débarque également à White Hart Lane – le terrain d'Arsenal n'étant pas encore praticable, occupé par le ministère de la Défense – avec quelques invités surprises : Vsevolod Bobrov, de l'autre club de Moscou, ou encore Yevgeniy Arkhangelskiy et Boris Oreshkin, du Dinamo Leningrad. Comme l'explique Andrew Ward dans son livre Football's Strangest Matchs, le Dinamo n'avait accepté de disputer cette rencontre que sous 14 conditions précises, l'une d'elles stipulant que les Russes amèneraient leur propre arbitre. Au coup d'envoi, ce dernier aurait dû, selon Andrew Ward, annuler la rencontre. Le brouillard qui s'était abattu sur le Nord de Londres ne permettait ni aux joueurs ni aux spectateurs de voir le ballon. Pourtant, et pour le plus grand bonheur des 55 000 spectateurs présents, le coup d'envoi fut donné. Aujourd'hui en Angleterre, tout le monde rit un bon coup en se souvenant de la « White Hart Lane Farce » .

15 sur la pelouse, un gardien K.O.


Après seulement 30 secondes de jeu, les Russes ouvrent le score. Les Gunners se démènent pour revenir et prennent même l'avantage avant la mi-temps. Alors qu'ils regagnent les vestiaires, les Anglais mènent 3-2, et le brouillard s'épaissit encore. En deuxième mi-temps, toutes les règles du football sont bafouées. Au moment d'un changement, le Dinamo Moscou fait entrer un joueur sans en faire sortir un autre, se retrouvant à 12 sur le terrain. Puis très rapidement à 15 selon des témoins présents. Les Russes égalisent sur un but qui aurait dû être annulé pour une position de hors-jeu. Mais les arbitres de touche sont aussi aveuglés que les autres protagonistes et ne le voient pas. À la fin du match, on ne sait plus vraiment qui est sur le terrain et qui n'y est plus. Un Gunner récolte un carton rouge, mais profite de la confusion pour entrer à nouveau sur le terrain. Certains racontent même que le gardien d'Arsenal aurait heurté son poteau, se serait évanoui et aurait été remplacé par un membre du public !

À quelques minutes du coup de sifflet final, les Russes arrachent la victoire dans la confusion la plus totale. Stupéfait par ce qu'il a vu, George Orwell en personne prend sa plume pour écrire The Sporting Spirit, un court essai qu'il publie en décembre de la même année. « Si la visite du Dinamo a eu un quelconque impact sur les relations entre l'Angleterre et les Soviétiques, c'est simplement qu'elle les a rendues pire qu'avant » , explique-t-il. « Les journaux n'ont même pas réussi à comprendre qu'au moins deux de ces quatre matchs se sont joués dans un mauvais esprit. Au match d'Arsenal, un spectateur m'a dit que lorsque deux adversaires en sont venus aux mains, les spectateurs ont sifflé l'arbitre qui tentait de s'interposer ! » , poursuit-il. « Il y a assez de problèmes dans le monde, et nous ne devons pas les rendre encore plus graves en encourageant des jeunes gens à se frapper dans les tibias sous les yeux d'une foule en furie. » Bon, manifestement, Orwell n'était pas un grand fan de football.

Youtube


Par Gabriel Cnudde
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
"Le jour où Arsenal a joué sans voir la balle ... le 15 février 2012".
Qualifier Hitler de "dégénéré", c'est comment dire ?
GENERAL DE GOAL. Niveau : Ligue 2
jouer sans voir la balle.ca m'est déjà arrivé sur fifa
Message posté par Master8
Qualifier Hitler de "dégénéré", c'est comment dire ?


une tres belle ironie ?
L'ironie consiste bien à dire le contraire de ce qu'on veut faire comprendre, non ?
J'avais entendu parler de ce match...et jamais trop compris combien on pouvait redoubler de détails le concernant, si vraiment on n'y voyait rien, mais bon..

Je sais que les Belges ont un collector dans le genre, FC Liège-Rapid en Coupes d'Europe, disponible sur youtube.. Seules scènes vaille que vaille discernables : les buts, car filmés par des caméras placées derrière les cages.. Et pour le reste que dalle, on n'y distingue rien de rien (les commentaires du reporter belge valent d'ailleurs le détour, cinquième dimension..).
Pour l'anecdote (quoique) : victoire du Dinamo non-reconnue par les Anglais..

Tous les prétextes leur étaient alors bons pour entretenir le mythe de leur supériorité.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
20 7