Le joueur emblématique doit-il avoir peur du banc ?

Devenir entraîneur d’un club dont on a fait les beaux jours dans la peau du joueur représente un véritable risque. Entre pression et attente des fans, celui qui se réinvente coach doit avoir les nerfs solides pour faire honneur à sa réputation.

Modififié
Pep Guardiola, Luis Enrique, Carlo Ancelotti, Johan Cruyff, Franz Beckenbauer, Diego Maradona, Michel Platini, Filippo et Simone Inzaghi, Vincenzo Montella, Clarence Seedorf, Frank Rijkaard, Luis Aragonés, Arsène Wenger, Jean Tigana, Claude Puel... Très nombreux sont les hommes qui, après avoir fait lever les foules d’un club ou d’une sélection, en avoir été l’emblème ou le symbole en tant que joueur, se sont risqués à en devenir l’entraîneur. Parmi eux, certains ont triomphé et embelli encore plus leur image auprès des supporters. Le meilleur exemple ? Zinédine Zidane, évidemment. Mais il n’est pas rare d’observer d’anciennes gloires chuter et ne pas parvenir à porter au sommet des entités qu’elles avaient dans le cœur. En résulte une réputation souvent déchue dans la tête des fans. Ces mêmes fans qui portaient en triomphe leur idole avant qu’elle ne décide d’emprunter la casquette de technicien.

Entraîneur, un point c'est tout


Alors, entraîner une team dans laquelle on a joué et réussi, est-ce une bonne idée ? En vérité, la question n’envahit guère les cerveaux des principaux concernés, qui se sentent souvent obligés de relever le défi quand on fait appel à eux. À l’image de Marco Simone, plus de 100 matchs et un championnat de France avec Monaco entre 1999 et 2003, qui ne peut qu’accepter lorsque le prince Albert lui réclame de l’aide en 2011 : « Je venais juste de passer mes diplômes, mais je ne pouvais pas refuser. Voir le club que tu aimes souffrir et ne rien faire alors que tu as l’opportunité d’agir, ce n’est pas possible.  » Idem pour Bernard Casoni, défenseur de l’Olympique de Marseille de 1990 à 1996 catapulté à la tête de l’équipe phocéenne en 1999 alors qu’il tient la réserve : « Ça ne s’est pas fait normalement, c’était forcé. J’étais jeune, je poursuivais mon apprentissage tranquillement avec la B, ça se passait très bien... et j’ai dû prendre la suite de Rolland Courbis dans un bordel monstre. Dans ces conditions, connaître les infrastructures, ça ne m’a pas suffi pour m’en sortir. » Conséquence : Marseille termine 15e, Casoni est remercié et ne remettra plus jamais les pieds à l’OM.

« J’ai dû prendre la suite de Rolland Courbis dans un bordel monstre. Dans ces conditions, connaître les infrastructures, ça ne m’a pas suffi pour m’en sortir. » Bernard Casoni

Idole du peuple ou pas, le coach est avant tout l’entraîneur. Avec tout ce que cela exige, et notamment l’obligation de résultats. « Quel que soit son nom, l’entraîneur est le chef d’orchestre et reste donc, évidemment, extrêmement exposé à la pression des tribunes, rappelle Ludovic Lestrelin, sociologue du football et auteur d’un ouvrage sur les supporters de l’OM. On a vu combien Míchel, pourtant ancien joueur emblématique du Real, s’est fait conspuer lors de sa saison sur le banc de l'OM. La qualité d’ancien joueur n’est pas un gage d’acceptation pour le public.  »


Toujours à l’aide du modèle Marseille où il a été formé et où il a été entraîné par Didier Deschamps (seul capitaine à avoir soulevé la coupe aux grandes oreilles avec un club français), Garry Bocaly confirme : « Peu importe que tu t’appelles Zidane ou Deschamps, ça ne change pas grand-chose pour les supporters. Ils veulent juste des titres. Et ça, Deschamps le savait très bien. Du coup, même dans le vestiaire, il ne faisait jamais allusion à son passé en tant que joueur. Il voulait absolument qu’on comprenne que c’était à nous d’écrire l’histoire du club.  » Même Luis Enrique, pourtant habitué au succès avec les Blaugrana – triplé C1-Championnat-coupe en 2015 notamment –, a estimé en conférence presse qu’ «  avoir été ancien joueur ou ne pas l'avoir été, aucune des deux options n'est une garantie de succès » . Un statut qui n’assure aucun bouclier, donc.

La pression du passe-droit


La pression sur l’ancien joueur emblématique devenu entraîneur serait même accrue. Les fans se remémorant les heures mythiques passées avec leur chouchou, l’attente serait bien plus forte qu’avec un coach classique. « Cela réactive une certaine passion chez les supporters, corrobore Ludovic Lestrelin. Chez eux, les souvenirs sont omniprésents. Il y a une dimension très mémorielle dans le football, on se rappelle d’un match en particulier, d’un but, d’une époque...
« Je ne pouvais pas imaginer être l’entraîneur qui ferait descendre le club en National. Or, au début, tout allait mal. Après les journées de travail, je rentrais directement chez moi parce que j’avais honte du regard des Monégasques. » Marco Simone
Donc si vous faites revenir un joueur, vous réactivez tout ça. Les supporters s’emballent et leur attente est énorme.
 » «  On demandera par exemple plus à Zidane tout simplement parce que c’est Zidane  » , ajoute Casoni. Cette pression, Marco Simone l’a vécue de l’intérieur. Lorsqu’il débarque sur le Rocher, l’ASM est en pleine crise, embourbée dans les bas-fonds de la Ligue 2. « C’est très pesant psychologiquement. Monaco, c’est ma ville, mon village, ça fait quinze ans que je suis installé là-bas, et je ne pouvais pas imaginer être l’entraîneur qui ferait descendre le club en National. Or, au début, tout allait mal. Après les journées de travail, je rentrais directement chez moi parce que j’avais honte du regard des Monégasques. »


Finalement, Simone réussira largement sa mission maintien... et sera remercié en fin de saison. Signe que l’aura propre à l’ancien joueur ne protège pas. Reste que la gloire du passé apporte tout de même son lot d'avantages. Quand des profils moins sexy devront batailler pour arracher le poste dans les plus grands clubs, Zidane ou Guardiola n’ont pas à prouver quoi que ce soit pour devenir le manager principal. Ce qui avait d’ailleurs légèrement exaspéré Ottmar Hitzfeld, entraîneur allemand aux deux C1, lors de la nomination du Français au Real. Nomination qui ne serait due qu’à « son illustre nom de joueur » , comme il l’a souligné dans Blick : « Pour lui, c’est comme gagner le jackpot au loto. C’est une folie. (...) Zidane n’a rien prouvé comme entraîneur et il est désormais en charge des plus grandes stars mondiales. » Les 18 mois de Zizou à la tête du Real ont néanmoins donné tort à Hittzfeld.

« Zidane n’a rien prouvé comme entraîneur et il est désormais en charge des plus grandes stars mondiales. » Ottmar Hitzfeld, en janvier 2016

Au-delà des opportunités qui s’imposent d’elles-mêmes et du pistonnage, le joueur retraité peut également compter sur sa réputation et ce qu’elle en dégage auprès des joueurs. Qui a oublié les déclarations d’amour de Gabi Heinze à l’intention de Diego Maradona quand celui-ci a pris les rênes de la sélection argentine ? Jouer sous les ordres de Johan Cruyff, ce n’est pas la même chose qu’obéir à un inconnu. Ainsi, les joueurs se montrent au diapason, au moins dans un premier temps, quand il s’agit de respecter les ordres d’une légende. Même si ce crédit est loin d’être illimité pour Fabio Celestini : « La notoriété ne suffit pas. Ça amène un immense plus, mais cette influence n’est qu’éphémère sur un groupe. Je dirais qu’elle ne dure qu’un mois. »

Choisir les bonnes clés relationelles


Autre atout : le temps d’adaptation minimal, voire inexistant. Le joueur qui connaît le club comme sa poche a moins de difficulté à s’installer dans son nouveau costume. « Deschamps était parfaitement conscient de l’environnement qui l’attendait. Il connaissait tout le monde. Genre le kiné, il l’avait eu en tant que joueur. Ça aide pour gérer la pression, témoigne Bocaly à propos du Bayonnais qui a redonné le goût des titres à l’OM après 17 ans de disette. Et puis, on sentait son amour du maillot. Il respectait le club comme personne. Forcément, quand t’es guidé par un mec comme ça... » Avec un peu de bol, le nouveau coach peut avoir été bercé par la philosophie du club pendant quelques années. Comme Zidane avec le Real, où il fut adjoint d’Ancelotti et entraîneur des jeunes. « C’est un avantage indéniable, reprend Casoni. Pourquoi croyez-vous qu’entre Barcelone et Luis Enrique ou Pep Guardiola, cela ait si bien collé ? Bah parce qu’ils ont été préparés à la sauce Barça.  »



N’empêche que l’échec survient bien plus souvent qu’on ne le croit. José Anigo l’a ainsi appris à ses dépens. Joueur de l’OM pendant près de dix ans (1979-1987), le Marseillais d’origine revient au club s’occuper du centre de formation au début des années 2000. Alors adoré par les abonnés du Vélodrome, le crâne rasé n’est plus le bienvenu aujourd’hui. La raison ? Des passages loupés au poste d’entraîneur. « Il détenait pourtant un crédit d’autochtone.
« Les probabilités d’écorner votre réputation sont grandes. Il y a certes une période d’immunité, mais elle s’effrite rapidement. Comme les présidents de la République. » Ludovic Lestrelin
Ancien joueur, enfant de Marseille... Désormais, ce crédit est complètement épuisé. Il est fortement critiqué ici
, relate Ludovic Lestrelin. S’exposer au rôle d’entraîneur dans un club dans lequel vous avez écrit les plus belles pages par le passé, c’est très risqué. Les probabilités d’écorner votre réputation sont grandes. Il y a certes une période d’immunité, mais elle s’effrite rapidement. Comme les présidents de la République.  » Que Didier Drogba, qui songe sérieusement à entraîner, réfléchisse bien à son avenir. Car son statut de roi à Chelsea et Marseille n’est pas un totem éternel.

Par Florian Cadu Tous propos recueillis par FC, sauf mentions
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

supernabot Niveau : DHR
Sacre troll de pas mentionner Antonio Conte dans la liste au debut mais de mettre Arsene Wenger, joueur mediocre de Strasbourg a ses meilleures heures...
Note : 1
Oui enfin Conte, dans la Juve étoilée des 90's, c'est un chouette porteur d'eau galvanisé aux adjuvants, hein...
supernabot Niveau : DHR
"galvanise" ou pas c'est un "porteur d'eau" avec 20 selections A (si j'en crois wiki) qui a joue (et gagne) quasiment tous les trophees avec la Juve.

Alors que Wenger n'a jamais joue a l'ASNL, Monaco, Kashima ou Arsenal...

J'ai rien contre Wenger mais le voir cite dans l'intro est inopportun compte tenu du theme de l'article.
2 réponses à ce commentaire.
La règle c'est qu'il n'y en a pas, si tu arrives avec une vision claire t'as toutes tes chances d'y arriver, sinon si tu viens juste vendre ton nom (le meilleur exemple : Michel, que Labrune a pris parce qu'il l'aimait comme joueur), c'est fini.

Bon, je suis d'accord sur le fait qu'Anigo n'ait pas été incroyable comme coach, mais c'est surtout en interne qu'il s'est grillé... Quand tu contrains ton club à lancer des Deruda, que chaque joueur dont tu souhaites le départ mais qui refuse se fait home-jacker deux jours après, que tu sollicites ton actionnaire pour qu'il garde Gerets en mettant ta démission sur la table (mais finalement il t'offre une promotion et tu ne pars pas), quand tu sollicites ton président pour qu'il te choisisse plutôt que Deschamps et que tu dillapides tous les budgets mercato dans des joueurs en bois (en insistant sur le fait qu'une fois, en 2006, ça a marché !), c'est pas parce que t'as rien su faire avec une équipe que Bielsa a emmené en haut en deux mois qu'on te déteste.
Des rires et Deschamps Niveau : CFA2
Anigo n'a pas été incroyable ??

Mais... lors de sa première pige, il avait le meilleur avant-centre du monde (tactique facile: on balance devant et advienne que pourra), et on finit 7e...

Ensuite, on s'en rappelle tous de sa promotion de directeur sportif, ses recrues de merde (ah oui il a trouvé Valbuena... 1% de réussite, ouaaaaah), ses liens avec la mafia, le savonnage de planche de Deschamps, son union honteuse avec les Winners et tout ce que tu cites...

Sans oublier ses jérémiades pathétiques (c'est jamais de ma faute, c'est injuste, c'est un complot)

Le plus mauvais entraîneur de l'histoire de l'OM. Et aussi la plus grosse pourriture (devant Tapie, si, si)
C'est un euphémisme ahah, j'avais 10 ans et je comprenais pas trop la tactique lors de son premier passage donc je vais m'absenir (même si finir 7è avec son effectif... bon), mais sur son deuxième il me rendait fou à faire confiance à des mecs comme Khlifa, Morel ou Cheyrou plutôt que de lancer les jeunes que Bielsa lancera, alors que le club ne jouait absolument plus rien.
2 réponses à ce commentaire.
Tous ne sont pas partis sur le même pied d'égalité.
Zidane prend une équipe avec une attaque à 250M€, Seedorf doit faire avec Birsa / Taarabt et Inzaghi un duo Cerci / Niang pour planter.
Le plus important c'est d'arriver dans une équipe stable avec une bonne base. Et un président patient, ça peut aider.
un mec derrière son PC Niveau : Ligue 1
Je sais pas si c'est réellement plus simple de commencer avec une équipe au top. Le rôle de l'entraineur, c'est surtout de tirer le maximum de son groupe, donc on va pas demander au coach de "Birsa / Taarabt et Inzaghi un duo Cerci / Niang pour planter" le même rendement que celui qui "prend une équipe avec une attaque à 250M€"
Et même avec une attaque à 250M, t'es pas certain de gagner vu que y'a encore d'autres équipes avec des attaque à 250M (ou pas loin)
Ce commentaire a été modifié.
Va dire ça à Silvio quand il te jette comme une m*rde parce qu'avec ton équipe moisie qu'il a recrutée tu finis pas sur le podium...

Benitez a légué une équipe compétitive.
Rien n'est gagné d'avance évidemment mais ça aide grandement.
Confirmer en gagnant la LDC en battant les plus grands (Naples, Bayern, Atletico..) ça confirme qu'il n'a pas bénéficié QUE d'une grosse équipe, ça c'est sur.
Je n'enlève pas le mérite du double Z, loin de la. C'était un exemple.
Bon exemple Benitez. Le mec avait la même équipe que Zidane et s'est chié dessus.
Des rires et Deschamps Niveau : CFA2
C'est surtout qu'il n'a jamais dit que CR7 était le meilleur joueur du monde (à cause de ça il se l'est mis à dos d'entrée et ça l'a grillé), ce que Zidane a intelligement fait dès sa prise de fonction...

La politique...
Ce commentaire a été modifié.
mara donna des frissons Niveau : CFA
Ici, l'autre jour il y avait l'interview de Guy Lacombe, qui avait eu les deux en formation:
" Zidane, homme de vestiaire, David Bettoni , homme de terrain"
Cela peut résumer ce qu'a réussi Zidane après Benitez.
5 réponses à ce commentaire.
FourFourTwo Niveau : CFA
Note : 4
"Après les journées de travail, je rentrais directement chez moi parce que j’avais honte du regard des Monégasques"

Non ça c'était pour ta coiffure Marco, pas pour les résultats du club
Salut les gars petite erreur à corriger tonton Hizfield est allemand, certes il a joué en grande partie en Suisse et il a été sélectionneur de la Nati mais il est bien allemand :)
MathySmith Niveau : CFA2
La comparaison avec Anigo n'est pas pertinente à mon goût, si on l'a conspué et qu'il n'est plus le bienvenu au sein du club, c'est à cause de ce qu'il a fait en tant que directeur sportif avant tout, au-delà de ce qu'il a pu faire comme entraîneur (surtout qu'il avait quand même emmené le club en finale de Coupe UEFA, ne l'oublions pas).

Après je vois que dans cet article c'est surtout le point de vue des joueurs, des supporters et du club que l'on voit, mais il ne faut pas oublier que dans la tête de l'entraîneur c'est encore plus dur d'être sur le banc de touche d'un club dans lequel on a réussi qu'entraîner une équipe lambda. Si Zidane avait commencé par entraîner Alavés ou Gijón, je pense qu'on lui aurait beaucoup plus facilement pardonné s'il avait eu une majorité de contre-performances dès sa première saison que si ç'avait été la même chose au Real.

Après, il y a l'inverse aussi : des joueurs lambda qui deviennent de grands entraîneurs, comme Mourinho, Sacchi ou, dans une moindre mesure, Bielsa.
mara donna des frissons Niveau : CFA
Et le plus étonnant : Jardim.
Je ne sais pas s'il y en a d'autres, mais devenir un bon entraîneur de foot sans jamais y avoir joué c'est beau.
MathySmith Niveau : CFA2
Absolument, je l'avais oublié !

Oui je suis d'accord, c'est aussi ça qui fait la beauté de ce sport :) et aussi les joueurs qui explosent sur le tard mais qui font une superbe carrière ensuite.
3 réponses à ce commentaire.
Hier à 22:52 Le triplé de Valère Germain 14 Hier à 21:12 La boulette de la gardienne portugaise 16 Hier à 20:09 Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC Hier à 11:03 Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 101
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 27 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2
mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 129 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 19 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport) mardi 25 juillet Ederson atteint d'un cancer des testicules 67 mardi 25 juillet Marca annonce un accord pour Mbappé au Real Madrid 163 mardi 25 juillet Droit de réponse "Mistral Gagnant" 33 mardi 25 juillet La praline de Castillo au Mexique 4 lundi 24 juillet Reading présente ses maillots en réalité virtuelle lundi 24 juillet Entraînement arrêté à Leipzig après un pétage de plomb de Keïta 53 lundi 24 juillet Le maire de Mont-de-Marsan mange un rat à cause du PSG 26 lundi 24 juillet Quand des joueurs s'essaient aux glissades à plat ventre 6 lundi 24 juillet Ronald McDonald donne le coup d'envoi de Real-MU 28 lundi 24 juillet Ronaldinho régale au beach soccer 16 dimanche 23 juillet Benjamin Bourigeaud se la joue comme Beckham 7 dimanche 23 juillet Neymar claque un doublé contre la Juve 33 samedi 22 juillet Ménez accusé d'avoir dissimulé sa pubalgie 33 samedi 22 juillet Le fils de Pelé retourne en prison 8 samedi 22 juillet La mine de Batshuayi qui assomme Arsenal 25 samedi 22 juillet Le beau geste de Boateng pour Nouri 11 samedi 22 juillet Lama répond aux critiques sur la sélection guyanaise 15 vendredi 21 juillet Un joueur de MLS prend un amende à cause de ses chaussettes 11 vendredi 21 juillet Manchester City passe au foot US 12 vendredi 21 juillet La CAN se jouera l'été et à 24 équipes 75 jeudi 20 juillet Zabaleta claque une grosse volée pour accueillir Joe Hart 3 jeudi 20 juillet La théorie qui dit que Neymar va signer au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 20 juillet Une remontée historique des Seattle Sounders 20 mercredi 19 juillet Les Brésiliens du PSG (via BRUT SPORT) mercredi 19 juillet La petite gourmandise de Callejón 4 mercredi 19 juillet Un but barcelonesque en D4 argentine 11 mardi 18 juillet Un supporter argentin dégomme un drone 18 mardi 18 juillet Utaka débarque à Sedan ! 19 mardi 18 juillet La Norvège, prochaine étape de Diego Forlán ? 11 mardi 18 juillet Un champion du monde 2006 recherche un club sur LinkedIn 41 lundi 17 juillet Lass officiellement à Al-Jazira 40 lundi 17 juillet Un tatouage de Lacazette sur le cul d'un fan d'Arsenal 44 lundi 17 juillet Les énormes fumigènes du Lech Poznań 11 lundi 17 juillet Michu arrête sa carrière 14 lundi 17 juillet Diego Costa parade avec un maillot de l'Atlético 13 dimanche 16 juillet Marco Simone nouvel entraîneur du Club africain 7 dimanche 16 juillet La mine de Pato avec le Tianjin Quanjian 5 dimanche 16 juillet David Bellion au Festival d'Avignon 15 dimanche 16 juillet Le lapsus embarrassant de Biglia 17 dimanche 16 juillet Gold Cup : La Martinique quasiment éliminée 2 samedi 15 juillet La famille Ajax affiche son soutien à Nouri 7 samedi 15 juillet Éric Abidal flambe dans un tournoi de foot à six 13 samedi 15 juillet Ah, au fait, Sneijder est officiellement libre 25 samedi 15 juillet La Guyane éliminée de la Gold Cup 9 vendredi 14 juillet Un match amical à onze contre cent 12 vendredi 14 juillet La Guyane perd sur tapis vert à cause de Malouda 22 vendredi 14 juillet Candela régale avec l'équipe de France de légendes de futsal 14 vendredi 14 juillet Un jour après son transfert, il se prend un lob de 50 mètres jeudi 13 juillet Rooney claque une grosse mine pour son retour 18 jeudi 13 juillet Bolton installe des sièges de luxe dans son stade 16 jeudi 13 juillet Munich 1860 ne jouera plus à l'Allianz Arena 22 jeudi 13 juillet Chuck Blazer est mort 96 mercredi 12 juillet Un club anglais va payer ses joueuses autant que ses joueurs 27 mercredi 12 juillet En direct : la présentation de Dani Alves au PSG (via Brut Sport) 6 mercredi 12 juillet Solomon Nyantakyi accusé de double meurtre 40 mercredi 12 juillet Verratti affiche Trapp 36 mercredi 12 juillet La Guyane prend un point historique ! 41 mardi 11 juillet Malouda titulaire avec la Guyane 4 mardi 11 juillet Quel mercato pour la saison 2017/2018 ? 5 lundi 10 juillet Amavi recalé à la visite médicale 38 lundi 10 juillet Le pétard de Ziri Hammar 2 lundi 10 juillet Un Allemand passe du foot amateur à la D3 anglaise 21 dimanche 9 juillet L'hommage de United à Rooney 17 dimanche 9 juillet Sol Campbell prêt à travailler gratuitement 22 dimanche 9 juillet Un maillot interdit à cause d'une carte du XXe siècle 9 samedi 8 juillet Le coup franc sublime d'Anderlecht 1 vendredi 7 juillet Un cours d'anglais pour annoncer la dernière recrue de Swansea 1 vendredi 7 juillet Les joueurs de Bilbao se rasent le crâne en soutien à Yeray Álvarez 13 vendredi 7 juillet Guy Roux rêve d'aligner Macron 17 vendredi 7 juillet Le programme de la première journée de Ligue 1 31 vendredi 7 juillet Mbappé en tournée à Paris 66