Le jardinier du PSG n'avait « jamais vu pires terrains »

Modififié
13 30
Depuis 2013, Jonathan Calderwood est le jardinier du PSG. Ou plutôt il aimerait qu'on le qualifie comme un « manager de terrain » .

« Je ne suis pas un jardinier ! J'ai une formation scientifique d'ingénieur agronome ! » , déclare celui qui a longtemps soigné la pelouse d'Aston Villa. « En Angleterre, j'étais une star. Tout le monde me connaissait. Je passais dans toutes les émissions télé, dans les journaux… Chez nous, "groundsmanager" est un métier très noble. Mais quand je suis arrivé à Paris… Ici, on vous appelle "le jardinier". On vous considère juste comme le gars qui tond l'herbe et qui trace les lignes » , lance l'Irlandais dans les colonnes de L'Équipe.

D'ailleurs, à son arrivée à Paris, Jonathan Calderwood avait un sacré défi à relever : « Les terrains du PSG étaient les pires que j'avais jamais vus ! La première année, je n'arrivais même pas à regarder les matchs au Parc, tellement le terrain était catastrophique. Je n'en dormais pas la nuit ! (...) La pelouse ressemble à un adolescent. Elle est sensible et délicate. Dès que je marche dessus, je sais si elle est dans un bon ou mauvais jour. Pendant un match, j'observe les mouvements et les rebonds du ballon, sa vitesse de circulation, et je peux déterminer si le terrain est trop sec, trop humide, s'il y a eu trop d'air, trop de lumière, trop d'engrais... J'ai l'œil, c'est un don. »

Un œil dont aurait bien besoin à peu près tout le reste du football français. FL
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 77
Et encore, il n'a pas vu la pelouse d'Anne Hidalgo.
Ah bordel, tu m'as vraiment fait marrer
Note : 4
Xavi discuterait des heures avec lui...
Article suivant
Lampard, un homme pressé
13 30