1. // Europa Ligue
  2. // Hambourg/Fulham

Le HSV prêt pour sa coupe ?

C'était le club allemand des années 80. Celui des Keegan, Magath, Hrubesch et autre Memering. Rentré dans le rang depuis, le Hambourg SV (HSV) est à 180 minutes d'une finale de Ligue Europa. Le dernier acte aura lieu à la maison, dans son antre du HSH Nordbank Arena. L'obstacle s'appelle Fulham. Une formalité ?

0 1
Wolfgang Rolff pourrait avoir sa statue dans la vitrine des trophées du club. En 1983, le défenseur central se coltine Michel Platini pendant 90 minutes en finale de C1 à Athènes. On lui prédit l'enfer. Archi-favoris, les Turinois s'inclinent finalement 1-0 sur un but de Felix Magath. Platoche n'a pas vu la gonfle du match. «  Les Allemands nous ont mangés » lâchera le numéro 10 de la Vieille Dame. Hambourg s'incruste sur le toit de l'Europe. C'était il y a 27 ans... A l'époque, l'entraîneur s'appelait Ernst Happel (le premier à avoir gagné deux C1 avec deux clubs différents), un maître tacticien. Depuis, le HSV est rentré dans le rang. Pourtant, le club du Nord de l'Allemagne est en demi-finale de Coupe d'Europe, comme l'an dernier. Tiens, tiens...

Défaits par leurs voisins de Brême au même stade de la compétition il y a un an (1-0, 2-3), le HSV n'a plus le droit de se rater. Pour cause, la finale se déroule à la maison. Le destin a donc été clément envers les hommes de Bruno Labbadia avec la venue de Fulham. Les Anglais découvrent les joutes européennes et squattent pour la première fois une demie. Le genre de découverte qui file la frousse. D'autant qu'à Hambourg, on a fait le serment de ne pas se laisser piéger comme l'an dernier. Pour cela, les Teutons envoient du bois sur la scène européenne. A domicile, ils restent sur six victoires et un nul. Pas question de galvauder cet avantage ce soir. Même si le retour aura lieu à Londres, les Allemands veulent faire la différence dès l'aller. Ils en ont les moyens, surtout offensivement.

Les anciens du Bayern

Renforcé par Ruud Van Nistelrooy en janvier (2 buts en Ligue Europa), l'attaque du HSV a fière allure. L'ancien avant-centre du Real Madrid est une menace à lui tout seul, même à 33 printemps. En Europe, il pèse 62 biftecks en 90 matches. Ca vous classe un bonhomme. A ses côté, Mladen Petric (blessé pour ce soir), José Paolo Guerrero et Marcus Berg complètent le carré d'as. Un quatuor impressionnant : rapide, vif, guerrier et habitué aux joutes européennes. Quatre nationalités, quatre styles différents. Mieux, la squad peut s'appuyer sur une pléthore d'anciens du Bayern : Guerrero, Zé Roberto (toujours aussi fringuant malgré son age), Trochowski et Jansen.

Mais c'est surtout défensivement que le HSV est costaud. Devant Frank Rost qui garde les bois du haut de ses 37 printemps, la défense centrale Mathijsen-Boateng offre une certaine garantie, surtout que David Rozenhal (ex-PSG) n'est jamais bien loin. Même privé de son arme létale sur les ailes, Elijero Elia (cheville en vrac), Hambourg part favori. Au milieu, le Tchèque Jarolim enterre tout le monde et ratisse comme jamais. Une équipe complète pour le tournoi continental, mais trop juste sur la scène nationale (septième de Bundesliga seulement). Autant dire que la Coupe d'Europe est le seul et unique objectif du club. Renouer avec le glorieux passé, ça n'a pas de prix. Toute la ville attend que le président de l'UEFA, un certain Michel Platini, remette la Coupe aux Allemands le 12 mai prochain. Wolfgang Rolff sera sans doute encore dans le coin, une bière à la main.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Heu...mouais. Sur les 4 derniers matchs du HSV en Europa ligue, je suis d'accord pour dire que l'attaque peut mener le danger à tous les instants, mais quand on sort que le duo défensif est un gage de qualité...mouais. Rozenhal et Mathijsen regorgent certes de beaucoup d'expérience, mais c'est pas pour autant un roc infranchissable, loin de là. Ils peuvent d'ailleurs remercier je ne sais qui s'ils n'ont pas pris plus de buts face à Anderlecht (aller et retour) et face au Standard (à l'aller seulement). Néanmoins, je les vois favoris ce soir.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 1