1. //
  2. // 25e journée
  3. // Nantes/Bastia

Le grand nettoyage de Printant

Nommé en remplacement de Claude Makelele il y a trois mois, Ghislain Printant a depuis redressé la situation désespérée du SC Bastia. Tant dans l'allure que la notoriété, l'ancien directeur de la formation bastiaise s'est avéré être le parfait contraire de l'ancien international français. Mais sans pour autant sortir de nulle part...

14 3
Début novembre, lorsque Pierre-Marie Geronimi intronise Ghislain Printant pour remplacer Claude Makelele, premier coach débarqué de la saison, le président corse pense faire du très court terme. Poser une résine pour combler la brèche, le temps de trouver un « vrai » remplaçant à l'ancien international français. Trois mois et demi plus tard, un constat s'impose : le Montpelliérain de naissance a remis le Sporting d'équerre, de quoi s'assurer de terminer la saison et peut-être de prolonger le plaisir après l'été.

« Pas programmé pour la Ligue 1 »


Une perspective tout sauf réaliste il y a encore trois mois, quand l'intéressé pour la première fois seul aux manettes à ce niveau se disait « pas programmé pour la Ligue 1 » . Sauf que le patron du SCB n'a pas mis longtemps à se faire une idée positive de sa « recrue » , déclarant après un nul contre Lyon le 22 novembre qu'il finirait l'exercice en cours avec son vrai-faux intérimaire : « Le travail fait depuis quelques semaines est très bon, les résultats, mais aussi la manière sont là. Plutôt que d'aller démarcher d'autres entraîneurs, on a préféré ne pas changer les choses. Les joueurs ont répondu à ses attentes. On sent un groupe qui est à l'écoute. » Tant pis pour les anciennes gloires locales Frédéric Antonetti et Frédéric Hantz, qui avaient été envisagées, tant mieux pour la belle histoire.

Ghislain Printant qui s'installe solidement sur le banc bastiais, c'est une leçon de modestie pour l'ensemble du football français. Ancien gardien amateur, il a vraiment débarqué dans le monde pro à 28 ans en devenant entraîneur des gardiens du Montpellier HSC entraîné par Aimé Jacquet. S'ensuit une parenthèse de deux ans à Marvejols Sports (1992-1994), le temps de remporter le championnat de promotion d'honneur et une Coupe de Lozère, avant de revenir s'occuper des portiers de la Paillade, puis des U16. Entraîneur de l'équipe B entre 2006 et 2010, il quitte Montpellier en 2010 sur une relégation de son groupe en CFA 2, pour devenir directeur de la formation bastiaise… Bien loin du curriculum vitae de Claude Makelele, avec ses sélections, sa finale de Coupe du monde et la Ligue des champions.

Jacquet, Cantona et l'Europe


Cette carrière de joueur modeste est probablement la force de l'entraîneur bastiais aujourd'hui. Conscient de ses limites dans le jeu, Printant se tourne rapidement vers le rôle d'éducateur et trouve sa vocation avant même d'avoir 20 ans en aidant les plus jeunes gardiens du MHSC. Son expérience la plus enrichissante ? Probablement les trois premières années dans le staff pro à Montpellier, où il côtoie non seulement Aimé Jacquet, mais aussi Michel Mézy, Henri Kasperczak et surtout la Coupe d'Europe lors de l'épopée 90-91 de la Paillade en Coupe des vainqueurs de coupes. Obligé de toucher à tous les rôles dans un staff restreint, Ghislain Printant ne se fait pas remarquer, mais emmagasine des connaissances et expériences, notamment dans la gestion de fortes personnalités comme Éric Cantona…

Inconnu du grand public, non détenteur du DEPF - ce qui oblige le Sporting à lui trouver un adjoint qualifié -, Ghislain Printant n'est donc pas en train de redresser Bastia grâce à la seule chance du débutant, mais avec l'expérience d'un homme de terrain qui a côtoyé la crème du métier. Depuis son arrivée sur le banc, Bastia affiche un bilan de 4 victoires, 5 nuls et 3 défaites en Ligue 1 - où les Corses ont pris leurs distances avec la zone rouge - et une qualification pour la finale de la Coupe de la Ligue arrachée à Monaco. Avant la demi-finale victorieuse, son briefing d'avant-match avait fait le tour de la toile et a depuis prouvé son efficacité. La marque d'un entraîneur qui se disait « pas programmé pour la Ligue 1 » par simple modestie, mais qui, depuis, a prouvé qu'il pouvait y mener sa barque.


Par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Le sporting a besoin d'homme de cette nature et non pas de coach star
On va avoir droit à tous les jeux de mots sur Printant...
Claude_Corti Niveau : DHR
Attention quand même à l'excès d'optimisme, une hirondelle ne fait pas le Printant !
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
14 3