Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du monde 2014
  2. // Groupe G
  3. // Ghana/États-Unis (1-2)

Les USA floquent les Black Stars sur leur drapeau

Outsider sur le papier, le Ghana a fait un très mauvais match pour son entrée en Coupe du monde. Comme à son habitude, la Team USA en a profité pour ramasser les trois points.

Modififié

Ghana - États-Unis
(1-2)
A. Ayew (83') pour Ghana , C. Dempsey (1'), J. Brooks (85') pour États-Unis.


Les joueurs du Ghana sont arrivés dans le stade en chantant, avec Michaël Essien en chef de file et à la percussion. Une image sympa, mais qui est toujours un peu à double tranchant. Derrière, il faut assurer sur le terrain. Et là, les Black Stars ont été extrêmement faibles. Pas de jeu collectif, pas de percussion, pas de solidité derrière. Une grosse déception, qui, couplée à la prestation un peu plus tôt du Portugal, prouve que le « groupe de la mort » a été désigné un peu trop vite. La sélection américaine a fait ce qu'elle a toujours fait : rester à sa place, être consciente de ses limites, mais tout donner. Un véritable remake de l'édition de 2002 où ils avaient sorti un des favoris en poule, le Portugal.

Dempsey ouvre la porte John Boye sans clef

Au moment de démarrer la rencontre, le Ghana a au moins autant fière allure que la sélection de Figo à l'époque. Pour que Michaël Essien et Kevin-Prince Boateng se retrouvent sur le banc de touche, c'est que le 11 a de la gueule. Tout semble fait pour mettre les frères Ayew dans les meilleures conditions : André joue 10, avec Muntari et Rabiu en soutien, Jordan est l'une des trois flèches de l'avant, avec Gyan et le petit Atsu, qui a fait parler de lui au Vitesse Arhnem. Tout ça, c'est bien joli, mais quand il n'y a pas de défense, ça ne sert pas à grand-chose. Et il ne faut que trente secondes à Dempsey pour justifier son statut de leader Stars and Stripes : un petit slalom suivi d'une belle frappe croisée, qui rappelle à tous pourquoi John Boye n'est pas titulaire dans un Rennes en crise. Le Ghana finit par prendre le contrôle du match au bout de 10 minutes de jeu. Mais sans parvenir à être dangereux. Que des centres dans la boîte, pour personne. Lot de consolation, la sélection américaine s'amenuise toute seule. Jozy Altidore se claque sur un sprint et sort sur civière, Dempsey se fait arracher le nez dans un duel aérien, Besler se tient la cuisse après une intervention derrière. Mais Jordan Ayew rate la balle d'égalisation, servi en retrait par un Atsu qui était parti à toute vitesse.

L'entrée de Boateng change le visage du Ghana

L'attaquant prêté à Sochaux sortira peu avant l'heure de jeu. Sans avoir rien montré. À la place, KP Boateng apporte une capacité à conserver la balle en attaque, ce qui n'est pas négligeable. Sauf que, très vite, le joueur de Schalke cède à la tentation des frappes qui partent directement en tribunes. Si Gyan se procure deux occases, on ne voit sur le terrain que Jermaine Jones. C'est simple, le milieu du Beşiktaş contre tous les ballons, peu importe où ils sont joués sur le terrain. Si le reste de son équipe tire de plus en plus la langue à l'image du Nantais Bedoya, à deux doigts du claquage à chaque intervention, le Ghana est tellement faible que ça suffit. Pas un centre n'arrive sur la tête par exemple d'un André Ayew, pourtant pas mauvais dans l'exercice. Le joueur formé à l'OM a tout de même une bonne talonnade de Gyan dans la surface à dix minutes de la fin. Il en profite pour égaliser de l'extérieur du pied. Les Black Stars se voient revenir. Mais c'est oublier un peu vite la faiblesse de la défense, qui concède un corner bêtement, avant de voir le jeune Brooks fausser la compagnie de Boye, encore lui, pour placer une tête victorieuse.

Par Romain Canuti
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25