Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Gazélec-Lyon (2-1)

Le Gaz' étouffe Lyon

Une nouvelle fois catastrophiques, les Lyonnais se sont logiquement inclinés sur la pelouse du GFC Ajaccio (2-1). Les Corses poursuivent leur très belle série, alors que les Lyonnais s'enfoncent un peu plus dans la crise.

Modififié

Gazélec FC Ajaccio 2-1 Olympique lyonnais

Buts : Larbi (32e et 67e) pour le Gaz' // Grenier (72e) pour l'OL

Cette fois, plus rien ne sauvera Hubert Fournier. Déjà plus que menacé avant le début de cette rencontre face au Gazélec Ajaccio, le technicien lyonnais a décidé de tenter le tout pour le tout avec un 3-5-2 inédit et une charnière centrale expérimentale (Koné – Gonalons – Mapou). Seulement, cette rencontre a finalement été un condensé de la première partie de saison des Gones. Un blessé dès le début du match (Rafael), symbole de la malchance ou de la très grave incompétence du staff médical lyonnais, une défense à la ramasse, des erreurs individuelles, des attaquants maladroits dans le meilleur des cas, ou tout simplement inexistants... Mais bien plus que l'avenir d'un coach, c'est l'avenir de l'équipe qui doit inquiéter le président Aulas, tant elle a une nouvelle fois déjoué cet après-midi en Corse. Aucun mouvement, aucune volonté de révolte, aucune unité. Le nom du successeur de Fournier n'est pas encore connu, mais une chose est sûre, il aura énormément de boulot.

Ducourtioux non, Larbi oui


Personne n'aurait imaginé il y a encore quelques mois que l'Olympique lyonnais ne serait pas grandissime favori face aux promus du Gazélec. Pourtant, au coup d'envoi, les Gones n'ont pour autre mission que d'arracher une victoire face à une équipe, elle, en pleine bourre. Dans son 3-5-2 inédit, l'OL démarre plutôt bien sa rencontre. Les Corses jouent la majorité de leurs contres à fond, en utilisant bien évidemment les ailes. Après une combinaison simple sur corner, David Ducourtioux force Lopes à employer ses deux poings pour dévier une lourde frappe (6e). Dans la foulée, le même Ducourtioux croit ouvrir la marque sur un nouveau corner, mais M. Delerue siffle une faute imaginaire sur Koné (11e). Les Lyonnais s'en sortent bien, mais ne devraient pas résister longtemps, tant ils sont incapables d'enchaîner deux passes. Rafael cède sa place à Ferri au quart d'heure de jeu, une minute après être devenu le 23 947 476e blessé lyonnais cette saison.

Après le premier beau mouvement lyonnais, le nouvel entrant déclenche une belle frappe aux trente mètres (20e), mais voit sa tentative frôler le montant de Maury. Les Gaziers continuent de bien exploiter les côtés du terrain, mais gagneraient peut-être à garder le ballon plus longtemps dans les pieds. Après une remontée de balle de Gonalons, Cornet est servi sur un plateau d'argent, mais prend trois heures et demie pour armer sa frappe et est logiquement contré (28e). Dans la foulée, Gonalons, sans doute inspiré par Koné et Mapou, commet une bourde incroyable et laisse Larbi tromper Lopes tranquillement (32e). Aucun Lyonnais ne semble capable de mener une quelconque révolte. Tout le contraire du Gazélec, qui, uni, essaye d'enfoncer le clou. Juste avant la pause, Anthony Lopes sort une nouvelle parade exceptionnelle pour empêcher les Gones de sombrer. Malheureusement, Beauvue n'en profite pas et vendange une belle occasion avant d'aller se reposer quinze minutes.

Un doublé et un sursaut


Dès le retour des vestiaires, les Corses s'emparent du ballon et continuent de malmener la défense adverse. Les Gones sont en retard dans tous les duels et n'arrivent même pas à se montrer dangereux sur coup de pied arrêté. Il faut attendre un centre dévissé de Tolisso pour frissonner un peu (55e). À l'heure de jeu, le rythme devient soporifique. Même les Gaziers, jusque-là entreprenants, se contentent de faire tourner. Les duels sont nombreux, les fautes aussi, le constat est simple : on s'ennuie de plus en plus. Hubert Fournier décide alors de changer de tactique en faisant entrer en jeu Rachid Ghezzal à la place d'Henri Bedimo (65e). Et ça marche ! Le match devient immédiatement plus animé. Sur une belle relance, Larbi profite de la glissade de Gonalons et s'offre un doublé (67e). Quelle première partie de saison satisfaisante pour les Corses, qu'on n'attendait pas si haut dans le classement.


Dans la foulée, Ghezzal se promène sur le côté et centre pour Grenier qui n'a plus qu'à pousser la balle au fond des filets (72e). Juste pour Clément Grenier, qui avait lancé l'action et qui est de loin le meilleur Lyonnais sur la pelouse cet après-midi. Le match change alors un peu de physionomie, et les Corses sont un peu pris entre deux feux, hésitant entre continuer à attaquer ou jouer plus bas et se contenter de défendre pendant les dix dernières minutes. Sur coup franc, Jérôme Le Moigne passe tout près d'inscrire un troisième but, mais Anthony Lopes est encore une fois sur la trajectoire du ballon (81e). Sur un dernier festival de Boutaïb, Lopes sort une nouvelle parade avant de rentrer à la maison, la queue entre les jambes.


Par Gabriel Cnudde
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
il y a 12 heures Tex est en Russie pour la Coupe du monde ! (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 28: L'Angleterre encore à la peine, la diète de Fekir et des « blagues » japonaises Hier à 16:59 Froger vers l’USM Alger Hier à 12:15 Un supporter mexicain fait sa demande en mariage après la victoire 9 Podcast Football Recall Épisode 27 : Neymar boit la tasse, l'Allemagne KO et Thauvin à terre