1. //
  2. // Bayern/Inter (2-3)

Le frisson Inter

Mardi soir, il n'y aura officiellement plus aucun club italien engagé en Coupe d'Europe. Tout le monde y croyait. Sauf l'Inter, victorieuse à Munich.

Modififié
0 34
Une chose à retenir jusqu'à la fin de la saison : ne jamais vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Ou plutôt, la version 2011 : ne jamais vendre la peau de l'Italien avant de l'avoir éliminé. Non, l'Italie du football n'est pas morte ce soir. Non, toutes les équipes italiennes ne sont pas éliminées des compétitions européennes. L'Inter Milan, peut-être la moins italienne des Italiennes, est en vie. Et bien en vie. Au terme d'un match exceptionnel d'intensité, de rebondissements et de frissons, les Champions d'Europe en titre se sont qualifiés pour les quarts de finale de la Ligue des Champions, en éliminant le Bayern Munich en ses terres (2-3). Les Bavarois ont longtemps cru pouvoir se débarrasser du dernier des Mohicans d'une nation qui, avant le coup d'envoi, avait mal à son football. Le Champion en titre qui se fait sortir par celui qu'il avait battu, en finale, en mai dernier. Le scénario était parfait, la boucle bouclée. Mais Leonardo n'aime pas les scenarii déjà écrits. Lui qui avait dit qu'il ne voulait pas devenir entraîneur. Lui qui avait juré amour au Milan AC. L'ancien Parisien réalise le plus gros coup de sa jeune carrière de coach, et il le fait avec les couleurs de son ancien ennemi juré. Ainsi, l'Inter balaye d'un revers la fameuse crise du football italien. Celle qui dure depuis quatre ans. Quatre années où deux clubs italiens ont remporté la C1.

Déjà, l'entame de match laisse présager un happy end pour les Interistes. Après une minute de silence pour les victimes de la catastrophe au Japon (chair de poule gratuite pour tout le monde), l'Inter part tambour battant. La défense bavaroise se met à peine en place que Pandev sert Eto'o dans l'intervalle. Frappe croisée. Ça va vite, trop vite. 1-0. Les compteurs sont remis à zéro. Mais au lieu de se laisser abattre, les Munichois se ruent à l'assaut, piqués à vif et dans l'orgueil. Leonardo comprend alors qu'il va passer une sale première période. La pression du Bayern s'accroit de minute en minute, même si le public de l'Allianz Arena attend encore une première occasion à se mettre sous la dent. Mais au final, pourquoi attendre une occasion lorsque l'on peut avoir directement un but ? A la 21ème minute, les trois acteurs principaux du match aller offrent un remake du but décisif de San Siro. Robben frappe, Julio César joue à la savonnette avec le ballon, et Mario Gomez, en bon renard, claque le cuir au fond des filets. Le portier interiste a beau hurler toute sa rage contre lui-même, il vient d'ouvrir la porte à la déferlante du Bayern. Ribéry et ses potes passent en mode ultra-offensif. Julio Cesar se rattrape en repoussant une frappe de Gomez, mais ne peut rien sur un petit piqué de Müller, qui profite d'une passe décisive involontaire de Thiago Motta. 2-1 en dix minutes. A ce moment-là, le Bayern est loin, trop loin pour l'Inter. L'addition pourrait même être plus salée, mais Ranocchia sauve sur la ligne un ballon destiné à finir au fond, tandis que Julio Cesar fait des miracles sur Ribéry, puis sur Robben. Un vrai beau match de Ligue des Champions.

En début de seconde période, la tactique du Bayern est claire : attendre l'adversaire. L'Inter ne se fait pas prier et prend en main les rênes du match. Mais les joueurs de Van Gaal sont bien regroupés en défense, et le seul Eto'o ne peut pas toujours faire des miracles à lui-seul. Finalement, le tournant du match se passe entre la 62ème et la 63ème minute. Mario Gomez expédie une volée que Julio Cesar sort de la lucarne. Ça aurait fait 3-1. Bah non, ça fait 2-2. Sur la contre-attaque, Eto'o sert Sneijder qui trouve le petit filet opposé d'une frappe croisée. Le public allemand commence à sérieusement avoir les chocottes, surtout que son équipe ne produit plus rien. Sneijder est décidément le plus remuant des siens, et s'offre deux nouvelles balles de but, repoussées par la défense adverse. Le temps s'écoule et l'Inter se dirige inexorablement vers la sortie. Leonardo regarde sa montre. Une fois. Deux fois. Dix fois. Il est à deux doigts de faire tomber le costard, mais garde sa classe habituelle. Et puis Goran Pandev le maudit surgit. Lui qui avait tout raté vendredi face à Cesena. Lui qui avait promis un but aux tifosi pour se racheter. Jamais parole n'avait été aussi bien tenue. A une minute du terme, le Macédonien, servi par Eto'o (encore), sort de sa torpeur et inscrit le but qui envoie au paradis toute une équipe, tout un peuple, tout un pays. Les joueurs du Bayern sont à terre. Ce soir, ils peuvent nourrir de véritables regrets tant leur première période a été parfaite. Mais l'Inter ne meurt jamais. Surtout lorsque l'honneur est en jeu. Ses futurs adversaires sont prévenus.

Achetez vos billets pour l'Inter de Milan maintenant !



Eric Maggiori

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Ce soir je mérite le titre de footix. Si j'écrivais ce que je pensais, la licra me tomberai dessus. Pensée salace sur l'Italie.

Bordel J'ENRAGE !!!
Paul FC Bayern, c'est sur les brésiliens que tu devrais enrager!!
Comment le Bayern se met à acheter des brésiliens de merde comme une vulgaire équipe portugaise???
Celui qui doit démissionner au Bayern , c'est celui qui a décidé de ne recruter personne en défense centrale alors que l'an passé, leurs défenseurs se faisaient battre au duel comme aucune équipe de L1.
Enfin, le Bayern ne dépend que d'un seul homme, Robben! Une fois sorti, c'était fini, Ribery a été monumental mais pas décisif alors que Robben l'a été deux fois.
Très triste pour le foot parce que le Bayern m'a offert le plus beau spectacle offensif qu'il m'ait été donné de voitr depuis des années en première période surtout les coimbinaisons Robben-Ribery, de purs chefs d'oeuvres.Très triste....
Ben moi, je suis euphorique!

J'aurais pas misé un centime sur l'Inter.

Première grosse sensation de la saison en Champions!

Forza Inter!
@ paul:

bayern a casa, a casa, a casa !!!!

ben vas-y mon footix, sors nous ta jolie poésie, n'hésite pas!
en attendant comme tu dirais, les macaroni ont t'ont bien fait bouffer ta wurst !

FORZA INTER
Van Bommel a bien manqué! Remplacer Van Bommel par Gustavo, c'est une faute professionnelle!
@feodalorer :

C'est bon c'est retombé...

Ce qui me fait enrager, en effet, c'est le non recrutement de défense. Pourtant il ne manque vraiment pas grand chose à cette équipe pour tutoyer les sommets (et ne plus dépendre que de Robben), mais sur les sommets, pas grand chose est déjà énorme...

Je sens que ça va recruter sec cet été, en même temps, on est un peu obligé. Même un gardien, honnêtement.

Content déjà que quelqu'un ai apprécié le bayern, si mal aimé à défaut.
@ glorious inter bastard :

Oh non, tu voudrais pas l'entendre, dsl, soir de match je suis de mauvaise fois mon ami. Et tu viendrais jusqu'en Norvège pour m'en coller une.

Mais rassure toi, suis integre de temps en temps...
Je ne sais pas si être en extase devant la victoire de l'Inter ou en pleine dépression parce que j'en suis réduit à ça... Mais bon l'Intérêt de l'Italie prévaut sur celui du seul Milan. Non seulement le foot italien n'est pas mort, mais il a bien remis le foot allemand à sa place, en bon 4ème du classement UEFA!
Milaniste également mais très content que l'inter passe, rien que pour le caractère de cette équipe. Je regrette en même temps que le bayern sorte si tôt. Si seulement on avait eu un MU-Bayern que l'inter et le bayern soient toujours en course... enfin un prono de bon pour moi dans ces 8èmes!
Le Clubissimo, ne jamais l'enterrer qu'on vous dit...
Eto'oooo, Eto'ooo!!!
Quel match, Sneijder,Coutinho, Chivu Tout le monde s'est battu comme des morts de faim!

Forza Inter, Grazie Leo
Enorme Enorme !!!!! Un match mythique, le match de la saison !!! Et voir les supporters allemands depités est un plaisir sans fin :-) le bayern, equipe chanceuse par excellence, enfin battu a son propre jeu, comme une justice divine.
FORZAAAAA INTEEEEEEEEEER
@ paul:

non, si je vais jusqu'en norvège ce ne sera certainement pas pour t'en coller une mais pour m'en coller une bonne à l'aquavit!

je reconnais que le bayern m'a fait très peur en première mi-temps. les bavarois auraient mérité de rentrer aux vestiaires avec au moins un but de plus! mais bon, heureusement pour moi le bayern a été malchanceux et n'a pas pu tuer le match. et puis bon, la position de eto'o sur le premier but est litigieuse...
mais l'inter a su se battre quand il le fallait et arracher cette victoire qui fera date dans sa saison.
quant à pandev, je n'ai pas arrêté de pester tout le match contre lui et il marque le but de la victoire, je l'en remercie.

"siamo l'armata nerazzurra e mai nessun ci fermerà"
E grazie mille a eric per i tuoi articoli :-)
C'est Mourinho et Figo qui peuvent etre fiers ce soir! Bravo!! J'espere un quart Barça-Inter pour botter le cul des nains dopes!
" L'Inter Milan, peut-être la moins italienne des Italiennes"
Ca devient moins vrai aujourd'hui...Contre l'Allemagne, l'Inter est le Grand d'Italie qui a fourni le plus de titulaires à la Squadra : Pazzini, Ranocchia et Motta. OK, ce dernier est autant italien que Santos est tunisien...mais il a des ancêtres ritals qui lui ont permis d'êre là!
L'Inter est un club italien. L'identité d'un club, c'est son histoire, ses couleurs, ses supporters. La nationalité des joueurs est secondaire.

Faut arrêter avec cette histoire.

Et puis, comme son nom l'indique, l'Internazionale est un club à vocation internationale!

J'en reviens toujours pas de ce qu'a fait cette équipe, hier!

Le seul club qui se qualifie avec le retour à l'extérieur!

En même temps, c'est le tenant.

Ce sera dur d'aller chercher le trophée une seconde année consécutive. Mais pas impossible.
Et vous vous êtes des français supportant des clubs étrangers. Devez pas souvent mettre les pieds dans un stade.
on n'entend pas dire qu'Arsenal n'est pas une équipe anglaise
Voilà Ronaldo qui vient monter son intelligence sur des articles autres que Barça et Real!

tu dois avoir un gros problème psychologique de tout ramener au Barça, toi qui les détestent pourtant tellement!

Ici, c'est Bayern-Inter, Bratwurst-Spaghetti!

Et hier soir, c'était un match magnifique, les bratwurst ont été bien grillées et les spaghettis étaient Al Dente!
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
L'OM sort sans rougir
0 34