Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Barrages
  3. // Fenerbahçe-Vardar Skopje

Le Fener' en recherche d'air

Battus 2-0 sur la pelouse du modeste Vardar Skopje, Fenerbahçe est déjà à un point de bascule de sa saison. Une chute du mauvais côté, et la crise pointerait. Un phénomène finalement plutôt récurrent dans l'histoire du club, avec lequel Mathieu Valbuena va devoir apprendre à composer.

Modififié

Lennon, Tupac, Kennedy. Comme dans chaque cas d’agression sévère sur célébrité, le premier réflexe du curieux consiste à taper le nom de l’assaillant sur Internet. Lorsqu’il ne s’agit pas d’un membre de la famille, les forces de police ont le plus souvent affaire à un illustre inconnu, meurtrier plus ou moins improvisé et débordé par sa passion – dans le premier cas – ou par sa haine – dans les deux suivants. Concernant l’attaque du 17 août dernier perpétuée à la Philip II Arena sur le Fenerbahçe SK, soyons justement vigilants à orthographier correctement le matricule du suspect : V.A.R.D.A.R S.K.O.P.J.E. Provenance : Macédoine. Casier sportif : vierge. Car en s’imposant presque anonymement 2-0 sur sa pelouse face au géant turc, ce petit club d’Europe du Sud est en passe d’accéder pour la première fois de l’histoire du football macédonien à la phase de poules de la Ligue Europa. Et, si le score venait à se confirmer, d’éjecter Fenerbahçe hors des joutes européennes, tant pis pour Van Persie.

Isla pas bonita


« De manière générale, les résultats de Fenerbahçe font les gros titres dans la presse turque, que l’équipe gagne ou perde. Mais en ce moment, tout le monde n’a que ça à la bouche, le club subit une grosse pression pour ce match retour. » Pour Bagis Erten, chroniqueur turc pour le journal Cumhuriyet, le pâle début de saison du Fener’ se situe déjà à un point de bascule. En championnat, les Bleu marine et Jaune pointent à la 13e place après deux journées, la faute à deux pauvres matchs nuls 2-2 face à Göztepe et Trabzonspor. Le recrutement d’été était pourtant, comme chaque année, porteur d’espoir. « Sexy » diront les audacieux, « malin » , pour les plus prudes. Contre 22 millions d’euros, le club a vu débarquer un nouvel entraîneur, Carlos Kameni, Mathieu Valbuena, Guiliano, Mauricio Isla, Nabil Dirar et Roberto Soldado, auxquels s’ajoutent neuf autres recrues libres.


Problème, l’intégration n’est pas aussi rapide qu’espérée comme l’explique Erten : « Il y a eu beaucoup de recrues au mercato, beaucoup. Valbuena par exemple, est l’un des meilleurs joueurs de Turquie, il est incroyable. Mais Isla n’est pas si bon que cela, et le club a des faiblesses en défense à cause du transfert de Simon Kjær à Séville. » Pire, «  Fenerbahçe a encaissé neuf buts en cinq matchs depuis le début de saison, et quasiment toutes sont consécutives à un coup de pied arrêté ou une erreur du gardien. » Pour dire vrai, le déclin de l’empire ne date pas d’aujourd’hui. Entamé depuis 2014 et la perte du titre au profit de Galatasaray puis du Beşiktaş, le Fener est désormais de plus en plus menacé de passer quatrième dans la hiérarchie turque. Impensable il y a encore trois ans.

«  Les crises font partie de l'histoire du club  »


Depuis 2013, les dirigeants croquent les entraîneurs comme des pides aux tomates séchées. Quatre coachs en quatre ans, avant le retour cette année d'Aykut Kocaman, dernier en date à avoir tenu plus d’une saison, entre 2010 et 2013. « Le plus grand problème du club est ce qui faisait auparavant sa force : l’unité entre les joueurs, les supporters et les dirigeants, estime Bagis Erten. Il y a trois ans, le stade Sükrü-Saraçoglu était le plus rempli de Turquie avec 25 000 personnes. L’an dernier, la moyenne d’affluence était seulement de 15 000 personnes.  » Les décisions de la direction ont progressivement grignoté la confiance des ultras, plongeant dans le doute un effectif pourtant hyper talentueux sur le papier. En témoigne sa troisième place lors du dernier championnat de SüperLig, une première depuis la catastrophique saison 2008-2009. Pour le journaliste, «  Si le club se qualifie, je pense qu’il va se stabiliser. En revanche, s’il perd et que les résultats continuent ainsi pendant trois-quatre semaines, tout sera sens dessus dessous. Fenerbahçe est un club qui vit avec les crises, elle font partie de son histoire. »


En disputant le match retour à domicile, les Turcs s’assurent un soutien appréciable face à une enseigne peu habituée à la pression européenne. Bagis Erten, prolixe, estime en tout cas que le gros « a ses chances » . Et d’ajouter : « Ils ont eu beaucoup de possibilités au match aller, et le Vardar a marqué de manière chanceuse. Il faudra jouer agressivement, là est la clé. » Car après l’élimination de Galatasaray au tour précédent face aux Suédois d’Östersund, la carte du football du pays prendrait un sacré coup de lifting. Comme JFK.

Par Théo Denmat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:04 Euro Millions : 130 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:30 La LFP doit verser 2000 euros à Luzenac 18 Hier à 15:20 Virtus Entella bientôt réintégré en Serie B ? 7 Hier à 14:50 Un groupe lance une chanson géniale pour Bielsa 19 Hier à 13:47 Un club de 3e division espagnole ne veut plus que Vinicius Jr joue 46
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom