En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 13 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Metz-Monaco

Le FC Metz a-t-il cicatrisé ?

Ce vendredi soir, le FC Metz reçoit l'AS Monaco. Le moins que l'on puisse dire, c'est que le club de la Principauté avait traumatisé les Messins l'année dernière (0-7). Dix mois plus tard, les hommes de Philippe Hinschberger s'en sont-ils remis ?

Modififié
Le 1er octobre 2016, l’AS Monaco adopte une nouvelle résolution : infliger le plus de corrections possibles jusqu’à la fin de la saison. Et pour marquer le coup, les hommes de Leonardo Jardim décident de frapper fort en claquant un retentissant 7-0 aux Messins à Saint-Symphorien. « On a été les premiers d’une longue série à prendre plus de quatre buts contre Monaco » , confirme Philippe Hinsgberger. 6-2 contre Montpellier, 6-0 contre Nancy, 5-0 contre Bastia, 4-0 contre Marseille, Bordeaux, Lorient, Nantes et Lille... Les branlées se suivent et se ressemblent. Et Metz n’y coupe pas au match retour, en allant prendre également un cinglant 5-0 à Louis-II. « C’est sûr que je suis très, très copain avec Leonardo Jardim depuis la saison dernière » , concède un coach lorrain condamné à prendre cela avec humour. Ce vendredi soir, il retrouve son bourreau, mais ne tremble pas.

Hinschberger : « On passe vraiment pour des cons »


« C’est sûr que ça fait mal sur le moment parce qu’on passe vraiment pour des cons. » Philippe Hinschberger ne s’en cache pas, la pilule a été dure à avaler même si « dans le football, on n’a pas le temps de s’apitoyer trois jours sur une défaite » . La première raclée infligée à domicile à eu un effet de surprise, une tempête qui a tout emporté. Mais de la seconde, l’entraîneur messin se souvient surtout de son équipe qui entre très mal dans le match, qui regarde jouer ses adversaires, qui prend trois buts en vingt minutes et qui lâche ensuite complètement la partie. « On n’a pas été au niveau deux fois contre cette équipe, et ça nous a donné des vraies pistes de réflexion pour nous améliorer contre les gros cette année » , préfère-t-il analyser. Le FC Metz, qui a également souffert contre Lyon l’année dernière (8-0 sur l'ensemble des deux matchs), sait sur quoi travailler pour mieux résister aux grosses écuries : plus d’engagement, un bloc plus resserré, des remontées de balle plus précises et piquantes pour faire douter l’adversaire, et surtout plus de concentration sur les coups de pied arrêtés. « Si on est spectateurs, on sait qu’on va se prendre une tôle. Il ne faut pas refaire les mêmes erreurs. »

Un levier psychologique


Humiliés la saison passée, les Messins ont à cœur de prendre leur revanche et prouver leur valeur. « J’espère que ça peut être un levier psychologique. Que mes joueurs se disent : "Cette fois-ci, ça ne va pas se passer comme ça", admet Hinschberger avant de tempérer. Mais ce n’est pas en hurlant dans les vestiaires tous les jours qu’on est passés pour des abrutis et qu’il faut se bouger le cul que je vais permettre aux gars de faire un bon match. C’est plus complexe. » Surtout que les données ont changé. « C’est une autre année, un autre match, une autre équipe de Monaco et une autre équipe du FC Metz. » Malgré le départ de quelques joueurs importants, l’AS Monaco reste une machine parfaitement huilée, avec des joueurs qui se connaissent bien et qui viennent encore d’inscrire sept buts en deux matchs pour commencer la saison. Mais même si le coach messin est le premier à en être conscient, il est persuadé que les conditions ne sont pas les mêmes que l’année dernière.

Ne pas se tromper de combat


De toute manière, la pression n’est pas sur les épaules du FC Metz ce vendredi soir. D’un côté, une équipe qui se bat pour le titre et qui n’a pas le droit à beaucoup d’erreurs pour rivaliser avec l’ogre parisien bien renforcé par le mercato estival. De l’autre, une formation qui sait que son combat n’est pas là. « Il ne faut pas qu’on se trompe de championnat. En toute humilité, on joue Monaco et le PSG lors des trois prochaines journées, on ne devrait pas faire beaucoup de points, dit sans détour l’entraîneur lorrain. Ce n’est pas qu’on manque d’ambition, c’est qu’on est réalistes. L’année dernière, on s’est maintenus. On peut prendre des branlées tant qu’on remporte les matchs qu’il faut. » Perdre contre Monaco n’est pas une catastrophe pour le FC Metz, c’est presque dans la logique des choses. En revanche, ce sont les déconvenues contre des concurrents directs comme le 5-1 contre Lorient, le 3-0 face à Caen et le 4-0 à Nancy qui sont « inacceptables » . « Le résultat contre Monaco m’importe peu. Je veux qu’on joue notre chance à fond, qu’on montre un nouveau visage conquérant pour se mettre en confiance pour les matchs importants qui arriveront » , conclut Philippe Hinschberger.

Par Kevin Charnay Propos de Philippe Hinschberger recueillis par KC
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 17:42 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 Hier à 17:56 Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 6
Hier à 15:02 Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 23 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 Hier à 11:49 Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
mercredi 17 janvier 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 16 mercredi 17 janvier Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 7
À lire ensuite
40 nuances de Thierry Henry