1. //
  2. // 15e journée
  3. // Augsburg/Bayern Munich

Le FC Augsburg, l'autre ogre bavarois

Le Bayern Munich va faire 86 kilomètres pour se rendre sur la pelouse d'un FC Augsburg qui n'en finit plus d'étonner. 3e de Bundesliga, le FCA compte actuellement 8 victoires pour 6 défaites. En gros, une équipe qui ne se prend pas beaucoup la tête. Et ça lui réussit plutôt pas mal.

10 6
Quand il prendra sa retraite, la populace d'Augsburg érigera une statue à l'effigie de Sascha Mölders. Pour ses services rendus au FCA, bien sûr, notamment pour son but face au Bayern Munich le 5 avril dernier, le seul de la rencontre, qui met fin à une incroyable série de 53 matchs sans défaite du Rekordmeister en Bundesliga. Ce jour-là, la terre a tremblé en Bavière : le petit FCA a mis à terre le géant munichois. Alors oui, le Bayern était déjà champion, mais quand même : on parle là d'Augsburg, une équipe qui vivait sa troisième saison dans l'élite, avec un des plus petits budgets de Bundesliga. D'ailleurs, il n'y a pas que ce match : toute la saison relève de l'exploit. Les Souabes de Bavière ont fini 8es du dernier exercice, à une place de l'Europe. Ça, personne ne l'avait vu venir. Surtout pas les copains de 11Freunde, qui les avaient comparés - pour se marrer - aux Jamaïcains de Rasta Rocket : ils amuseront la galerie, mais ils finiront par descendre, avaient-ils prédit. Et si ce n'était pas le cas, ils iraient faire du bobsleigh avec eux. Dont acte.

Youtube

Markus Weinzierl, le magicien


Si ça marche du côté d'Augsburg, c'est d'abord grâce à un joli tandem, composé de Stefan Reuter et Markus Weinzierl. Champion du monde en 1990, l'ancien joueur du Bayern, de la Juve et du BVB est arrivé fin décembre 2012 au poste de manager. À l'époque, Weinzierl était déjà en place, mais avait l'air de pas mal galérer : à la mi-saison 12/13, le FCA était plutôt en galère, avec 9 malheureux points au compteur. Néanmoins, Reuter a été séduit par le personnage de Weinzierl. « Lors de la trêve, il m'a fait une très bonne impression. C'est quelqu'un d'authentique, de très clair, très ambitieux aussi, qui a les bons mots pour ses joueurs. Il a un plan pour son équipe, il sait comment la pousser. Et il le fait super bien. » Markus Weinzierl se débrouille tellement bien qu'il a réussi à glaner 24 points lors de la Rückrunde (phase retour) 12/13 et à se maintenir lors de la dernière journée.

24, c'est devenu le minimum de points engrangés par Augsburg lors d'une partie de saison. Des points pris par une équipe composée essentiellement de gars qui en ont gros sur la patate, comme Jan-Ingwer/Jean-Gingembre Callsen-Bracker (ex-Bayer), Daniel Baier (ex-Wolfsburg), Raúl Bobadilla (ex-Gladbach) ou encore Halil Altıntop (ex-S04 et Trabzonspor). Ce à quoi il faut ajouter quelques paris, comme par exemple Matthias Ostrzolek ou encore André Hahn, le tout coaché par un Markus Weinzierl qui a mis en place un 4-1-4-1 que ne renierait pas Pep Guardiola. D'ailleurs, ce n'est pas un hasard si le coach du FCA a été entraîneur de l'année 13/14 par les joueurs de Bundesliga la saison dernière avec 30,7% des votes, devant le Catalan (25,6%) et Jürgen Klopp (18,6%).

Un président avec ses supporters


Bien entendu, lorsqu'une équipe de ce calibre arrive à livrer une saison d'aussi bonne facture, il n'est pas rare de voir des prétendants toquer à la porte, pour embarquer les meilleurs éléments. Ainsi, Ostrzolek (HSV) et Hahn (Gladbach) ont quitté le navire du FCA cet été. Mais qu'importe : les Souabes de Bavière n'ont pas vraiment l'air d'en souffrir. Tout comme ils n'ont pas l'air de souffrir de ne pas jouer la Ligue Europa, au terme d'une seconde partie de saison assez exceptionnelle (38 points sur 52 possibles). Le FCA veut grandir tranquillement, ne veut pas se prendre la tête dans son SGL Arena, un stade flambant neuf dans lequel il régale en moyenne 29 106 spectateurs depuis le début de la saison (sur 30 660 places disponibles, soit un taux de remplissage de 94,93%). À Augsburg, on est à la cool. La preuve avec le nouveau président Klaus Hofmann, qui vient tout juste d'entrer en fonction à la place de Walther Seinsch (14 ans à la tête du club) et qui préfère les places debout aux loges VIP. Et qu'importe si Mölders ne marque pas le seul but de la rencontre, qu'importe si le Bayern l'emporte. Les supporters du FCA ne cracheront pas sur leur équipe, comme le dit si bien le refrain de l'hymne du club : « Depuis 1907, nous sommes là pour toi / et pas seulement le samedi / Rouge, vert, blanc / ce sont les couleurs de notre rêve, qui s'appelle FC Augsburg / et on porte dans notre cœur cette / beeeeeeeelle ville / avec les fans les plus formidables / tout le moooooonde ne peut pas en dire autant / tu es notre gloire / notre FCAlalalalalala... » .

Youtube


Par Ali Farhat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Tusche mon pote Niveau : District
Très chouette équipe. Et le stade est vraiment sympa avec ses tribunes très raides qui donnent l'imression d'etre proche du terrain.
Avec la descente du 1.FC Nüremberg et l'impossibilité d'avoir des places pour les matchs du Bayern, Augsburg reste le meilleurs moyen de profiter de la Bundesliga en Bavière cette saison.
Ouais, ils sont pas mal sur cette première partie de saison, dans la continuité de la saison dernière. Mais leur 3ème place, même si ils sont solides, ils la doivent en grande partie au fait que des équipes comme le BVB, le Bayer, Schalke ou Gladbach dans une moindre mesure, n'ont pas fait une super Hinrunde et galère un peu. Viser l'Europa League, ils peuvent se le permettre mais si toutes les autres équipes cités plus haut se mettent à jouer ça va être dur pour eux.
Sur le papier c'est moins que l'Eintracht par exemple. Mais la stabilité, l'humilité et la gestion du Club (coucou le HSV) fait la différence. Ils ont d'abord l'idée de ce maintenir avant toute chose et l'effectif à peu bouger. Un candidat serieux à l'europe non (enfin pas cette saison je pense, mais je peux me tromper hein), mais une bonne équipe de milieu de tableau pour les 10 prochaines années, ça ouais.
L'hiver dernier, le bonnet rot-grün-weiß était un must-have pour aller au stade. Mais il n'a plus l'air d'être en vente, en tout cas sur le site du FCA. C'est fort dommage.
http://files.rakuten-static.de/71fbc0f7 … 907501.jpg
Note : 1
Hahaha cet hymne. On se croirait en pleine fête de village : c'est mignon tout plein, ça a un petit côté schlager, mais ça vient du fond du coeur. L'Allemagne...
Sympa l'article! Toujours cool de lire des articles sur la BuLi!
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
10 6