En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Chelsea/Man Utd (0-1)
  3. // Notes

Le fantôme de Torres

Vainqueur 1-0, United a eu beaucoup de réussite dans les arrêts de jeu de chaque mi-temps. Toutefois, si Chelsea n'est pas encore éliminé, les Blues devront montrer un meilleur visage lors de la seconde manche mardi prochain. Car mercredi, et bien que l'on soit passé à deux doigts du 1-1, les Red Devils se sont montrés supérieur dans tous les compartiments du jeu.

Modififié
Manchester United


Van der Sar (7): Des prises de balle sereines, un jeu au pied époustouflant et une détente exceptionnelle à la 75ème, sans laquelle Fernando Torres aurait sauvé son match. Heureusement, grâce à lui, on peut continuer à faire des vannes sur l'Espagnol. Ca a beau être sa dernière saison, le Batave ne semble pas pressé de dire adieu à la Champions.

Rafael (6): Faut arrêter avec les clichés sur les latéraux brésiliens. Ce gamin n'a que 20 piges mais c'est un sacré distributeur de parpaings. Cela dit, ses adversaires le lui rendent bien. Sorti sur blessure et remplacé par Nani à la 50ème qui s'est contenté de bloquer son couloir, même s'il a quand même régalé une talonnade bien sentie pour Valencia, titulaire à sa place, sur un contre. Pas rancunier, le Portugais.

Ferdinand (7): Dix semaines de convalescence, une semaine d'entraînement, et voilà le défenseur anglais sur le terrain pour un quart de finale de C1, durant lequel il a été impérial. Son secret ? L'hygiène de vie, certainement.

Vidic(8) : Monstrueux. Dire qu'il a eu beaucoup plus de mal face à Carlton Cole le week-end dernier que face à Torres mercredi soir... Peut-être était il rassuré par la présence de son partenaire de prédilection dans l'axe. En tout cas, avec sa charnière de prédilection de retour, United a de quoi voyager loin.

Evra (6): 8 pour son sauvetage miraculeux de la 45ème et sa deuxième mi-temps, 4 pour avoir joué un match de cette importance en crampons moulés. La moyenne, ça fait 6. Bien mieux en jambes que lors de ses dernières sorties, même si ses glissades devant Drogba ont failli coûter cher.

Valencia (7): Des sprints, des sprints et encore des sprints. Dire qu'on croyait Ferguson sénile lorsqu'il a mis Nani sur le banc. L'Equatorien a également prouvé qu'il pouvait à l'occasion se muer en latéral efficace.

Carrick (7): Seul numéro 6 de métier dans un match de ce niveau, il a été à la hauteur. Après six premiers mois difficiles, le monstre de justesse technique de 2009 semble de retour. Sa transversale sur l'ouverture du score est un régal. Paraît que les New England Patriots sont sur lui.

Park (6): A cause de lui, on va être obligé de verser dans le cliché. Transformé en milieu relayeur axial pour les besoins de son équipe, l'ailier Coréen a apporté sa vivacité et, disons-le, une certaine fourberie à l'entrejeu mancunien. Sauf que quand on le voit aller au contact avec Essien, on se dit que lui a sûrement un gros sexe. Remplacé par Smalling (90ème) pour les dernières secondes.

Giggs (6): Quand on voit la facilité avec laquelle il enrhume Bosingwa sur le but, on se dit que ce type ne fait décidément pas ses 37 ans. Malheureusement, on dresse le même constat quand on le voit offrir des possibilités de contre à Chelsea à la suite de corners joués à deux alors que Vidic et Ferdinand sont montés.

Rooney (7): Une première mi-temps de très très haut niveau, une deuxième plus quelconque. Il n'empêche, quelle classe sur ses prises de balles. Si MU sera qualifié au coup d'envoi mardi prochain, c'est grâce à lui.

Chicharito (4): A la limite du hors jeu, à la limite de la régularité sur certains duel, et peut-être bien limite tout court pour ce genre de choc. La Mexicain a toutefois eu le mérite de laisser le ballon à Rooney, mieux placé, pour l'ouverture du score. Remplacé à la 78ème par un Berbatov venu se dégourdir les pattes, rien de plus.


Ferguson (8): Il y a un mois, il avait reçu Arsenal en Cup en alignant huit défenseurs. Là, il a joué un quart aller de Champions League à l'extérieur avec cinq attaquants. Puis six toute la deuxième mi-temps après la sortie de Rafael. Bien vu, il paraît que la chance sourit aux audacieux.



Chelsea

Cech (6): On se dit qu'il a passé une soirée assez tranquille, mais aussi qu'il aurait bien pu en prendre un deuxième sur certains temps forts visiteurs. Il ne pouvait de toute façon rien sur le but de Rooney.

Bosingwa (5): Le Dugarry portugais : des débordements réussis, mais des centres au cinquième poteau. Et défensivement, ce n'est pas toujours ça. Parce que quand on se fait prendre de vitesse par un mec qui jouait déjà en 1991, c'est qu'il y a un souci

Terry (6): A mangé Chicharito, mais a eu beaucoup plus de mal avec Rooney. Bon match quand même du capitaine Londonien, qui n'a pas trop ruminé son peno raté d'il y a trois ans.

Ivanovic (5): Ivanovic latéral, c'est bien, dans l'axe, c'est quand même nettement moins costaud. Mais il va falloir qu'il s'y mette, car l'UEFA ne semble pas prête à signer une dérogation pour que David Luiz puisse jouer.


Cole (5): Ashley Cole a subi la loi de Valencia en première mi-temps, et a été incapable d'imposer la sienne à l'Equatorien en seconde, lorsque celui-ci est passé défenseur.

Essien (8): Comme d'habitude, le Ghanéen a été monstrueux sur les duels. Appelez-le monsieur contre favorable.


Lampard (5): A offert à Evra la possibilité de se remettre de son entame délicate en vendageant une occase en or à la 45ème. Pour son 500ème match avec Chelsea, il a semblé crispé par l'enjeu. A moins que ce ne soit l'âge.

Ramires (4): Des bras de coureur kényan de 3000m steeple n'ont pas leur place dans ce genre de confrontation. Evra a eu plus de mal face à Loïc Remy au tour précédent. Remplacé par Mikel à la 80ème.

Zirkhov (4): Torres et ses 58 millions à la place d'Anelka, Zirkhov à la place de Malouda (entré en jeu seulement à la 70ème). On est bien sûr que c'est Ancelotti qui fait l'équipe ?

Torres (3): Pas très en jambes ni en réussite, l'Espagnol s'est enfoncé en tentant une improbable simulation dans les arrêts de jeu. Pour le juger, on attendra la saison prochaine, lorsqu'il aura suivi une vraie préparation. Mais il est clair que ce type a besoin de vacances.

Drogba (6): Lorsqu'il a tenté une bicyclette insensée, le public de Stamford Bridge a cru voir Steve Savidan. L'Elephant est indubitablement sur le déclin, mais on ne peut pas lui reprocher de ne pas avoir envie. Il faut dire que c'est peut-être sa dernière chance de remporter la C1. Remplacé par Anelka à la 70ème, très habile une nouvelle fois dans l'art de dézoner.


Ancelotti (4) : En sortant Drogba et en laissant Torres sur le terrain, il a enlevé une belle épine du pied à la paire Vidic-Ferdinand. Et on ne parle pas de la titularisation surprise de Zirkhov pour animer le couloir gauche. Après tout, peut-être qu'Ancelotti regarde les matchs de l'équipe de France.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 23:28 Le low-kick fou de Tony Chapron 84
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
samedi 13 janvier Landon Donovan sort de sa retraite et signe au Mexique 21