1. // Euro 2012
  2. // Groupe D
  3. // France/Suède

Le faire et… le faire bien !

Ce soir face à la Suède déjà éliminée, la France n’a besoin que d’un point pour assurer sa qualification pour les quarts de finale. Ce serait déjà pas mal. Mais on conseillerait bien aux Bleus de tout faire pour aller chercher la première place et éviter l’Espagne, car derrière, ça pourrait rigoler.

Modififié
0 8
Laurent Blanc avait hâte d’être à l’Euro pour se frotter au haut niveau en tant qu’entraîneur après l’avoir côtoyé plus souvent qu’à son tour quand il était joueur. D’abord pour ferrailler contre les meilleurs techniciens de la planète, voyez la bataille tactique face à l’Angleterre lors du premier match. Ensuite pour éprouver tous les ressorts du management dans le vrai football d’élite avec toutes les problématiques que cela comporte. Au pied de la troisième rencontre du groupe D, le Président est placé face à un drôle de dilemme né d’une situation quelque peu ambiguë. L’équipe de France est toute proche de la qualification… Mais elle n’y est pas encore. En fait, il ne lui faut qu’un petit point pour franchir cette phase. Même une défaite ne serait pas rédhibitoire si, de son côté, l’Angleterre tape l’Ukraine. Il n’empêche, ce serait ballot de se compliquer la vie en ne faisant pas le boulot soi-même.

Le questionnement vient de la tentation de commencer à ménager quelques montures en vue des quarts de finale, si proches. On songe à Alou Diarra, impeccable lors des deux premières sorties, mais sur qui on ne peut tirer indéfiniment. On songe aussi à Mathieu Debuchy, sous le coup d’une suspension en cas d’avertissement. La rotation est une idée à pondérer avec le risque que leurs doublures respectives, M’Vila et Réveillère, ne soient pas tout à fait à leur (très bon) niveau. Bien sûr, on peut aussi se dire que la Suède est éliminée et que, fatalement, ça aurait une incidence sur sa façon de faire. Notez que l’on ne dit pas sur sa compétitivité. Au vrai, il n’y a rien de pire que d’affronter une bonne équipe éliminée, car on ne peut guère savoir à quoi s’attendre : des titulaires plus relâchés, plus audacieux, peut-être dans l’optique de bien finir, ou des coiffeurs motivés par l’idée de se positionner pour l’après-compétition ? Qu’on se le dise, Ibrahimović et ses potes ne seront pas là en victimes.

Éviter l’Espagne en quarts

D’ailleurs, Blanc a aussitôt balayé la thèse de la gestion, même si, inévitablement, certains éléments pèseront au coup d’envoi ou en cours de match, en fonction des événements. « Si on commence à réfléchir à ce genre de choses... On aurait pu si on était déjà qualifiés, mais là, ce n'est pas le cas. La fatigue ? Je ne crois pas. On s'est très bien préparé physiquement. Quand je dis que l'équipe de France monte en puissance, ce n'est pas qu'au niveau tactique. C'est aussi au niveau physique. On mettra l'équipe que l'on jugera la plus performante. Voilà l'état d'esprit du staff technique.  » Et puis, il y a une autre réflexion à mener : pourquoi ne pas tout donner pour aller chercher la première place ? Les résultats du groupe C éclairent d’une lumière nouvelle cette piste.

En effet, même si elle est un peu moins impressionnante que ces dernières saisons, l’Espagne figure un client à éviter sans doute davantage que l’Italie, même si depuis 2006, le bleu azzurro brille d’un bleu souvent plus vif que le nôtre. Il n’empêche, la Roja, avec sa possession de balle de démente, reste un adversaire encore trop coriace pour ces Bleus qui ont pris une dimension en gardant la gonfle, mais dont on sent quelques déséquilibres à la perte du ballon. « J’ai le sentiment que c’est une équipe coupée en deux parfois, nous confie Claude Puel qui en connaît un rayon question bloc-équipe. Tout le monde n’est pas toujours concerné à 100% par le travail de replacement et cela expose la défense aux attaques adverses.  » On imagine les dégâts éventuels face à ces manieurs de chique incomparables que restent Xavi & Co. Mais au fond, ça, c’est une autre histoire. Il faut d’abord clore ce premier chapitre de l’aventure. Pour mieux en écrire la suite.

Par Dave Appadoo
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Il y a également la question de la confiance.
Pour une équipe qui n'a pas beaucoup de repères et de vécu, c'est très important.

Là, on a l'impression que la confiance monte progressivement. Ce serait dommage de tout ni.quer en jouant avec le frein à main ce dernier match.
Arsène Holmes Niveau : DHR
"Il faut éviter l'Espagne en quart": sur ce qu'on a vu hier, l'Espagne est tout à fait prenable. Cette équipe de France est vraiment pas mal en tout cas, on commence à voir de belles choses, c'est vraiment de bon augure pour la suite.
Arsène, je suis d'accord avec toi mais je suis pas sur que la France saurait jouer décomplexée contre l'espagne comme la croatie a su le faire. Il suffit de voir notre match contre les anglais où ils ont joué avec le frein à main parce que c'était les anglais malgré qu'ils savaient que les anglais étaient pas au top. Là si on tire l'Espagne, même si le match d'hier laisse penser qu'ils sont prenables, l'équipe de france se chiiera au moins un peu dessus...
Arsène Holmes Niveau : DHR
Bud, je pense honnêtement que le match face à l'Ukraine à servi de déclic à cette équipe ( ça reste évidemment à confirmer ce soir). Il y a en ce moment une véritable montée en puissance avec les stars enfin au niveau ( Nasri, Ribéry) et autant le premier match était celui de la prudence ( on essaye toujours de se rassurer au premier match) autant je pense qu'on peut se lâcher si on tombe sur l'Espagne.
Honnetement je ne sais pas trop quel serait le meilleur adverse au prochain tour. J'aurai tendance a plus me mefier de l'Italie et sa roublardise face a nos jeunes Bleus que de l'Espagne sur le "declin" ou du moins un peu moins bien que ce qu'elle n'a ete.
Qu'en pensez-vous?
Plasil Power Niveau : CFA
Perso, je ne serais pas surpris si réveillère prenait la place de debuchy pour ce match à cause du risque de suspension pour les 1/4 pour le lillois. On a vu que le lyonnais a le niveau pour tenir son couloir . L'équipe ne sera pas trop affaiblie et vaut mieux ça que risquer une suspension bête.
Diarra risque d'être fatigué? Franchement, le mec ça fait bientôt qu'il marche sur les pelouses de L1, il a du avoir le temps de se reposer je pense...
Après qui est le mieux pour nous en 1/4? Le mieux c'est déjà d'y être. Et ce soir il vaut gagner pour engranger de la confiance. Si on finit 1er on jouera l'espagne en finale... Pour cela il faudra battre l'italie et l'allemagne... Bref, l'objectif initial c'était d'atteindre les quarts. A partir de là il restera trois matchs pour rêver éventuellement mais toutes les équipes seront de très haut niveau donc honnêtement ça ne change rien. On doit être capable de battre tout le monde, sinon, on rentre à la maison...
@ Lou_tcho: perso, j'aurais préféré l'Espagne.

J'ai pas l'impression qu'ils déclinent, mais qu'ils gèrent. Face au champion, l'EDF sera un challenger décomplexé. Ce match sera également une véritable référence pour ces nouveaux Bleus, peu importe le résultat final.
Face aux italiens, ce serait très difficile, comme toujours. Ce sont de redoutables adversaires, sans doute nos meilleurs ennemis. Si on pouvait la leur refaire comme en 2000... :)

Bon, c'est bien beau tout ça mais il faut d'abord se la faire, la Suède. S'il nous amène aux quarts, lolo white aura fait mon bonheur, peu importe la suite.

Allez les Bleus!
Lolo white a fait mon bonheur.

Le faire, oui; le faire bien, une autre fois.

Allez les Bleus, on avance!
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 8