1. //
  2. // Économie
  3. // Réglementation

Le fair-play financier critiqué

Modififié
5 52
Plutôt que de s'attaquer au surendettement, le fair-play financier cher à Michel Platini préfère traquer les déficits, avec pour premières victimes, le Paris Saint-Germain et Manchester City, les gros portefeuilles du foot européen.

Bastien Drut, docteur en économie et auteur de Économie du football professionnel donne son avis sur la question : « En fait, la formule actuelle du fair-play financier limite le développement des clubs de milliardaires, même si les actionnaires sont prêts à absorber des pertes colossales. Les amendes infligées à Paris et à Manchester City me paraissent très lourdes, surtout pour des clubs qui n'ont pas de dettes ou quasiment pas, ni d'arriérés de salaires ou d'impôt. On est loin de l'objectif initial. C'est l'un des points noirs du fair-play financier : ce règlement se focalise sur les déficits et pas sur les dettes. Ce n'est pas logique. Alors que l'UEFA lutte officiellement contre les déficits, la dernière finale de Ligue des champions opposait deux clubs (Real Madrid - Atlético Madrid) dont les dettes additionnées tournaient aux alentours du milliard d'euros. Il serait beaucoup plus logique et judicieux de jauger la santé économique des clubs de manière plus globale » , analyse Dr Drut, interrogé par L'Équipe.

Une réunion a lieu aujourd'hui même, au siège de l'UEFA, avec les dirigeants de clubs. Le débat tournera autour des premières décisions imposées par le fairplay financier.
FB
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Le mec qui poste ça sur sofoot, il voit débarquer une horde de quasi-mongoliens qui vont lui expliquer que c'est le système le plus juste du monde: La preuve, ça complique la vie du PSG.
Nan, mais s'il faut être Docteur en Economie pour sortir ça, je signe tout de suite!
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
5 52