1. // Livre
  2. // « L'implosion »

Le docteur Paclet règle ses comptes

En toute honnêteté, ce livre on ne l'a pas lu. On reviendra juste sur quelques extraits assez consistants parus dans les médias pour un retour express. Jean-Pierre Paclet, médecin des Bleus de 1993 à 2008, « dévoile » un monde des Bleus aux antipodes de Télé-foot...

0 1
Dans Jean-Pierre Paclet, il y a Jean-Pierre. Comme Christian Jeanpierre ou Jean-Pierre Escalettes. Le monde des Bleus est peuplé de Jean-Pierre. De Jeans Pierres. C'est le destin. Après tout, l'âge d'Or de TF1 c'était la Saint-Patrick à tous les étages : Poivre-d'Arvor, Le Lay, Sébastien, Roy, Sabatier... Beaucoup de Patricks, hein ! Mais comme disent les Irlandais (saint patron des Irishmen, indeed) : « Let's get back to the nitty gritty ! » ( « Parlons bizness, allons à l'essentiel » ). Qui est Jean-Pierre Paclet, JPP ? Il fut médecin de l'équipe de France, des Espoirs puis des A de 1993 à 2008 : 15 piges chez les Bleus. Donc, forcément, il est un peu au fait de la vie interne de l'équipe de France. C'est quoi ce bouquin ? Un gros coup d'édition de Michel Lafon qui sentant le filon après la cata en Afsud s'est dépêché de dépêcher le bon ex-docteur des Bleus, très désireux lui aussi de « témoigner » . Donc 20 000 exemplaires en librairies pour commencer. Pourquoi ce bouquin ? Essentiellement une vengeance anti-Domenech, avec plein d'à côtés....

Haro sur Raymond

La charge contre Ray Strange, c'est le fil conducteur du livre. A la base, le licenciement de JPP après l'Euro 2008. En gros, on fit porter sur le docteur l'affaire Vieira, blessé donc inapte (déchirure musculaire à la cuisse gauche de 5 centimètres avec saignement !)... Mais Pat est pris quand même dans les 23 par Domenech. Un cas géré de façon complètement dingue, un running-gag made in France qui ridiculisera les Bleus en Suissautriche. Pat veut jouer à tout prix, bien décidé pour ça à prendre un produit interdit en France, l'Actovegin. Paclet refuse catégoriquement et contraint de fait Vieira au forfait, ce qui le rendra furieux au point de l'accabler dans la presse. Le mal est fait : accusé d'avoir mal « soigné » Vieira, Domenech l'exécute en parfait bouc émissaire d'un Euro désastreux. Paclet est viré sans aucune explication. D'où sa haine inextinguible...

JPP dépeint un Domenech « manipulateur » , « disant blanc à un joueur, puis noir à un autre » . Il raconte comment il perdra petit à petit le contrôle des Bleus, notamment après l'Euro 2008 où il ne contrôlera plus rien du tout. Le sommet c'est l'apostrophe de Thierry Henry en septembre 2009, quand Titi reproche au sélectionneur que les Bleus « s'emmerdent à ses entraînements. (...) On n'a pas de schémas tactiques. Plus rien ne va » . Ray Strange se vengera en attendant la date ultime du 11 mai 2010, pour finalement signifier à Henry qu'il sera bien dans les 23. Après l'avoir laissé marner pendant des semaines... Problème : Paclet n'était plus chez les Bleus en 2009...Comment peut-il parler de l'apostrophe de Titi à Clairefontaine contre Ray Strange ? Passons... Sinon, on se souvient quand même de Titi Henry au 20 H de TF1 réfutant en bloc le fait qu'il soit intervenu de la sorte pour tacler Raymond. Grand moment de télé-réalité.


Mais le plus intéressant, c'est la réflexion posée sur le métier de sélectionneur : « Raymond Domenech, ce mec était tellement sympa il y a quinze ans, est-ce qu'on s'est trompé sur le personnage ou est-ce la fonction qui rend fou ? Je ne suis pas sûr de mon diagnostic mais je crois que c'est la fonction qui rend dingue. Il avait les pleins pouvoirs et il n'y a avait aucun contrôle de la Fédération. Il aurait dit : « Je veux 10 danseuses nues pour le prochain stage à Cairefontaine, et il les aurait eues ! »  » . En marge du livre, la réflexion sur le métier de sélectionneur ne vaut pas que pour Domenech. Elle vaut aussi pour tous les sélectionneurs du monde. Même les plus grands (Lippi, Capello, Hiddink, Van Gaal, Zagallo, Eriksson, etc.) : comment définir le domaine de compétence d'un technicien aussi brillant soit-il jusqu'au moment crucial où il se trompe et qu'il est susceptible de mener son groupe à l'échec ? Domenech a crevé le plafond de l'incompétence, c'est un fait. Mais ce métier de fou avec une pression médiatique et populaire inouïe, comment pouvoir l'exercer vraiment sereinement aujourd'hui ? Avis à Lolo Blanc, à peine arrivé à la tête des Bleus qu'il est déjà plongé dans un bain d'acide alors que les qualifs de l'Euro 2012 n'ont même pas commencé...

[page]
Thuram, capitaine abandonneur ?

Assez intéressant, c'est l'épisode Thuram, qui craque après la branlée contre les Oranje à l'Euro 2008 (4-1). Outre que Domenech lâche psychologiquement ses joueurs après cette défaite en s'enfermant dans le silence, incapable de réaction, Thuram annonce qu'il ne jouera pas le denier match contre l'Italie. Sans consulter Domenech, encore squeezé : « Je ne suis pas au niveau. Je suis en dessous tout. J'arrête les frais ici » . C'est signé Lilian Thuram, capitaine des Bleus... Abandon de poste d'un « haut gradé » ? Ca y ressemble. Dans ce cas, pourquoi Lilian s'est-il acharné sur un autre capitaine des Bleus, Pat Evra, au point d'avoir voulu l'exclure à vie de l'équipe de France ? Plus profondément, on diagnostique bien là le cancer absolu des « Bleus de 1998 » après l'Euro 2000. A partir de 2002, la génération glorieuse n'a eu de cesse de s'auto sélectionner, quel que soient leurs aptitudes. Seulement au nom du double succès 1998-2000. Djorkaeff et Dugarry étaient out pour le Mondial 2002 mais ils étaient du voyage. Pire : à l'Euro 2004, Pirès, Desailly et Liza ont fait un lobbying insensé pour figurer dans les 23 au Portugal, par presse interposée. Avec le résultat qu'on sait. Et puis il y a eu l'Euro 2008 : Sagnol, Vieira... et Thuram (voir Makélélé ?). Trois gars carbonisés qui eux aussi ont fait le forcing pour « y être » . Enfin, bouquet final : Titi Henry au Mondial 2010, barré au Barça et dernier de cette génération à avoir fait la compète de trop, au nom des années de gloire et de son statut d'intouchable. Pitoyable comment l'équipe de France était devenue le club de substitution de ces Bleus à la dérive en club mais se croyant toujours « sélectionnables à vie » ...

1998 : des analyses de sang suspectes

Un des « points forts » du livre. Jean-Pierre Paclet himself : « Des analyses de sang ont révélé des anomalies sur plusieurs Bleus juste avant la Coupe du monde 1998. On peut avoir de forts soupçons quand on connaît les clubs où certains joueurs évoluaient, notamment ceux du Championnat en Italie » . Evidemment dans le collimateur, Deschamps et Zidane, pensionnaires de la Juve à l'époque. JPP insinue... tout en restant très « prudent » : «  C'est une chose que tout le monde sait. Je n'ai rien inventé, précise-t-il dans Le Parisien. Avoir un taux d'hématocrites élevé ne prouvait pas qu'ils avaient pris de l'EPO. Comme il n'y avait pas de preuves, on ne les a pas embêtés. Mon collègue de la Juventus Agricola a quand même été condamné par la justice italienne avant d'être acquitté. C'est de notoriété publique qu'il y avait des pratiques pour le moins limites à la Juventus à l'époque » . JPP n'en dira pas plus...

Malaise, d'abord : pourquoi avoir attendu 12 ans, avant de faire ces révélations ? Et en sont-elles vraiment au vu de l'extrême prudence, voire le flou qui les entoure ? Reste la suspicion lancinante autour des cas Deschamps et Zidane, dont tout le monde à l'époque avait remarqué qu'ils avaient physiquement doublé de volume en arrivant au club bianconero... A propos de Zizou et de l'Italie, une petite anecdote sur la finale de Berlin 2006. Alors que ZZ se fait remettre l'épaule déboîtée par le docteur Paclet, Marco Materazzi accourt et balance : « Tu ne sers à rien, docteur de merde ! Il est mort, le vieux. Tu comprends ? Il est mort ! » . Des mots qui lui iront droit au thorax...

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Vous avez écrit cet "article" avec vos pieds ?

On dirait la rédaction d'un élève de 6eme, c'est grotesque. Et ne même pas prendre la peine de lire le bouquin, ça démontre une vision assez particulière du métier... Triste.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 1