1. //
  2. // 16es
  3. // Nantes-Angers

Le Dizet : « Le jeu à la nantaise, c’était du bonheur »

Après quatorze années passées à Nantes dans la peau du joueur et de l’entraîneur, Serge Le Dizet revient une fois de plus à la Beaujoire avec Angers. L’occasion pour le coach adjoint de Stéphane Moulin de parler de sa carrière... et de sa Bretagne. Interview.

Modififié
Nantes - Angers
21h00 - Canal + Sport

Question existentielle : Nantes, c’est breton ou pas ?
Quand j’étais à Nantes, je disais toujours sous forme de boutade que les Nantais ne prenaient que les bons côtés de la Bretagne. Ils ne sont bretons que quand ça les arrange ! Disons que les Rennais sont tous bretons, en toutes circonstances. Les Nantais, ça dépend...

La Bretagne, vous y êtes né, vous y avez passé votre carrière de footballeur... Elle représente quoi, cette région ?
Effectivement, je suis né dans le Finistère. Pour moi, ce sont les racines, c’est la mer, c’est la terre... C’est une belle région qui a une vraie vie intérieure. Ma famille a toujours vécu en Bretagne.

Donc vous parlez breton ?
Non. J’ai cinquante-deux ans, mais je ne fait pas partie de cette génération qui parle breton comme mes parents.
« Je ne suis pas du genre à accrocher le drapeau breton dans ma voiture. »
Je ne comprends pas cette langue, hormis les gros mots. Je ne suis pas du genre à accrocher le drapeau dans ma voiture. En revanche, je revendique le fait d’être breton et j’assume cette identité. À Angers, on se fait d’ailleurs souvent chambrer avec Romain Thomas par rapport au temps, à la pluie...

Vous avez joué de longues années au Stade rennais. Pourquoi ça s’est terminé d’un coup, comme ça, en 1992 ?
J’avais vingt-huit ans, et j’avais beaucoup connu la Ligue 2 avec Rennes. Seulement deux années de Ligue 1. La première année dans l’élite, on devait descendre, mais on a été repêchés. On avait enchaîné une deuxième année en première division, encore relégué. Pourtant, je sentais que j’avais le niveau L1. Je m’y plaisais, en plus. J’en avais assez de faire l’ascenseur. À l’époque, c’était la petite blague : « Qu’est-ce qui est rouge et blanc, qui monte et qui descend ? » Donc cette année-là, j’ai pensé un peu à moi. Je ne savais pas si le club serait capable de remonter derrière. D’ailleurs, ils ont mis trois ou quatre ans à le faire. J’étais bien, j’avais trois ans de contrat, Charles Biétry souhaitait absolument me garder... Mais je me suis dit : « Ton ambition, elle est où ? »


Vous signez alors à Nantes...
J’ai eu plusieurs sollicitations, dont Sochaux. Nantes, c’était un petit risque à l’époque, ils avaient des problèmes financiers et n’étaient pas sûrs de pouvoir repartir en L1. J’ai longtemps hésité avec Sochaux. Le recruteur des Canaris m’avaient appelé plusieurs fois pour me dire : « Viens à Nantes, tu ne connais pas, mais tu vas encadrer de très bons jeunes, comme Claude Makelele, Nicolas Ouédec... On a un bon groupe en devenir. » Du coup, il m'a convaincu. Un an après, Sochaux descend et nous, on est européen. Comme quoi, une carrière se joue à peu de choses.

Vous retenez quoi de votre expérience de joueur là-bas ?
J’ai eu la chance de vivre beaucoup de choses extraordinaires. Je dirais que le quotidien était magique.
« On parle souvent du jeu à la nantaise, mais je pense qu’il faut le vivre pour comprendre le bonheur qu’il nous procurait. »
La notion « prendre du plaisir » à l’entraînement, ce n’était pas une vaine expression. Tous les jours, on s’éclatait avec Jean-Claude Suaudeau, puis Raynald Denoueix. Avec le football collectif en point d’orgue. On parle souvent du jeu à la nantaise, mais je pense qu’il faut le vivre pour comprendre le bonheur qu’il nous procurait. Le plus grand moment, ce fut peut-être le titre de champion en 1995. On est quand même resté trente-quatre matchs invaincus. Puis jouer la Coupe d’Europe, et notamment une demi-finale de Ligue des champions, c’est fantastique. Même si j’ai été suspendu pour le match retour.

Ça, c’est pas de bol parce que vous n’avez reçu aucun carton rouge dans votre carrière !
Ouais, zéro.

Comment vous expliquez ce jeu si propre et offensif à une époque où on demandait avant tout à un défenseur de bien défendre ?
Je crois que je faisais simplement partie d’une équipe portée vers l’avant. Un des mots essentiels qu’on nous rabâchait, c’était l’anticipation. Moi, j’étais quelqu’un qui anticipait énormément le jeu de l’adversaire. Mon credo, c’était un peu ce que disait Jean-Claude Suaudeau : avoir un temps d’avance dans la réflexion, et donc avoir un temps d’avance dans la réalisation. C’était valable en défense comme en attaque. On avait une telle connaissance du partenaire... On savait ce qu’il allait faire dans n’importe quelle situation. Comme on était bons techniquement et physiquement, on allait plus vite que l’adversaire. Quand je voyais Patrice Loko demander le ballon à gauche, bah je lui mettais à droite par exemple. Parce que je savais que lorsqu’il partait à gauche, il la voulait à droite. Ce sont des choses qui se répètent, qui se travaillent. Pour moi, le jeu à la nantaise, c’était avant tout de l’intelligence collective.


Après cette belle période, vous devenez entraîneur. Vous arrivez très vite au poste de numéro un. Et ça ne s’est pas très bien terminé...
Quand vous êtes entraîneur d’un club en Ligue 1, ça se termine rarement bien. Trois fois sur quatre, ça se finit par un départ et souvent un licenciement.
« Paul Le Guen disait qu’il avait eu le privilège de partir de Lyon après trois titres de champion... Putain de privilège ! »
Paul Le Guen disait qu’il avait eu le privilège de partir de Lyon après trois titres de champion... Putain de privilège ! Dans le football, c’est extraordinaire. Pour revenir à mon cas, je me rends compte avec le recul qu’on m’avait donné une voiture déréglée de Formule 1, alors que je venais d’avoir mon permis. Si vous ne vous cassez pas la gueule au premier tour de piste, ce sera au quatrième ou au cinquième. Je savais que ça allait être difficile, mais on disait que le train ne passait qu’une fois... On s’est maintenu la première année, on termine quatorzième la seconde... Mais il y avait tellement de problèmes extrasportifs... Forcément, avec mon expérience actuelle, il y a des choses que je ne referais pas à l’identique. C’est évident.

Ce qui a mis fin à l’aventure, c’est aussi que vous étiez en désaccord avec la nouvelle politique du club, non ?
J’aurais sûrement dû faire autrement de ce côté-là aussi. Au lieu de clamer haut et fort mes convictions, il aurait peut-être fallu garder mon énergie pour aller à l’essentiel, c’est-à-dire le terrain. Je me suis gouré de combat, quoi. Mais si ça a pu servir à long terme au club, tant mieux...

Vous gardez un lien privilégié avec ce club ?
Je n’ai plus de proches au sein du FCNA. Mais je lui serai toujours reconnaissant de ce qu’il a pu m’apporter. Comment oublier les quatorze ans que j’ai passés en tant que joueur, entraîneur et responsable du centre de formation (Le Dizet a notamment sorti Jérémy Toulalan et Dimitri Payet, ndlr) ?


Une fois la porte nantaise fermée, vous êtes allés faire un tour à Dubaï. Pourquoi ce choix ?
Psychologiquement, ce n’était pas évident d’en finir avec Nantes.
« Psychologiquement, ce n’était pas évident d’en finir avec Nantes. En plus, j’étais en plein divorce. C’était particulièrement difficile pour moi. »
En plus, j’étais en plein divorce. C’était particulièrement difficile pour moi. J’ai eu cette opportunité, qui m’a permis de quitter cet environnement, de faire le vide. Fabrice Bryand, l’ancien médecin de Nantes, m’avait dit : « C’est ça ou les antidépresseurs ! » Ce fut éphémère, mais ça m’a fait du bien. Ça m’a reconstruit un peu. Je suis ensuite revenu dans le foot amateur afin de garder du temps pour mes enfants. Et aujourd’hui, je suis là, à Angers, adjoint de Stéphane Moulin, un poste qui me correspond bien.

Justement, le statut de numéro un, on a l’impression qu’il ne vous fait pas envie. Il vous fait peur ?
À Nantes, j’ai obtenu mes diplômes d’entraîneur très tôt. Et très rapidement, on m’a considéré comme le nouveau Suaudeau ou le nouveau Denoueix. J’ai donc très vite été placé sur le devant de la scène pour devenir leur successeur. Moi, je me suis laissé bercer par tout ça. À force de lire ce genre de choses... Et vu comme ça s’est finalement passé, je n’ai pas forcément besoin de me retrouver dans la même position. Je suis très bien en adjoint.

Propos recueillis par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

ThomasDandy Niveau : Ligue 2
Note : 1
Sacré bonhomme ce Serge le Dizet.
Merci pour tout ce que tu as fait à Nantes.
Bonne continuation dans ta carrière.
Bonobossis Niveau : CFA2
Trop tôt, trop vite...

Il est sans doute passé à côté d'une carrière de technicien au long cours au sein du club, mais ça déconnait déjà pas mal à l'époque. Une grosse perte, tout comme celle de Laurent Guyot qui lui aussi ne pouvait pas se taire et manquait de docilité.
Lana Del Reyy Niveau : Loisir
Une autre epoque, ou la D1 avait encore un sens et n'etait pas vampirisee par la dictature qatarie. Dire qu'on a ose comparer le PSG au Nantes de Ouedec, Loko etc...
Deja rien que le Lyon de Juninho, Essien et consorts enterre le PSG de l'an dernier. Alors je vous parle meme pas de ce Nantes la...
Serge le disait, pourtant...
Hier à 12:36 NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars !
Hier à 14:54 Un match arrêté par des jets d'œufs 11
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 10:30 Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 29
mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2 mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 139 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 22 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport) mardi 25 juillet Ederson atteint d'un cancer des testicules 67 mardi 25 juillet Marca annonce un accord pour Mbappé au Real Madrid 164 mardi 25 juillet Droit de réponse "Mistral Gagnant" 33 mardi 25 juillet La praline de Castillo au Mexique 4 lundi 24 juillet Reading présente ses maillots en réalité virtuelle lundi 24 juillet Entraînement arrêté à Leipzig après un pétage de plomb de Keïta 53 lundi 24 juillet Le maire de Mont-de-Marsan mange un rat à cause du PSG 26
À lire ensuite
Tirage et grattage