1. //
  2. // Ce qu'il faut retenir de la 17e journée

Le derby pour Sunderland, Austin tout puissant

Charlie Austin délivre QPR, et Sunderland s'offre le derby. Sinon, Chelsea l'emporte, City aussi, et Lamela s'offre un bijou. Bref, encore un beau week-end de Premier League.

Modififié
9 6
  • L'équipe du week-end : Sunderland

    Il n'y a qu'une seule règle qui vaille lors des derbys : un derby, ça se gagne. Peu importe la manière. Et c'est encore plus jouissif quand la victoire est arrachée à la dernière minute, à l'extérieur qui plus est. Une fois n'est pas coutume, c'est le héros Adam Johnson qui est venu poignarder les Magpies au terme d'un contre parfaitement mené, quelques minutes seulement après le boulet de canon de Sissoko, parfaitement claqué par Pantilimon. Une bonne habitude prise par le numéro 11 des Blacks Cats, auteur de 3 buts lors de ses 3 derniers déplacements à St James' Park. Cerise sur le gâteau, cette victoire permet aux hommes de Gus Poyet d'endiguer une terrible série de 6 matchs sans victoire, en plus de prendre quatre points d'avance sur Burnley, premier relégable. Bref, c'était Noël en avance pour Sunderland ce week-end.

    Le résumé de la rencontre Newcastle/Sunderland

  • Le joueur du week-end : Charlie Austin

    Évidemment, Martin Škrtel avait une bonne tête de héros pour Liverpool ce week-end. Mais c'était sans compter sur l'incroyable performance de Charlie Austin, qui continue d'impressionner, semaine après semaine. Ce week-end, alors que son équipe est menée 0-2 face à West Bromwich après 20 minutes de jeu, Austin décide de sortir la cape et les super pouvoirs. Pour commencer, un péno pour revenir à 1-2 à la mi-temps. Un but au retour des vestiaires, et un dernier pion arraché à la 87e pour l'emporter sur le fil. On parle désormais d'un mec qui, avec 11 buts et 3 passes dé en 15 matchs, est troisième meilleur buteur du championnat en jouant chez le 16e du classement général. Un type qui est impliqué dans 65% des buts de son équipe, plus que tout autre joueur en Premier League. Aujourd'hui, la question n'est plus de savoir si Roy Hodgson va lui donner sa chance avec les Three Lions, mais quand ? Fais vite, Roy !

  • Le but du week-end : Erik Lamela

    Tous les supporters de Tottenham connaissent le « problème Lamela » . Parfois transparent, souvent quelconque, le petit génie argentin a de la magie dans le pied gauche, mais la distille malheureusement bien trop rarement au goût de ses fans. Mais quand El Coco décide de faire parler la poudre, ça fait mal, et c'est souvent spectaculaire. Samedi dernier, lorsque ses Spurs et Burnley en sont à 1-1, l'ancien de la Roma prend les choses à son compte, pour inscrire son premier but en Premier League. Parti du côté droit, Lamela repique sur son pied gauche avant d'envoyer une superbe frappe nettoyer le petit filet opposé du malheureux Heaton, qui ne peut rien faire. Et c'est encore plus jouissif lorsque le bijou offre les trois points de la victoire. Et s'il devenait régulier...

  • La décla du week-end :

    « Il y a eu un manque d'agressivité. Pas avec un joueur, mais avec beaucoup de joueurs. J'aurai pu faire plus de remplacements, mais vous n'avez le droit qu'à trois changements. » Louis van Gaal était visiblement très agacé par la performance de ses joueurs au Villa Park, samedi (1-1). Après avoir concédé qu'il était « très frustré parce que nous avons laissé deux points échapper » , l'exigeant Batave s'en est pris au comportement de ses joueurs sur le terrain. Il faut dire que malgré un avantage numérique suite à l'expulsion d'Agbonlahor à la 65e minute, les Red Devils, sans imagination, n'ont pas réussi à aller chercher les trois points. Un nul qui met un terme à une superbe série de six victoires d'affilée. Ça valait bien un coup de gueule.

    Le résumé de la rencontre

  • Analyse définitive : West Ham peut rêver d'Europe

    1985. Il faut remonter près de 30 ans en arrière pour trouver trace d'une équipe de West Ham présente dans les quatre premiers le jour de Noël. Après une première partie de championnat parfaitement négociée, l'équipe de Sam Allardyce mérite d'ailleurs complètement d'y figurer. Plus audacieuse, l'équipe a su modifier son jeu pour tendre vers un jeu de passes, tout en conservant son efficacité dans les airs, une véritable marque de fabrique. Alors bien sûr, tout n'a pas été parfait, mais en plus d'avoir régulièrement battu des équipes jugées plus faibles ou d'un niveau équivalent sur le papier - Swansea, Newcastle par exemple - les Hammers se sont offert le scalp de Liverpool et de Manchester City. Si le Boxing Day et les matchs face à Chelsea et Arsenal sont bien négociés, West Ham pourra se mettre à espérer une belle place en fin de saison. En attendant, Andy Carroll se remet à marquer. On peut difficilement rêver plus grand.

  • Vous avez raté Southampton-Everton et vous n'auriez pas dû :

    Ouf, on respire à Southampton ! Après une superbe entame de saison, marquée par huit victoires lors des onze premières journées, les Saints s'étaient complètement écroulés lors de leur première série de gros matchs et restaient sur quatre défaites de rang. Alors, samedi, on a pris plaisir à revoir la belle équipe joueuse mise en place au début de saison par Ronald Koeman. Un but contre son camp de Lukaku en première période, mais surtout le huitième but en championnat de Pellè et un dernier de Yoshida pour une belle victoire 3-0, devant un public à nouveau en feu. Le Southampton qu'on aime, en somme.

  • La polémique autour de la théière : Rodgers a-t-il raison de critiquer l'arbitrage ?

    « Selon moi, Alexis Sánchez a simulé et l'arbitre est tombé dans le panneau, mais nous devons mieux défendre. » Au sortir du match époustouflant entre Liverpool et Arsenal (2-2), Brendan Rodgers n'a pas manqué de critiquer l'arbitre, coupable selon lui d'avoir accordé à Sánchez un coup franc imaginaire, menant au but égalisateur de Debuchy. Un commentaire d'après-match qui, en plus d'être discutable, manque quelque peu d'élégance. Puisque si les deux équipes, aux compositions très offensives, ont livrés une belle bataille, elles ont surtout laissé apparaître leurs faiblesses défensives respectives, criardes depuis le début de saison. Et puis, généralement, lorsque l'arbitre accorde neuf minutes d'arrêts de jeu, et que l'on égalise à la 96e, on évite d'en rajouter. Demandez donc à Sir Alex Ferguson...

    Le résumé de Liverpool-Arsenal

  • La stat' inutile : 12

    Soit le nombre de points qu'aurait Newcastle, lanterne rouge de ce classement virtuel, si les matchs duraient seulement 45 minutes.

  • Et sinon...

    - Andy Carroll a inscrit son premier but du pied depuis avril 2013, ses quatre derniers ayant été inscrits de la tête.
    - Falcao a inscrit un but à chaque fois qu'il a été titularisé en championnat.
    - Roberto Martínez est le premier entraîneur à ne pas avoir effectué de changement lors d'un match cette saison.
    - Grâce à son but face à Stoke City, John Terry a désormais inscrit au moins un but lors des 15 dernières saisons de Premier League.

    ⇒ Résultats et classement de Premier League

    Par Paul Piquard
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    Du bon usage de l'expression "Une fois n'est pas coutume"...

    "Une fois n'est pas coutume, c'est le héros Adam Johnson qui est venu poignarder les Magpies au terme d'un contre parfaitement mené [...]. Une bonne habitude prise par le numéro 11 des Blacks Cats, auteur de 3 buts lors de ses 3 derniers déplacements à St James Park."

    Bisous.
    Fabrizio Salina Niveau : CFA2
    Et tant qu'on y est on parle de faiblesses défensives criantes, pas criardes...
    rolls-reus Niveau : DHR
    Les neufs minutes d'arrêt de jeu sont accordées parce que giroud piétine la tronche de skretl, qui doit être recousu sur la pelouse, donc ya pas de polémique la dessus..
    Quand il le souhaite, Erik Lamela où il veut !

    D'après sa copine, ça ne marche pas que pour le foot...
    Le passage sur Liverpool est tout a fait objectif, on sait quel supporter l'a fait. Certes la réaction de Rodgers manque de classe, mais c'est du dépit, le match est maîtrisé et les buts sont des coups du sort vu le niveau qu'a eu Arsenal. Maintenant Paul soit objectif, on a vu qu'il y avait United partout.
    Footinator Niveau : DHR
    J'aime bien la référence à Austin Powers dans le titre
    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    9 6