1. // Le derby du week-end – C1 de la CAF – Al Ahly/Zamalek

Le derby du Caire, malgré tout…

Malgré le contexte politique et social très pesant que l’Égypte connaît, malgré l’annulation du championnat, malgré des supporters dans le viseur des autorités, malgré une délocalisation, malgré le huis clos décrété… Malgré tout ça et bien plus encore, le 145e derby du Caire devrait bien avoir lieu dimanche. Parce qu’on n’enterre pas comme ça l’une des plus féroces rivalités au monde, défouloir d’une population profondément divisée.

Modififié
0 4
Merci confrère. En 2008, le journaliste James Montague avait eu la bonne idée d’assister à un derby du Caire et d’en écrire un article pour The Guardian. Tout ça même si son chauffeur de taxi à la sortie de l’aéroport l’avait fortement dissuadé de se rendre au stade. « Tu vas te faire tuer » , l’avait-il prévenu. Non, le reporter sportif de guerre n’avait pas péri en tribune, même si c’est vrai que ça avait comme d’habitude bien chauffé entre supporters des deux camps. Toujours est-il que le James Montague en question avait pu interroger le leader d’un groupe ultra d’Al Ahly, qui lui avait résumé le contexte avec grande lucidité. « Le fan moyen d’Al Ahly, c’est un homme qui vit dans un petit appartement du Caire avec sa femme, sa belle-mère et ses cinq gosses, avait-il expliqué au journaliste. Ce fan touche un salaire minimum, clairement sa vie craint. La seule bonne chose qui lui arrive dans son existence a lieu le vendredi soir, quand il se rend au stade pour assister au match d’Al Ahly. C’est pour ça que la victoire est si obligatoire, car elle rend les gens heureux. On est probablement les seuls supporters au monde à exiger une victoire à chaque match de notre équipe, quel que soit l’adversaire. »

Classe ouvrière contre bourgeois

Al Ahly, plus qu’un club. Le Barça est prié de rendre son slogan au club qui le mérite vraiment. Al Ahly, une machine à rendre les petites gens de la capitale égyptienne heureux de leur triste quotidien. Al Ahly, une institution symbole de la classe ouvrière cairote depuis plus d’un siècle. Un étendard du nationalisme égyptien du temps de l’empire colonial anglais. C’est d’ailleurs un étudiant anticolonialiste qui a créé ce club en 1907, choisissant le rouge comme couleur, pour rappeler le drapeau du pays avant l’arrivée des Anglais. C’est la formation des laissés-pour-compte, tandis que Zamalek est le club des étrangers coloniaux, qu’un juriste belge a fondé en 1911. La couleur de son maillot est immaculée et ses supporters se constituent en une armée de « chevaliers blancs » , leur surnom. Ce sont pour la majorité les intellos, étudiants et petits bourgeois de la classe moyenne, moqués par les fans d’Al Ahly car il s’agit historiquement, depuis le roi Farouk jusqu’à Moubarak, du club supposé aimé du pouvoir. Autre motif de raillerie : son instabilité, avec quatre changements de nom dans son histoire, Zamalek ne devenant vraiment Zamalek qu’en 1952.

Plus de 100 000 spectateurs par match

Au dernier décompte, on dénombre 144 confrontations entre ces deux formations populaires que tout oppose. Al Ahly en a remporté 58, Zamalek 36, pour 50 nuls. Ce sont aussi les « Rouges » qui dominent les « Blancs » au palmarès : 36 titres nationaux, 35 coupes nationales et 7 Ligues des champions pour les premiers, 11 titres, 21 coupes et 5 C1 pour les seconds. Aucun autre club en Afrique n’a fait aussi fort que ces deux écuries, élues par la CAF respectivement au premier et deuxième rang du classement des équipes qui ont marqué le continent au XXe siècle. Forcément, quand deux si gros poids lourds se rencontrent, ça fait des étincelles. Au cours des dernières décennies, le stade du Caire a vu passer des affrontements mémorables entre les deux ennemis. Des parties disputées parfois devant plus de 100 000 spectateurs déchaînés, avec une tension telle qu’il a fallu au bout d’un moment que la Fédération intervienne en faisant appel à des arbitres étrangers, par souci d’impartialité. Ce qui n’a pas empêché le scandale d’avril 1999 quand, après 5 minutes seulement de jeu, l’équipe entière de Zamalek a quitté la pelouse, protestant contre l’expulsion d’un des leurs par le Français Marc Batta, suspecté d’avoir été acheté par l’adversaire…

Rapprochements entre les deux camps

Ces dernières années, les efforts ont été concentrés sur la répression de la violence entre supporters des deux camps, acteurs d’affrontements violents qui ont déjà abouti par le passé à des morts. À chaque derby, les forces de l’ordre sont si nombreuses et dissuasives dans le stade et aux abords qu’il est désormais quasi impossible pour les deux camps de se bastonner. La tension a-t-elle pour autant disparu ? Pas vraiment, mais c’est le « ring » qui a changé : désormais, fans d’Al Ahly et de Zamalek préfèrent profiter d’un derby entre équipes de jeunes des deux clubs ou d’un match des sections basket pour se provoquer. Les forces de l’ordre y sont moins nombreuses, voyez-vous… Et puis récemment, la donne a encore changé. Déjà parce que, sportivement, Al Ahly a pris le dessus et que le derby n’a donc plus toujours la même intensité dramatique (le dernier titre de Zamalek date de 2004). Ensuite, parce qu’il y a eu le Printemps arabe, la chute de Moubarak et tout le contexte mi-révolutionnaire mi-guerre civile qui s’en est suivi. Avec des ultras des deux camps qui ont eu l’occasion par deux fois de s’unir. D’abord pour faire office de service d’ordre aux manifestants anti-Moubarak place Tahrir (les mecs connaissent bien les forces de l’ordre et savent les défier, à force…). Puis, après la tragédie de Port-Saïd, quand 74 supporters d’Al Ahly ont trouvé la mort à l’issue d’un match face à Al Masry. Suite à ce drame, les « chevaliers blancs » ont publiquement manifesté leur soutien à leurs traditionnels ennemis, rendant hommage aux victimes par des messages de sympathie.

Un huis clos difficile à respecter

Et puis tout dernièrement, il y a encore eu du neuf en Égypte, avec ce climat instable et inquiétant des derniers mois. Le football, jusqu’alors omniprésent à la télé et dans la presse, a été éclipsé par l’actualité brûlante autour de la destinée du pays. Le contexte fait que le ballon rond devient futile et le championnat a été une nouvelle fois annulé pour raisons de sécurité. Pas grand monde n’a protesté. Ne restent que les ultras, les plus acharnés des acharnés qui trouvent encore le moyen de se passionner pour le foot, avec le peu d’actu qu’il reste à ce sujet : la sélection nationale, proche de se qualifier pour la Coupe du monde, et la Ligue des champions africaine, où les clubs cairotes ont souvent brillé. Hasard du calendrier, Al Ahly et Zamalek se sont retrouvés dans le même groupe de qualification cette saison, en compagnie des Sud-Africains d’Orlando Pirates et des Congolais de l’AC Léopards. Malgré l’annulation de la saison de foot en Égypte, il y a donc bien une double confrontation entre les deux clubs du Caire cette année. La première a eu lieu fin juillet loin du Caire, à El Gouna, station balnéaire au bord de la mer Rouge, plus de 400 km au sud de la capitale. Un huis clos avait été décrété, mais il n’a pas tenu face à l’arrivée d’environ 5000 supporters des deux camps, venus remplir le petit stade local. L’ambiance a été chaude, mais il n’y a pas eu de débordement. La deuxième confrontation ce dimanche, toujours à El Gouna, pourrait être plus tendue, avec en jeu la qualification pour les demi-finales de la compétition (avant-dernière journée, Al Ahly compte 3 points d’avance sur Zamalek, qui est dans l’obligation de gagner). Comme l’autre fois, le huis clos a été décrété, mais comme l’autre fois, il ne devrait pas tenir. Même loin, le derby du Caire continue de vivre.

Youtube
Youtube
Youtube
Youtube


Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

J'avais eu la chance d'assister à cette ambiance de feu lors de mon séjour étudiant au Caire en 2010.
J'allais jouer au foot avec les jeunes (tous fans d'al Ahly) juste derrière le stade de Zamalek, juste sous le périph, t'avais des centaines de joueurs de tout âge qui venait taper la balle avec leurs maillots rouge et blanc.

J'habitais à 10 minutes de Zamalek et je passais tous les matins devant le stade de Zamalek et quand je disais que je voulais aller voir le derby on m'a répondu exactement la même chose qu'au journaliste "tu vas te faire tuer".

Mais en fait, une fois que tu parles foot avec les Égyptiens, et que tu es européen, français de surcroît, les mecs sont super fiers de te voir au stade peu importe qui tu viens supporter. Et même pas besoin d'aller au stade pour suivre le score, c'est un tel bordel dans la rue que même la mémé qui garde l'immeuble en bas de chez toi peut te donner le score.

Le match en lui-même avait davantage lieu dans les tribunes que sur le terrain (je me souviens même plus du score). Une ambiance incomparable avec tout ce que j'avais pu voir en Europe, elle est là la vraie religion des égyptiens.

Avec les tensions actuelles dans le pays, si le championnat a été annulé, je ne sais vraiment pas ce qu'il reste aux jeunes cairotes.

Par contre pour le match Egypte / Algérie, là clairement c'était une autre histoire, interdiction de sortir de chez soi par le consulat, interdiction d'approcher le quartier de l'ambassade algérienne et bien sûr, interdiction de s'approcher du stade.
Il ne faut pas oublier également le rôle des supporters d'Al Ahly pendant la révolution anti-Moubarak en 2011, c'est eux qui ont presque fait basculer les choses en faveur des manifestants. C'est un peu pour cela qu'on a parlé de représailles de de la police lors du massacre de port-said et ses 74 morts. Je crois que ce qui se passe au Caire pendant ces matches est indescriptible et incomparable à n'importe quel derby en Europe. C'est vraiment un match à part, plus qu'un derby.
Imaginez que Al Ahly est tenant du titre de la C1 africaine, alors qu'il n'y a pas eu de championnat l'année dernière. Imaginez maintenant que l'Egypte s'est qualifiée au barrages de la coupe du monde avec 6 victoires en autant de match et une équipe largement constituée des joueurs d'Al Ahly et du Zamalek (comme par magie, y a jamais eu de problèmes notoires entre les deux entités en équipe nationale) alors qu'aucun match de championnat n'a été joué.
Note : 1
Le Zamalek et Al Ahly joues t'ils leurs matchs de championnat dans leurs stades respectifs ?
Je pensais que les deux clubs jouer constamment dans le grand stade !
Le derby oui sure et les matchs de ligue des champions .

En attendant pour préparer justement ces matchs de ligue des champions , ils font que des matchs amicaux entre clubs du pays ?

Bizarre de passer a poule en demi de suite
Habituellement, les deux équipes se partageaient le grand stade du Caire "Cairo international stadium" (80000 places après rénoation, mais il abritait plus de 120000 avant). Mais cette année en Ligue des champions d'Afrique,pour des raisons de sécurité, ils jouent à Hurghada à 500 km du Caire et presque à huis clos. Ils ne jouent qu'en C1 et quelques matchs amicaux. Ce qui est drôle, c'est que si l'Egypte se qualifie pour la prochaine CDM (elle est en matches barrages au dernier tour), y a un risque qu'elle soit disqualifiée par la FIFA parce qu'il n'y a pas eu de championnat du pays.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 4