1. //
  2. // Melbourne Heart/Melbourne Victory

Le derby du bout du monde

Melbourne Heart versus Melbourne Victory. Probablement pas le derby le plus sexy du monde, mais l’un des plus exotiques, pour sûr. Un derby disputé tout en bas à droite de notre carte du monde, avec rien autour, ou presque : en face de Melbourne, la Tasmanie de ce bon vieux diable de Taz.

5 6
« Game, set and match Novak Djokovic » . Moins d’une semaine après avoir vibré lors de la finale de l’Open d’Australie, le peuple de Melbourne s’apprête à frissonner pour une rencontre de football. Ou de soccer, comme on dit là-bas. Saloperie d’influence amerloque. Après tout, normal, Melbourne, c’est la capitale du sport en Australie. Du monde, même. C’est SportBusiness, un groupe anglais de marketing. C’est vrai qu’entre l’Open australien de tennis, le Grand Prix d’Australie, le rugby et le cricket, il y a de quoi faire…

Un derby tout neuf dans un championnat tout neuf

Et le soccer, dans tout ça? Eh bien, il commence à prendre une place importante aussi. Finie, la NSL (National Soccer League); depuis 2005-2006, on joue la A-League, qui a un système qui ressemble étrangement à ce que l’on connaît des sports américains, avec une saison régulière et des play-offs. A cette occasion, on assiste à la création d’une flopée de clubs. Dans le championnat actuel à dix équipes, le Brisbane Roar (fondé en 1957), le Perth Glory (1995), les Newcastle Jets (2000) et Adelaïde United (2003) font figure d’anciens. En parlant d’anciens justement, pour se donner un peu plus de crédit, la A-League a fait ce que font pas mal de championnats en Asie, à savoir attirer de vieilles gloires. Mais contrairement à ce qui se fait au Qatar ou plus récemment en Chine ou en Inde, l’Australie rameute principalement SES anciens : des kangourous comme Harry Kewell, John Aloisi ou encore Tony Vidmar sont revenus au pays effectuer leurs derniers bonds. Exception notable : Robbie Fowler. Mais lui, c’est un globe-trotter, un chasseur (de buts), ça ne compte pas.

Et Melbourne, dans tout ça ? Le Victory, en référence à l’Etat de Victoria, a été créé en même temps que la A-League. Insuffisant toutefois pour une ville de sport comme Melbourne. Un seul club, avec un logo qui ressemble étrangement à celui des Girondins de Bordeaux, ça ne peut pas le faire. Il fallait faire quelque chose, il fallait que ça sorte du cœur. D’où la fondation du Melbourne Heart en 2008. Deux ans plus tard, le Heart (qui joue en rouge, bien sûr) obtient sa licence pour jouer dans l’élite. C’est donc parti pour une série de derbys face aux Blues. Une bonne chose pour Melbourne, une bonne chose pour la A-League, selon David Davutovic, journaliste au Herald Sun, dérangé durant son petit déjeuner. « Grâce à ce derby, l’engouement pour le football dans la ville a manifestement augmenté. Depuis plusieurs jours maintenant, les fans se préparent à l’événement » . Tu m’étonnes. Avec seize buts, 31 jaunes et deux rouges en seulement cinq matchs, on se la donne dans la capitale de l’Etat de Victoria. Et plus personne ne veut rater ça. L’AAMI Park, le fameux « Stade Rectangulaire » , une enceinte de 30 050 places, est déjà sold-out. Le terrain de jeu, situé en plein centre-ville, est en fait une colocation tenue par les deux clubs depuis cette saison. Le parallélisme avec Milan (Inter/AC, bleu/rouge, Giuseppe Meazza, etc.) n’est certainement pas fortuit.

Muscat, ce qui est vieux n’est pas toujours bon

Cette saison, les deux clubs sont à la ramasse. Le Heart coaché par John Van’t Schip (champion d’Europe avec les Pays-Bas en 1988) est cinquième, tandis que le Victory de Harry Kewell pointe à une peu flatteuse huitième place. Pour le titre, c’est râpé. Alors reste le derby. Le Victory, qui « recevra » samedi, a une petite pression: étant donné que le Heart s’est imposé 3-1 en décembre dernier, les Blues n’ont d’autre choix que de s’imposer pour faire plaisir à leurs supporters. Bien sûr, le derby étant encore jeune et n’étant pas construit sur une opposition forte à la base (divergence de classes sociales, quartier différents…), il n’existe pas encore de véritable rivalité. « Mais il y a une anecdote qui a peut-être lancé cette rivalité » , rappelle Davutovic. En effet, le 22 janvier 2011, le Victory recevait le Heart dans son ancien antre de l’Etihad Stadium. Les Blues mènent 2-0 au bout d’une demi-heure de jeu, mais le Heart prend la chose à cœur et égalise à 2-2 grâce à John Aloisi. Excédé, le capitaine de Victory Kevin Muscat (dont Christophe Dugarry se souvient encore) déglingue le jeune Adrian Zahra, 21 ans au moment des faits. Rouge pour Muscat, grave blessure pour Zahra. Il dit qu’il n'a plus de genoux. Muscat dit qu’il ne voit pas le rapport; le boucher finira par s’excuser, mais le jeune crack du Heart sera absent durant de longs mois.

Youtube

La rivalité entre les deux clubs est peut-être née il y a un an. C’est trop tôt pour l’affirmer, la suite le confirmera peut-être. Samedi soir à Melbourne, il y aura de l’engagement, des duels âpres aussi. Tout ce qu’aime un pays fondu de rugby. En espérant que les joueurs n’écoutent pas Tina Arena, native de la ville, juste avant la rencontre. Aller plus loin, certes, mais pas aller plus haut. Des drops dans un match de soccer, non merci.

Par Ali Farhat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Antarcticdonkey Niveau : Ligue 1
OMG!!! De Jong est un enfant de choeur à côté de Muscat!! Putain je me souviens de l'agression sur Dugarry, c'était horrible!!!
Le rugby et le soccer à Melbourne ? Seulement quand la saison de footy n'as pas démarré. Les gens sont complètement dingues de ce sport, 2 équipes de soccer à Melbourne pour 8 ou 9 de footy et les 30 000 places de l'Etihad font pâle figure face aux 100 000 du MCG, temple du cricket et du "Aussie rule" football.
Bondy beach Niveau : Loisir
Une ville de sport Melbourne C'est un phénomène récent. Dans l'Etat du Victoria Le rugby union ou league ont bien moins d audiance que le footix. Dans le championnat footix (ie football australien qui ressemble plus a du rugby avec des règles Australienne de bourre pif et des poteaux en plus pour pouvoir jouer en étant trompette) au plus de la moitié des équipes du championnat sont situé sur Melbourne et sa banlieu. Si Melbourne a 2 équipes de soccer c'est aussi en raison de la forte communauté Italienne. Cette communauté apprécie avoir 2 équipe à Melbourne.

Ce pays me manque.
Bondy beach :Tu as du partir il y a longtemps pour orthographier la plus célèbre plage de Sydney avec un Y (Bondi) et le sport n°1 du pays avec un x (footy, rien à voir avec la mascotte de France 98) !
Le Storm et puis c'est tout !
Super article!! comme souvent!
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
5 6