1. //
  2. // PSG/Rennes

Le derby de la Gare Montparnasse...

Bordeaux-OL, l'affiche du week-end ? Que non ! Le TGV n'est pas d'accord, même s'il est un peu à l'Ouest. Le vrai sommet, c'est Paris contre Rennes, cet aprem, à 17 heures. Parce qu'il faut bien raccrocher les wagons.

Modififié
0 0
Le Parc risque de sonner creux... Dommage parce que les connaisseurs du PSG savent que Rennes, c'est un client pas facile. Un club-test, comme Lorient, Nice ou Lille, qu'en général ces dernières saisons Paris ne sait pas battre et qui viennent souvent s'imposer au Parc. Donc, un vrai match-vérité à venir. Petite tendance optimiste : les Franciliens sont allés faire un 0-0 chez les Lillois, donc l'hémorragie contre les porte-poisse semble s'être arrêtée. Plus intéressant, le PSG est peu l'équipe vedette de la semaine et du foot français après sa victoire très convaincante au FC Séville (1-0). En face, des Rennais bien placés au classement et qui pourraient tout simplement devenir leaders de la L1 en cas de victoire en revenant de la Capitale. Antonetti-Rennes : l'alliance de la Bretagne et de la Corse, rebelles à l'Etat franco-parisien et jacobin. Beau duel sans spectateurs ?

Paris, ça se précise...

Le PSG progresse vite. En plus d'un fonds de jeu véritable qui se met peu à peu en place, aussi bien défensivement qu'offensivement, comme il l'a démontré dans ses meilleurs moments, c'est une équipe-type qui est aussi en train de prendre forme. Grâce ou à cause des blessures, des transferts ratés ou bien parce que des joueurs qui partaient « remplaçants » ont su saisir leur chance, Antoine Kombouaré a façonné une formation qui pourrait ressembler à son onze idéal (vu les éléments dont il dispose). Dans les buts, ça sent la passation de pouvoir entre Coupet et Edel. Ce dernier a effectué un match plein, quasi sans faute à Séville, marquant sa différence avec un Greg en grande difficulté contre Bordeaux (1-2) et à Sochaux (1-3). En défense, ça prend forme aussi. A droite, c'est emballé depuis un bout de temps pour Jallet quand à gauche Tiéné a marqué des points précieux. C'est dans l'axe que Sylvain Armand s'est révélé récemment. Non pas que l'habituel latéral gauche ne connaissait pas le poste : il a été formé et a souvent joué dans cette position à ses débuts et avec Paris ces dernières années. Non, c'est sa facilité à se réinstaller dans l'axe qui a surpris, lui le gaucher associé à un autre gaucher, le jeune Sakho. Armand a aussi eu de la chance que Gallas, Diakhaté (OL) ou Bisevac ne soient pas venus poser leur sac de sport au Camp des Loges cet été...

Au milieu, grand retour de Chantôme, qui sera très certainement aligné aux côtés de Makélélé. Difficile de se passer de lui après le gros match accompli à Séville où il a stabilisé la ligne défensive d'un PSG, au début bousculé par les Andalous. Il a aussi orienté le jeu vers l'avant, pour des contres dangereux. C'est lui qui avait lancé Luyindula sur l'action de but de Nenê. On suivra donc le blondinet parigot cet après-midi... Enfin, devant, ça ne bouge pas trop : Nenê et Giuly sur les côtés et en pointe la paire pas encore « vraie paire » Erding-Hoarau. On verra si les Quatre Fantastiques parviennent à faire plier la meilleure défense de L1 (2 buts encaissés).

Le Stade renaît à l'ambition...

Toujours la grosse pression sur Rennes. Énorme pression. Puisque cette année doit être « la bonne » : celle du titre, ou du moins de la Ligue des Champions. Les Bretons sont largement dans les temps de passage puisque deuxièmes au classement (3èmes en fait, derrière l'ASSE et le TFC, 13 points chacun). Avec une victoire au Parc, ils seraient leaders, on l'a dit. Est-ce que les Rennais sont parés mentalement pour réussir enfin ce qu'ils ont foiré depuis des saisons en s'écroulant anormalement aux moments-clefs du championnat ? Cette question reste inhérente au rendement global des joueurs sur le terrain. L'approche psychologique de gagnant : c'est aussi pour cette raison que le club breton est allé chercher Fred « killer » Antonetti. En lui laissant une large autonomie pour amener en deux ou trois saisons « le Stade » vers les sommets. On verra dès cet après-midi où en est Rennes, s'il est capable de placer une accélération pour prendre la tête du championnat et mettre la pression sur les cadors OM, OL, Losc et Bordeaux toujours distancés...

Défensivement, ça tient la baraque, comme l'a vu. Ce sont même les défenseurs Mangane et Théophile Catherine qui ont marqué contre Sochaux (2-1). La solidité défensive est accentuée par Mandjeck et Mvila, toujours au poste au milieu avec gros défi à suivre pour l'attaque parisienne. C'est devant que les choses se compliquent avec un rendement global très moyen (7 buts en 5 matchs). Montano étant le seul attaquant de valeur, après les départs de Moussa Sow et Gyan. Habituellement parfois un peu trop isolé à la pointe, il devra compter au Parc sur Leroy à droite (toujours performant contre son ancien club parisien) et Sylvain Marveaux à gauche. Si le très solide milieu rennais s'impose sur celui du PSG, alors attention danger car l'attaque des Rouge et Noir a les moyens de frapper fort. Beau match en perspective, mais qui pourrait aussi déboucher sur un classique 0-0. On espère alors un « beau » 0-0...

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Toulalan, commun symbole
0 0