1. //
  2. // 38e journée

Le Depor coule

Des larmes, des hommages, des adieux, des drames, des joies, des départs, des rumeurs, des fins de cycle...Résumé d'une dernière journée de Liga fatale au Deportivo la Corogne.

Modififié
0 12
Malaga 1 – FC Barcelone 3

Les andalous en vacances avant même d'aborder le match ont logiquement plié contre une équipe C du Barça. La prestation des jeunes pousses catalanes était d'ailleurs le seul intérêt du match. Guardiola a surtout voulu préserver ses stars pour la finale de la Ligue des Champions. Moins fluides et moins spectaculaires qu'à l'accoutumée, les catalans se sont faits quelques frayeurs mais se sont découvert une doublette d'attaquants complémentaires : Afellay/ Bojan. L'association hispano-hollandaise aura surtout permis aux Blaugranas d'engranger une quatorzième victoire à l'extérieur. Un record historique d'une Liga que les Barcelonais auront maitrisée de bout en bout.


L'homme du match : Arnau : Johan Cruyff l'a fait débuter au Barça. Manuel Pellegrini lui aura donné l'opportunité de dire adieu au football à la Romareda. Comme quoi on peut être un mauvais gardien et côtoyer le gratin du football mondial.


Hercules 0 – Sporting Gijon 0

Ils avaient crée le buzz à l'intersaison en se faisant accuser d'avoir truqué des matchs en deuxième division avant d'enrôler des joueurs du calibre de Valdez, Trezeguet ou Drenthe. Au final, Hercules aura fait pscchitttt...Sous les huées de leurs propres socios et face à un Sporting B. Un match sans but, sans envie, sans âme... Bref une purge footballistique, quelque part entre le foutage de gueule, la médiocrité et le manque de professionnalisme. Trezeguet auteur d'une saison plus que correcte aura bien empli son contrat jusqu'au bout en marquant un but refusé sur une position de hors-jeu.


L'homme du match : Unai Alba : Pour le dernier match de sa carrière, le gardien de but d'Hercules aura fait une prestation plus que digne. Remplaçant pendant toute la saison, il a surtout permis aux siens de ne pas finir le championnat avec une défaite qui aurait pu virer en faits divers...



Real Madrid 8 - UD Almeria 1

Depuis la fin des quatre clasicos, le Real n'en finit plus de démonter ses adversaires pour le plus grand plaisir de ses socios. Il aura fallu attendre la fin de saison pour voir cette équipe jouer l'attaque sans complexe et sans cynisme. Mourinho tant critiqué en cette fin de saison s'est enfin lâché. Et c'est tant mieux. Malgré ses 92 points et les 102 buts inscrits - plus que le Barça -, le Real finit logiquement deuxième mais a donné l'impression qu'ils pouvait faire encore mieux... Almeria de son coté rejoint la deuxième division par la petite porte et malgré un groupe intéressant. Certains clubs français seraient bien inspirés de proposer des contrats aux Crusat, Ortiz, ou Piatti.


L'homme du match : Ronaldo : 40 buts. Une statistique incroyable pour un joueur incroyable... Même si le portugais n'a pas battu le record de moyenne de buts par match détenu par Zarra, il restera sans doute longtemps dans l'histoire de la Liga. Pas sûr cependant que son titre de pichichi et de futur Soulier Européen suffise pour chiper un nouveau ballon d'or à Messi...


Levante 1 – Real Saragosse 2

Les aragonais devaient gagner face à des joueurs de Levante en tongues de plage pour s'assurer le maintien. C'est ce qu'ils ont fait. Sans fioriture et sans la moindre considération esthétique. Mais bon.


L'homme du match : Gabi : Un doublé dont un magnifique coup franc du capitaine aragonais auront permis au club de se maintenir en "Ligue 1".

Osasuna 1 – Villarreal 0

Les Navarrais menacés de relégation avant le début de la rencontre, n'ont jamais vraiment tremblé face à un sous-marin jaune démotivé et qui n'avait plus rien à espérer de cette Liga. Les rojillos habitués à lutter jusqu'aux dernières journées pour leur survie ont livré une prestation pleine d'autorité. Leur victoire est aussi logique que leur maintien.


L'homme du match : Pandiani : El Rifle a livré son dernier combat en Liga et laisse derrière lui un club en première division. Le cauchemar du PSG des années 90 va aller se finir là ou il a débuté, à Penarol. Pour y jouer avec son fils. La Liga perd un grand bonhomme.

Espanyol Barcelone 2 – FC Séville 3

Superbe match au Prat de Llobregat. Sévillans et catalans ont livré un véritable choc footballitisque pour conclure la Liga. Meme si les sévillans se sont assurés une place pour l'Europa League, le plus important du match aura été l'hommage rendu à Ivan de la Pena. A 35 ans, Little Buddah a reçu une ovation à la hauteur de son talent. Il s'est aussi permis le luxe de raccrocher les crampons en distillant quelques passes dont lui seul à le secret. Le football c'est triste parfois.


L'homme du match : Kanouté : Il n'arrête pas sa carrière, mais c'est tout comme. L'ancien lyonnais a marqué son dernier but pour Séville avant de s'envoler vraisemblablement pour le Qatar ou les USA. La trace qu'il a laissée à Séville restera indélébile. Merci et bonne chance.


Real Sociedad 1 – Getafe 1

On attendait un duel épique. Au final les deux équipes auront fini par sceller un pacte de non agression, conscientes que la défaite du Deportivo La Corogne certifiait à elle seule leur maintien respectif. Bref, un match bizarre avec une fin heureuse.


L'homme du match : Xabi Prieto : il est souvent comparé, à tort, à Xabi Alonso, sauf que lui possède le dribble en plus. Et la classe des plus grands. Son centre pour Sutil, vaut tout l'or du monde.

Athletic Bilbao 2 – Racing Santander 1

L'Athletic Bilbao devait gagner pour valider son ticket pour l'Europa League. Les basques, sans être exceptionnels, se sont logiquement imposés face à des Verdiblancos qui attendent toujours d'être payés par ce mytho d'Ali Sayed.


L'homme du match : Llorente : Le champion du monde espagnol a t-il marqué son dernier but avec le maillot des Leones ? Surement. Le Real, Manchester City, et Liverpool sont sur les rangs.

Real Majorque 3 – Atletico Madrid 4

Les insulaires ont vécu une soirée cauchemardesque et se sont retrouvés à plusieurs fois au bord du précipice. Laudrup et les siens ne doivent leurs maintiens qu'aux faux pas de leurs adversaires directs pour le maintien. Malgré tout Majorque réussit l'exploit de se maintenir en première division malgré une crise sociale et économique qui a longtemps fait croire à la disparition pure et simple du club. Grace à sa victoire contre Majorque, l'Atletico réussit à se qualifier pour les barrages de l'Europa League. Des barrages qui se feront sans Quique Flores et probablement sans Forlan, Aguero ou encore De Gea. Qui a dit nouvelle ère ?


L'homme du match : Aguero : Un golazo, un triplé et une prestation à la hauteur des 60 millions que l'Atletico demande pour sa plus belle pépite.


Deportivo La Corogne 0 – FC Valence 2


Valence n'avait plus rien à jouer. Les galiciens s'attendaient à des Che cléments. Il n'en a rien été. L'affrontement entre les deux derniers clubs qui ont mis à mal la suprématie du binôme Barça/Real a tourné à l'avantage de valenciens impitoyables. Valence est la véritable bête noire du Depor, puisqu'il y a bientôt 20 ans, les Che avaient déjà privé le Superdepor d'un titre de champion à la dernière journée (rappelez vous le pénalty raté de Djukic). Le Depor sombre en deuxième division tristement. En pleine décadence depuis une dizaine d'années, rien n'indique que les galiciens reviendront de sitôt en première division. Criblé de dettes et dirigé par ce despote de Lendoiro, le Depor est sans doute mort hier soir dans son stade...


L'homme du match : Valeron : Il a tout connu avec le Depor. Il ne lui manquait plus que la relégation. A 38 ans, le « Zidane espagnol » pensait pouvoir raccrocher les crampons avec le sentiment du devoir accompli. La relégation pourrait changer ses plans.









Tableau d'honneur



Champion : FC Barcelone


Qualifiés pour la Champion's League : Real Madrid, Valence, Villarreal (Tour préliminaire)


Qualifiés pour l'Europa League : FC Séville, Athletic Bilbao, Atletico Madrid (tour préliminaire)


Relégués : Almeria, Deportivo la Corogne, Hercules


Promus : Betis Séville, Grenade, Rayo Vallecano

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

oui mais c'est le "nabot" qui aura le Ballon d'Or... notamment grâce à une nouvelle victoire en LdC que la starlette portugaise regardera à la TV (et oui les coup-francs il faut les planter lors des matches décisifs et pas tirer dans le mur !).
Comment ça dévalué le ballon d'or ?

C'est Sneijder qui l'a remporté (élu par les journalistes).

Le nabot, lui, a gagné le Fifa player of the year, le machin que Zidane a gagné trois fois et Ronaldinho deux fois.
40 buts Ronaldo ! Incroyable ! Si il continue comme ça, le Real va être Champion !
Entre Nick Tamer et Ronaldo, ça fait beaucoup de cas sociaux pour ce site :/

Sinon triste pour le Depor. Pourtant ils en ont eu des occasions... et le coup de pouce de l'arbitre à la fin qui donne une minute de plus (ironie de l'histoire, pour un but de Valence).
@Rasko, je veux bien me faire traiter de cas social, il n'y a aucun problème à cela.

cependant, n'agis pas comme une petite m.erde, tu es donc prié de justifier une telle sortie. allez, vas y, argumente, ne fais pas ta sale-ope :)
@Nick Tamer : lire ton blog m'a fait un bien fou !
Lol hein !
messi a quasiment moitié moins de tir que ronaldo, donc ça fait un paquet de ballons gâchés en moins, tu ajoutes à ça 19 passes décisives qui le place devant özil au classement des meilleurs passeurs.

Prends en compte aussi le fait que messi a moins joué que ronaldo et qu'il se reserve pour la finale de LDC (évenement que ronaldo ne peut plus suivre qu'à la télé depuis son départ de manchester)

ça se passe de commentaire tellement messi domine de la tête et des épaules ronaldo, il n'y a pas photo.
Qu'elles sont loin les années Molina, Djalminha, Mauro Silva, Naybet, Tristan, Makaay, Valeron, Luque & Co...

Bien triste pour ce club ...
SF devrait mettre en place un systeme d'ambulance couvrant les reactions d'articles.
En l'occurence ici le carreleur Ronaldo et le fraiseur-tourneur Nick Tamer ne cessent plus de saigner apres la torgnolle de caviardefootball.......
Javier Prieto Santos, on dirait que t'aimes vraiment pas Sarragosse...uíls aviaent batu les galacticos en finales de Coupe il y a quelques années en inferiorité numérique pendant un bon momment...
Çate gratte depuis longtemps on dirait...
Bel exemple de respect envers une équipe qui a un palmarés pas dégeu ( 1 UEFA, 1 Cd Coupes, 6 CdRoi...)
Il n'y a pas que le R. Madrid et le Barca en Espagne...
Bravo a Rayo Vallecano el le Betis qui remontent, 2 clubs sympas et pas prétencieux de 900 millions...
Bravo pour les supporters qui subissent le matraquage Réal -Barca tout au long de l'année et qui ont le courage se préferer leur club local...
@Aldous le RAGEUX : Je ne suis pas portugais.

il n'y a aucun mal à révéler des faits.

malgré une stratégie dite frileuse, le Royal de Mourinho a inscrit plus de buts que le Manita-Barça.

C'est tellement bizarre. Encore une fois, sans être une groupie du Mou, contrairement à 90% de la rédac de SoFoot.com, je constate le pragmatisme et l'efficacité du légendaire entraineur et de sa starlette gominée.

Pour ce qui est de la Corogne, ça fait plaisir, le 4-3 au Riazor me fait encore cauchemarder.
Pour info, Grenade n est pas promu, ils sont juste assures de jouer les playoff avec Elche, le Celta et surement Valladolid.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 12