Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Clasico
  2. // Barcelone/Real Madrid (5-0)

« Le début d'un nouveau Mourinho »

Directeur adjoint d'El Pais et écrivain, Juan Cruz se trouve actuellement à la FIL de Guadalajara, le plus important Salon du Livre latino-américain. On le retrouve à l'hôtel Hilton au coup de sifflet final du clasico. Barcelonais de cœur, cet auteur d'une vingtaine d'ouvrage s'emballe pour Xavi et présage un nouveau Mourinho.

Modififié
Pour commencer, votre analyse du match ?


Je crois que le Real Madrid est entré sur la pelouse en pensant que son crédit retrouvé auprès de ses supporters suffirait pour battre Barcelone. En quelque sorte, le Real a été victime de sa propre arrogance, comme si occuper le sommet de la Liga suffisait. A l'inverse, le Barça a pensé à jouer au football avant de penser à gagner. D'un point de vue esthétique, les Blaugranas ont créé de l'art par moments, comme si se cristallisait en un instant le meilleur football du monde, pour l'extase de ses propres joueurs. Alors que ceux de Madrid apparaissaient frustrés, beaucoup trop nerveux après l'ouverture du score... L'esthétique du Real est celle du pouvoir, d'un pouvoir extraordinaire, mais il lui manque le doute. C'est comme dans la vie, quelqu'un qui ne doute pas fait des erreurs. Lundi, le Barça a cru en l'intelligence, le Real en la puissance.

Quel joueur vous a le plus impressionné ?


Xavi est habité d'une véritable noblesse, c'est un exemple. Au Real aussi, il y a de tels joueurs, comme Casillas. On ne peut réduire le foot à C.Ronaldo ou Messi. Beaucoup d'ouvriers du foot sont de véritables professeurs. Je pense à Xavi et Iniesta, ou à Ozil et Xabi Alonso côté madrilène. Je crois que les Merengues commettent l'erreur de penser que tout doit venir de C.Ronaldo.

Ce Barça est-il le meilleur de l'Histoire ?


Il y a des étapes, des cycles dans le foot. L'Ajax, le Bayern, l'Inter ou le Real ont connu des ères de suprématie. Aujourd'hui, c'est au tour du Barça. Il y a des instants où des équipes semblent touchées par la grâce, mais elle finit toujours par s'évanouir.

Toutes les semaines, vous vous exprimez dans As. En quoi est-ce vital pour vous d'écrire sur le football ?


Le foot, ce fut ma première passion. J'ai commencé à écrire des résumés de rencontres à 13 ans. Le foot apporte beaucoup de bonheur aux gens. A des moments de ma vie, une de mes rares sources de joie était le football. Dans mon livre « La foto de los suecos » (1998), j'ai décrit comment je suis devenu fan de foot, les samedis au stade avec mon père...

Sous quel prisme l'écrivain peut-il faire du foot un sujet de roman ?



En traitant de la défaite. La manière dont on la reçoit permet de juger le fond d'une personne. Aujourd'hui, quand on constate l'attitude de Sergio Ramos, son immaturité frappe. Mon roman de référence sur le football est « Le premier homme » d'Albert Camus. Il écrit que le football lui a tout appris sur la vie, et je ferai mienne cette phrase. La camaraderie, la défaite, la recherche, la compassion, la passion, on retrouve tout cela dans le football, un sport noble.

Pour terminer, un mot sur Mourinho : est-il un entraîneur de nouvelle génération ou l'héritier de glorieux prédécesseurs ?


Pour moi il est dans la tradition d'Helenio Herrera. L'entraîneur de l'Inter avait cette même arrogance. L'ire se concentrait sur sa personne. Mourinho est un très bon entraîneur, un véritable connaisseur du jeu, mais son caractère peut le perdre. Je crois que s'il se montrait plus humble, comme ce soir en conférence de presse, il serait meilleur. Je crois d'ailleurs qu'on vient d'assister à la naissance d'un nouveau Mourinho. Un jour, il entraînera Barcelone. Il fait un long chemin pour revenir où il était.

Propos recueillis par Thomas Goubin, à Guadalajara

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17
Partenaires
Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Tsugi