Le Czar éxilé par son Ministre

La révolution gagne les vestiaires du Sporting. Écarté jeudi en Liga Europa au tout dernier moment, Marat Izmailov est dans le viseur de Costinha. Le nouveau directeur sportif des Lions a décidé de destituer le Czar de son statut de chouchou...

Modififié
0 0
« C'est moi qui ai écarté Izmailov » . Costinha assume. Jeudi, alors que le Sporting reçoit l'Atletico Madrid en match retour de Liga Europa, le milieu de terrain russe est curieusement absent de la feuille de match. Marat serait blessé. Encore. A l'issue de l'élimination des Lions (2-2, 0-0 à l'aller), Costinha, fraichement nommé directeur sportif du Sporting, s'explique face à la presse : « La première fois que je suis venu ici, j'ai dit que je prendrais mes responsabilités et j'ai exigé la plus grande rigueur dans le club. Après avoir entendu le médecin et Marat, j'ai compris qu'il n'y avait aucune raison pour que le joueur ne soit pas présent à la préparation de ce match » .

Czar ou princesse ?

Car le hic est là. Le Czar joue la princesse et prétexte une énième douleur à la jambe. Avec 17 rencontres (toutes compétitions confondues) cette saison, le joueur de 27 ans est loin d'être un battant. « S'il a manqué d'esprit de sacrifice ? Je réponds oui. Caneira a joué la moitié du match avec un tibia en feu, Pedro Silva souffrait d'une entorse au genou et Pedro Mendes a joué avec une fracture du nez. Ils ont supporté la douleur » , poursuit l'ancien milieu de terrain de l'AS Monaco. « Le nous est au-dessus du je. Et tout a été fait pour que Marat joue » . Le directeur clinique sportinguiste, Gomes Pereira, en rajoute carrément une couche : « Izmailov a été opéré par un chirurgien qu'il a choisi dans un pays qu'il a choisi (Allemagne ndlr). Depuis qu'il a repris les entraînements, il a connu une évolution favorable » .
A 35 ans et pour sa première expérience hors des pelouses, Costinha se veut toujours comme le patron du milieu. On est loin de l'éphémère ère de son prédécesseur, Sa Pinto. Trois mois à peine après son retour à Alavalade, l'homme qui avait “carjacké” la moustache du “seleccionador” Artur Jorge sur un parking en 1997 a remis ça sur son buteur Liedson... avant d'être invité à poser sa démission.

« Je ne laisserai personne se mettre sur mon chemin »

N'empêche, après avoir taillé un costard à Izmailov, celui qu'au Portugal on surnomme « o Ministro » –parce qu'il est toujours bien habillé– tient à préciser : « Notre relation avec Marat sera la meilleure. Je n'ai jamais dit qu'il ne jouerait plus jamais pour nous. C'est un grand joueur qui est sous contrat jusqu'en 2013 et s'il est resté au Sporting, c'est pour servir le club » .


Il y a trois semaines encore, avant de se faire secouer les puces, Marat le faisait à merveille. Pour le SCP, il a décliné la sélection russe et le Paris-SG. Lors du dernier mercato, le Moscovite jette un coup de froid sur le Parc : « Je ne vois pas l'intérêt d'être transféré dans un club comme le Paris Saint-Germain parce que c'est un club qui a moins d'ambitions que le Sporting » . Marat parle peu mais il a une sacrée frappe.
Chouchou des supporters, ce Lisboète d'adoption depuis près de trois ans est ovationné après le récent succès des siens face à Everton en Coupe d'Europe. Buteur le mois dernier contre le FC Porto lors du réveil des Lions en championnat (3-0), il marquait sa propre renaissance. Enfin, on le pensait... Vendredi, suite au remaniement ministériel, il sèche la séance d'entraînement. Sans justification. « Il était au consulat » , défend son agent. Réponse du Ministre : « Le Sporting savait qu'il avait demandé à aller au consulat vendredi, mais ça ne veut pas dire qu'il était autorisé à le faire. Il a été convoqué pour une réunion à laquelle il n'est pas venu. Il n'est pas non plus venu pour recevoir ses soins. Je ne sais même pas si Izmailov est au Portugal. S'il n'avait rien à cacher, il répondrait au téléphone » . Et l'ex-international portugais d'enchaîner les tacles : « Je sais que certains joueurs du Sporting sont amis avec des journalistes. Jusqu'au 16 mai (fin de la saison ndlr), que les journalistes fassent ce qu'ils veulent. Mais à partir de cette date, parce que je veux que le Sporting gagne dix titres de plus que j'ai pu en gagner (7 titres dont la Ligue 1 en 2000 avec l'ASM ndlr), je ne laisserai personne se mettre sur mon chemin. Si je dois écarter des joueurs, je le ferai » . La sanction devrait donc tomber et la tête du Czar avec. L'hiver dernier, le Lokomotiv Moscou offrait 7M€ aux Lions pour le faire revenir. Aujourd'hui, c'est le Ministre qui serait prêt à lui payer son billet...

Nicolas Vilas

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
L'Equipe (type) du Dimanche
0 0