1. //
  2. // Bilan premier tour

Le conseil de classe du premier tour de l'Euro

Des tables en U, de la concentration et un premier semestre bouclé pour la classe européenne. Le temps est venu de balancer les points pour un ensemble sans réelle tête de classe, mais avec des anciens jeteurs de boulettes rentrés dans le rang. La parole est cette année aux anciens loubards.

Modififié
968 32

Félicitations


Croatie (9,5/10) : Une putain de tête à claques. La gueule d’un enfant surdoué, blondinet, un peu bagarreur par moments, au point de débarquer sur scène pour chanter à la chorale avec un bonnet de water-polo, mais qui ne surprend plus. Bon, d’accord, la famille n’est pas toujours très clean et pousse les bénévoles de son association à manifester de temps en temps, mais si c’est pour claquer au final l’ancien élève modèle, on prend. Croatstibat, qui peut te battre ?


Pays de Galles (8,5/10) : Un exemple à montrer à tous les professeurs blasés qui ne croient plus en la beauté de leur métier, et chez qui la flamme des débuts est éteinte depuis trop longtemps. Qui s'attendait à ce que le pays de Galles prenne les choses en main dans son groupe ? « Je suis impatient de disputer l’Euro. Tout le monde sera en forme et j’espère que nous pourrons le faire. On ne sait jamais. Deux trophées en quelques mois ! » osait le surdoué Gareth Bale avant la compétition, tout juste auréolé d'un nouveau premier prix en Ligue des champions. Une tête de classe réjouissante et inattendue, qui pourrait encore nous impressionner vu le contrôle très abordable qui l'attend en huitièmes.

Tableau d’honneur


Allemagne (8/10) : Habitué à être le premier de la classe, l’élève allemand se serait presque trop reposé sur ses lauriers. Sur les trois contrôles, il s’est contenté du strict minimum. Heureusement pour lui, ses capacités sont tellement au-dessus de la moyenne de ses petits camarades que ça suffit pour faire partie des meilleurs. Et surtout, il a prévenu tout le monde : « Dès que je commencerai à me mettre à bosser, vous allez en prendre plein la gueule. » Impressionnant, surtout quand on connaît les troubles familiaux qu’ils traversent en ce moment, notamment du côté de son père, Joachim, loin d’être le plus équilibré des papas.

Pologne (8/10) : Contrairement à son voisin de classe allemand, l’élève polonais a trop souvent été habitué à être un des bonnets d’âne de la classe européenne. Mais depuis quelques années maintenant, le travail a fini par payer. En rendant sa première bonne copie de l’histoire dès le premier contrôle, il s’est facilité la tâche et est parvenu à enchaîner de bons résultats. Prometteur pour le second semestre.


Top 10 des plus beaux buts de la phase de poules

Espagne (7,5/10) : Bah ouais mec, à force de se la jouer intouchable, on se retrouve handicapé. Après deux premiers contrôles réussis sans trop réviser, le vieux Vicente a vu son gosse déraper sur une nappe de pique-nique colorée en bleu pour l’occasion d’une dernière fête de poules. Le bilan après une semaine de caresses européennes est donc clair : les qualités sont là, les certitudes aussi, les pas de danse sont travaillés, mais à force de se voir trop beau, on peut se casser la gueule aussi facilement que Pogba sur une pelouse française. Depuis Sotchi, on peut aussi appeler ça une Brian Joubert.

Hongrie (7,5/10) : La belle surprise de ces premières semaines. Un nom à enfin faire tomber de sa chaise Arielle Boulin-Prat, une gueule d’amateur de pole dance et le regard de John Doe. Reste qu’on ne juge pas que sur le physique, et le rendu final est vraiment sérieux, appliqué et soigné, ce qui annonce de belles promesses. Et ce, malgré les difficultés attendues prochainement pour s’intégrer dans la cour des grands. Tout le monde ne peut pas porter un pull posé sur ses épaules. En attendant, tonton Viktor a le smile.


Islande (7,5/10) : Ah Gylfi. À l’image de tous ses frères, c’est du régal avec l’humilité en prime. Comme quoi, l’ascenseur social bloqué, c’est des conneries. On peut avoir une famille de poissonniers, un T-shirt sans marque et une barbe trop longue, mais s'en sortir quand même tout en regardant les ringards tatoués dans les yeux. Plus cabillaud que sar commun donc. Un gamin de valeur.

Irlande du Nord (7/10) : Le trublion sympathique de la classe. L’élève nord-irlandais fait partie de ces gamins qui foutent le bronx au fond de la classe, mais vu qu’ils ont toujours le sourire, ils nous communiquent leur joie de vivre. Malgré des capacités plutôt limités sur le plan scolaire, sa bonne volonté a fini par être récompensée. Et on est très heureux pour lui.

Encouragements


France (6,5/10) : Se présentait à l'examen avec pas mal de pression, car c'est toujours stressant de passer un grand oral devant tant de gens qu'on connaît. En outre, le petit Français avait connu des révisions compliquées, en fricotant avec des bad boys qui lui ont fait perdre du temps et de l'énergie bêtement. Un peu empruntée au moment de se lancer, la France hésite looooooongtemps à chaque nouvelle question avant de finir par trouver la réponse quand le temps presse. Le kid bleu-blanc-rouge peut dire merci à son talent et à ses antisèches qui sentent bon la banlieue de Londres, les premières épreuves n'étaient qu'une formalité. C'est maintenant qu'il va falloir remplir les copies avec plus d'application.


Albanie (5/10) : C'était évidemment trop juste pour aller plus loin, mais les Albanais sont tombés les armes à la main en concluant leur voyage par une victoire contre ce cancre de Roumain. Un duel d'élèves en difficulté très attendu par les conseillers d'orientation, sponsorisé par les caravanes Hobby, et qui a tenu toutes ses tristes promesses en accouchant d'un 1-0 maigrelet. Encourageant malgré tout pour l'Albanie, qui fréquentait une classe européenne pour la première fois de son histoire.

Belgique (6/10) : Le gamin revanchard, vexé de son mauvais début d’année, qui entend bien prouver à ses parents qu’il n’est pas un cas social. L’élève belge est considéré comme l’un des plus talentueux de la classe. Et pour une fois que les professeurs lui font confiance, il a déçu d’entrée. Mais grâce à ses facilités, il a fini par remonter la pente. S’il continue sur cette lancée, il pourrait largement figurer au tableau d’honneur en fin d’année. Il faudra juste être un peu plus organisé dans le travail.


Italie (6,5/10) : Les professeurs ne savent plus quoi penser de l’élève italien. Alors qu’on attendait pas grand-chose de lui en début d’année, il a rendu une première copie parfaite. Du coup, on s’est remis à être exigeant avec lui. Pour le deuxième contrôle, sa plume a été décevante, mais il a tout de même fini par obtenir une bonne note. Mais le dernier test du semestre a été catastrophique, avec une présentation dégueulasse. Limite du foutage de gueule. Mais on sait que l’élève italien répond souvent présent lors des épreuves charnières. On attend.

Irlande (5,5/10) : Pour être honnête, on se préparait déjà à écrire une lettre au rectorat pour faire une demande de redoublement concernant l’élève irlandais. Sauf que discrètement, dans son coin, sans faire de bruit, l’Irlande a bûché toute la nuit avant de passer le test final. Et ses résultats à ce dernier contrôle ont été pleinement satisfaisants. À tel point qu’ils ont été suffisants pour rattraper de mauvaises notes jusque-là. Une bonne surprise pour un élève très motivé.

Passage de justesse


Slovaquie (5,5/10) : Que retiendra t-on de la phase de poules de la Slovaquie ? Quelques éclairs de génie et une habileté suffisante pour se faufiler jusque dans ce fameux bus des meilleurs troisièmes. Le genre d'élève impossible à cerner, qui réussit à se hisser dans la classe supérieure parce qu'il n'est pas assez désastreux pour qu'on l'y refuse. En revanche, il va falloir arrêter avec cette manie de gribouiller sur les copies.


Angleterre (6/10) : L'Anglais de la classe ne changera donc jamais. On en attend beaucoup, lui-même sait qu'il n'a qu'à se sortir les doigts du c** pour faire partie des meilleurs élèves, mais il préfère bouder dans son coin et se compliquer la vie tout seul en ne faisant pas les efforts nécessaires. Et toujours une bonne excuse, en plus de ça. Cette fois-ci, on voit arriver le « mes anciens ne sont plus assez performants, mes jeunes sont trop jeunes pour gagner un Euro » à des kilomètres. Le pire dans tout ça, c'est que si les Anglais finissent par avoir un sursaut d'orgueil, ça sera à tous les coups contre les Français en quarts de finale.


Suisse (5/10) : Le petit Suisse a soigneusement évité de se faire manger, et a vogué nonchalamment jusqu'à une qualification prévisible à la deuxième place de son groupe de travail. Rien de grandiose, ça passe en touchant la barre, mais personne ne s'attendait pas à de grandes envolées lyriques. Bon point à noter, a réussi à rester mobilisé même en ayant cassé presque tous ses crayons lors de l'examen de français dimanche dernier. Office Depot aurait fait son mea culpa depuis.


Portugal (4,5/10) : Fernando n’a toujours pas compris la différence entre être et paraître. Au premier coup d’œil, il y a les traits fins, le cheveu soigné, bien peigné et le clinquant. Puis on creuse, on fouille et on trouve une immense arnaque. Non, ça ne suffit pas d'être bon en sport, en musique et en arts plastiques.

Redoublement


Turquie (3/10) : On peut parler pour lui de syndrome de Stockholm. Tout le monde connaît ce type d’élèves, celui qui pleure après un devoir sur table, car il sait qu’il n’a pas assez bossé, qu’il va rentrer chez lui avec du rouge sur sa copie et qu’il finira la soirée avec des bleus sur la joue. Le petit Fatih le sait déjà : avec de telles prestations et une élimination dès le premier tour, le retour à la maison sera terrible. C’est bien ça, l’enfer d’Istanbul.


Autriche (3,5/10) : La plus grande déception du semestre. Tout était parfait : la pile de cahiers de vacances avait été affichée fièrement à la rentrée, la chemise bien repassée et le pantalon en velours aussi. Puis, l’excès de confiance, la pression familiale et des moyens qui s’envolent face à sa copie. Clairement le prochain invité du Divan de Marc-O.


Roumanie (3/10) : Un redoublement logique au vu de la prestation, mais mis avec des regrets tant on reste persuadé que les Roumains auraient pu mieux faire. À quoi sert d'avoir le gardien titulaire du cinquième de Serie A, un ancien vainqueur de coupe de l'UEFA en défense, une pépite qui cartonne au pays au Steaua, et un capitaine qui a toute la folie et l'ambition de ses 26 ans, si c'est pour reculer devant chaque obstacle ? Plus feignant que bon à rien, l'ami Roumain va devoir cravacher s'il veut espérer tenir la route un jour de ce genre d'épreuves.

Réorientation professionnelle

Tchéquie (2/10) : L’enfant paradoxal : celui qui débarque en sixième avec déjà des poils sous le nez. Pendant deux semaines, Pavel n’a pas affiché autant de confiance aux côtés des crevards de la cour. Sous le préau, il s’est montré timide, a laissé son goûter à la bande à Vicente, sa veste à Fatih, et sa balayette donnée à Ante ne fait pas de lui un crack. Va t’endurcir, gamin.


Russie (1/10) : Il était temps que la cloche sonne, pour les Russes. N'ayant pas appris ses leçons, brouillon, illisible, l'effectif de Leonid Slutsky a soigneusement coché toutes les cases de l'élève dont il n'y a rien à tirer. Tout en étant indiscipliné à souhait, et même violent. Certaines terrasses marseillaises se souviennent encore des coups de colère venus du grand Est, et à aucun moment les Russes n'ont eu l'air de faire des efforts pour faire grimper leur moyenne générale. Et dire que dans deux ans, le monde entier a accepté cette satanée convocation à passer une partie de l'été là-bas. Et tant pis pour ceux qui trouvaient les cartons d'invitation bidons, et qui voulaient annuler pour aller teufer ailleurs.

Suède (1/10) : C’est là tout le problème quand on mise tout sur sa matière forte. Comme prévu, la Suède a cru qu’une excellente note en Zlatan sufirait pour passer dans la classe supérieure. Sauf que l’élève suédois s’est complètement manqué, y compris dans cette matière. Résultat, que des mauvaises notes, et une moyenne générale très, très basse. Et vu qu’apparement, la Suède ne pourra plus jamais compter sur Zlatan, il va falloir partir sur une réorientation complète. Et repartir de zéro. Comme un élève de terminale qui se rend soudain compte qu’il veut devenir cuisinier.


Ukraine (0/10) : Le corps enseignant est désolé, mais un simple redoublement ne suffira pas. Avec trois zéros de suite, il est temps d’arrêter les frais. L’élève ukrainien n’est tout simplement pas fait pour ce lycée. Une réorientation vers un métier plus manuel est à envisager au plus vite. De nombreux autres élèves mériteraient d’avoir sa place, et ce n’est pas juste pour eux.



Par Maxime Brigand, Kévin Charnay et Alexandre Doskov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Note : 4
L'enseignement de cette phase de poules c'est surtout qu'il faut arrêter l'auto flagellation sur l'EDF en mode:
"On est pas un rouleau compresseur hyper huilé avec un plan méga clair qui met 3-0 à tous les monde = on est pas bons et on gagnera jamais"...

A moins que j'ai raté un truc, l'équipe "rouleau compresseur hyper huilé avec un plan méga clair qui met 3-0 à tous les monde" j'en ai pas encore vu sur cet Euro.

Ce qui veut dire? Potentiellement que une équipe comme ça avec l'homogénéisation du niveau des sélection que l'on constate en ce moment, ben ça n'existe plus. Et donc que regretter qu'on soit pas comme ça, c'est incohérent.

Alors bien sûr, on est pas fabuleux, mais vous croyez que les espagnols, les italiens, les croates ou les allemands se disent au vu des poules qu'ils vont tout péter et sont surs d'aller en finale minimum?

Non, aucun d'entre eux.
Et les "félicitations" pour des croates qui ont prouvé leur capacité d'effondrement psychologique contre la Tchéquie, qui n’avait RIEN d'un épouvantail... joli deux poids deux mesures.

Les autres ont plus de certitudes que nous? Dans notre vision alarmiste, oui. Pour en avoir parlé avec des espagnols, belges et allemands (j'ai ni Italiens ni croates dans mon entourage)... pas tant en fait.

Bref, ma pensée: on n'a effectivement pas de grosses certitudes, c'est vrai. Mais ce n'est pas anormal, et donc pas alarmant.

A vous lire, pour être confiant faudrait qu'on ai actuellement la certitude absolue qu'on peut tout casser. C'est arrivé une fois dans l'histoire récente de l'EDF. En 2002. Me semble pas nécessaire de refaire l'histoire.

On est premiers avec 7 points. Personne n'a fait mieux que 7 points. C'est parfait? Non. C'est pas mal? Oui.

Allez les bleus.
 //  12:27  //  Supporter des Pays-Bas
Note : 1
Message posté par Phil...
L'enseignement de cette phase de poules c'est surtout qu'il faut arrêter l'auto flagellation sur l'EDF en mode:
"On est pas un rouleau compresseur hyper huilé avec un plan méga clair qui met 3-0 à tous les monde = on est pas bons et on gagnera jamais"...

A moins que j'ai raté un truc, l'équipe "rouleau compresseur hyper huilé avec un plan méga clair qui met 3-0 à tous les monde" j'en ai pas encore vu sur cet Euro.

Ce qui veut dire? Potentiellement que une équipe comme ça avec l'homogénéisation du niveau des sélection que l'on constate en ce moment, ben ça n'existe plus. Et donc que regretter qu'on soit pas comme ça, c'est incohérent.

Alors bien sûr, on est pas fabuleux, mais vous croyez que les espagnols, les italiens, les croates ou les allemands se disent au vu des poules qu'ils vont tout péter et sont surs d'aller en finale minimum?

Non, aucun d'entre eux.
Et les "félicitations" pour des croates qui ont prouvé leur capacité d'effondrement psychologique contre la Tchéquie, qui n’avait RIEN d'un épouvantail... joli deux poids deux mesures.

Les autres ont plus de certitudes que nous? Dans notre vision alarmiste, oui. Pour en avoir parlé avec des espagnols, belges et allemands (j'ai ni Italiens ni croates dans mon entourage)... pas tant en fait.

Bref, ma pensée: on n'a effectivement pas de grosses certitudes, c'est vrai. Mais ce n'est pas anormal, et donc pas alarmant.

A vous lire, pour être confiant faudrait qu'on ai actuellement la certitude absolue qu'on peut tout casser. C'est arrivé une fois dans l'histoire récente de l'EDF. En 2002. Me semble pas nécessaire de refaire l'histoire.

On est premiers avec 7 points. Personne n'a fait mieux que 7 points. C'est parfait? Non. C'est pas mal? Oui.

Allez les bleus.


"Quand on se regarde, on se fait peur.
Et quand on se compare, on se rassure".
Top-player Niveau : CFA
Attention a ne pas trop surestimer la Croatie les gens. Ils n'ont pas marché sur l'Espagne comme j'ai pu le lire ailleurs.

Pour moi les voir en finale (comme tout le monde le pronostique) serait une demi-surprise.
Top-player Niveau : CFA
Et mettre 7/10 et "tableau d'honneur" a une équipe qui a perdu logiquement deux fois c'est très généreux..
Message posté par Phil...
L'enseignement de cette phase de poules c'est surtout qu'il faut arrêter l'auto flagellation sur l'EDF en mode:
"On est pas un rouleau compresseur hyper huilé avec un plan méga clair qui met 3-0 à tous les monde = on est pas bons et on gagnera jamais"...

A moins que j'ai raté un truc, l'équipe "rouleau compresseur hyper huilé avec un plan méga clair qui met 3-0 à tous les monde" j'en ai pas encore vu sur cet Euro.

Ce qui veut dire? Potentiellement que une équipe comme ça avec l'homogénéisation du niveau des sélection que l'on constate en ce moment, ben ça n'existe plus. Et donc que regretter qu'on soit pas comme ça, c'est incohérent.

Alors bien sûr, on est pas fabuleux, mais vous croyez que les espagnols, les italiens, les croates ou les allemands se disent au vu des poules qu'ils vont tout péter et sont surs d'aller en finale minimum?

Non, aucun d'entre eux.
Et les "félicitations" pour des croates qui ont prouvé leur capacité d'effondrement psychologique contre la Tchéquie, qui n’avait RIEN d'un épouvantail... joli deux poids deux mesures.

Les autres ont plus de certitudes que nous? Dans notre vision alarmiste, oui. Pour en avoir parlé avec des espagnols, belges et allemands (j'ai ni Italiens ni croates dans mon entourage)... pas tant en fait.

Bref, ma pensée: on n'a effectivement pas de grosses certitudes, c'est vrai. Mais ce n'est pas anormal, et donc pas alarmant.

A vous lire, pour être confiant faudrait qu'on ai actuellement la certitude absolue qu'on peut tout casser. C'est arrivé une fois dans l'histoire récente de l'EDF. En 2002. Me semble pas nécessaire de refaire l'histoire.

On est premiers avec 7 points. Personne n'a fait mieux que 7 points. C'est parfait? Non. C'est pas mal? Oui.

Allez les bleus.


Il n'y a effectivement pas eu de "rouleau-compresseur" jusqu'ici, mais les groupes n'étaient pas totalement représentatifs non plus.

On a effectivement 7 points, mais les 9 points étaient largement à portée.

Je ne peut pas blairer les Espagnols mais pour l'instant c'est eux le rouleau-compresseur, leur groupe était bien plus relevé que le nôtre, même si leur arrogance leur a coûté la 1ere place. Ils vont monter en puissance et si ils passent l'Italie ils auront un combo confiance + talent qui pourra facilement sortir l'Allemagne.
L'Allemagne qui a avait aussi un groupe casse-couille, une défense insolite, mais pourtant 0 buts encaissés, beaucoup de gestion (ils jouaient souvent en marchant) et maintenant ils vont jouer à 100%.
Quant à l'Italie pas la peine de parler des qualités qu'ils ont montrées, ils sont aussi dans les favoris, mais pas au sens rouleau-compresseur.

Après nos Bleus sont je pense au-dessus de bcp d'autres sélections, à part ces 3 là et la Croatie et la Pologne qui ont moins de stars mais qui se transcendent beaucoup plus, aux tripes et au courage.

J'espère qu'on ira jusqu'au bout perso, mais le plus dur arrive....
@ Toof

Exactement.
Et c'est bien un point clé: tout jugement n'a de valeur que dans un contexte. Hors, si tu regarde le contexte, ben finalement c'est plutôt rassurant.
Dani de Melo Niveau : CFA
 //  14:08  //  Amoureux de Lille
Aux auteurs:

" L’élève ukrainien n’est tout simplement pas fait pour ce lycée. Une réorientation vers un métier plus manuel est à envisager au plus vite."

Quand bien même on porte aux nu, à longueurs de temps, un sport qui se joue avec les pieds, je ne vous félicite pas pour votre participation à l'entretien du désamour des professions manuelles.

Je suis choquée et je m'en vais comme un prince.
Attaque-Defonce Niveau : CFA
 //  14:14  //  Hooligan de la France
Sincèrement, je vois pas un groupe où la France n'aurait pas pris ses 6 ou 7 points. Dans le groupe de l'Angleterre et du Portugal, je pense même qu'on passait avec un 100%.

Avec le recul, je regrette d'ailleurs la victoire contre l'Albanie. Finir deuxième nous aurait offert le tableau le plus ouvert de l'histoire.

Sincèrement, vous vous rendez compte que l'on retrouvera en finale la Belgique, la Croatie, le Portugal, les Pays de Galles, l'Irlande du Nord, la Hongrie, la Suisse ou la Pologne ?

Quelqu'un veut encore parler du tableau ouvert de la France, ou les Belges vont-ils avoir enfin l'occasion de fermer leurs grandes bouches ?
En tant que belge, on est critiqué sans cesse, on joue mal effectivement, mais on ramène 6 points,4 buts maarqués 0 encaissés contre Irlande et Suede. On perds contre l Italie pe premier match en ne jouant pas bien mais en manquant de chance aussi car pn dominait. On bat des suedois qui ont tout fait pour gagner hier car victoire ou dehors pendant que l italie se la coulait douce pour perde, je pense qu on pouvait avoir les 9 pounrs si on avait joué l italie en dernier,mais bon..

Au final on joue contre les hongrois,oui les Hongrois, en 8 ieme comme beaucoup, on verra le dernier carré de cet euro mais en 2016, les niveaux sont similiares, á part quelques équipes , la plupart des joeurs se rencontrent tous en ligue des champions et uefa, s entrainent professionnellement depuis leur adolescence, ..

Il y a beaucoup de gestion de resultats et des qu une equipe gagne elle est vue potentielle championne.

les diables rouges pêchent au niveau envie et construction une partie du temps çais les critiques les font passer pour des poussins qui ne savent pas utiliser leurs pieds ( oui, lukaku mets deux buts, dont un que ma grand mere decedee aurait mit aussi, paix a ton âme). A part lukaku qui vendeange énormément, on avance et étant compliqué á chaque fois, on reste focalisé.

Tout le monde a oublié le parcours de l Italie en 2006 ou Allemagne en 2002? on peut jouer contre des 'faibles' mais tout ce que l histoire retient c est jusqu ou on est arrivé.

allez les belges
@ Attaque défonce

Faut avouer, tous ces abrutis qui on crié au complot pour un parcours ultra favorable pour la France.
Ces mecs incapables de se souvenir qu'entre la composition d'un groupe et savoir qui en sortira premier, ya des matchs, qui se passent pas forcément comme on l'imagine...
SeventhDisciple Niveau : CFA2
Difficile de tirer des conclusions sur une compétition où 16 des 24 équipes se qualifient en 3 matchs, où tu peux te qualifier en faisant trois nuls ou en perdant deux matchs et en en remportant un, le tout avec une différence de but nulle...
Message posté par Phil...
L'enseignement de cette phase de poules c'est surtout qu'il faut arrêter l'auto flagellation sur l'EDF en mode:
"On est pas un rouleau compresseur hyper huilé avec un plan méga clair qui met 3-0 à tous les monde = on est pas bons et on gagnera jamais"...

A moins que j'ai raté un truc, l'équipe "rouleau compresseur hyper huilé avec un plan méga clair qui met 3-0 à tous les monde" j'en ai pas encore vu sur cet Euro.

Ce qui veut dire? Potentiellement que une équipe comme ça avec l'homogénéisation du niveau des sélection que l'on constate en ce moment, ben ça n'existe plus. Et donc que regretter qu'on soit pas comme ça, c'est incohérent.

Alors bien sûr, on est pas fabuleux, mais vous croyez que les espagnols, les italiens, les croates ou les allemands se disent au vu des poules qu'ils vont tout péter et sont surs d'aller en finale minimum?

Non, aucun d'entre eux.
Et les "félicitations" pour des croates qui ont prouvé leur capacité d'effondrement psychologique contre la Tchéquie, qui n’avait RIEN d'un épouvantail... joli deux poids deux mesures.

Les autres ont plus de certitudes que nous? Dans notre vision alarmiste, oui. Pour en avoir parlé avec des espagnols, belges et allemands (j'ai ni Italiens ni croates dans mon entourage)... pas tant en fait.

Bref, ma pensée: on n'a effectivement pas de grosses certitudes, c'est vrai. Mais ce n'est pas anormal, et donc pas alarmant.

A vous lire, pour être confiant faudrait qu'on ai actuellement la certitude absolue qu'on peut tout casser. C'est arrivé une fois dans l'histoire récente de l'EDF. En 2002. Me semble pas nécessaire de refaire l'histoire.

On est premiers avec 7 points. Personne n'a fait mieux que 7 points. C'est parfait? Non. C'est pas mal? Oui.

Allez les bleus.


D'accord avec tout, ça rejoint un message que j'avais posté hier et que je ne peux pas résister à remettre ici :

"Bon, sinon, j'ai une petite pensée pour les adeptes du tiki-taka qui nous expliquaient (après France-Suisse) qu'en ayant marqué seulement 4 buts au premier tour, la France était vraiment nulle.

Scores des autres "gros" :
Belgique : 4 buts marqués
Portugal : 4 buts marqués
Allemagne : 3 buts marqués
Italie : 3 buts marqués
Angleterre : 3 buts marqués

Restent la Croatie et l'Espagne, avec 5 chacun. Des scores de titans."
Message posté par Top-player
Attention a ne pas trop surestimer la Croatie les gens. Ils n'ont pas marché sur l'Espagne comme j'ai pu le lire ailleurs.

Pour moi les voir en finale (comme tout le monde le pronostique) serait une demi-surprise.


Au début de l'Euro, j'aurais été d'accord avec toi, mais là, dans leur partie de tableau ils sont favoris pour aller en finale, devant la Belgique.
Message posté par Nobody1
Au début de l'Euro, j'aurais été d'accord avec toi, mais là, dans leur partie de tableau ils sont favoris pour aller en finale, devant la Belgique.


Le huitième contre le Portugal est loin d'être gagné d'avance...
Attaque-Defonce Niveau : CFA
 //  15:52  //  Hooligan de la France
Message posté par Tanguy
En tant que belge, on est critiqué sans cesse, on joue mal effectivement, mais on ramène 6 points,4 buts maarqués 0 encaissés contre Irlande et Suede. On perds contre l Italie pe premier match en ne jouant pas bien mais en manquant de chance aussi car pn dominait. On bat des suedois qui ont tout fait pour gagner hier car victoire ou dehors pendant que l italie se la coulait douce pour perde, je pense qu on pouvait avoir les 9 pounrs si on avait joué l italie en dernier,mais bon..

Au final on joue contre les hongrois,oui les Hongrois, en 8 ieme comme beaucoup, on verra le dernier carré de cet euro mais en 2016, les niveaux sont similiares, á part quelques équipes , la plupart des joeurs se rencontrent tous en ligue des champions et uefa, s entrainent professionnellement depuis leur adolescence, ..

Il y a beaucoup de gestion de resultats et des qu une equipe gagne elle est vue potentielle championne.

les diables rouges pêchent au niveau envie et construction une partie du temps çais les critiques les font passer pour des poussins qui ne savent pas utiliser leurs pieds ( oui, lukaku mets deux buts, dont un que ma grand mere decedee aurait mit aussi, paix a ton âme). A part lukaku qui vendeange énormément, on avance et étant compliqué á chaque fois, on reste focalisé.

Tout le monde a oublié le parcours de l Italie en 2006 ou Allemagne en 2002? on peut jouer contre des 'faibles' mais tout ce que l histoire retient c est jusqu ou on est arrivé.

allez les belges


Ok pour l'Allemagne en 2002 (Même si le parcours du Brésil est encore plus dégueulasse)...... Mais l'Italie 2006, sérieusement ?

La République Tchèque au premier tour, demi-finaliste de l'Euro deux ans avant et qui a alors une superbe génération ? Le Ghana, qui était déjà une équipe difficile à manœuvrer et les USA, quart de finaliste du mondial 2002 et souvent bien placés, c'était pas hardcore, mais c'était pas non plus le groupe le plus évident à l'époque, loin de là.

Ensuite en huitièmes, l'Australie, une équipe de bouchers qui aurait dû finir le match à 5 cartons rouges avec un arbitrage ultra complaisant (ironiquement, c'est une simulation de Grosso qui sauve l'Italie), bien des équipes en aurait chié aussi.

Le quart contre l'Ukraine, c'était impressionnant. Coller un 3-0 à cette génération, j'pense pas qu'il soit opportun de minimiser cette performance. L'Ukraine de 2006...
pauloradiobemba Niveau : CFA
Comme si ceux à avoir critiquer le fond de jeu de bms bleus étaient uniquement des adeptes du Tiki-Taka ... Surtout quand on sait que ce système de jeu peut être utilisé aussi bien pour défendre que pour attaquer, cf Roja 2010. Bref ...
Tu veux comparer les USA d il y a 14 ans avec leur historique et bagage footbalistique, avec l Allemagne? L Australie et l ukraine contre l Italie? si ils avaient eu un parcous comme la France de 2006 avec Espagne et Bresil, ok, mais non, italie Australie Ukraine, France; Espagne Bresil.., mais les deux arrivent au bout du cmpte en finale, e que les gens retiennent, en dehors du coup de boule de Zizou, peut etre que cela se termine au penalty et peut etre que Trezeguet a raté le sien
Et tout cela pour dire qu'en match á elimination directe, il ne faut pas vendre la peau du Hongrois avant de l avoir battu
@Tanguy et Attaque-Défonce

Je pense que la vérité - si vérité il y a - se trouve quelque part entre vos deux avis.
Même si l'équipe d'Italie n'a pas eu à se confronter aux mastodontes qui s'étaient posés sur le chemin de l'Equipe de France, plusieurs points me font tout de même penser que l'Italie fut malgré tout très méritante.
1 - c'est un point qui sent tellement la langue de bois, mais qui n'en est pas moins vrai : il n'existe pas de match facile à un tel degré de compétition.
2 - l'Italie avait flirté très sérieusement avec le titre les années précédentes, que ce soit en 1998, 2000 ou même 2002, malgré un parcours avorté rapidement dans ce fameux quart contre la Corée et un premier tour difficile. Il n'y a que l'Euro 2004 qui ait été vraiment mauvais, mais il était placé dans un moment de transition clair et l'Italie n'a d'ailleurs perdu aucun match cette année là.
3 - l'effectif italien était, à postériori, une vraie dream team. L'Italie a gagné avec la plupart du temps des joueurs comme Peruzzi, Inzaghi ou Del Piero sur le banc et avec Nesta (blessures) et De Rossi (suspension) dans les tribunes. Un truc de malade.
4 - le premier tour de l'Italie n'était pas si aisé qu'il n'en avait l'air comme si bien décrit plus haut.
5 - et c'est mon dernier argument : l'Italie a gagné avec sérieux ses matchs contre l'Allemagne et la France. Mais nous ne reviendrons pas dessus.

Cela dit, l'Ukraine et l'Australie était, quoiqu'il en soit, la partie de compétition la moins difficile.
Quand tu vois que les trois autres demi-finalistes ont du éliminer
1 - l'Espagne et le Brésil
2- la Suède et l'Argentine
3 - Les Pays-Bas et l'Angleterre
force est de constater que l'Italie avait tout de même un "boulevard" vers les demis.
Message posté par pauloradiobemba
Comme si ceux à avoir critiquer le fond de jeu de bms bleus étaient uniquement des adeptes du Tiki-Taka ... Surtout quand on sait que ce système de jeu peut être utilisé aussi bien pour défendre que pour attaquer, cf Roja 2010. Bref ...


Je fais référence à une discussion précise, que j'ai eu avec des adeptes précis, et qui ne portait pas sur le "fond de jeu" mais sur le nombre de buts marqués (ce qui, comme je l'avais alors fait remarquer, est assez bête, le nombre d'occasions obtenues étant pour moi la seule statistique permettant de se faire une idée du potentiel offensif d'une équipe).

Du reste, si c'est le seul point de mon message qui te fait tiquer, tu conviendras que c'est un détail.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
968 32