Le conseil de classe de l'Euro

Avec une classe élargie à 24 élèves, l'ambiance a parfois été tendue. Reste qu'à la fin de l'année scolaire, les bulletins de notes ne mentent pas. Et comme le disait Amandine du 38, « on est tous pleins de stress avant l'conseil de classe » .

Modififié
1k 21

Félicitations




Portugal (9/10) : L'élève dont tout le monde aimait se moquer au début de l'année. Un petit un peu teigneux au physique ingrat, qui atteignait à peine la moyenne aux contrôles et qui aurait même pu quitter l'établissement prématurément. Risée de ses camarades, le Portugal a passé le reste de l'Euro à faire le forcing pour continuer à traîner avec eux, en s'incrustant dans chaque soirée. Il a fini par les avoir à l'usure, et a même réussi à être roi du bal de promo sans que personne ne le voie venir. Et devant les regards effarés du reste de la classe, c'est lui qui a eu droit à la dernière danse avec la belle Française. Et qui a emballé à la fin.


Pays de Galles (8/10) : L'élève qui redonne espoir à l'avenir de tout un continent. Celui qui permet, aussi, à tous les professeurs déprimés de relever la tête. En l'espace de quelques semaines, Krokmou est devenu Smaug. Comme si les belles histoires avaient encore leur place dans les amphis surchargés, au point d'aller frapper dans le dernier carré de fin de semestre. L'ascenseur social n'est donc pas définitivement en panne, et petit dragon est devenu grand.


Tableau d’honneur




Islande (7,5/10) : Rigolo, exotique, metteur d'ambiance, performant, attachant, l'élève islandais a été la bonne surprise de cet Euro. Pas toujours très propre dans ses dissertations, mais toujours beau dans l'effort, le petit Viking a terminé l'année apprécié de tous. Son nom imprononçable, sa barbe et sa tête à descendre des troncs d'arbre à mains nues pour chauffer ses longues nuits scandinaves vont nous manquer, même si on sait désormais qu'on a de grandes chances de le recroiser lors d'une prochaine classe internationale. En revanche, cette manie de prendre les affaires de ses potes pour les jeter à 75 mètres à la seule force du bras, ce n'est plus possible, même si ça impressionne beaucoup les filles.

Allemagne (7,5/10) : Le premier de la classe ne faisait pas le malin, en découvrant que le tableau lui proposait ce petit con d'Italien dès les quarts de finale. Car l'Allemand gagne toujours à la fin, sauf quand l'Italien passe la même épreuve que lui. Sauf que ce coup-ci, après un QCM interminable, l'élève allemand a enfin vaincu la malédiction pour s'ouvrir les portes de la finale, ce ringard de Français n'étant jamais à la hauteur face à lui. Oui mais voilà, Griezmann n'est plus le babtou fragile de 2014.


Italie (7/10) : L’élève italien est décidément un élève à part, capable du pire comme du meilleur. Pour être honnête, le corps enseignant n’en attendait pas grand-chose cette année. Et puis la première copie a été une délicieuse surprise, avant d’enchaîner avec deux grosses déroutes, sur des contrôles plus faciles pourtant. Et puis, lorsqu’on l’a challengé avec des épreuves difficiles, il a encore une fois répondu présent. Insuffisant pour être premier de la classe, mais il faut dire qu’il est souvent tombé sur les textes les plus difficiles dans les épreuves orales.


Encouragements




Pologne (7/10) : Renvoyé chez lui dès le premier tour lors de ses deux seules participations, l'élève polonais se faisait discret dans la cour de récré, avant d'entrer dans son troisième Euro. En finissant invaincu en phase de poules avant de taper la Suisse en huitièmes, il a prouvé que la stratégie avait été payante. Attention au bal de fin d'année, lors duquel on risque bien de le retrouver au bras de la capitaine des cheerleaders, après s'être pris un râteau par une championne d'échecs.

Irlande du Nord (6/10) : Très honnêtement, l’élève nord-irlandais n’a pas énormément de capacité. C’était déjà presque un exploit qu’il soit parmi nous cette année. Et pourtant, il a largement répondu présent. Malgré l’image de trublion qu’il donne de lui en cours, il révise énormément ses leçons le soir. Travailleur, les professeurs sont très fiers d’avoir pu tirer le meilleur de lui. Et mine de rien, son sourire et sa bonne humeur nous encouragent à lui mettre des bonnes notes. Malin.


Belgique (6/10) : La Belgique est un cas épineux. Derrière sa mignonne petite bouille se cache une véritable peste. Toute l’année, elle a joué les premières de la classe avant de révéler son vrai visage dans le sprint final. La petite Belgique est en réalité bien trop sûre d’elle et a fait l’erreur de prendre l’élève gallois de haut. Résultat, elle se retrouve avec une moyenne générale très décevante, faute de travail. On lui donne tout de même les encouragements, car on ne peut se résoudre à ce qu’une élève aussi talentueuse ne réussisse pas un jour. Il faut juste se mettre un peu de plomb dans la tête.

Hongrie (6/10) : Quand on regardera la photo de classe dans dix ans, on ne se souviendra pas forcément de son nom. Ou alors, on mettra quelques minutes à se souvenir de lui avant de lâcher un « Haaaaaaan, mais oui, le Hongrois était là ! Évidemment » . Élève touchant avec son côté laborieux, la Hongrie s'est gentiment promenée dans la cour de récré, chopant la première place de son groupe F pour la gloire avant de perdre logiquement contre plus forte qu'elle. Une année scolaire méritante et terminée sans regrets, en somme. Et puis, dans un monde où l'apparence fait tout, réussir à se faire accepter en portant un jogging aussi moche et sans doute récupéré chez une association pour les pauvres, c'est un exploit non négligeable.


Passage avec justesse




Slovaquie (5,5/10) : Le gamin sérieux, mal habillé et qui ne progresse finalement pas. Le premier semestre laissait penser à un déclic, mais à force de se reposer sur ses certitudes, on prend des claques par les gros bras de la cour. Résultat : une année à oublier malgré les promesses de début d'année mais gâchées par des ratures à répétition. Ján colère.

Irlande (5,5/10) : Au premier semestre, on avait hésité à la faire redoubler directement. Puis au dernier moment, elle a rendu une copie prometteuse en contrôle italien. Alors, le corps professoral a décidé de lui donner une seconde chance. Mais il s’agissait bel et bien d’un unique sursaut d’orgueil au milieu de l’année. Finalement, l’Irlande passe de justesse, mais comme son cousin du Nord, elle doit surtout la clémence des professeurs à sa sympathie, plutôt qu’à son talent.

Croatie (5,5/10) : La petite Croatie est indiscutablement intelligente. Elle comprend tout, elle agit vite et rend généralement ses travaux à l'heure. Malheureusement, elle est bien trop consciente de son niveau et a tendance à se reposer un peu trop sur ses lauriers. Très appliquée en espagnole, elle a sans doute pensé que le portugais était similaire. Elle n'a donc pas mis les ingrédients nécessaires à sa réussite. Après son heure de colle, ses déclarations auprès de la direction ne sont pas très bien passées. En bref, la Croatie passe, mais devra se montrer bien plus humble et appliquée dans les années à venir. Avertissement de travail.


Suisse (5,5/10) L’élève chiant par excellence. Toujours autour du 12, il promet chaque année de faire un peu mieux, et affirme qu’il a compris « ce qu’il lui manquait » . Mais voilà, on ne refait pas le petit rouge. Nonchalant, il passe ainsi à la classe supérieure, sans jamais y briller. Clairement pas suffisant pour envisager une filière d’excellence, ou alors, tout au plus, viser une liste d’attente. Reste qu’il a les plus beaux ciseaux de la classe.

Espagne (5/10) : On pensait à juste titre que l'Espagne avait mérité sa place pour le voyage scolaire en France. On avait en réalité tort tant l'Espagne s'est mal comportée pendant ce court séjour. Aucun effort de fait pour garder son titre de « meilleur élève » du précédent voyage. Bien au contraire, l'Espagne s'est montrée arrogante avec son petit camarade de l'Italie qui a su se rebiffer au bon moment. L'équipe pédagogique et la direction sont profondément déçues par cette élève qui avait pourtant été si brillante tout au long de sa scolarité. Le passage dans la classe supérieure est autorisé mais il faudrait veiller au comportement de cette Roja. Avertissement de travail.


Albanie (5/10) Trop vite, trop fort. Persuadé de connaître ses cours sur le bout des doigts, l’élève albanais s’est malheureusement trop concentré sur les guerres émaillant son cours d’histoire, au point d’en oublier de réviser ces satanés croquis. Une moyenne plombée par ce contrôle inaugural raté mais loin d’être neutre, et le gamin n’a pas pu rattraper ses lacunes en français, sa matière faible. On saluera l’investissement jusqu’au bout de l’année toutefois, avec ce succès tardif pour ne pas terminer dans la caravane du fond de la classe.


Redoublement




Tchéquie (2,5/10) : Pas grand-chose à dire sur cette année complètement vide de la Tchéquie. Absente des cours de français, éteinte pendant les cours de combativité, elle n'a même pas pris la peine de rendre ses devoirs en lecture et compréhension du jeu. Son professeur de turc a beau lui avoir laissé une chance de passer à nouveau un test raté, rien n'y a fait. La Tchéquie n'était tout simplement pas assez investie pour espérer quoi que ce soit. Certains ont même évoqué l'idée d'une réorientation. Il est plus sage de la faire redoubler.

Turquie (3/10) : Cette année, il n'y a absolument rien à retenir de la Turquie. C'est à se demander pourquoi l'élève faisait l'effort de venir en cours. Le premier avertissement n'y a rien fait : la Turquie n'a même pas pris la peine d'écrire la moindre réponse sur sa copie d'espagnol. Pire, l'élève est même devenu turbulent, commençant à siffler et à hurler en plein milieu d'un cours, à prendre des selfies avec ses petits camarades et à déranger les professeurs. Il serait absurde de laisser passer cet élève. Il reprendra donc tout de zéro, et ce, dans un collège spécialisé en Russie, où il aura plutôt intérêt à se tenir à carreau s'il ne veut pas finir au goulag.

Roumanie (3/10) Toujours proche du ventre mou de la classe, l’élève roumain arrivait en France avec quelques certitudes entre les lignes : un gardien titulaire du cinquième de Serie A, un ancien vainqueur de coupe de l'UEFA en défense, une pépite qui cartonne au pays au Steaua, et un capitaine qui a toute la folie et l'ambition de ses 26 ans. Mais voilà, à force de bédave entre les cours, la flemme s’est ressentie. Résultat, des notes en berne, et des contrôles baclés avant le temps imparti pour pouvoir sortir tirer sur un nouveau stick. Un babos en somme, qui regrettera sans doute sa flemme une fois posé dans la ligne 2 avec les yeux mi-clos.

Autriche (2,5/10) : L'élève qui avait débarqué tout flamboyant, avec le dernier sac à la mode, une trousse neuve et bien remplie, les stylos pour frimer qui tournent en faisant des lumières, et qui avait annoncé qu'il arrivait pour devenir la tête de classe. Il faut dire que l'Autriche avait sacrément réussi ses devoirs de vacances, avec 9 victoires en 10 matchs lors des éliminatoires. Mais faire le malin avec des petits sur la plage quand il n'y a personne pour regarder, c'est plus facile que de chercher à réussir une fois qu'on est revenu en classe avec les autres bons élèves. Mines de crayon cassées, copies brouillonnes, réponses farfelues et manque de préparation évident pour le grand bain, l'Autriche a proposé presque toute la panoplie du cancre.


Réorientation professionnelle




Angleterre (2/10) : Les années passent et rien ne change. Avec sa gueule cassée, ses dents de travers et sa crête passée de mode, le vieux Roy, doyen de la cour, s'est une nouvelle fois vautré devant une foule qui n'attendait que ça. Comme si c'était écrit, comme si à force de se voir trop beau dans son polo Fred Perry, l'exilé anglais devait rater le coche pour intégrer la tête de classe. Au final, il s'est fait choper pour délit de grosse tête et passera l'été à purger ses TIG.


Russie (1/10) : Blurp. La tache. Le raté. La honte malgré un petit éclair lors de la première soirée au moment d'aller soulever la robe de la petite Stacy. Ou l'art de taper trop haut, trop fort. Car une fois ramenée chez elle, le petit Leonid a relâché la pression sur le lit de sa conquête anglaise et n'a jamais su s'en remettre. Au point de se faire fracasser une fois rentré à la maison. Non, on ne déshonore jamais tonton Vlad'. Sauf si on aime prendre des portes.

Suède (1/10) : En 1979, Abba demandait « Voulez-vous ? » , en français dans le texte. En 2016, l'élève suédois lui a répondu, par l'intermédiaire d'Ibrahimović, que oui, mais qu'il n'y arrivait plus. En rentrant à la maison avec comme unique but inscrit un CSC de l'Irlandais Ciaran Clark, le Suédois ne sera pas surpris de trouver dans sa boîte aux lettres un courrier l'invitant à repenser son parcours scolaire.

Youtube

Ukraine (0/10) : Zéro point, zéro but inscrit, premier élève éliminé. Après des révisions plutôt satisfaisantes en barrages contre la Slovénie, il a présenté trois copies hors sujet lors de l'examen final, dans l'indifférence générale. Personne ne se rendra compte de son absence à la rentrée.

Par la rédaction de Sofoot.com PS : L'élève français aura le droit à son bulletin séparé
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

NikkoFromLyon Niveau : CFA
Bilan de l'euro à l'image de sa finale un tournoi catastrophique d'un point de vue football, je ne sais pas si on peut citer ne serait ce que 10 matchs attrayants.
Je n'ai pas souvenir d'une compétition aussi ennuyeuse depuis Italia 90.


Certes le football ne peut se résumer qu'à des buts mais à un moment il en faut aussi, cela reste la finalité du jeu et surtout des équipes créant du jeu plus que de l'attentisme et/ou refus de jeu.

Résultat à tournoi laid, vainqueur horrible, cela dit la France cela n'aurait pas été bcp mieux. Il se passait tellement peu de choses sur les pelouses que certains médias en étaient réduits à nous parler ad nauseam des supps irlandais....


Et la France ? Je ne suis pas déçu que Deschamps paie en finale son absence de Choix sportifs comme le poste d'Ag et Evra par exemple, ou une liste pour le moins discutable puisqu'il aura fallu une cascade de blessures pour voir Umtiti par exemple ou encore la présence de Gignac là où Lacazette, Ben Arfa et Gameiro auraient fait forcément mieux. Je pourrais aussi citer Coman qui semble être la preuve que pour Deschamps jouer hors de France c'est mieux et quand on voit sa rentrée d'hier...

On va peut être enfin se rendre compte combien Pogba est un énorme bluff médiatique et est encore loin d'être un grand joueur et comme je l'ai dit lors du match si Sissoko est le meilleur joueur de ton 11 c'est que que celui ci a un réel souci de créativité et de talent.

Définitivement le football de club a pris le pas sur celui des nations.
Italia 90, j'ai trouvé ça bien.
Pas besoin d'avoir des tonnes de buts pour que ce soit lourd.
En 1990, il y a du suspens dans tous les matchs à éliminations directes sauf Tchécoslovaquie/Costa Rica (et encore ça se joue sur la deuxième mi-temps). C'est tendu à chaque fois.
Des séances de tirs au but, des prolongations où ils se passent pleins de trucs.

Après c'est pas Mexico 1986 évidemment mais ça reste passionnant sur pleins de points. Le dernier carré est juste classic, Argentine/Brésil + RFA/Pays-Bas; il y a tout un contexte à prendre en compte.
Bref, j'ai toujours trouvé les critiques trop dur envers cette CDM 1990.
LaPaillade91 Niveau : Loisir
"Définitivement le football de club a pris le pas sur celui des nations."

C'est le cas depuis environ 10 ans il faut faire attention au changement d'heure
 //  14:31  //  Supporter de Lyon
Note : 4
4 matchs m'ont fait kiffer : Portugal-Hongrie, Croatie-Espagne, Italie-Belgique, Italie-Espagne

2 bons match : France-Allemagne, Belgique-Pays de Galles

Mention à Allemagne-Italie pour la séance de TAB.

6 matchs sur 51, le ratio est quand même pas terrible. Un retour à l'Euro à 16 serait quand même cool, ou au moins en finir avec cette connerie de meilleurs 3ème.
nononoway Niveau : CFA
"Toute l’année, elle a joué les premières de la classe avant de révéler son vrai visage dans le sprint final. La petite Belgique est en réalité bien trop sûre d’elle et a fait l’erreur de prendre l’élève gallois de haut"

Pour ceux qui suivent l'équipe de Belgique, on sort d'une défaite contre le Portugal en amical, 1/6 contre le Pays de Galles en qualif, une victoire en amical 3-1 contre l'Italie où le score ne reflète pas du tout la rencontre.

Y'a que les nouveaux suiveurs qui pensaient que ce serait simple contre le Pays de Galles. Perso, j'avais pas pris de places pour les demis en voyant le match programmé. Si on a pas gagné contre eux depuis 3 rencontres officielles, c'est qu'il y a une bonne raison.

SINON, le tournoi en général était décevant au début mais sous-estimé par la suite. On s'en rappelle peu mais le début du mondial 2010 était bien pire.

On sort d'un mondial 2014 hors norme et sexy à souhait. Faut pas noircir le tableau, cet Euro a connu plusieurs matchs très sympa (italie espagne, italie allemagne, portugal hongrie, islande autriche, france islande, france irlande, portugal pays de galles, ...)

Quelques vraies belles purges (irlande du nord - pays de galles et portugal croatie, ZzZzzzzzzz).
Message posté par Franz
Italia 90, j'ai trouvé ça bien.
Pas besoin d'avoir des tonnes de buts pour que ce soit lourd.
En 1990, il y a du suspens dans tous les matchs à éliminations directes sauf Tchécoslovaquie/Costa Rica (et encore ça se joue sur la deuxième mi-temps). C'est tendu à chaque fois.
Des séances de tirs au but, des prolongations où ils se passent pleins de trucs.

Après c'est pas Mexico 1986 évidemment mais ça reste passionnant sur pleins de points. Le dernier carré est juste classic, Argentine/Brésil + RFA/Pays-Bas; il y a tout un contexte à prendre en compte.
Bref, j'ai toujours trouvé les critiques trop dur envers cette CDM 1990.


le dernier carré 1990: Italie/Argentine + RFA/Angleterre
so-lyonnais Niveau : CFA2
Je pense que cet Euro laisse un arrière goût car le tableau a été déséquilibré et qu'on assisté à peu de gros chocs finalement.

Le Portugal a eu une autoroute pour la finale après avoir battu au bout de l'ennuie la Croatie et parce que la Belgique a déconné. Laissant tous les gros se bouffer dans l'autre partie du tableau (France,Allemagne,Italie,Espagne voir Angleterre).

Hormis la finale, on a eu que 3 gros chocs sur les rencontres à élimination directe : Italie-Espagne, Italie-Allemagne et France-Allemagne.
Toon Eastman Niveau : National
Note : -4
C'est fou de se dire que le vainqueur final est aussi le co-auteur d'un des matchs les plus dégueulasse auquel j'ai pu assister.

L'Euro fut quand meme, en y repensant, très similaire a la Ligue des Champions. Au final le vainqueur est l'équipe la plus cynique. C'est pas du "beau" football mais ça gagne quand même a la fin. On a peu être assister a un énorme changement de philosophie dans le football.
C'est peut-être l'amorce d'un nouveau cycle où les équipes pro-actives vont se casser les dents sur des équipes "bien organisées", comme globalement sur la période 99-2007. Dommage parce qu'en général ça accouche de tournois plus chiants et de vainqueur plus tributaires des aléas.


(ok je viens de voir le PS).
Note : 1
Message posté par Franz
j'ai toujours trouvé les critiques trop dur envers cette CDM 1990.

Beaucoup de trucages sur la pelouse, des gestes anti sportifs en pagaille, un jeu défensif, des stars pas au rendez vous, des matchs peu exaltants qui se terminent sur un contre un pénalty ou des tirs aux but.

Un board qui en changera les règles du football.

Ce n'était pas une grande compétition.
Message posté par bartisol
le dernier carré 1990: Italie/Argentine + RFA/Angleterre


C'est mal exprimé, je voulais dire le dernier carré + Argentine/Brésil + RFA/Pays-Bas
C'était quand même des affiches qui avaient de la gueule : tu sors des poules et boom, tu as les deux classic (sud américain et européen) avant de finir sur un dernier carré royal.
Niveau affiche, il a fallu attendre 2006 pour voir aussi dingue.
LaPaillade91 Niveau : Loisir
Je ne mets pas la meilleure note au Portugal, mais soit à l'Italie soit à Galles.

Et mention bien pour France - Portugal - Hongrie l'une des plus dynamiques - Pologne bonne défense et bonnes transitions - Suisse je trouve les progrès de 2014 confirmés, et comme j'ai du respect pour les gars très limités qui exploitent à fond leur capacités, Irlande du Nord

En revanche, tout le reste j'ai trouvé encourageant sans plus (Allemagne, Croatie...), passable (Belgique, Tchéquie...) ou médiocre (Suède, Russie...)

Les Balkans sont vraiment au fond du trou globalement, et l'Islande prend une place que ni la Suède, ni le Danemark, ni la Norvège n'arrivent plus à tenir, donc Grand Nord c'est pas beaucoup mieux

Encore et toujours suprématie des pays du Sud de l'Europe dont l'Allemagne est le seul adversaire "extérieur" pour le trophée
luckystar Niveau : CFA
Et la France vous osez pas noter ? Cas épineux en tout cas.
Sidney ★ Niveau : CFA2
Message posté par NikkoFromLyon
Bilan de l'euro à l'image de sa finale un tournoi catastrophique d'un point de vue football, je ne sais pas si on peut citer ne serait ce que 10 matchs attrayants.
Je n'ai pas souvenir d'une compétition aussi ennuyeuse depuis Italia 90.


Certes le football ne peut se résumer qu'à des buts mais à un moment il en faut aussi, cela reste la finalité du jeu et surtout des équipes créant du jeu plus que de l'attentisme et/ou refus de jeu.

Résultat à tournoi laid, vainqueur horrible, cela dit la France cela n'aurait pas été bcp mieux. Il se passait tellement peu de choses sur les pelouses que certains médias en étaient réduits à nous parler ad nauseam des supps irlandais....


Et la France ? Je ne suis pas déçu que Deschamps paie en finale son absence de Choix sportifs comme le poste d'Ag et Evra par exemple, ou une liste pour le moins discutable puisqu'il aura fallu une cascade de blessures pour voir Umtiti par exemple ou encore la présence de Gignac là où Lacazette, Ben Arfa et Gameiro auraient fait forcément mieux. Je pourrais aussi citer Coman qui semble être la preuve que pour Deschamps jouer hors de France c'est mieux et quand on voit sa rentrée d'hier...

On va peut être enfin se rendre compte combien Pogba est un énorme bluff médiatique et est encore loin d'être un grand joueur et comme je l'ai dit lors du match si Sissoko est le meilleur joueur de ton 11 c'est que que celui ci a un réel souci de créativité et de talent.

Définitivement le football de club a pris le pas sur celui des nations.


Les gars...

Bien-sûr que l'Euro est massivement retransmis et sponsorisé par McDo mais au-delà du spectacle ça reste du SPORT, de la compétition, l'objectif est de gagner pas d'être beau à voir jouer.

Chaque match même "ennuyeux" en apparence a des choses à dire.
Pragmatique Niveau : CFA2
Message posté par LaPaillade91
"Définitivement le football de club a pris le pas sur celui des nations."

C'est le cas depuis environ 10 ans il faut faire attention au changement d'heure


Et dix ans, c'est un minimum.Je situe la mainmise des clubs sur les sélections à 99-2000, le temps que les effets de l'arrêt Bosman se fassent sentir.
Pragmatique Niveau : CFA2
Message posté par LaPaillade91
Je ne mets pas la meilleure note au Portugal, mais soit à l'Italie soit à Galles.

Et mention bien pour France - Portugal - Hongrie l'une des plus dynamiques - Pologne bonne défense et bonnes transitions - Suisse je trouve les progrès de 2014 confirmés, et comme j'ai du respect pour les gars très limités qui exploitent à fond leur capacités, Irlande du Nord

En revanche, tout le reste j'ai trouvé encourageant sans plus (Allemagne, Croatie...), passable (Belgique, Tchéquie...) ou médiocre (Suède, Russie...)

Les Balkans sont vraiment au fond du trou globalement, et l'Islande prend une place que ni la Suède, ni le Danemark, ni la Norvège n'arrivent plus à tenir, donc Grand Nord c'est pas beaucoup mieux

Encore et toujours suprématie des pays du Sud de l'Europe dont l'Allemagne est le seul adversaire "extérieur" pour le trophée


Je ne pense pas que ça soit utile de diviser les sélections selon leur zone géographique.Il n'y a pas de corrélation entre leur emplacement et leur manière de jouer.Par exemple, l'Islande préfère être attentiste comme l'était la Grèce en 2004.La Belgique mise sur l'explosivité des attaquants de côté avec un attaquant axial qui fixe la défense central adverse comme l'Angleterre etc...
LaPaillade91 Niveau : Loisir
Message posté par Pragmatique
Je ne pense pas que ça soit utile de diviser les sélections selon leur zone géographique.Il n'y a pas de corrélation entre leur emplacement et leur manière de jouer.Par exemple, l'Islande préfère être attentiste comme l'était la Grèce en 2004.La Belgique mise sur l'explosivité des attaquants de côté avec un attaquant axial qui fixe la défense central adverse comme l'Angleterre etc...


Cela a un sens politique économique et économique
Message posté par Franz
Italia 90, j'ai trouvé ça bien.
Pas besoin d'avoir des tonnes de buts pour que ce soit lourd.
En 1990, il y a du suspens dans tous les matchs à éliminations directes sauf Tchécoslovaquie/Costa Rica (et encore ça se joue sur la deuxième mi-temps). C'est tendu à chaque fois.
Des séances de tirs au but, des prolongations où ils se passent pleins de trucs.

Après c'est pas Mexico 1986 évidemment mais ça reste passionnant sur pleins de points. Le dernier carré est juste classic, Argentine/Brésil + RFA/Pays-Bas; il y a tout un contexte à prendre en compte.
Bref, j'ai toujours trouvé les critiques trop dur envers cette CDM 1990.


Ah, quel plaisir de lire des commentaires positifs et justes sur ce tournoi décrié.
Même si tous les cracks n'ont pas eu le niveau attendu, on a eu une tension extrême pendant bien des rencontres, et comme tu le rappelle plusieurs prolongations qui partent en live.

Au passage, je voulais te poser une question concernant l'Allemagne de Low : ne penses-tu pas que ce sont des grandes gueules façon Breitner ou Sammer qui leur a manqué dans les rencontres où ils ont été menés, que ce soit cette année contre la France ou entre 2008 et 2012 ? J'ai eu la surprenante impression de les voir résignés à chaque fois, alors qu'à une époque ils remontaient deux buts, étant presque plus dangereux menés que menant au score...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
1k 21