En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options

Le conseil de classe de Bundesliga

En 2017, l'Allemagne a appris encore une fois que les places n'étaient jamais acquises pour toujours, sauf pour un. En dehors du Bayern, de l'Europe au maintien, tous les clubs passent de tout à rien d'une saison à l'autre. Bienvenue donc dans le championnat le plus homogène du monde.

Modififié

Félicitations


Bayern Munich (8/10) : Quand on est le Rekordmeister, difficile de se satisfaire d’un simple titre de champion d'Allemagne en fin de saison. On espérait un sursaut d’orgueil à compter de l’été passé, il aura finalement fallu rappeler le vétéran Jupp Heynckes pour sauver la maison munichoise. Pour l’instant, la mission est sur le point d’être accomplie et la phase retour devrait être du même tonneau.


SC Fribourg (8/10) : La ville la plus ensoleillée d'Allemagne ne l'est pas par hasard. Elle possède deux soleils, le deuxième s'appelant Christian Streich. L'entraîneur incarne le SC Fribourg à merveille et gère parfaitement le club, avec la volonté de progresser calmement, sereinement, logiquement. Avec les moyens du bord. Même les échecs contre Domžale, et le début de saison difficile ne change rien à l'affaire. Le coach est intouchable à Fribourg et l'assurance de beaux jours heureux. Oooh Streich, Streich, t'en va pas.

RB Leipzig (7,5/10) : Une deuxième place pour sa première dans l’élite mérite forcément une très belle note, même si la deuxième saison rime souvent avec un retour de bâton. Si tout continue de rouler en Bundesliga, la campagne européenne des Lipsiens s’est révélée assez tiède et il faudra garder les yeux ouverts pour faire honneur à son statut de dernier club allemand présent en Ligue Europa.




Tableau d'honneur


Hertha Berlin (7/10) : Il y a des anniversaires qui tombent trop tard. Les 125 ans du Hertha, par exemple, sont survenus quelques semaines après une excellente saison qui a vu les Berlinois terminer à la sixième place et retrouver l'Europe. Et puis la campagne en Ligue Europa s'est avérée catastrophique – cinq points et la dernière place du groupe – et envahissante vis-à-vis du championnat. Libéré de son boulet de C3, le Hertha semble désormais retrouver des couleurs et peut espérer mieux que le ventre mou d'ici le mois de mai.


FC Augsbourg (7/10) : De la surprise à l'habitude, le FCA a trouvé un rythme de routinier en Bundesliga. Même lorsque les choses semblent mal embarquées, les Bavarois parviennent à s'en sortir et à retrouver le ventre chaud du classement. Avec Manuel Baum, 2017 a été une franche réussite, du maintien solide à une bonne place de 9e au début de l'hiver. Pile au milieu, sans forcer, avec quelques surprises. Le FCA a des airs d'Islande en Bundesliga.

Borussia Mönchengladbach (6,5/10) : En ratant d'un rien une place pour les tours préliminaires de la Ligue Europa, les Poulains ont fait la meilleure affaire de 2017. Car l'équipe n'est toujours pas assez solide pour se jouer sur plusieurs tableaux à la fois, faute de constance. Avec Dieter Hecking sûr de son fait et quelques renforts malins (Ginter, Grifo et Zakaria), Gladbach est bien placé pour sa seconde saison de transition, un cran plus haut que la précédente. L'Europe sera au bout de la course.

VfB Stuttgart (6,5/10) : Jusqu'ici, ça va. Champion de D2 en mai dernier, Stuttgart ne connaît certes pas le même scénario que Leipzig l’année passée, mais le VfB tient la baraque, se permettent même l’un ou l’autre coup d'éclat, comme cette victoire 2-1 face au Dortmund d’un Peter Bosz sur la sellette. Une certaine vision de l'efficacité, qui émane en partie du néo-Bleu Benjamin Pavard. Kikeriki! comme on dit outre-Rhin.


Schalke 04 (6,5/10) : Place aux jeunes ! Depuis l'arrivée de Domenico Tedesco sur le banc des Königsblauen, les gars de Gelsenkirchen semblent marcher sur l'eau. Virtuellement européen à l'heure actuelle, Schalke a prouvé son statut de gros challenger cette saison, preuve en sont une présence en quarts de finale de la Coupe d'Allemagne, mais surtout cette folle remontada et un nul 4-4 arraché face au rival de Dortmund. L'heure de la revanche a-t-elle sonné chez ces losers magnifiques ?



Encouragements


Hanovre 96 (6/10) : Hanovre a dû lutter jusqu'au bout pour s'assurer d'une belle montée, directe, en allant chercher une victoire importante contre Stuttgart à la photo-finish. Dans la foulée, les 96ers ont même fait frémir le reste de la Bundesliga pendant quelques semaines, avant de rentrer sérieusement dans le rang. Hanovre a soigné son retour après l'épouvantable saison 2015-2016. Dommage que du côté de l'extrasportif et des relations entre le proprio et les supporters, l'année n'ait pas été franchement marquée par la même sérénité.

TSG Hoffenheim (6/10) : C’est la faute de l’Europe ! Un discours que pourrait adopter Julian Nagelsmann pour justifier les performances en demi-teinte de Hoffenheim en comparaison avec la saison dernière. Au vu de ses ambitions légitimes, l'élimination sévère en Ligue Europa avait des allures de douche froide. Ajoutez à cela le départ de Sandro Wagner pour le Bayern cet hiver, il faudra être costaud pour prouver que le bon exercice précédent n'était pas dû au hasard.

Bayer Leverkusen (5,5/10) : Épuisé, rincé, affaibli par le geste de Roger Schmidt, le club de la banlieue de Cologne a mis du temps à se trouver une nouvelle pharmacie efficace. Le passage de Korkut peut être oublié. Et pourtant, sans fondamentalement changer l'état d'esprit du club et les forces en présence, le Bayer a réussi à repartir de l'avant. Avec Herrlich, honnêtement, ça va beaucoup mieux. Ce n'est pas du placebo.



Passage de justesse


Werder Brême (5,5/10) : À Brême, l’Europe n’est qu'un vague souvenir. Une fin de saison trop ardue et les Verts échouent aux portes de la C3. Côté plus, on se satisfait d’un certain regain de confiance qui se traduit par un jeu élégant sur le terrain. Mais les années se suivent et ne se ressemblent pas. Aujourd'hui barragiste, le Werder évoque désormais plus une vieille gloire qu'un challenger sérieux.

VfL Wolfsburg (Mambo n°5/10) : Après Lou Béga, le Loup bégaya. Wolfsbourg ne joue plus son football offensif et souvent risqué. Au contraire, les Wölfe galèrent franchement malgré les nombreux ajouts, année après année. En 2017, ni Yunus Mallı, ni Divock Origi, ni Paul-Georges Ntep n'ont changé la dynamique. Il est grand temps d'arrêter cette mambo.

FSV Mayence (5/10) : Le maintien sans passer par les barrages grâce à la différence de buts devant Wolfsbourg, une nouvelle saison à flirter avant la ligne rouge sans tomber du mauvais côté, ni faire d'exploits notables. Mayence ennuie peu à peu. Schwarz c'est noir, il n'y a plus d'espoir. Mayence terminera 15e et tout le monde oubliera.



Avertissement de travail


Borussia Dortmund (5/10) : Comment dire ? Après avoir retrouvé une place de choix en Allemagne, le Borussia a décidé de se mettre de lui-même en difficulté. Alors, malgré un nouveau titre acquis en Pokal fin mai, le BvB a voulu se mettre avec un nouvel entraîneur. Un choix bienvenu : Dortmund écrase la Bundesliga, ne prend pas de but... et s'effondre tout seul, au point de devoir virer Peter Bosz quelques mois après sa signature. Dortmund aime trop la crise.


Eintracht Francfort (5/10) : Malgré Niko Kovač, malgré de nombreux points acquis durant la phase aller et malgré une finale de Pokal, les Adler ne sont pas parvenus à retrouver l'Europe. Même avec le solide Sébastien Haller, pourtant en réussite, Francfort ne dépasse jamais la 7e place. L'Eintracht est en plein vol stationnaire dans la médiocrité, à regarder plus souvent le sol que les hauteurs. C'est dommage.

Hambourg SV (5/10) : La moyenne tout pile parce que les années se suivent et se ressemblent : dangereusement tournées vers le bas. Barragiste il y a deux ans, sauvé de cette douloureuse épreuve sur le fil la saison dernière, le HSV n'y arrive décidément pas puisque les hommes de Markus Gisdol passeront l'hiver en position de relégables. À neuf points devant Cologne certes, mais cette deuxième moitié de saison verra-t-elle s'éteindre l'aventure du Dino en BuLi ?

FC Cologne (4,5/10) : Un être vous manque et tout est dépeuplé. Et cet être s’appelle Anthony Modeste. Son départ pour la Chine, cumulé aux blessures de plusieurs cadres, a marqué le début de la chute de Cologne vers une relégation qui semble désormais inévitable. Dur pour un club qui, il y a quelques mois, retrouvait l’Europe pour la première fois depuis un quart de siècle. Orphelin de son coach Peter Stöger qui officie désormais à Dortmund, le Effzeh doit repartir de zéro et tout reconstruire. Comme un air de déjà-vu du côté de la Domstadt.




Redoublement envisagé


SV Darmstadt 98 (4/10) : Plus dure sera la chute. La saison dernière, trois entraîneurs n’auront pas réussi à empêcher les Lillien de retourner en D2, « à leur place » diront les mauvaises langues. En même temps, Torsten Frings aura appris qu'une équipe en difficulté n’est pas forcément le meilleur endroit pour faire ses classes d’entraîneur débutant. Darmstadt passera l’hiver à la seizième place synonyme de barrage pour ne pas descendre en D3. Et en 2018, c’est un certain Dirk Schuster – l’homme des deux montées successives en 2014 et 2015 – qui aura pour mission de sauver le navire. L'espoir fait vivre.

FC Ingolstadt (3/10) : Un maintien loupé, sans grande surprise. Puis un retour en D2 pas si facile à digérer et qui pourrait mettre du temps à porter ses fruits. Même avec des grosses marques dans son dos et sur le torse, le FCI n'a pas encore les reins assez solides pour la Bundesliga. Tout cela s'apprend. Après tout, le club n'est pas encore majeur. Il n'a que 13 ans. Quelques années en 2. Bundesliga ne pourront pas faire de mal.

Par Julien Duez et Côme Tessier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 mardi 16 janvier Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 mardi 16 janvier Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 88