Le Conseil d'État annule l'accord entre Monaco et la LFP

Modififié
3 14
Mauvaise nouvelle pour l'AS Monaco.

Le club pensait passer entre les mailles du filet de la fiscalité française en trouvant un accord à l'amiable avec la Ligue de football professionnel. Au lieu de déplacer son siège administratif, basé en dehors des frontières de l'Hexagone, Monaco devait lâcher 50 millions à la LFP. Sauf que le Conseil d'État ne l'entend pas de cette oreille. Par un communiqué, il vient d'annoncer que la transaction était « irrégulière et illicite » . En conséquence, le Conseil a « décidé de différer l'annulation jusqu'au 1er octobre 2015 et donné quatre mois à la Ligue pour annuler sa relation contractuelle avec l'AS Monaco » .


C'est reparti pour un tour. FC
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

10Sport : Vaine tentative de vengeance de l'Etat. En effet, la nouvelle politique monégasque qui est celle de cibler des jeunes pépites afin de réaliser une belle plus-value (comme le fait Porto avec Casillas, jeune gardien qui a tout à prouver), a poussé l'ASM à formuler une offre pour le jeune espoir du gouvernement, Macron, pouvant évoluer sur une aile ou derrière le gardien, toujours à la limite du hors-jeu et avec une fâcheuse tendance à simuler.
Le Conseil d'Etat a donc pris les devants pour défendre son gouvernement, et prépare une offre de professeur des écoles pour le brillantissime Layvin Kurzawa. À suivre.
C'est une bonne nouvelle au contraire. Pas de 50 millions à payer.

Et vu que jamais Monaco ne délocalisera son siège...
Attention, retour de la rumeur de l'ASM dans le calcio à prévoir.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
3 14