Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. // CAN 2017
  2. // Gr. C
  3. // RD Congo-Maroc (1-0)

La RD Congo brise sa malédiction marocaine

Majoritairement dominé durant toute la rencontre, la République démocratique du Congo s'est montré très réaliste pour obtenir une victoire étonnante face au Maroc. La première de son histoire devant les Lions de l'Atlas, qui ont péché dans les deux surfaces.

Modififié

RD Congo 1-0 Maroc

But : Kabananga (55e) pour le Congo

En général, quand on touche la transversale dès la deuxième minute alors qu'on est considéré comme le favori, il y a deux manières de voir les choses : soit on considère que la domination va être totale et que les opportunités de marquer vont pleuvoir pendant toute la partie, soit on estime que cette barre est synonyme d'un manque de réussite qui va nous poursuivre durant 90 minutes. Pour le Maroc, qui affrontait la RD Congo pour la première journée du groupe C, il fallait opter pour la deuxième catégorie. Car après avoir vu le bois repousser la tête de Mbark Boussoufa, les Lions de l'Atlas n'ont jamais réussi à concrétiser leur supériorité naturelle. Pire : ils ont assisté, médusés, au seul but du match inscrit par l'adversaire sur l'une de leurs rares offensives. Les Léopards, qui ont parfaitement joué le coup, prennent donc la tête de la poule au détriment du Maroc, qui peut s'en vouloir.

La RD Congo sérieuse, très sérieuse


Habitué au succès en Coupe d'Afrique des nations, Renard connaît les secrets de la compétition. Du coup, son Maroc débute bien. Sans se presser, mais en dominant patiemment. La RD Congo ne s'en sort que grâce à ses montants et sa volonté de ne pas craquer trop tôt. Bakambu et ses potes tentent bien quelques approches, mais la mission principale reste le point du match nul. Sereins comme l'est leur coach, les Lions de l'Atlas confirment leur statut de favori dans le jeu et attendent la bonne ouverture pour ouvrir la marque. Problème : elle n’apparaît pas. Les Marocains jouent plutôt bien, la domination territoriale est présente, mais les occasions peinent à se multiplier. Ce qui fait le jeu des Léopards, bien organisés et appliqués en défense. Plus les minutes s'écoulent, plus l'objectif se rapproche pour eux. Et pas la peine de compter sur une boulette ou un cadeau offert sur un plateau, vu leur concentration.

L'efficacité, arme fatale


Tactiquement, le Maroc paraît meilleur. Reste à trouver la réponse à cette principale question : comment contourner ce bloc adverse qui brille par sa solidarité ? Et par son engagement physique, n'en déplaise à la cheville de Carcela ? À force de chercher la clé à l'énigme et de retourner le casse-tête dans tous les sens, les Lions de l'Atlas en oublient les fondamentaux et jouent trop facile. Et devant des Congolais prêts à prendre tout ce qu'on leur laisse, ça ne pardonne pas. Contre toute attente, les Léopards trouvent le chemin des filets par Kabananga, opportuniste sur un renvoi raté du gardien Mohamedi pour ce qui constitue l'une de leurs seules situations. Une surprise, quand on sait que la nation entraînée par Renard n'a jamais perdu face à son adversaire du soir en six confrontations. Sauf que cette fois, le technicien français doit faire avec de nombreuses absences. Insurmontables visiblement, puisque ses joueurs ne trouvent pas l'inspiration (ou le talent) pour obtenir l'égalisation face à un Matampi costaud dans les cages. Avant de se coucher, Boussoufa repensera certainement à cette fameuse deuxième minute...

Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 10:02 350€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde
Hier à 16:59 Froger vers l’USM Alger
Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 12:15 Un supporter mexicain fait sa demande en mariage après la victoire 9 Podcast Football Recall Épisode 27 : Neymar boit la tasse, l'Allemagne KO et Thauvin à terre dimanche 17 juin Zuber égalise d'un coup de crâne pour la Suisse 3 dimanche 17 juin Le sublime but de Coutinho face à la Suisse 2 dimanche 17 juin Lozano climatise l'Allemagne 5 dimanche 17 juin Maradona, le cigare et les yeux tirés 62 dimanche 17 juin La liesse des supporters mexicains à Moscou 2 dimanche 17 juin Un fan égyptien en fauteuil porté dans une fan zone 4 dimanche 17 juin Sept personnes blessées par un taxi à Moscou 15 dimanche 17 juin Le clapping solide des Islandais avant le match face à l'Argentine 10 dimanche 17 juin Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3 Podcast Football Recall Épisode 26 : Les Bleus au ralenti, l'Allemagne démarre et un gardien au festival de Cannes