Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Hollande
  2. // Ajax/Twente

Le Clasico batave

Une fois n'est pas coutume, le match le plus palpitant du week-end se tient chez le voisin hollandais. Le leader, le FC Twente, se déplace à Amsterdam pour y affronter son dauphin, l'Ajax. Le vainqueur remporte le championnat. Pas besoin de calculette.

Championnat d'Espagne ? Plié. Championnat d'Angleterre ? Plié. Championnat d'Italie ? Terminé. Fort heureusement, un pays a pensé aux mordus du ballon rond, qui voient inexorablement l'été se rapprocher. Il ne s'agit pas forcément du championnat le plus sexy ni le plus médiatisé, mais la dernière journée de l'Eredivisie des Pays-Bas a le mérite d'offrir un bouquet final digne des meilleurs dénouements hollywoodiens. Au moins. En effet, le calendrier et le destin ont fait que les deux leaders du championnat, le FC Twente et l'Ajax Amsterdam, s'affrontent cet après-midi. Un petit point sépare pour le moment les deux équipes. Ce petit point qui permettrait au FC Twente, tenant du titre, de pouvoir miser aussi bien sur une victoire que sur un résultat nul. En revanche, côté amstellodamois (oui oui), il n'y a pas le choix : il faut s'imposer pour s'emparer de la première place et, par conséquent, du titre de champion. Ce qui, ne le cachons pas, serait un joli hold-up sachant que l'Ajax n'a pas occupé la première position depuis le 25 septembre. Mais bon. Rien ne sert de courir, il faut arriver à point. Presque comme on dit.

Et cette saison, Twente a bien couru. Champion l'an dernier sous les ordres de Steve McCLaren, l'équipe d'Enschede (principale ville de la région de Twente) a eu du mal à se remettre de l'euphorie estivale, post-sacre. En juillet, Michel Preud'homme reprend en main l'équipe, en comptant sur l'apport de nouveaux joueurs (Mark Janko, Rasmus Bengtsson, Bart Buysse). Le club remporte immédiatement la Supercoupe des Pays-Bas, en battant justement l'Ajax (1-0). Les deux formations ne le savent pas encore, mais il s'agira là du premier des trois titres qu'elles se disputeront au cours de la saison. Twente entame péniblement sa saison, en repartant la plupart du temps avec des 0-0 tout moisis. Pendant ce temps, le PSV Eindhoven enchaîne les succès et s'envole en tête du classement. Juste avant la trêve, les joueurs de Preud'homme se prennent une raclée sur la pelouse de Heerenveen (6-2) et pointent à cinq points du leader eindhovenois. L'Ajax, pépère, est troisième. Parallèlement, Twente se fait sortir de la Ligue des Champions en terminant troisième de sa poule derrière Tottenham et l'Inter Milan. Même sort pour l'Ajax, qui se fait même battre par Auxerre. Bien sûr Steeven Langil.

Barça-Real sauce hollandaise

Après plus d'un mois de festivités de Noël, Twente et l'Ajax reviennent avec des velléités bien différentes. Objectif : lancer l'assaut sur l'intouchable PSV. Et pour ce faire, le président des Rouge et Blanc décident de vendre Emanuelson au Milan AC et Luis Suarez à Liverpool. On a vu mieux en matière de renforcement. Et pourtant, le début de la cuvée 2011 est étonnamment bon. Hormis un revers à Utrecht (3-0), l'Ajax bouffe tout ce qu'il y a à bouffer, sort indemne du Philips Stadion d'Eindhoven (0-0) et applique son opération remontée. Les joueurs de Twente font encore plus fort. Le 2 avril, un doublé de Théo Janssen leur permet de battre le PSV (2-0) et de déloger le leader de son trône. Le championnat devient alors fou, les trois équipes s'adonnant à une lutte sans merci. Le PSV repasse en tête, mais une cuisante défaite sur la pelouse de Feyenoord (pourtant humilié 10-0 au match aller) sonne le glas pour les bourreaux de Lille en Europa League. La sentence est terriblement cruelle pour eux : après avoir fait la course en tête pratiquement toute l'année, ils chutent à la troisième position à deux journées de la fin, laissant le champ libre à Twente et l'Ajax pour se disputer le titre. Leur seule chance d'être champion, c'est que Twente et l'Ajax perdent tous les deux leur dernière rencontre. Et a priori, dans le football, cette règle-là n'a pas encore été inventée.

Mais avant de jouer la "finale du championnat", les deux clubs ont une autre finale à aborder. Celle de la Coupe des Pays-Bas, une compétition au cours de laquelle Twente a notamment sorti le PSV, aux tirs au but (comment dit-on "saison pourrie" en néerlandais ?). Détenteur du trophée, l'Ajax aurait voulu mettre la pression à son adversaire avant la bataille finale. Aurait voulu, seulement. Car c'est Twente qui s'est imposé en patron, en remportant la finale de la Coupe, 3-2 après prolongation. Un triomphe qui conforte l'équipe du coach belge dans son idée qu'elle marche sur l'eau depuis plus d'un an. De fait, en douze mois, elle a glané plus de titres (3) qu'au cours des quarante-cinq années précédentes. Et un nouveau sacre lui tend à nouveau les bras, cet après-midi. L'Ajax, quant à elle, pourra s'appuyer sur les 50 000 âmes de l'Amsterdam ArenA, qui y croient dur comme fer, et sur sa grande expérience qui lui a permis, au cours de son histoire, de rafler 29 titres de champion national. Mais surtout, le onze commandé par Frank De Boer (depuis le départ de Martin Jol) pourra jouir du célèbre facteur "on n'a rien à perdre". Et à ce jeu-là, les Rouge et Blanc sont très forts. Le Grande Milan de Fabio Capello peut en témoigner.




Eric Maggiori

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25