Le clash Mbia-Deschamps !

Il se passe toujours quelque chose à l'Ohème... Dernier buzz en date : la gueulante de Stéphane Mbia, plus qu'insatisfait d'évoluer en défenseur axial plutôt qu'en milieu central. Un conflit larvé depuis quelques semaines avec le coach Deschamps et qui explose maintenant. Gros problèmes en perspective pour Mbia : Deschamps déteste voir son autorité publiquement bafouée...

0 1
Fou ou inconscient ? Stéphane Mbia a-t-il bien mesuré la portée de ses déclarations ? On reviendra après sur le fond, mais d'abord une question : est-ce que Stéphane Mbia sait qui est Didier Deschamps ? Aidons un peu Stéphane... Didier Deschamps était allé retrouver Eric Cantona à la fin d'un match Manchester-Juventus en 1996-97 : la Dèche ne s'était pas démonté face à un King Eric au faîte de sa gloire et de sa puissance et que la terre entière redoutait. L'objet du litige ? Deschamps voulait des explications sur les propos méprisants de Cantona tenus à son encontre ( « Deschamps est un porteur d'eau » ). Cantona avait prudemment esquivé... Une autre, Stéphane ? Deschamps a proprement détruit deux super emmerdeurs qui lui polluaient la vie à Monaco, Panucci et Simone. Il a eu en outre la peau d'un autre coriace, le président Campora, que l'on croyait éternellement inamovible chez lui, à l'ASM... Voilà. Tout ça pour dire que Stéphane est déjà allé beaucoup trop loin et que Deschamps ne rigole jamais.



Escalade verbale

Flash-back. Conférence de presse, lundi, déclaration au bazooka de Mbia, avec un ton bien “vénère” : « Je me sens mal à l'aise en défense centrale. Pour l'instant, je suis au service de l'équipe mais ça commence à bien faire. Je ne peux pas m'exprimer à ce poste-là, je ne joue pas, je ne fais rien du tout » . Déjà, dans Ouest France, il avait allumé la mèche : « Je déteste jouer derrière. Pierre Dréossi (son ancien entraîneur à Rennes) le sait aussi. Derrière, j'ai l'impression de ne pas aider mon équipe, de ne pas contrôler le match, de ne pas participer au jeu. Le coach sait très bien que mon poste est au milieu de terrain, on en a discuté et dimanche, il va me remettre à mon poste, j'en suis sûr. Et sur ce sujet, j'ai souvent fini par avoir gain de cause... » Deschamps avait juste répliqué : « Je ne le mets pas là par hasard. Il nous sécurise sur le plan défensif, dans les duels et la profondeur. C'est un très bon défenseur. Il va vite. Dans les duels, avec Diawara, c'est du solide. Comme il n'est pas maladroit avec les pieds, ça fait une bonne association » .



Stéphane en a donc rajouté une très méchante couche hier, lundi : « Je pense que ça suffit. Je me sens mal à l'aise à ce poste. Je suis là pour rendre service. Mais ça commence à bien faire » . Deschamps a tenté de calmer le jeu ( « Stéphane aime bien s'amuser avec les journalistes, il n'aime pas trop parler mais il aime bien qu'on parle de lui. Il a fait le buzz pendant une journée mais il n'y a pas de problèmes » ), avant de faire parler la foudre... Du Deschamps furibard, à peine contenu, menaçant envers son joueur et prenant les journalistes à témoin : « Il n'a pas à tenir ce discours avec moi. Si ça peut vous rassurer, et s'il y tient, je vais lui trouver une place et tout de suite : il va être titulaire à côté de moi » . Boum !



Milieu ou défenseur axial ?

La déclaration du coach olympien laisse augurer une reprise en main énergique, c'est une évidence. En attendant la suite, forcément orageuse, retour sur les revendications de Mbia de vouloir retrouver son poste de “sentinelle” devant la défense. La requête est légitime dans le sens où Mbia était venu à l'OM avec l'assurance (mais pas la garantie !) de jouer en milieu axial. Sauf que... Sauf que la paire défensive originelle Diawara-Heinze a pris l'eau en début de saison et qu'il a fallu à la Dèche en rebâtir une autre. Hilton, entre autres, qui n'a jamais eu les faveurs du coach n'a pas vraiment convaincu. D'où l'idée de faire reculer Mbia d'un cran. Idée pas si folle : sans assise défensive, chère à Deschamps, l'OM était constamment déséquilibré tactiquement et prenait trop de buts.



Plus grave pour Mbia : Stéphane ne donnait pas non plus entière satisfaction en milieu de terrain... Trop de déchet dans la relance et un replacement parfois approximatif qui installait des boulevards devant la défense marseillaise. C'était tout réfléchi : Mbia devait redescendre. Qui plus est, la longue absence de Heinze, blessé, imposait un remplaçant costaud et rapide. Bingo ! La paire Mbia-Diawara s'est mise en place. Objectivement, cette paire n'est pas encore ultra efficace mais elle apporte jusqu'à aujourd'hui satisfaction à Deschamps. Ce dernier avait donc lourdement défendu cette option tactique confiée à Stéphane : « Cela se passe très bien avec Diawara, Stéphane apporte dans l'impact physique et dans les un contre un, il est très difficile à passer tout comme Souley. Cela libère un peu les latéraux et avec une sentinelle devant la défense comme Édouard (Cissé) ou Charles (Kaboré), ça donne une bonne assise défensive » . CQFD ? Oui, mais...



Mbia trimballé aussi avec le Cameroun...

Si Mbia est aussi remonté, c'est déjà parce qu'il ne joue évidemment pas au poste qu'il juge « de sa prédilection » et c'est normal. Où les choses se compliquent, c'est l'émergence de Charles Kaboré ! Résumons-nous : la sentinelle habituelle (l'homme de Deschamps !) demeure Édouard Cissé, titulaire classique (voir Benfica-OM, par exemple). Or, quand ce n'est pas Cissé, c'est Kaboré. Pour Mbia, passe encore pour Cissé, mais Kaboré... Charles appelé de plus en plus souvent (titulaire dimanche soir à Toulouse). Sans préjuger de la mentalité de Mbia, se faire doubler par un Kaboré, outsider la saison passée et simple recours à l'arrivée de Deschamps, voilà qui est dur à encaisser. D'autant plus que Kaboré n'est pas trop mal. Pas génial, mais pas trop mal... Les choses s'installent et Stéphane en a sûrement eu marre de subir ce provisoire qui s'éternise. D'où son coup de sang ?

On le rappelle, Deschamps, tout comme Blanc, est un disciple de Jacquet. Lequel Jacquet ne s'était pas privé de déporter un axial comme Thuram en latéral droit chez les Bleus. Avec Aimé, Thuram a toujours joué là ! Stéphane Mbia a craint que Deschamps, à l'instar de son mentor inflexible, Mémé, ne l'installe pour toujours en défense centrale... Mais il y a sans doute aussi une autre explication au pétage de plombs de Mbia. Dernièrement, en sélection du Cameroun, Paul le Guen et Yves Colleu l'ont installé en latéral droit. Comme ça, pour essayer... Et contre l'Italie, en amical, ça n'a pas trop mal fonctionné. Là aussi, du provisoire qui pourrait durer ? Malheureux à l'OM et incompris avec les Lions Indomptables ? On dirait bien...

On en est là pour l'instant. La suite ? On verra bien... En attendant, on conseille à Stéphane Mbia d'aller vite s'excuser auprès du coach. Didier Deschamps ne rigole pas.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Deux vérités sur M'bia :

1- Il n'a rien dans le crâne et le prouve avec applomb à chaque conférence de presse. Il est très sûr de lui, à un point que son niveau ne devrait pas permettre. Des déclarations à la con, faut pas chercher, c'est à chaque conférence : début de saison : Marseille sera champion. Actuellement : Bordeaux sera champion sans problèmes.

2- S'il est trimballé ailleurs qu'à son poste et aussi en sélection, c'est qu'il est pas si bon que ça... ou plutôt pour être plus objectif (parce que là, bon, je le dézingue) c'est qu'il y a meilleur à son poste et qu'il rend plus service à un poste faible de l'équipe.

En résumé, un joueur à la con, qui peut créer un désordre dans l'équipe alors que ça va pas trop mal. S'il continue de l'ouvrir, il fera ses valises en juin et personne ne pleurera.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Top 10 : Exploits Grecs
0 1