1. //
  2. // 2ème journée
  3. // Résumé

Le choc Hercules

Le Barça se fait surprendre par un Guarani, Trezeguet envoie du coup de coude, Valence souffre, le Real prend 3 points grâce à un défenseur guesh, l'Atletico séduit, et Saragosse se fait ridiculiser. Résumé d'une deuxième journée de Liga déjà folle.

Modififié
0 0
FC Barcelone 0 – Hercules 2


Pour leur premier match de l'année au Camp Nou, les Barcelonais accueillaient le promu Hercules, une équipe sulfureuse soupçonnée d'avoir acheté ses matchs en deuxième division. C'était écrit, ce match allait être une boucherie. Seulement voilà, la dernière fois que ces deux-là s'étaient affrontés en première division, Hercules l'avait déjà emporté au Camp Nou. C'était en 96, et Ronaldo avait alors dans son point de mire un certain Gaétan Huard. Une autre époque... Fort de cette stat et de son expérience chez les Blaugranas du temps où il côtoyait Cruyff sur le pré, le coach d'Alicante, “l'Anchois” Esteban, s'était montré optimiste tout au long de la semaine : « Je sais comment ils jouent et comment contrer le Barça. On vient pour gagner » . Force est de constater que ce n'était pas qu'un simple effet d'annonce. D'entrée de match, les Blaugranas ont monopolisé la balle, mais n'ont jamais su quoi en faire. Prévisible, fatigué et sans idées, le Barça n'a jamais semblé pouvoir ou vouloir forcer son talent face à un adversaire qu'il a clairement pris de haut. Hercules, de son côté, s'est contenté d'attendre dans sa moitié de terrain pour mieux placer ses contres supersoniques par l'intermédiaire d'un très bon Drenthe et d'un Nelson Valdez en état de grâce. Quant à Trezeguet, il était comme toujours calé entre les deux arrières centraux, Piqué et Abidal... Visiblement, Pep ne s'est jamais donné la peine de regarder les prestations de l'ancien Lyonnais dans l'axe des Bleus, et il l'a payé cher. Sur le premier but, c'est le Français qui fait une erreur de marquage, et sur le second, c'est encore lui qui se fait effacer sur le côté pour que Valdes envoie sa deuxième banderille de la soirée.


Avec cette victoire, l'équipe d'Hercules confirme qu'elle est bien la bête noire d'un Barça qui n'avait plus perdu à domicile depuis bientôt 16 mois. Le faux pas de la Pep Team a au moins eu le mérite de déterrer une stat ahurissante : la dernière fois que le Barça a gagné son match après être rentré au vestiaire sur le score de 0-1 remonte à huit ans. Une autre époque.


Buts : Valdez :28 eme et 59 Eme



Athletic Bilbao 1 – Atletico Madrid 2


Cet été l'Atletico a remporté la supercoupe d'Europe, gagné son premier match de Liga à l'aise et conservé ses meilleurs éléments, y compris son entraîneur. Les Colchoneros sont en pleine confiance et ça se voit. A Bilbao, les hommes de Quique Flores ont fait un match sérieux et plein de brio, bien emmenés par leur duo vedette, Kun et Forlan. L'Uruguayen s'est même offert son 7eme but en 7 matchs dans la cathédrale de San Mames. Qu'il ait le Ballon d'Or ou non, une chose est sûre, il aura tout fait pour.


Buts : 0-1. min.11: Forlán. 0-2, min.80: Tiago. 1-2. min.88: Llorente



Getafe 4 – Levante 1


Après s'être fait surprendre lors de la première journée, les hommes de Michel ont remis les pendules à l'heure en corrigeant une faiblarde équipe de Levante. Colunga, auteur d'un but et d'une jolie prestation, devrait rapidement faire oublier le surcoté Roberto Soldado, parti à Valence à l'intersaison. Concernant Levante, on peut déjà dire sans trop s'avancer que cette saison sera longue. Très longue.


Buts :1-0, min. 4: Gavilán,; 2-0, min. 10: Colunga. 2-1, min.13: Rafa Jordá. 3-1, min. 90: Gavilán. 4-1, min. 92: Arizmendi



FC Valence 1 – Racing Santander 0


Valence s'est fait bousculer pendant tout le match face aux Cantabres avant de réaliser un véritable hold-up en fin de première mi-temps sur une jolie tête du défenseur hollandais Maduro. L'homme du match côté valencian aura été le gardien Cesar, auteur de plusieurs arrêts titanesques en deuxième mi-temps sur l'ancien du Werder, Marcus Rosenberg. Avec cette victoire au forceps, les Ches sont leaders, mais peuvent se faire du souci puisque leur meneur de jeu, Banega, sera indisponible pendant un mois. Tino Costa sera donc en charge dorénavant de faire oublier à la fois l'Argentin et David Silva. Qui a dit mission impossible ?


Buts : 1-0,m.45+: Maduro



Real Saragosse 3 – Malaga 5


Match ahurissant à Saragosse. A la mi-temps, les Andalous menaient 0-5 grâce à des contre-attaques proportionnellement fulgurantes à la médiocrité des défenseurs aragonais. C'est bien simple, tous les membres de l'arrière garde de Saragosse ont fait un cadeau personnalisé aux hommes de Jesualdo Pereira. De retour des vestiaires, Saragosse a camouflé le résultat, notamment par Edmilson et Sinama Pongolle, mais sans parvenir à contenir la colère des socios de la Romareda. Gay (luron), le coach de Saragosse, peut déjà se faire du souci pour son poste.


Buts: 0-1. min.1. Fernando; 0-2. min.8. Juanmi; 0-3. min.28. Fernando; 0-4. min.30. Juanmi; 0-5. min.34. Owusu-Abeyie; 1-5. min.41. Edmilson; 2-5. min.68. Marco Pérez; 3-5. min.82. Sinama Pongolle





Real Madrid 1 – Osasuna 0


Il y a trois enseignements et une conclusion à tirer du match des Merengues face à leurs inoffensifs sparring partners navarrais. 1. Les Madrilènes semblent enfin avoir un entraîneur réactif. Entre une première mi-temps apathique et une deuxième beaucoup plus nerveuse, il y a certainement eu une grosse colère du “Mou”. 2. L'Allemand Ozil a été le meilleur Madrilène sur le terrain et prouve que son transfert n'obéit pas seulement à des critères marketing ou à des effets de mode post-Mondial 2010. Précieux dans l'entrejeu et capable de basculer sur les côtés, Ozil a charmé le Bernabeu malgré ses yeux globuleux. C'est pas rien 3. Karim Benzema a déjà subi les foudres de Mourinho, alors désormais il se bouge sur le terrain. Petit problème : Ricardo Carvalho a une meilleure science du placement et un meilleur instinct de renard des surfaces que la Benz'. Conclusion : le Real gagne comme d'habitude, mais ne convainc toujours pas. Bref, rien n'a vraiment changé depuis l'année dernière.


Buts : Carvalho, Min.48



Sporting Gijon 2 – Real Majorque 0


Match médiocre entre deux équipes dont l'objectif reste le maintien. Histoire de plomber un peu plus l'ambiance, le speaker du Molinon a énuméré un par un tous les socios du club disparus durant l'été. Question football, le Sporting, beaucoup plus entreprenant que les insulaires, s'est finalement imposé logiquement. Laudrup, ancien joueur classe par excellence, va avoir du boulot avec un effectif sevré de talents offensifs.


Buts: 1-0, m.46: Botía. 2-0, m.85: Diego Castro

Villarreal 4 – Espanyol Barcelone 0


Match sérieux du Sous-Marin Jaune qui s'est redécouvert un nouveau quatuor d'entertainers avec Rossi, Nilmar, Cazorla et Valero (auteur d'un très joli but). Séduisants grâce à leur football tout en toque et en redoublements de passes, les pensionnaires du Madrigal ont eu la main lourde contre une équipe de l'Espanyol Barcelone qui ne méritait pas pareille rouste. A noter que De La Pena a effectué son retour sur les terrains après être passé tout près d'une fin de carrière prématurée. Alors comme ça, les remèdes à base de placenta de cheval, ça marche ?


Buts : 1-0, m.22: Rossi. 2-0, m.31: Borja Valero. 3-0, m.54: Rossi. 4-0, m.76: Nilmar


FC Séville 0 – Deportivo La Corogne 0


Match cadenassé entre deux équipes en pleine crise d'identité. Brouillons, désorganisés et sans véritable schéma tactique, les Sévillans ont manqué cruellement d'inspiration et d'efficacité devant le but malgré les tentatives (désespérées) de Luis Fabiano et de Jesus Navas. Le coach andalou, Antonio Alvarez, est plus que jamais sur la sellette.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Bordeaux au plus mal
0 0