1. //
  2. // Santos/Corinthians

Le choc des générations

Déjà titrés l'année dernière, Neymar & Co ont l'occasion de remettre ça ce dimanche, face à l'ancienne équipe de Ronaldo, lors du match retour de la finale du championnat de São Paulo.

0 1
Le 0-0 du match aller ne reflète pas la physionomie de la rencontre. Dimanche dernier, même s'il n'a pas fait trembler les filets, Neymar en a fait voir de toutes les couleurs aux défenseurs de Corinthians et a fait trembler les 35.000 supporters de l'équipe la plus populaire de São Paulo en plein stade Pacamenbu. A la 53e, il offre un caviar a Danilo, mais le latéral droit voit son lob est sauvé sur la ligne par le défenseur Chicão. Deux minutes plus tard, il se retrouve seul face au gardien Julio Cesar, mais sa frappe s'écrase sur la transversale. De quoi faire forte impression avant le match retour, à domicile, au stade Vila Belmiro. Vendredi en conférence de presse Tite, l'entraîneur des Corinthians , n'a pas trouvé mieux que de demander aux journalistes s'ils connaissaient une solution pour l'arrêter : «  Si vous avez une idée, je suis preneur ! On peut tout faire : réduire les espaces, tenter un marquage individuel... Le talent sera toujours là. Il n'y a rien à faire, on peut s'attendre à tout » .



Serait-il déjà en train de rendre les armes ? Il aurait tort, parce que malgré l'immense talent de la génération dorée des « Meninos da Vila » , le Timão a sa carte à jouer contre une équipe qui semble particulièrement émoussée physiquement. Contrairement aux Corinthians, éliminés au tour préliminaire face aux colombiens de Tolima, Santos est toujours en course en Copa Libertadores. C'est même le seul représentant brésilien encore en lice, après l'hécatombe du fameux mercredi noir qui a vu Fluminense, l'Internacional, le Grêmio et le Cruzeiro sortir dès les huitièmes. Du coup, après le match aller de la finale du Paulistão, ils ont dû se coltiner plus de huit heures de voyages jusqu'en Colombie, pour y affronter le Once Caldas pour les quarts de la compétition continentale. Victoire 1-0, but du jeune Alan Patrick, 20 ans, à la réception d'une délicieuse ouverture de l'exter' du droit de Neymar.



Ganso out un mois



Mais à force d'enchaîner les matchs et les kilomètres, les hommes de Muricy Ramalho commencent à y laisser des plumes. Dernière victime en date : leur maître à jouer, Paulo Henrique Ganso. Dommage, il venait tout juste de se remettre d'une rupture des croisés qui l'avait éloigné plus de six mois des terrains et commençait justement à retrouver son meilleur niveau. Unique buteur de la double confrontation contre l'América de Mexico en huitièmes de la Libertadores, il s'est blessé à la cuisse lors du match aller contre les Corinthians et ne sera pas de la partie ce dimanche. Pire, il sera indisponible pour au moins un mois, ce qui ne lui laissera sans doute pas le temps de se remettre pour la finale de la compétition continentale si son équipe se qualifie.



De leur côté, les Corinthians tentent tant bien que mal de tourner la page Ronaldo. Mais tout le monde n'a pas la chance de compter sur un réservoir de talents aussi riche que celui de l'ancien club de Pelé. Du coup, le président Andres Sanchez décide de faire du neuf avec du vieux, avec plus ou moins de succès. Leur transfert le plus retentissant prend des allures de fiasco retentissant. A peine arrivé, Adriano est conspué par une partie des supporters. Débarqué à São Paulo avec un paquet de kilos en trop (tiens, ça rappelle quelqu'un ?), O Imperador se blesse au talon d'Achille quelques jours après avoir débuté son travail de remise en forme avec les kinés du club. Il devrait patienter encore cinq bons mois avant de faire ses grands débuts sous ses nouvelles couleurs.



Liedson et Elano, retours gagnants



Mais à défaut de compter sur Adriano, les Corinthians peuvent compter sur un autre rapatrié : Liedson, de retour au club après avoir brillé au Portugal sous le maillot du Sporting. A 33 ans, il est toujours frais comme un gardon et pointe à la tête du classement des buteurs avec onze réalisations. D'ailleurs, cette finale lui donne l'occasion de se départager avec un autre revenant qui totalise le même nombre de pions depuis le début de la saison. Elano, 29 ans, a décidé de se refaire une santé à Santos, son club formateur, histoire de trouver grâce aux yeux du nouveau sélectionneur Mano Menezes. Homme clé de Dunga en Afsud, il a gardé un goût d'inachevé après avoir dû sortir sur blessure contre la Côte d'Ivoire après avoir marqué deux buts en deux matchs. De retour au pays depuis le début de l'année, l'ancien joueur de Manchester City et Galatasaray semble avoir réussi son pari. Il a enchaîné les coups-francs victorieux et les frappes de mule dans la lucarne et été convoqué avec la seleção pour le dernier match contre l'Ecosse en mars dernier.



Ce jour-là, Neymar avait explosé aux yeux du monde entier en marquant les deux buts des Brésiliens. Cette semaine, il a montré sa capacité à scorer aussi en dehors du terrain. Pour le plus grand désespoir de millions de midinettes, il a annoncé sur son site internet qu'il serait papa prochainement, sans révéler l'identité de la maman, une ado de 17 ans. Mais tout ça n'a pas l'air de le perturber. Vendredi à l'entraînement, il s'est même amusé à cacher le ballon sous maillot, comme pour mimer la grossesse de sa copine. Adepte des chorégraphies peu académiques pour célébrer ses buts, il pourrait bien répéter ce geste ce dimanche contre les Corinthians.



Louis Génot, à Rio de Janeiro

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Talon d'Achille. HAHAHAHA
C'est Tendon d'achille hein mon mignon, sinon tu dis tendon calcanéen et tu te tais !
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Debuchy tout-puissant
0 1