Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Copa América 2015
  2. // Demi-Finale
  3. // Chili/Pérou

Le Chili s'y voit déjà

Sur le papier, c'est déjà fait, le Clásico du Pacifico ne sera qu'une formalité. Le Chili va battre le Pérou et accéder à sa première finale depuis 28 ans. Parce que les Chiliens l'emportent (presque) toujours face à la sélection incaica, parce qu'on ne peut décemment pas battre l'Uruguay et perdre contre le Pérou et parce qu'à Santiago, on a tendance à regarder Lima de haut. Pourtant, rien n'est gagné.

Modififié
En 1987, le Chili disputait sa dernière finale de Copa América. Une finale perdue 1-0 face à l'Uruguay. À l'issue du match, Fernando Astengo, défenseur chilien, disait : « Avec toute la passion avec laquelle j'aime jouer au football, je suis très triste, parce que chacun sait qu'on n'arrive pas tous les jours à un rendez-vous pareil, surtout pour une équipe chilienne. » 28 ans plus tard, alors que le Chili peut à nouveau accéder à ce rendez-vous si rare, il s'apprête cette fois à y parvenir avec une position inhabituelle. Celle de favori. Un statut logique en vertu de l'historique des Clásicos del Pacifico. Sur les 33 matchs disputés à domicile, le Chili en est à 84% de succès : soit 26 victoires, pour cinq nuls et deux défaites.

Un statut qui se justifie également par les performances actuelles des deux sélections, le Pérou est passé de justesse avec quatre points laborieux avant d'éliminer la petite Bolivie, le Chili, lui, a la meilleure attaque de la compétition, vient de sortir le tenant du titre et déploie le plus beau jeu du tournoi. D'ailleurs, à Santiago, ce matin, le mot d'ordre était le suivant : « Le Pérou ne nous a jamais battus ici. » Et personne n'imagine que cela puisse changer. Au pire, le quidam envisage une victoire difficile. Au mieux, il pense à une déculottée. C'est sûr, la Roja va gagner, aussi sûr que le meilleur Pisco est chilien et non péruvien. Il faut dire qu'ici, on regarde le Pérou de haut. Aussi bien au niveau du football que culturellement. Le Chili réserve aux voisins du Nord la même condescendance hautaine que celle adoptée par l'Argentine à son égard. Surtout, le sentiment général est que le plus dur est passé, pour accéder à cette finale tant souhaitée, il fallait passer l'obstacle charrua.

« C'est quand le jeu devient dur que les durs deviennent bons »


Il ne faut surtout pas minimiser l'impact de la victoire chilienne face à l'Uruguay. Certes, le Chili faisait profil bas et refusait ostensiblement le statut de favori qui lui était logiquement dévolu. Certes, Suárez n'était pas là, et Cavani pas dans son assiette. Mais en battant la Celeste après un match difficile, la Roja de todos a vaincu un signe indien plus traumatisant qu'il n'y paraît. En effet, les hommes de Sampaoli ont, pour la première fois depuis le renouveau du football chilien, impulsé par Marcelo Bielsa en 2007, remporté un match couperet. Après trois éliminations (Mondial 2010 et 2014, Copa América 2011) lors des premiers matchs à quitte ou double, les potes de Claudio Bravo ont enfin passé l'obstacle. Un déclic salvateur, d'autant plus essentiel qu'il s'est produit face à l'Uruguay. Une équipe qui incarne parfaitement l'adage : « C'est quand le jeu devient dur que les durs deviennent bons. » Alors que le pays entier répétait, à la radio, dans les éditos des grands quotidiens ou dans les taxis, qu'il en avait marre des défaites héroïques et des triomphes moraux, la Roja a remporté son match à l'uruguayenne, avec une bonne dose de vice, sans pour autant renier son jeu. Eduardo Rojas, ancien gérant des compétitions de l'ANFP (l'association nationale du football chilien), résumait d'ailleurs le sentiment général à Santiago : « Ce match face à la Celeste, on aurait pu le jouer dix fois, dominer et finir par le perdre. » Voilà pourquoi quand il a asséné cette olive déjà culte à Edinson Cavani, Jara a obtenu l'approbation nationale. Car le geste incarne le vice qui manquait à la sélection chilienne pour remporter ce genre de matchs, mais aussi car l'Uruguay a toujours utilisé des armes à la limite de la légalité pour s'en sortir (coucou Luis Suárez).

Les nains de gradins


Pourtant, c'est bien ce geste de Jara qui peut inquiéter Santiago. Hier, la sanction est tombée et elle est irrévocable. Trois matchs de suspension pour Jarita. Copa América terminée pour lui. Une situation très inquiétante, car la sélection de Sampaoli ne dispose quasiment d'aucune ressource à ce poste. Gary Medel, qui n'évolue pas à ce poste en club, sera ce soir associé au vieillissant défenseur de la U de Chile, Pepe Rojas. Un homme pas franchement rassurant, qui peine à atteindre le mètre 75 sous la toise et que ses détracteurs surnomment ironiquement « Pepenbauer » . Malgré les fanfaronnades de tout un pays, cette charnière courte sur pattes risque d'être en difficulté face au jeu aérien létal de Claudio Pizarro ou du « depredador » Guerrero très en forme. Une situation qui ne semble pas trop préoccuper un Chili sûr de son fait. Pourtant, le sélectionneur de ceux du Rimac, Ricardo Gareca, se chargeait de faire monter la pression tranquillement : « Le Chili est sous pression à domicile et nous allons tenter de profiter de ce fait de match » . Pour le moment, personne ne s'en inquiète, mais il faut espérer que cette pression ne coupe pas les jambes déjà courtes de Medel et Rojas.

Par Arthur Jeanne, à Santiago du Chili
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Podcast Football Recall