1. //
  2. //
  3. // Groupe A
  4. //
  5. // Chili/Équateur (2-0)

Le Chili réussit son premier rendez-vous

Lors du match d'ouverture de la quarante-quatrième édition de la Copa América, le Chili s'est imposé face à une sélection équatorienne recroquevillée en défense. Vidal et Vargas offrent un succès capital (2-0) aux hôtes de la compétition.

Modififié
6 18
Il est toujours important de faire bonne figure lors d'un premier rendez-vous. Aujourd'hui, c'est Alexis Sánchez, cheveux mieux gominés qu'à l'accoutumée, nouveau costume pour l'occasion, qui s'est présenté devant l'exigeante cohorte. Logique, l'assistance attend ce moment depuis longtemps. Malgré de nombreuses tentatives, le peuple rouge attend toujours avec impatience le couronnement de sa belle. Le défi est majeur. Dans un antre vieux de 77 ans, aussi sur son 31, le promis prend les devants. Il veut faire bonne impression, asseoir sa personnalité sur ce rendez-vous. Puis, il l'a bien préparée, cette conquête du graal. Il est versatile. Il sait se montrer pugnace, avenant. Mais il sait aussi se replier sur lui-même, attendre l'opportunité parfaite pour montrer son plus beau visage. Afin d'atteindre son but ultime, il faut convaincre, mais aussi affronter onze récalcitrants, venus gâcher le festin. Après avoir tenté de séduire, Alexis laisse l'habit de protagoniste à Arturo Vidal. Au bout d'une heure, l'homme à la dégaine de gangster obtient un hideux penalty. Et le transforme. Un premier rendez-vous, ce n'est pas toujours sexy.

Alexis lance les hostilités


Dès le début, il semble tendu. Le maître de cérémonie, j'ai nommé le magicien Valdivia, en perd même sa chaussure. Comme souvent, le plan annoncé ne sera pas celui utilisé. On le sait, son caractère changeant peut être sa force comme son talon d'Achille. Mais peu importe, ce soir, il a décidé de ne pas rester sur la défensive. La première salve ne se fait attendre. L'homme qui incarne les espoirs de l'hôte est petit et trapu. Il s'appelle Alexis. L'année qu'il a passée loin de sa demeure, où le cri guttural d'un but retentit moins fort que de l'autre côté de l'océan Atlantique, fut un franc succès. Par deux fois, il s'avance devant le dernier rempart, stoïque devant les avances précoces de l'homme du moment. Soutenu par ses deux pourvoyeurs que sont Valdivia et Vidal, Alexis soulève la foule, trop occupée à combattre le froid de la nuit de Santiago. Son entreprise de séduction peut s'avérer dangereuse. La preuve, quand Montero, Équatorien placé à gauche de la table, se faufile dans la forteresse mise en place par le maître tacticien qu'est Jorge Sampaoli. Quelques rappels à l'ordre, maîtrisés par le doyen de la maison. Il s'appelle Claudio Bravo. Il vient de connaître la plus grande satisfaction de sa carrière, lui qui à rejoint la belle Barcelone à l'été 2014. Pourtant, on lui a refusé un titre. Une coupe aux grandes oreilles tant désirée. De celle-ci, il ne gardera que l'amer souvenir de l'avoir soulevée, laissant les honneurs à son coéquipier allemand, choisi pour représenter l'azulgrana dans les grands rendez-vous. Il a porté ce maillot rouge à quatre-vingt-neuf reprises. Et ce soir, il observe de loin le récital de ses équipiers. À la pause d'une rencontre intense, le bilan est simple : Alexis et ses ouailles ont tout pour aller au bout. Les combinaisons avec ses partenaires sont maîtrisées et l'allant des dix hommes (et des 47 000 âmes) qui l'accompagnent laisse entrevoir un futur radieux. Mais au bout de quarante-cinq minutes, peu d'effusions de joie.

Vidal débloque tout


Le Chili est entreprenant. La preuve, avant le repos, les hommes de Sampaoli ont échangé 314 fois la gonfle. Un jeu de possession, qui gêne l'adversaire. Sa pièce majeure, Enner Valencia, si souvent décisif lorsqu'il vêtit le maillot jaune de son pays, est muet. Vargas remplace Beausejour dès le début de la seconde période. Toute l'année, il a hiberné. Comme l'an passé. Pourtant, il aime les grands rendez-vous. Un certain Iker Casillas peut en témoigner. Les intentions sont encore plus claires. Ce premier rendez-vous, rendu rapidement ennuyant par un invité qui assure ses arrières, peine à s'emballer. Le Chili tente d'asseoir sa domination. Vargas touche le poteau de Domínguez. La pression est plus intense. Le moment choisi par Vidal pour changer le cours de ce match d'ouverture. Dans la surface, Bolaños accroche le milieu de la Juventus, qui s'écroule. Une lucarne plus tard et le Chili se dirige vers un premier rendez-vous concluant. L'entrée de Mati Fernández est tout aussi décisive que la stupide faute de Bolaños. Le joueur de la Fiorentina remplace un Valdivia sur les rotules. La sélection dirigée par Quinteros donne tout, et touche même la barre de Bravo. Après une action de contre d'école, Sánchez offre un caviar à Vargas qui s'en va tromper le gardien équatorien d'un enroulé. Finalement, le Chili conclut une rencontre maîtrisée. Mati Fernández est exclu et sort par la petite porte, après un tacle trop violent. Entré en jeu en fin de match, Pizarro a, lui, produit plus de football que toute l'équipe équatorienne en une heure et demie de jeu. Interviewé par une chaîne de télévision sud-américaine dans les travées de l'Estadio Nacional, un jeune supporter chilien semble avoir déjà oublié son histoire : « On va être champion, enfin ! »

Par Ruben Curiel, à l'Estadio Nacional de Chile, Santiago
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Trés beau match d'ouverture. Ca puait le match piége pour des chiliens qui étaient clairement supérieur dans le jeu mais très moyen dans les 15 derniers métres. Alors ouais ça joue bien, mais faut une simulation de Vidal et une passe en retrait foiré pour que fasse 2-0. Alexis Sanchez est à l'image de ça qu'est ce qu'il est bon, mais qu'est ce qu'il est frustrant à regarder jouer ...
Valdivia je l'adore, mais il manque un peu de spontanéité dans ce genre de match, Matias Fernandez a beaucoup apporter à ce niveau là, dommage qu'il se prennent un rouge vraiment débile (en 20 minutes quoi) il aurait peut être pu commencer le match contre le Mexique. Isla et Vargas c'est vraiment pas les mêmes quand il joue avec leurs sélections. Vidal a jouer une finale de ldc il y a deux semaines et il est peut être le meilleur joueur ce soir...
Elle est vraiment belle cette équipe du Chili, mais faudra faire mieux au niveau de l'efficacité pour réaliser l'exploit.
Côté Équatorien c'est très solide quand il faut défendre bas, par contre offensivement c'est le néant (c'est vrai qu'il manquait plusieurs joueurs) en dehors de Montero et Valencia.
Montero est vraiment bon, c'est pas gagné pour que Ayew lui prenne sa place à Swamsea...
Note : 3
Super match d'Alexis dont on se demande comment il peut encore autant courir après sa saison d'une intensité de malade mental. Sinon comme d'hab le Chili c'est très beau, surtout en 1ere mi temps avec des mouvements collectifs exceptionnels. Deuxieme mi temps que j'ai trouvé d'une intensité plus faible, un Chili plus pragmatique essayant de ne pas trop s'exposer aux innombrables contres initiés par Montero.

Et Valdivia, quelle classe, autant de classe que de débilité chez Mati Fernandez
Kit Fisteur Niveau : Loisir
Mention spéciale à Fernandez ! N'importe quel joueur aurait fait le plus simple : laisser passer son adversaire en sachant qu'à moins d'une minute de la fin à 2-0 ça risquait pas grand chose... Mais lui, il a choisit l'originalité !

Et putain Sanchez... il peut pas jouer tout le temps comme ça ? En fait, si on compare sa performance avec celles du mondial, il est 15 fois plus bandant en sélection qu'en club !

En tout cas le foot sud américain c'est un putain de régal... Toute une autre culture du foot qu'en Europe, chaque continent a évident ses avantages, mais ce soir c'était vraiment un beau spectacle !
Colocolo-de-chile Niveau : Loisir
J'etais au stade je peux vous dire que ça a guelait contre Sampaoli et ses choix pour le moins bizarre, Vargas titulaire point barre !

Sinon pas mal so foot pour l'article je me demandáis quel serait celui qui viendrait voir les matchs ici, bienvenido a Chile, Rubén
Neologist Niveau : DHR
Bonne victoire du Chili même si on peut rester sur sa faim étant donné les difficultés dans la finition et les 20 derniers mètres. En tout cas belle ambiance et ça fait du bien de revoir une compet' de foot à enjeux !

Côté Equateur, Montero m'a vraiment fait bonne impression ! Etant donné la sélection Mexicaine, je pense que l'Equateur peut jouer la seconde place de ce groupe si Montero et Valencia sont en forme. J'attends quand même le Mexique - Bolivie de cette nuit pour me faire une idée plus précise même si la Bolivie reste relativement faible comme équipe.
J'espère surtout que tonton Wenger à vu le match (c'est surement le cas vu le mordu de foot qu'il est) car franchement Alexis en pointe avec la bonne organisation offensive c'est largement meilleur que Giroud et Welbeck réunis.

Le Chili rentre bien dans sa compétition du coup mais devra se montrer plus efficace dans les derniers mètres contre les plus grosses équipes.
Petite question à ceux qui ont vu le match au stade (bande de veinards !) ou à la télé : est-ce que Charles Aranguiz jouait? Si oui, a-t-il été bon ?
Je l'ai découvert au Brésil l'an passé et c'est le Chilien qui m'avait fait la plus forte impression. Une CM n'a pas toujours révélatrice du réel niveau d'un joueur mais pour cette occasion, j'avais trouvé qu'il faisait partie des tous meilleurs milieux de cette compétition (il avait endossé le costume de patron du milieu vu que Vidal était hors de forme et sur une jambe).
Avez vous eu un problème de décalage de son et d'image pour ceux qui ont regardé sur BeinSports? A un moment j'ai eu deux fois de suite la même passe en retrait et après j'avais les commentateurs en avance sur l'image. Ca ma résigné à éteindre la télé peu avant la mi-temps.
C'est moi où le Chili ne joue avec aucun vrai défenseur central de métier?
Je m'explique, je regarde la composition de l'équipe et je vois en DC Jara qui n'en est pas un vrai et Medel encore moins.
C'était de circonstances où c'est toujours comme ça, car contre l'Equateur, ça peut passer mais contre des plus grosses équipes, ça passe pas.
Benito-Bx Niveau : CFA
Ils sont à quelle heure les matchs pour nous ?

Le Chili est sympa mais ça me paraît léger face aux deux ogres.
Neologist Niveau : DHR
Message posté par Antho'08
C'est moi où le Chili ne joue avec aucun vrai défenseur central de métier?
Je m'explique, je regarde la composition de l'équipe et je vois en DC Jara qui n'en est pas un vrai et Medel encore moins.
C'était de circonstances où c'est toujours comme ça, car contre l'Equateur, ça peut passer mais contre des plus grosses équipes, ça passe pas.


Le Chili joue toujours comme ça si je ne dis pas de conneries. Enfin Medel et Jara sont titulaires. Après je sais que dans les remplaçants, il y a des vrais DC de métier.
Neologist Niveau : DHR
Message posté par Benito-Bx
Ils sont à quelle heure les matchs pour nous ?

Le Chili est sympa mais ça me paraît léger face aux deux ogres.



http://www.eurosport.fr/football/copa-a … sult.shtml

Donc globalement, la plupart des matchs restent regardables et ça c'est cool !
CarlosMoncerf Niveau : CFA2
Message posté par Benito-Bx
Ils sont à quelle heure les matchs pour nous ?

Le Chili est sympa mais ça me paraît léger face aux deux ogres.



Dates et horaires des matches de groupe de la Copa America 2015 (heure française)
Chili - Equateur : le vendredi 12 juin à 1h30
Mexique - Bolivie : le samedi 13 juin à 1h30
Uruguay - Jamaïque : le samedi 13 juin à 21h
Argentine - Paraguay : le samedi 13 juin à 23h30
Colombie - Venezuela : le dimanche 14 juin à 21h
Brésil - Pérou le dimanche : le 14 juin à 23h30
Equateur - Bolivie : le lundi 15 juin à 23h
Chili - Mexique : le mardi 16 juin à 1h30
Paraguay - Jamaïque : le mardi 16 juin à 23h
Argentine - Uruguay : le mercredi 17 juin à 1h30
Brésil - Colombie : le jeudi 18 juin à 2h
Pérou - Venezuela : le vendredi 19 juin à 1h30
Mexique - Equateur : le vendredi 19 juin à 23h
Chili - Bolivie le samedi : le 20 juin à 1h30
Uruguay - Paraguay : le samedi 20 juin à 21h
Argentine - Jamaïque : le samedi 20 juin à 23h30
Colombie - Pérou : le dimanche 21 juin à 21h
Brésil - Venezuela : le dimanche 21 juin à 23h30

Dates et horaires des quarts de finale, demi-finales et finale (heure française)
Quart de finale 1 : le 24 juin à 23h30
Quart de finale 2 : le 25 juin à 1h30
Quart de finale 3 : le 26 juin à 1h30
Quart de finale 4 : le 27 juin à 1h30
Demi-finale 1 : le 29 juin à 1h30
Demi-finale 2 : le 30 juin à 1h30
Match pour la troisième place : le 3 juillet à 1h30
Finale : le 4 juillet à 23h
Message posté par SidLFC
Petite question à ceux qui ont vu le match au stade (bande de veinards !) ou à la télé : est-ce que Charles Aranguiz jouait? Si oui, a-t-il été bon ?

Petit match d'Aránguiz. On ne l'a pas trop vu, il a fait le taf défensif, mais ne s'est pas montré devant comme il sait le faire. Après ce n'est qu'un match, il reste un des piliers de cette sélection et un titulaire plus ou moins inamovible.

Message posté par Antho'08
C'est moi où le Chili ne joue avec aucun vrai défenseur central de métier?
Je m'explique, je regarde la composition de l'équipe et je vois en DC Jara qui n'en est pas un vrai et Medel encore moins.
C'était de circonstances où c'est toujours comme ça, car contre l'Equateur, ça peut passer mais contre des plus grosses équipes, ça passe pas.

Medel joue DC en sélection depuis l'Afrique du Sud, avec succès. Jara est un vrai central, même si, de mémoire, il a été formé latéral (faudrait revérifier) et peut jouer à tous les postes de la défense, voire au milieu. Mena a fait des piges comme central gauche, mais pas souvent. Sur le banc, Silva a joué le mondial comme central droit mais est un milieu déf, Albornoz a été utilisé comme DC contre le Brésil en amical, a été très bon, mais est latéral en club. Le seul autre central de métier est Pepe Rojas, qui a aussi joué latéral gauche à la U.
kim jung kill Niveau : CFA
Note : 1
moué j'ai une impression mitigé, contre l'equateur ça la fait mais fasse au Brésil ou l'Argentine ça passera pas
le premier but est un cadeau de l'arbitre, Vidal a fait une belle simulation, j'espere que le jaune de Fernandez pour simulation les fera réfléchir avent de s'écrouler comme des merde dans la surface.
le deuxième but m'a rassuré, Vargas mérite plus d'être titulaire que Beausejour.
S'était le premier match ils peuvent encore progresser
Message posté par ker
Avez vous eu un problème de décalage de son et d'image pour ceux qui ont regardé sur BeinSports? A un moment j'ai eu deux fois de suite la même passe en retrait et après j'avais les commentateurs en avance sur l'image. Ca ma résigné à éteindre la télé peu avant la mi-temps.


Pareil, les commentateurs (Omar Da Fonseca il faut faire quelque chose parce que c'est plus possible) en avance sur l'image, mais le problème a été réglé peu avant la mi-temps. Sûrement peu après que tu as éteint ta télé !
Alain Proviste Niveau : Ligue 2
Un match typique du Chili : ça joue bien, voire superbement bien par moments, des séquences collectives magnifiques, un Alexis Sanchez on fire, un Vidal au four et au moulin, un Valdivia toujours aussi classe... Bref le foot que j'aime, mais par contre il faudra qu'ils règlent leurs éternels soucis d'efficacité dans les derniers mètres car ça risque de ne pas pardonner face à l'Argentine et au Brésil, voire la Colombie.
En fait, la Roja me fait beaucoup penser à la Fiorentina sur ces aspects-là (peut-être pas un hasard avec Mati Fernandez et David Pizarro dans l'effectif)...
Johanromabatimessi Niveau : Loisir
Contrairement a la plupart d'entre vous, je n'ai pas trouve le Chili tres bon, enfin c'est plus le Chili de Bielsa. Moi j'ai trouvé Valdivia nul en ralentissant le jeu a chaque touche de balle et ne parlons pas de Beausejour. Defensivement c'est a pleuré, le laterale gauche qui laisse des boulevards et la defense centrale en grosse difficulté sur chaque centre.

Enfin, est ce qu'on peut dire que l'arbitre n'attendais qu'une petite faute dans la surface pour sifler le peno en faveur du pays organisateur ?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
6 18