Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. // Copa América 2015
  2. // Gr. A
  3. // Chili/Bolivie (5-0)

Le Chili punit la Bolivie et pardonne Vidal

Grâce notamment au doublé de Charles Aránguiz, à la tête plongeante d'Alexis et au piqué de Medel (5-0), le Chili a obtenu la première place du groupe A avec la manière. Le roi Arturo Vidal a été pardonné par la plèbe chilienne, avant de sortir à la mi-temps.

Modififié

Chili 5-0 Bolivie

Buts : Aránguiz (3e et 66e), Sánchez (37e), Medel (79e) et Raldes (86e, CSC) pour le Chili

On aurait pu imaginer Arturo Vidal en gladiateur et l'Estadio Nacional de Chile en Colysée au moment de l'entrée des joueurs sur le terrain ce soir à Santiago. Un homme à pardonner, un poids à porter et un jugement très attendu. Empereur d'un soir, l'enceinte aux murs blancs et aux âmes rouges n'a pas hésité une seule seconde : pouce en l'air et pardon unanime. Le milieu juventino a tout simplement été le Chilien le plus applaudi par la plèbe. Après n'avoir jamais rien gagné en un siècle de tentatives, le Chili semble s'être fait assez d'ennemis pour commencer à se tirer des balles dans le pied. Rey Arturo, lui, a joué au bon soldat. Des remerciements à droite, pour la tribuna Andes, puis à gauche vers la tribuna Pacifico, et quarante-cinq minutes de pressing, de sacrifice et de générosité envers ses coéquipiers. Qui sait, c'est peut-être cette discrétion qui a permis à Charles Aránguiz de briller autant, alors que le milieu s'était montré bien plus en retrait qu'au dernier Mondial jusque-là dans la compétition. Dès la troisième minute, le milieu de l'Internacional profite d'un contrôle involontaire de Vargas à la suite d'un long ballon pour lancer la rencontre : 1-0.

Cirque de toque et Valdivia


Si le speaker de l'Estadio Nacional rappelle de respecter l'hymne d'un « pays frère » dans une enceinte rouge d'impatience, ça n'empêche pas une partie du public chilien d'accompagner les premières notes de l'hymne bolivien par des sifflets. Un manque de classe né d'une rivalité datant de 1884 qui fait contraste avec l'élégance moderne du 4-3-1-2 chilien. Valdivia dessine de jolies courbes dans son costume rafraîchissant de numéro 10 à l'ancienne. Passements de jambes, déviations, coups du sombrero. Marcelo Díaz ordonne, corrige et lance un système de toque à la dynamique séduisante, dans lequel les courses incessantes d'Aránguiz, Vargas et Vidal sont académiquement fabuleuses. Seul Sánchez bégaye ses gammes en début de match, mis à part un crochet tranchant qui fait presque tomber tout Santiago.

Mais si le Chili joue beau, ni le but ni l'ambiance heureuse ne suffisent pour calmer Sampaoli, dont le crâne luisant se balade d'un bout à l'autre de son banc de touche. Pourtant, son Chili contrôle, dirige et mène un adversaire aux ressources plus rares que le Mexique et l'Équateur. Une équipe bolivienne qui, du haut de ses 23 ans d'âge moyen, n'a pas les armes pour rivaliser. Pablo Escobar, numéro 10 bolivien au flair gargantuesque, n'y peut rien. Et même le sens de l'ordre et de l'espace du suédois Martín Smedberg n'y font rien. Le match est à sens unique : d'ailleurs, avec 4 points, la Bolivie est déjà qualifiée.

Une fête cinq étoiles


Sur un contre à la 37e minute, Sánchez décale à droite sur Valdivia, qui la remet dans la surface. Alors que le ballon semble perdu, le joueur d'Arsenal se jette pour le reprendre dans le meilleur style de tête plongeante d'Henrik Larsson. 2-0 ! Loin des projecteurs, Gary Medel saute dans les bras de Claudio Bravo dans l'autre surface, alors que Sampaoli poursuit sa marche anxieuse, dos à ses joueurs, dos au but, dos à la joie. Une ola est lancée trois minutes plus tard dans l'euphorie de l'obtention de la première place du groupe. Elle fera deux tours de stade, le temps de déconcentrer le tir de Vargas, surpris de se retrouver tout seul au point de penalty. Mi-temps. De retour des vestiaires, Sampaoli sort Vidal et Sánchez, et lance Matí Fernández et Ángelo Henriquez. Mauricio Soria, sélectionneur bolivien, lance aussi sa rotation avec les entrées de Bejarano et Miranda. Mais la domination ne change pas de côté pour autant.

Peu après l'heure de jeu, un énième mouvement collectif raffiné permet même à Matí Fernández de participer à la fête et à Aránguiz de signer un doublé. 3-0. Une avance confortable qui permet au génie David Pizarro d'entrer en jeu sous les « Pizaaaaaaaarro, Pizaaaaaaaro » de Santiago. À dix minutes du terme, alors que les Boliviens se montrent terriblement maladroits sur leurs rares manœuvres, c'est l'inattendu Gary Medel qui vient couronner un nouveau cirque de passes courtes. Alors que l'hymne chilien résonne dans le stade, enfin, le pauvre Ronaldo Raldes ponctue le spectacle d'un but contre son camp cruel. Manita. Deux jours après un scandale qui a secoué les esprits de tout un pays, quatre-vingt-dix minutes très bien orchestrées ont suffi pour passer à autre chose, à savoir les quarts de finale.

Par Markus Kaufmann, à l'Estadio Nacional de Chile
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 5 heures Euro Millions : 130 millions d'€ + 1 millionnaire garanti il y a 3 heures La LFP doit verser 2000 euros à Luzenac 10
il y a 4 heures Virtus Entella bientôt réintégré en Serie B ? 7 il y a 5 heures Un groupe lance une chanson géniale pour Bielsa 18 il y a 6 heures Un club de 3e division espagnole ne veut plus que Vinicius Jr joue 45
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE