1. // CM 2018
  2. // Qualifs
  3. // Chili-Pérou

Le Chili mal digéré

Après une lourde défaite en Équateur, le Chili se retrouve à la septième place des Éliminatoires pour le Mondial 2018. L’euphorie des deux Copa América semble retombée et Pizzi est déjà en danger.

Modififié
2k 14
Les papelitos, souvent lancés dans les stades sud-américains pour l’ambiance, ont été utilisé à tout autre escient par quelques supporters chiliens. Avant un entraînement de la sélection, des papiers ont été jetés sur le terrain d’entraînement de Pinto Duran, et dans les rues de Santiago. Avec, dessus, un message demandant la démission de Juan Antonio Pizzi et énonçant quelques critiques envers ses joueurs. Si cet épisode peut sembler totalement anodin, il prouve que le difficile public chilien ne goûte que très peu la crise traversée par sa sélection.


Habituée aux louanges depuis deux ans, la Roja souffre dans les éliminatoires pour la Coupe du monde en Russie. Aujourd'hui à la septième place, derrière le Paraguay (sixième) et à cinq points de l’Argentine (cinquième), le Chili de Pizzi doit vite réagir sous peine de ne pas voir la Russie en 2018. Alors, qu’est-ce qui cloche ?

Des cadres pas au niveau


En juillet dernier, après avoir soulevé la Copa América Centenario, Arturo Vidal ne se cachait pas : « Désormais, l’objectif est d’être champion du monde. » Aujourd'hui redescendus sur terre, les Chiliens vont devoir cravacher pour se qualifier. Seul cadre au niveau contre l’Équateur, le milieu du Bayern Munich a échappé aux critiques de la presse chilienne. Une presse qui affirme que certains de ses coéquipiers auraient déjà lâché le technicien argentin, à la tête de la sélection chilienne depuis le départ de Sampaoli. Une action de jeu a particulièrement attiré l’attention. Alors menés 3-0, les Chiliens récupèrent le ballon, mais seul Vidal est en mouvement pour offrir une solution. Heureusement qu’Enner Valencia a offert une scène autrement plus ridicule, sinon ce manque d’engagement aurait fait plus de bruit.


Lors de cette rencontre contre l’Équateur, Claudio Bravo a livré une performance inquiétante. Devant lui, la défense composée de Mena, Jara, Roco (qui remplaçait Medel, suspendu trois matchs pour des insultes envers l’arbitre lors de la défaite 2-1 face au Paraguay, début septembre) et Isla a été totalement dépassé par les offensives équatoriennes. Le manque de créativité du milieu de terrain inquiète aussi. Selon la presse chilienne, Valdivia, qui est souvent apparu comme la solution aux problèmes du milieu de la Roja, devrait rester sur le banc face au Pérou. Face aux Péruviens, Pizzi devrait revenir à une formule à laquelle il tient, avec un avant-centre de surface. C’est Nicolás Castillo, joueur de la Universidad de Chile, qui devrait occuper ce poste et ainsi libérer Alexis Sánchez d’un poids un peu trop lourd pour ses seules épaules. Un changement de système qui semble essentiel, tant le jeu des Chiliens ne surprend plus personne.

Pizzi en danger ?


Après la défaite face à l’Équateur, Andrés Fazio, vice-président de la Fédération chilienne, s’est exprimé devant la presse : « Cela doit être le pire match de l’histoire de notre sélection. Évidemment que nous sommes inquiets. On traverse un moment difficile. » Autant dire que les soutiens pour Juan Antonio Pizzi, pourtant vainqueur de la Copa América Centenario il y a quelques mois avec ce même groupe, n’ont pas été nombreux. Ce même dirigeant a ensuite évoqué l’avenir incertain de l’ancien international espagnol à la tête de la sélection chilienne : « Dans son contrat, il y a une clause qui permet son départ. Mais il n’y a pas d’objectifs précis de points par exemple. C’est plus un accord de paroles. » Comprendre, Pizzi pourrait se retrouver sans emploi si le Chili ne se relève pas rapidement. Face au Pérou, dans un match toujours tendu, les coéquipiers de Vidal doivent l’emporter, sous peine de voir la Russie s’éloigner définitivement. Et ce serait dommage de ne pas voir le double champion d’Amérique à la prochaine Coupe du monde.

Par Ruben Curiel
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

zinczinc78 Niveau : CFA
Ca leur apprendra aux Chiliens à mettre leur doigt dans des endroits où ça ne se fait pas.. Le Karma !
 //  12:49  //  Aficionado de la Thaïlande
Message posté par zinczinc78
Ca leur apprendra aux Chiliens à mettre leur doigt dans des endroits où ça ne se fait pas.. Le Karma !


Tu t endors le cul qui gratte...
 //  14:45  //  Amoureux de la Bolivie
J'ai pas vu un match du Chili depuis la dernière Copa America, pour les avoir bien suivi depuis Bielsa, je trouve assez inexplicable leur trou d'air actuel.
Les joueurs sont restés quasiment les mêmes, Pizzi a repris l'héritage Bielsa-Sampaoli, a su conservé la Copa. Et patatras... ils se retrouvent "largués" en qualif

Les joueurs se voient-ils trop beaux ? Ont-ils pris tous le boulard, un sur-excès de confiance qui se transforme en suffisance ? Le Chili serait-il finalement victime de son succès qui se répercute sur un jeu devenu inefficace (un peu comme l'Espagne), incapable de se renouveler... Difficile à dire, un ami chilien m'a lui plus parlé de problèmes internes dans l'entourage de la sélection et à la fédé (que le départ de Samapoli avait mis en lumière) des luttes et rivalités qui nuisent donc, mais aussi d'une relève qui a du mal à percer en sélection d'autant que la défense viellissante montrent des signes très inquiétants.

En tous cas, une non-qualif du Chili serait vraiment dommage.
en tout cas une réaction est urgente. On est déjà à la moitié des élminatoires, et le bilan (3-1-5) est inquiétant. Ils ne peuvent pas compter uniquement sur le talent de Vidal et Alexis.
Le coup de l'ambiance dans le groupe, je n'y crois pas, ça fait des années qu'on nous le sort, que ça aille bien ou mal. S'il est difficile de donner des explications concrètes, il y a quelques idées :
- le match contre le Paraguay pris à la légère, avoué par Isla je crois, qui amorce la crise,
- la Bolivie ressemble à un accident de parcours, j'ai pas d'autre explication,
- le match contre l'Equateur est un désastre d'un bout à l'autre, à commencer par la préparation et la décision de monter à Quito le jour du match. Ce n'est pas possible qu'on prépare avec succès les déplacements à La Paz plusieurs jours à l'avance à Calama, caissons hyperbare et j'en passe et qu'on soit incapables de faire de même en Equateur. On avait l'impression de voir des morts-vivants sur la pelouse. En plus Pizzi se trompe sur la compo, alignant un duo au milieu (Hernandez-Diaz avec Vidal-Aranguiz devant), alors qu'on sait que les Equatoriens vont nous prendre sur les côtés.
- entre blessures et suspensions, impossibilité d'aligner une équipe type ou d'avoir des remplaçants corrects. Le match contre l'Argentine est tragique, blessures de Diaz et Mati Fernandez dans les premières minutes.
- quelques joueurs qui ont nettement baissé leur rendement, je pense surtout à Aranguiz, qui était pour moi celui qui tenait le milieu avec Diaz jusqu'à la dernière Copa, et qui a beaucoup faibli durant ces éliminatoires.
C'est un truc de fou cette vidéo quand même, tout le monde marche sur le terrain
La Crampe Niveau : DHR
Je ne m'inquiète pas. la phase de qualifications est encore longue et si l'Argentine, le Brésil et l'Uruguay font respecter la hiérarchie, le Chili pourra glaner la quatrième ou cinquième place. Ils ne sont qu'à cinq points de la troisième place et avec un groupe à 10 équipes, 3 points peuvent vraiment compter double.

Le groupe arrive à saturation: ils se sont régalés ses deux dernières années niveau trophées, ils déserrent un peu la ceinture, c'est normal.
Le comportement de "las hinchas" est compréhensif, cela nous montre à quel point les exigences footballistiques en Am Sud sont immenses.

bientôt 19h, j'ai fais ma sieste, j'attends 1h30 devant un stream pourrave avec un "mote con huesillo".
C'est ce qu'ils ont fait qui est extraordinaire. Même quand ils ont gagné leurs titres, ils étaient déjà sur le fil.

On ne se rend pas bien compte vu d'Europe, cette génération aura fait des merveilles.

C'est presque une anomalie.

Il ne faut rien attendre d'eux. Comme avant. Ce n'est pas une nation avec laquelle on peut être exigeant comme pour le Brésil ou l'Argentine.

Ceci étant, concernant la qualification, c'est certain que rien n'est terminé.
Accouche le nom de ton fournisseur de huesillos, fumier. (Si tu me dis qu'on te les envoie, je pleure)
Alain Proviste Niveau : Ligue 2
J'espère vraiment que cette magnifique génération chilienne (clairement la sélection qui m'aura le plus fait bander ces dernières années, en terme de jeu) n'a pas loupé le coche avec ce maudit poteau de Pinilla au Brésil... Ce serait vraiment un crève-coeur pour les amateurs de foot de ne pas voir Vidal, Aranguiz, Valdivia, Sanchez et Vargas en Russie !
Comme dit plus haut, j'ai du mal à comprendre les vraies raisons de cette mauvaise passe chilienne. Autant j'avoue avoir eu de gros doutes sur la capacité de Pizzi à prendre la relève de Sampaoli, autant la Copa America Centenario m'avait rassuré. Mais aujourd'hui, alors que le groupe n'a pas vraiment changé, je ne m'explique pas le retour de ces maux traditionnels de la Roja (fragilité défensive, possession stérile) que Bielsa et surtout Sampaoli semblaient avoir définitivement corrigé. Surtout, leur apathie collective face à l'Equateur m'a surpris, d'autant que ce match était décisif face à un concurrent direct que le Chili aurait pu doubler !
En tout cas, hasard ou coïncidence, les meilleurs résultats chiliens ont été obtenus avec Valdivia aligné en numéro 10, aux côtés de Vidal et Aranguiz. Alors je sais que je suis pas objectif avec lui, tant j'adore ce joueur, et peut-être que son choix de carrière incompréhensible ne l'aide pas à garder son niveau... Mais quand même ! Pizzi devrait au moins tenter de remettre El Mago sur le terrain.
Alain Proviste Niveau : Ligue 2
Message posté par CTM
Le coup de l'ambiance dans le groupe, je n'y crois pas, ça fait des années qu'on nous le sort, que ça aille bien ou mal. S'il est difficile de donner des explications concrètes, il y a quelques idées :
- le match contre le Paraguay pris à la légère, avoué par Isla je crois, qui amorce la crise,
- la Bolivie ressemble à un accident de parcours, j'ai pas d'autre explication,
- le match contre l'Equateur est un désastre d'un bout à l'autre, à commencer par la préparation et la décision de monter à Quito le jour du match. Ce n'est pas possible qu'on prépare avec succès les déplacements à La Paz plusieurs jours à l'avance à Calama, caissons hyperbare et j'en passe et qu'on soit incapables de faire de même en Equateur. On avait l'impression de voir des morts-vivants sur la pelouse. En plus Pizzi se trompe sur la compo, alignant un duo au milieu (Hernandez-Diaz avec Vidal-Aranguiz devant), alors qu'on sait que les Equatoriens vont nous prendre sur les côtés.
- entre blessures et suspensions, impossibilité d'aligner une équipe type ou d'avoir des remplaçants corrects. Le match contre l'Argentine est tragique, blessures de Diaz et Mati Fernandez dans les premières minutes.
- quelques joueurs qui ont nettement baissé leur rendement, je pense surtout à Aranguiz, qui était pour moi celui qui tenait le milieu avec Diaz jusqu'à la dernière Copa, et qui a beaucoup faibli durant ces éliminatoires.


Justement, moi qui ne suis pas trop la Bundesliga, je me demandais ce que donnait Aranguiz à Leverkusen. Car je l'ai vu face au BVB l'autre jour et il a régné sur le milieu du Bayer. Quelqu'un (Romansochaux ?) disait d'ailleurs qu'il était de retour à un très bon niveau. Et pour moi, un grand Chili passe forcément par un grand Aranguiz, l'un des joueurs les plus importants de la Roja avec Vidal, tous deux garants de l'équilibre du milieu !
Il y a une toute petite erreur dans l'article.
Nicolás Castillo n'est pas un joueur de la Universidad de Chile mais bien de la Universidad Católica.
C'est un détail, il est vrai, mais ces deux clubs sont quand même des rivaux historiques.

Ce serait comme dire que Cavani est l'attaquant de l'OM toute proportion gardée naturellement.
Alain Proviste Niveau : Ligue 2
Putain le Pérou a égalisé ! C'est pas possible, je commence vraiment à être inquiet pour le Chili ! Et pas sûr que Pizzi survive à une nouvelle contre-performance...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
2k 14