Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Coupe des confédérations 2017
  2. // Cameroun-Chili

Le Chili et son porte-bonheur illuminati

Internet est complètement fou et l'a prouvé une fois de plus en érigeant un enfant de 10 ans, geek à ses heures perdues et illuminati involontaire, en porte-bonheur de la sélection roja. Et pour son entrée en lice dans la Coupe des confédérations, les internautes chiliens vont sans aucun doute encore l'invoquer.

Modififié
C'est l'histoire d'un gamin qui a un peu trop poncé GTA V. Une histoire commune, dirons-nous, sauf que Sebastian Cichero est allé plus loin que tout le monde. Sa passion pour les chambres obscures, les manettes et les crises d'épilepsie l'a conduit à devenir l'un des protagonistes principaux de la première victoire en Copa América de l'histoire du Chili. Début 2015, en rentrant du travail, Italo Cichero, modeste ingénieur et papa de Sebastian, traîne sur son ordi et va faire un tour sur son compte en ligne. Dans sa boîte mail, une invitation de Santander, sa banque, à un concours pour enfant. En jeu : le droit d'accompagner les joueurs sur le terrain en début de match. À quelques semaines du début de la Copa América, il inscrit son fils, sans trop réfléchir.


Un mois plus tard, la réponse : Sebastian est sélectionné, il fera le match d'ouverture contre l'Équateur. Euphoriques, père et fils prennent le bus une première fois jusqu'à Santiago depuis Concepción, là où ils habitent, et assistent aux préparatifs une semaine avant le match. Mais rester sept jours sur place leur coûte trop cher, du coup ils rentrent à la maison. Au total, douze heures de bus dans la gueule : « Il m'a dit qu'il n'avait pas trop aimé le voyage et que du coup, quitte à y retourner, il ne ferait pas l'aller-retour pour rien » , explique le papa.

« C'est devenu la patte de lapin de la sélection »


Finalement, ils retournent à Santiago une semaine plus tard, en avion cette fois-ci, mais l'imagination de Sebastian a déjà fait le gros du travail. Italo : « Il m'a dit qu'il avait préparé un truc, mais impossible de savoir quoi. Il ne voulait pas m'en parler. J'espérais juste qu'il ne fasse pas une connerie parce que je savais qu'il allait passer à la télé. Bref, je l'ai juste prévenu de ne pas faire n'importe quoi. » Vidal, Sánchez, Bravo ou encore Medel entrent sur la pelouse. Sebastian, lui aussi, mais avec les joueurs équatoriens. Les hymnes retentissent, la caméra s'approche des joueurs, mains sur le cœur. Et juste devant eux, le sourire malicieux de Sebastian. Il sort d'abord un double tchuss et puis fait un triangle avec ses doigts, devant ses yeux. La bombe est lancée. Internet s'enflamme. Il devient très vite le « niño illuminati » .

Niño Illuminati

Surtout que le Chili finit par gagner son match d'ouverture, par sortir des poules, passer les quarts, les demies et donc soulever finalement le trophée. Deux fois. Remplissant une armoire à trophées vide depuis toujours et mettant fin à une série de quatre finales perdues en 1955, 1956, 1979 et 1987. Au travail, Italo est inondé de questions, pareil pour Sebastian au collège. Les caméras font la queue pour un reportage chez les Cichero : « Les gens sont vraiment superstitieux ici et ils se sont vraiment dit qu'il y avait un lien. C'est devenu la patte de lapin de la sélection. Bon, nous, ça ne nous fait rien. Et puis les gens sont sympathiques avec nous. Mais jamais on ne s'attendait à ce que tout le Chili s'enflamme pour un gamin qui reproduit un geste, dont il ne connaît même pas la signification. Il a vu ça dans GTA, à un moment on voit ça sur le mur d'un mec. »

«  Sa mère me l'a reproché, elle pensait que je l'avais poussé à faire ça »


D'ailleurs, quand il faut expliquer le pourquoi de ce geste, le petit brun aux yeux bleus donne la même réponse candide à tout le monde : «  D'habitude, tous les enfants sont super sérieux. Moi, je voulais juste faire un truc et encourager la sélection. » Résultat des courses ? Aujourd'hui, les journalistes viennent le voir avant chaque match important. Son nom est cité à chaque fois que le Chili perd et demande un coup de pouce du destin. Sebastian donne des selfies, signe des autographes. Son père s'est même créé un compte Twitter pour l'occasion : Je suis le père du niño illuminati. Une folie douce : « Pour un gros festival du pays, y a un chanteur connu ici qui a refait le triangle avec ses doigts en disant que ça allait porter bonheur à son public. On a complètement oublié que c'était un truc illuminati. »

Vidéo

Même la maman de Sebastian peut en rire aujourd'hui. Au début, elle a pris peur pour son fils en voyant l'ampleur du phénomène : «  Elle me l'a reproché, elle m'a dit que c'était moi qui l'avait poussé à faire ça, raconte le mari et papa. Et puis elle s'est détendue en voyant les réactions sympathiques des gens à l'égard de son fils. » Bref, ça se sent qu'Italo a dû un peu, voire beaucoup, ramer dans cette histoire pour faire en sorte que tout le monde se sente à l'aise avec cette notoriété subite et ephémère. Il faut juste espérer pour lui qu'il ait prévenu sa dulcinée qu'avant tous les matchs de la Roja, jusqu'à ce que Sebastian devienne adulte et indépendant, ils vont devoir se taper des caméras chez eux.

Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 14
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall lundi 16 juillet La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT)