1. //
  2. //
  3. // Groupe H
  4. // Celtic Glasgow/FC Barcelone

Le Celtic peut-il se refaire le Barça ?

Comme on se retrouve. Ce mardi 1er octobre 2013, le Celtic Park accueille le FC Barcelone. Comme le 7 novembre dernier, pour le résultat que l’on connaît. Et pour ceux qui auraient eu le malheur d’oublier, Neil Lennon leur a remis un DVD du match de l’an dernier : « Dans l’ensemble, les joueurs savent ce qui les attend. Mais, parfois, on a besoin d’un petit rappel. » Un mémento du plan pour (encore ?) battre le Barça.

Modififié
478 25
Compact, ou le maître mot utilisé par Neil Lennon, comme l’expliquait par exemple Wanyama après le match de l’an dernier. Face au 4-3-3 à géométrie variable des Catalans, Neil devrait reproduire la même stratégie : 4-4-1-1 et parquer le bus, mais pas que, car les Celtes en avaient gardé sous le frein à main. Et surtout, pas n’importe comment. D’ordinaire, contre le Barça, on dit qu’il faut resserrer les lignes et défendre le plus bas possible. Le Celtic avait suivi la formule, mais avec méthode, intelligence et courage. Si réduire les espaces et se montrer compact constituait bien évidemment la base de sa stratégie, sa façon de faire relevait du plan bien huilé. Il convient par exemple, comme le Barça joue « petit » et n’excelle pas vraiment sur les centres ou le jeu aérien, de se concentrer dans l’axe (là où les choses se passent) et de laisser libre ses latéraux. C’est ce que le Celtic a fait, mais encore mieux et plus que prévu. Charlie Mulgrew et Kris Commons, les deux latéraux de Glasgow, ont carrément joué comme des milieux de terrain centraux, ne daignant sortir sur Jordi Alba et Dani Alves qu’une fois ces derniers en possession du ballon, et à même de créer le danger. Du coup, avec ces deux latéraux laissés libres, le jeu barcelonais s’est retrouvé pris à son propre jeu, un peu figé dans son horizontalité, et c’était autant de temps de gagné pour son adversaire. D’autant que quand le Barça finissait par centrer, c’était globalement sans danger, même si Pedro a frappé le poteau sur un centre d’Alves en première mi-temps. Et puis, quelque part, le ballon est toujours moins dangereux dans les pieds d’Alba et d’Alves que dans ceux de Xavi et Iniesta. La vie, c’est choisir son poison.

Concernant les deux moteurs du jeu barcelonais, l’idée était elle aussi simple, mais on ne peut plus logique : plutôt que de chercher à « bêtement » réduire les espaces, ou au contraire à presser à toute blinde comme des morts de faim, les deux milieux défensifs, Victor Wanyama et Joe Ledley, se sont appliqués à anticiper et donc contrer les mouvements des deux génies du milieu barcelonais, Iniesta et Xavi, et à ne sortir du bloc que quand ces derniers étaient à même de créer. Ils ont ainsi donné la marche à suivre à tous leurs coéquipiers. Se positionner très très très bas (seulement 1 hors-jeu barcelonais) et ne presser le porteur qu'à partir du moment où l'adversaire s’infiltre dans une zone où il se retrouve en infériorité numérique, pris au piège. L'énergie est dépensée en concentration plus qu'en courses. Il s’agit de se rendre compte que le ballon court toujours plus vite que les jambes, et encore plus vite contre le Barça. Trop vite. Mieux vaut donc attendre là où il va forcément passer pour arriver au but, juste devant la surface de réparation.

La main verte

Ensuite, en plus de son plan bien huilé, le Celtic a su garder la tête froide. Seulement deux cartons jaunes et 11 fautes ; contre le Barça, les équipes qui commettent beaucoup de fautes finissent par le payer cher, impossible d’oublier le triste sort réservé aux équipes madrilènes un peu trop nerveuses... L'Inter, après tout, avait commis moins de fautes que le Barça en 2010. Une équipe sereine, calme et préparée mentalement. Mais, contrairement aux Milanais, le Celtic a subi seulement 8 fautes, ce qui témoigne de l’absence de tactique (ou de vice) à la récupération du ballon pour gagner du temps, mais également d’un certain panache (ou d’une certaine naïveté). Là, il s'agissait de dégager le ballon, de se remettre en position, et de croire en sa bonne étoile. Car, il faut bien le dire, le Celtic a également bénéficié d’une belle part de chance. Les Écossais concèdent 24 tirs dont deux ont fini sur leurs montants. La défense écossaise n’a pas exactement « coincé » le Barça, qui a su se mettre en position de frappe toutes les quatre minutes environ... D’ailleurs, eux n’ont effectué que 5 tirs, pour un but sur un dégagement du gardien et un autre sur coup de pied arrêté. Avec une telle disposition, difficile de les revoir marquer deux buts, même si l’on rejouait le match dix fois.

Provoquer la chance, et les erreurs barcelonaises

Et pourtant, c’est bien cette fois-là qui compte, et ce n’est pas tout à fait un hasard. Le Celtic a eu le mérite de connaître les faiblesses barcelonaises, et de réussir à les exploiter : un but sur coup de pied arrêté ; les difficultés d’Alexandre Song dans son rôle de sentinelle (le Camerounais avait vécu un match très difficile face à Miku, attaquant décroché de ce 4-4-1-1 qui passait son temps à le presser, puis à faire des appels sur ses côtés, Song avait d’ailleurs été rapidement averti) ; la titularisation de Bartra en défense centrale, voire d’Alexis en attaque. Il faudra aujourd’hui voir ce que laissera au Celtic ce nouveau Barça, avec Busquets d’entrée, Neymar et surtout un nouvel entraîneur, Tata Martino, moins prisonnier du tiki-taka et du dogme de la possession (ce qui d’ailleurs ne plaît pas à toute la Catalogne). Le Barça pourrait jouer plus long, plus vite, plus fort, et ne laisser que des miettes au Celtic… Et pourtant…

Et pourtant, on ne peut s’empêcher d’y croire, au moins un tout petit peu. Car le Celtic, forcément, sait provoquer la chance comme personne. Question de trèfle vert. Demandez à Boston, ils vous répondront que c'est une question de mentalité. L’an dernier, Neil Lennon avait ainsi fait entrer Tony Watt, un attaquant de 18 ans tout en vitesse, innocence et percussion. Résultat, le gosse a littéralement terrifié la défense barcelonaise (et ce, même après les entrées de Piqué pour Bartra et Fàbregas pour Song), et Mascherano en particulier, qui aurait même pu être expulsé après le second but du Celtic (but qui vient d’ailleurs d’une erreur de Xavi, alors positionné pivot dans un rôle qu’il n’apprécie guère). Le Celtic avait donc réussi son coup : bien jouer (dans le sens de bien respecter son plan de jeu, ce qui est sans doute le vrai sens de bien jouer, en tout cas plus que de faire le beau face à un adversaire bien inférieur...) et bien faire déjouer son adversaire. Ce n’est pas forcément un hasard si Iniesta n’avait pas fait un match brillant. Cette fois, le Barça se présentera au Celtic Park sans Messi, Mascherano ni Puyol. Bartra sera donc à nouveau titulaire avec Piqué, et Fàbregas en pointe. Le Celtic pourrait donc à nouveau exploiter les faiblesses (relatives) du Barça. Après tout, l’an dernier non plus, personne n’y croyait… Sauf que cette fois, Busquets sera là ; l’exploit n’en serait que plus immense.

Par Markus Kaufmann et Simon Capelli-Welter
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

I_Love_nuggets Niveau : Loisir
Le stade du Celtic est un putain d'hommage à la passion du football qui nous anime! Rien que pour ça personne ne peut détester cette équipe et plus d'un vont espérer l'exploit!
Crabz Shapiro Niveau : DHR
You_love_too_much_nuggets_and_not_enough_Bescherelle_dude
nononoway Niveau : CFA
cest_quoi_la_faute_parceque_je_la_vois_pas
Joshua_is_a_tree Niveau : CFA
Pareil, je cherche la faute !

Sinon, la classe aussi le maillot du Celtic !
Note : 4
"Le Celtic peut-il se refaire le Barça ?"

Je le souhaite de tout cœur !
cuchulainn69 Niveau : District
Pour ma part, j'y crois serieusement !

Surtout avec les absents ...

Ce soir, ce sera maillot blanc rayé vert et Irish mood in a pint !

C'mon the Bhoys !
Note : 1
Le Barça va devoir se mettre a l'abri rapidement comme la Juve, car la saison dernière offensivement il étaient déchainés. En tout cas c'était un des meilleurs moments de la LDC 2012-2013 entre le YNWA, le Huddle, "Just can't get enough" repris par tout le stade, les larmes de Rod Stewart...
TsouinTsouin Niveau : Ligue 1
Ça ne va pas être de la tarte, Wanyama et Hooper ne sont plus là et Dieu sait qu'ils étaient importants !
Mais sur un match, tout est possible ! Samaras marche sur l'eau en ce début de saison, ce qui prend tout son sens quand on voit sa tête de Jésus.
Si Tata remet Fabregas en pointe il se tire une balle dans le pied. Pourquoi commencer à faire différemment, et à raison en plus, si c'est pour revenir aux conneries des temps anciens ?

Le gars il a Neymar dans son effectif, un attaquant, un vrai, qui aime jouer en pointe, et il va faire comme ses prédécesseurs, à savoir le coincer sur un côté et limiter son influence ? Quand il y a Messi, Ok, mais là bordel, donne lui sa chance !! Il peut planter le minot, et foutre le boxon en plein coeur de la défense... Bref, si c'est Fabregas je regarde même pas le match.
I_Love_nuggets Niveau : Loisir
Message posté par Crabz Shapiro
You_love_too_much_nuggets_and_not_enough_Bescherelle_dude


Man_je_la_cherche_ma_faute_je_la_vois_pas! Damn sure I love nuggets alors viens pas test'!
Quand bien même ferais tu une faute, l'essentiel c'est d'essayer de pas en faire, de pas écrire en langage SMS. Après tout le monde peut se tromper. Le mec il s'est rendu ridicule tout seul avec sa remarque bourrée d'underscore.

@saviola07

Je savais pas que Neymar jouait attaquant de pointe, et il me semble qu'au Brésil, il joue à gauche comme à plutôt bien débrouillé à chaque fois qu'il a eu à remplacer Messi à ce poste.
leopold-saroyan Niveau : Ligue 1
Note : 1
Rien que pour les "Just can't get enough" telluriques j'espère la victoire du Celtic. Je n'ose imaginer la folie du public en cas de nouvel exploit !
Les miracles n'arrivent qu'une fois.
Dès que Messi n'est pas là, l'équipe adverse a une chance de toute façon. Messi, c'est la marge du Barça vis à vis de 99% des autres équipes.

Maintenant, je sais pas ce que vaut le Celtic mais ils auraient tout intérêt à essayer autre chose que l'année dernière (héroïsme ? non, lâcheté) parce que cette fois-ci, ils ont une vraie chance.
Neymar va slalomer et marquer entre 5 joueurs et voilà.
LaPaillade91 Niveau : Loisir
Message posté par vale
Dès que Messi n'est pas là, l'équipe adverse a une chance de toute façon. Messi, c'est la marge du Barça vis à vis de 99% des autres équipes.


C'est une impression erronnée, qui doit être la même dans la tête des adversaires.


Depuis l'été 2009

23 matches du Barça sans Messi

22 victoires, 1 nul

61 buts marqués, 9 encaissés
Message posté par Crabz Shapiro
You_love_too_much_nuggets_and_not_enough_Bescherelle_dude


Toi par contre tu devrais changer de Bescherelle..
Ça va être très, très dur...l'année dernière, c'était dû à une incroyable conjonction de facteurs qui allaient dans le sens du Celtic : Forster qui fait le match de sa vie, les défenseurs absolument impeccablement alignés et solidaires du début à la fin, un manque de réalisme criant du Barça (dont quelques tirs sur la barre, si ma mémoire ne me fait pas défaut), et surtout d'arriver à marquer sur ses très rares occasions.
Ce soir, les Barcelonais auront à coeur d'écraser cette équipe à charge de revanche, j'imagine. Je ne peux que prédire un résultat aux alentours de 0-3 ou 0-4 ; mais ne jamais enterrer le Celtic, surtout au Celtic Park. Pour ma part je chercherai des yeux Rod Stewart, haha.
el peruano loco Niveau : Ligue 2
Le dernier paragraphe de cet article me donne l'impression qu'il a été écrit avec l'incertitude que Messi puisse jouer ce match. Car le développement des 2/3 au dessus omet la donne que l'on sait désormais sur la période d'indisponibilité de l'Argentin.

Enfin comme dit précédemment, je sens que le match sera plus ouvert que l'an dernier. Le Celtic a besoin de point dans ce groupe après une défaite cruelle à San Siro face à une équipe prenable du Milan au vu de la condition physique de ses cadres. Ce match est l'occasion revée d'essayer de se refaire une santé. Sous peine de dire adieu à la qualif en 1/8èmes à mon avis. Si on part du principe que le Milan aura encore une chance de chatte à Amsterdam et gagnera là bas...

Pour ce match, je sais pas pourquoi mais je pense pas que Martino mettre Cesc en attaque, l'histoire a montrée que son influence à ce poste est très limitée. Par ailleurs, le bougre n'a pas fait tout un travail de remise en confiance sur le Cesc qui lorgnait vers l'Angleterre en instaurant un turn over bénéfique pour lui et en ne s'opposant pas au transfert de Tiago pour lui faire revivre ses démons du passé. D'autant plus que Cesc fait un début de saison de feu au poste de milieu relayeur. Cesc en attaque ce serait comme donner de la confiture au cochons, on y comprendrait plus rien au travail de Martino (vraie rupture avec Pep & Tito ou perpétuation de ce dogme aveugle du tiki taka ???)

Je vois une composition plutôt classique avec le trident Neymar-Alexis et Pedro devant avec la volonté pour ne pas dire le vif désir qu'ils apportent du mouvement sur le front de l'attaque en permutant sans cesse. Derrière Iniesta, Cesc et Busquets devront vendre du rêve. Ce match se gagnera au milieu de terrain d'abord. L'absence de Messi fera sortir un peu plus les adversaires du bois, la verticalité dans notre jeu serait bienvenu !
Message posté par nononoway
cest_quoi_la_faute_parceque_je_la_vois_pas


En fait, je crois que l'on dit 'et plus d'un va et non "vont" espérer l'exploit'. Mais cela dit il abuse le mec, on lit tellement de commentaires incompréhensibles car bourrés de fautes, alors faire chier* pour ces petits détails..On dirait ma prof de français de 6ème B qui avait du poil aux pattes..
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
478 25