Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Finale
  3. // Juventus-Real Madrid (1-4)

Le Casemiro by Zidane

Buteur décisif et premier soldat du Real Madrid, le milieu de terrain lancé par Rafael Benítez a changé de dimension sous Zinédine Zidane. Et s’il est moins esthétique, il connaît désormais la même réussite que son entraîneur.

Modififié
La frappe n’est pas franchement impressionnante. Limite banale. C’est pourtant elle qui va bouleverser une finale de Ligue des champions dominée depuis le début de la seconde mi-temps par le Real Madrid. Alors que la Juventus tient comme elle peut et que le score reste bloqué à 1-1, Casemiro choisit l’heure de jeu pour s'illustrer dans un rôle qui n’est normalement pas le sien. Aux trente mètres, le milieu défensif tente sa chance à la suite d'un centre repoussé de Karim Benzema. Le tir, empli d’instinct, touche le pied de Sami Khedira et finit au fond des filets d’un Gianluigi Buffon dépité. Touchée en plein cœur, la Vieille Dame ne reviendra jamais à la vie. De son côté, Madrid peut remercier son équilibriste, qui lui permet de réaliser la véritable différence. Celle qui lui offre la Ligue des champions pour la deuxième fois d’affilée. Une première depuis l'AC Milan de 1990.


Il convient de le noter : la réussite de Casemiro ressemble étrangement à celle de Zinédine Zidane. Comme si ce dernier avait insufflé le succès dans le système sanguin du Brésilien. La trajectoire du Sud-Américain profite en effet grandement de celle, parfaite, du Français. À moins que ce ne soit l’inverse. Lancé par Rafael Benítez avant son licenciement, Case n’avait remporté que quatre matchs sur sept sous les ordres de l’Espagnol. Et n’avait pas laissé une grande impression. Avec le double Z, l’ancien de São Paulo est devenu indispensable dans l’entrejeu de la Maison-Blanche, a fait évoluer son jeu (normal vu son jeune âge), a remporté deux coupes aux grandes oreilles et une Liga. Surtout, il a démontré que le Real devait compter sur lui pour construire un avenir désormais menacé par la lassitude de la gagne.

Destins liés ?


Contre la Juve, Casemiro a donc fait comme d’habitude. Il a commencé doucement, mangé par les crochets phénoménaux de Paulo Dybala et échappant au carton jaune, sans paniquer. Puis, il a observé, analysé et s’est tranquillement lancé. N’hésitant pas à tenter sa chance (deux tirs dont un but, deux dribbles), il s’est montré ultra précis (93% de passes réussies, troisième meilleur total) et n’a pas lâché son costume de guerrier (sept tacles, meilleur total loin devant les quatre de Sergio Ramos). Autant dire que Carlos Henrique Jose Francisco Venancio Casimiro, de son nom complet, a fait bien plus que le taf, que ce soit défensivement ou offensivement.


En réalité, si Zizou a tactiquement battu Massimiliano Allegri comme il a vaincu Diego Simeone ou Carlo Ancelotti avant ce samedi soir, c’est en grande partie grâce à son Claude Makelele version contemporaine. Dans un onze porté constamment vers l’avant, Casemiro représente la balance indispensable pour permettre à Cristiano Ronaldo, Isco et Luka Modrić de pouvoir se projeter vers le but adverse sans trop se soucier des conséquences. En quelque sorte, celui qui a disputé toutes les minutes de LDC depuis la fin de la phase de groupes constitue la confiance nécessaire et transpire la sérénité de son coach. S’il commence en plus à inscrire des pions décisifs, son futur risque d’être flamboyant. Comme celui de son entraîneur ?

Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall
Podcast Football Recall Épisode 46 : Français ou Belges, le match des râleurs, les adieux des Bleus et la battle Angleterre-Belgique vendredi 13 juillet Le Mondial 2022 aura bien lieu en hiver 73 vendredi 13 juillet Infantino : « La meilleure Coupe du monde de tous les temps » 104