1. // Clasico
  2. // Barcelone/Real Madrid (5-0)

Le calvaire de San Iker

Iker Casillas se souviendra de son mois de novembre : pour la deuxième année consécutive, il est sacré “meilleur gardien du monde”. Mais aussi, il perd son cinquième clasico d'affilée. Vilain automne.

0 12
Lundi soir, à 22h14, en plein Barcelone, un drame s'est déroulé sous les yeux de 400 millions de téléspectateurs. 57ème minute, Messi transperce le milieu et la défense du Real d'un coup de fusil en direction de Villa. A l'entrée de la surface, le gamin des Asturies, parti dans le dos de la défense meringue, défie San Iker. Sans contrôle et sans réduire à peine sa vitesse, Villa dégote un extérieur du droit dans le sens inverse de la course de Casillas. Un pas chassé de trop et le saint est battu entre les jambes, pour la première fois en neuf années de titularisation au Real. Ce quatrième but change un bon match en humiliation et le meilleur gardien du monde en portier d'immeuble. Ce soir, il n'y aura pas de miracle. Le Real ne le mérite pas.

Pour la seconde fois lors de ce mois de novembre, Casillas encaisse plus de quatre buts dans le même match. Pourtant cette saison, tout allait mieux et le saint avait enfin trouvé la paix. « Depuis que je suis arrivé, Iker Casillas n'est plus le meilleur joueur du Real » rappelait il y a quelques semaines le Mou. Iker avait enfin trouvé la tranquillité qui sied à un saint en exercice. En neuf journées, Iker n'était intervenu qu'une fois toutes les 71 minutes, rien à voir avec ses interventions toutes les 26, 26, 24, 26, 22, 24, 27, 24, 27 ou 33 minutes des dernières saisons. Depuis le titre mondial, quelque chose avait changé chez Iker Casillas : « J'ai dû tellement supporter de choses en tellement de temps que je sens que désormais je me suis enlevé un poids » . En Afrique du Sud, le gamin de la banlieue sud est devenu immortel. Depuis, Raul est parti et c'est lui qui porte le brassard du club qui l'a fait grandir. Sur le bras gauche, celui de l'écusson.

Pardonnez-leur leurs offenses

Un joueur de football ne devient gardien de but que s'il est convaincu, qu'à lui seul, il peut sauver le monde. Ou au moins en retarder un peu l'histoire. Car le plus dur, ce n'est pas l'intervention. Elle finit toujours par survenir. La vraie torture, c'est l'attente. Son instrument, c'est l'angoisse. Pour être un grand gardien, il faut attendre son heure et y être préparé. Casillas est le meilleur du monde et Jose Manuel Ochotorena, entraineurs des portiers de l'équipe d'Espagne, sait pourquoi « la pression, c'est ce qu'il y a de plus difficile à gérer pour un gardien de but. Lui a développé une capacité particulière pour la supporter. Iker sait que nous attendons toujours des miracles de lui. Son don, c'est de savoir y répondre. La performance maximum lors de moments d'extrême tension émotionnelle, c'est le plus difficile à faire. Lui, il y arrive » .

Mais novembre, c'est le mois des morts et des vieux démons. D'abord les voisins portugais font danser les ombres espagnoles à Lisbonne. Casillas en prend quatre contre le Portugal ce soir-là. Jamais Iker n'avait été autant de fois chercher la chique au fond de ses filets en sélection. Jamais des récents champions du monde n'avaient été aussi ridicules face à leurs voisins les plus proches. Mais le pire arrive douze jours plus tard, contre Barcelone. En terre catalane, Iker n'a même pas eu le temps d'être héroïque. Dès la dixième minute, c'est Xavi, son plus fidèle copain de la Selección, qui lui assène le premier coup de couteau. Ensuite, les meilleurs ennemis catalans font exploser la meilleure défense d'Europe -six buts encaissés lors des douze premières journées. Lundi soir, la treizième journée s'achève sur le treizième but encaissé en un mois par Casillas (et le cinquième du match par le Real). Quand Iturralde siffle la fin du match, le calvaire est enfin terminé. Et Iker de rester immobile pendant quatorze secondes au milieu de sa surface. Ce soir, les dieux sont catalans et lui vient d'en prendre cinq. Pas de miracle. Ce n'était pas le moment.

Thibaud Leplat, à Madrid

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article

oui enfin pauvre Iker, on peut pas dire qu'il ait été aidé par sa défense...
il en avait aussi encaissé 6 à Bernabeu... Globalement le Barça ne lui réussit pas des masses...
si je me souviens bien, avant la déroute, casillas versus barca c'etait 137 tirs cadrés pour 35 buts encaissés soit 102 arrets. quand on voit le nom des attaquants du barca depuis 10 ans, ca montre les qualités du bonhomme. et pour en revenir au 6-2, sans lui, c'etait 12-2. Enfin bon comme vous l'avez compris je kiff ce joueur, sa mentalité, et on lui chierait dessus que je répondrais qu'il sent bon!
Il y a quand même quelque chose de vraiment fantastique avec SoFoot :

Après cette défaite, ils préfèrent parler du Real que du Barça. Alors qu'il n'y a rien dire sur le Real puisqu'ils n'ont pas joué du tout.

Pourquoi parler de Casillas alors qu'il y a tant à dire sur Xavi par exemple ?

Bref.

Et quand ils parlent du Barça c'est pour dire que Guardiola est un connard parce qu'il n'a pas refilé le ballon à Ronaldo, ou que Messi simule, et bla bla bla.

Après deux articles sur Mourinho et un maintenant sur Casillas, demain on aura droit à un article sur la détresse de Ronaldo pendant ce match, et le jour d'après un autre sur le coup de sang de Sergio Ramos. Mais rien sur les prestations monstres de Xavi ou Iniesta.

Et si Xavi ou Iniesta remporte le ballon d'or, ils n'en parleront pas non plus, préférant dédier une page à Sneijder qui l'aurait mérité tout autant.

Juste ridicule.

Et je précise que je ne suis pas un supporter catalan, rien à foutre en fait du Barça. Mais en tant que fan de SoFoot de la première heure, je tiens à dénoncer cet acharnement qui finira par vous faire sombrer dans le ridicule. Si ce n'est déjà fait.
Gracias para todo Iker, el santo...
Madridista hasta la medula, siempre fiel.
Rectification, contre le Portugal Casillas s'en est pris cinq. N'oublions jamais le lob d'anthologie que lui assene Ronaldo! Sa tronche a ce moment la... on dirait qu'il voit passer un avion!!
James si tu veux compter les buts qui ne comptent pas rappelle-toi de celui parfaitement valable de Bojan contre l'inter en toute fin de match le 28 avril dernier.
C'est tout.
Cher Cabron, et lors de ce meme match le carton rouge direct que recoit Motta suite au pitoyable numero du pitre Busquets... memoire selective... c'est tout.
Ou le but d'Iniesta a la derniere minute a Stamford Bridge
Pseudo4000, des articles sur le Barca, Xavi, ou encore Iniesta, il y en a déjà tellement eu sur sofoot. Et puis quoi dire de plus par rapport à l'an dernier? A part d'écrire sur Villa et sur ce qu'il en plus à Barcelone, sérieux tout a déjà été dit.
Le Barca joue de la même façon qu'avant, avec le même entraîneur qu'avant, et pour la très grosse majorité, avec les mêmes joueurs qu'avant, mais surtout avec la même réussite qu'avant. Alors que le Real 2010/2011 lui change beaucoup de celui de l'année dernière. Mais je suis d'accord avec toi, y en a marre d'entendre tous les jours parler de Mourinho...
Pseudo4000
je me suis un peu fait la même réflexion que toi. Mais je crois que thg14 donne la réponse. Que dire de plus sur ce barça formidable que l'on n'a pas déjà dit? L'article de Chérif le montre bien: pour parler encore du barça il faut trouver des angles différents.

AriGold
Je crois que tu as la mémoire embrouillée. Le but d'Iniesta est parfaitement valable (Drogba a perdu deux face à face avec valdés, il avait qu'à en marquer au moins un). Tu dois confondre avec le 3em but de l'inter en 1/2 à Milan que Milito marque hors jeu. Un petit hors jeu de rien du tout qui vole la place en finale aux catalans.
mazpresident t'as bien bien raison, j'peux pas te saquer je voterai pas pour toi sauf si tu me gardes un bureau au chaud avec des putes et de l'herbe. visca barça!
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Un sale coup de Mou ?
0 12