1. //
  2. // Tournoi de Toulon

Le calendrier de Crivelli

Souvent moqué pour son allure, rarement efficace avec son club, Enzo Crivelli a profité du Tournoi de Toulon pour faire taire les mauvaises langues. Meilleur buteur de la compétition remportée par les Bleus, le Bordelais formé à Cannes n'a sans doute pas fini de faire parler de lui. Et pas que pour sa dégaine de catcheur mexicain.

Modififié
46 5
Dimanche, l'équipe de France a donc accroché un douzième Tournoi de Toulon à son palmarès, en remportant face au Maroc sa 25e finale en 43 éditions. Si Enzo Crivelli, son attaquant de pointe, est resté muet ce jour-là, il n'est une nouvelle fois pas passé inaperçu. La faute à son égalisation, justement refusée pour hors-jeu, d'abord. Mais surtout, grâce à sa dégaine, sa débauche d'énergie, son abnégation et, surtout, son physique hors norme. Quand l'attaquant bordelais est sur une pelouse, le co-meilleur buteur de la compétition - avec le Marocain Achraf Bencherki, quatre buts chacun - se repère au premier coup d'œil, peu importe la qualité de sa prestation. Car la vie a doté l'homme d'Antibes d'une qualité qui ne se travaille pas : le charisme.

Coups de sang, Gambardella et Île-Rousse


Repéré par la cellule de recrutement de la réserve bordelaise, alors que celle-ci venait superviser le jeune gardien cannois Jérôme Prior, Enzo Crivelli célèbre son dix-septième anniversaire en s'engageant chez les Girondins en février 2012. Fort de deux dernières saisons à quatorze et quinze buts avec son club formateur, les débuts de l'ado gominé avec les U19 bordelais sont compliqués. Le jeune, qui tenait à quitter la Côte d'Azur pour s'affirmer, alors que Nice et Monaco le convoitaient, découvre les exigences d'une réserve de club pro et ne plante « que  » dix pions avec les U19. Mais remporte, en compagnie de Younès Kaabouni, également vainqueur à Toulon, une finale de Gambardella qu'il n'aurait pas dû jouer. Car déjà, l'attaquant fait preuve d'un tempérament qui dépasse parfois les limites du tolérable. Comme contre Nantes, lors du match précédant le rendez-vous au Stade de France, lorsqu'il fait évacuer le gardien adverse après un vilain coup. « Au moment même où j'effectue ce tacle, je sais que c'est fini, que je vais être expulsé… Mon geste vaut carton rouge » confie à Sud Ouest le joueur, qui ne devra sa participation à la finale qu'à la mansuétude de l'arbitre.

Plus tôt dans la saison, une expulsion à Niort lui avait déjà valu quatre matchs de suspension. L'apprentissage est dur, mais le gaillard n'est pas du genre à baisser les coudes. La saison suivante, il ne débute que treize rencontres avec l'équipe de CFA entraînée par Patrick Battiston, et voit son total de buts avec la réserve bloqué à trois petites unités. Suffisant tout de même pour être convoqué une première fois dans le groupe pro par Francis Gillot, qui sait qu'il aura besoin de guerriers pour aller défier les Corses de l'Île-Rousse, en Coupe de France. Une mission que le jeune homme prend à cœur. Trop, même. Entré à la mi-temps, averti à la 75e, il cède sa place à David Bellion au début de la prolongation. « Je veux bien qu'il ait du tempérament, mais pour marquer des buts, pas contre l'adversaire pour mettre des coups. C'est le gros problème aujourd'hui avec lui, mais il va progresser. À force de venir jouer avec nous, il va comprendre » , pose Gillot après l'élimination. Pour « comprendre » , le coach à la demi-barbe ne lui offrira que douze autres minutes de jeu, divisées en deux entrées en jeu.

Franck Histiolles ou Djibril Cissé ?


Pour vraiment se faire une idée de la valeur d'Enzo Crivelli au haut niveau, il faut attendre l'arrivée sur le banc bordelais de Willy Sagnol. Et les départs conjugués, en janvier dernier, de Cheick Diabaté et Emiliano Sala, respectivement au bloc opératoire et à Caen. Après trois entrées timides en première partie de saison, c'est sous les lumières du Parc des Princes que la France découvre le bonhomme. Entré à la pause à la place de Thomas Touré, l'Azuréen apporte tout de suite l'énergie qui manquait à des Bordelais amorphes. Son taquet sur Thiago Silva met le feu aux poudres, jusqu'à l'expulsion de Papus Camara, coupable de deux gros tacles sur celui qui n'est pas encore pro. Bordeaux est éliminé de la Coupe de France, mais s'est trouvé un joker d'attaque. Six entrées en jeu en Ligue 1 plus tard, il signe à vingt ans son premier contrat professionnel en s'engageant avec les Girondins jusqu'en 2018. Pas toujours titulaire avec la réserve, dont il n'est pas le meilleur buteur, peu adroit devant le but lors de ses apparitions en Ligue 1, son ascension peut surprendre.

En plus de railler son look mi-déménageur breton, mi-low rider chicano, les mauvaises langues ne se gênent pas pour faire remarquer que, comme Thomas Touré et Jérôme Prior, deux autres jeunes à qui les Girondins ont offert la sécurité de l'emploi cette saison, Crivelli possède le même agent que Willy Sagnol, Stéphane Courbis. Au sujet de son jeune attaquant, l'entraîneur bordelais se veut pourtant prudent, conscient des lacunes qu'il doit combler : « Enzo fait partie des joueurs sur lesquels on compte pour l'avenir. Un avenir peut-être pas forcément très proche, mais à moyen terme, c'est un joueur qui va apporter quelque chose aux Girondins. » Auteur de son unique but avec les grands à Gerland, lors de sa seule titularisation en L1, Enzo Crivelli est bien conscient que la saison prochaine, avec les retours de blessure de Cheick Diabaté et Jussiê, la grande forme de Diego Rolán et les présences d'Isaac Kiese-Thelin et Thomas Touré, la concurrence sera plus que rude à Bordeaux. En attendant de savoir si son avenir passera par un prêt, le jeune homme savoure son triomphe toulonnais. Sans se poser la question de savoir si son futur tiendra plus de celui de Franck Histiolles ou de Djibril Cissé, tous deux également sacrés meilleurs buteurs dans le Var.

Par Mathias Edwards
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

zinczinc78 Niveau : CFA
OK donc la saison prochaine on joue en 5-0-5


Kahzri - Crivelli - Diabaté - Sala - Rollan

Contento - Pallois - Sané - Yamabaré - Mariano

Carasso

Remplaçants : NMB, Touré, Faubert, Poundje, Sertic

Les 5 de derrière sont sur la ligne de but, Carasso 1m devant eux
Les 4 attaquants tournent autour du Cheick

Si avec ça on est pas champions..
Le jeu de mot du titre n est pas validé. Desolé.
En faite le mec c'est Andy Carroll
Je l'ai trouvé assez mauvais et sans aucune dégaine dans les matchs des U20 que j'ai regardé.

Bahlouli ou Habran m'ont plus impressioné. D'ailleurs il n'y avait personne de chez SoFoot au tournoi de Toulon ? A part la brêve pour nous parler de la victoire finale des bleuets j'ai pas vu grand chose.
Est-ce que ça veut dire que les joueurs qui ont une vraie gnaque en France sont si rares qu'on passe sur tout le reste ?
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
46 5