1. //
  2. // Bilan

Le Calcio vers le rush final

Trêve internationale. 15 jours pour réfléchir, pour faire le point, pour préparer au mieux le dernier rush final. La course est ouverte à tous les niveaux. Tant mieux.

0 0
Scudetto : Course à 4 ?


Milan : 62, Inter : 60, Napoli : 59, Udinese : 56

Le soir du 28 février, Milan fait exploser Naples. 3-0. Net et propre, si l'on excepte le généreux pénalty accordé. Avec ce succès, les rossoneri s'envolent et laissent sur le carreau tous leurs rivaux. La semaine suivante, Gattuso offre la victoire sur la pelouse de la Juventus. La statistique est claire : quand Milan gagne à Turin, il remporte le titre à la fin de la saison. Même l'Inter doit se résigner. Milan sera champion. Surtout lorsque les interistes se prennent les pieds dans le tapis à Brescia (1-1). Le lendemain, Milan reçoit la lanterne rouge, Bari. Une victoire, et c'est 8 points d'avance. Fastoche ? Non. Les rossoneri font n'importe quoi, passent tout près de la correctionnelle, et s'en sortent finalement grâce à Cassano (1-1). Ibra s'énerve et cogne un adversaire. Trois matches de suspension. Sans lui, les Milanais, méconnaissables, chutent pour la première fois de l'année 2011, à Palerme (1-0). L'occaz est trop belle, l'Inter s'impose face à Lecce et revient à 2 points et s'offre une confrontation directe décisive, à jouer dans 15 jours. Le «  derby-sorpasso » , le « derby du dépassement » , dit-on déjà en Italie. Peut-être bien. Peut-être aussi que ce derby profitera au Napoli qui, loin d'abdiquer après la défaite de San Siro, s'est replacé dans la course en silence. En enchaînant deux victoires face à Parme (3-1) et Cagliari (2-1), les Mazzarri Boys sont revenus à 3 points du leader. Le rêve du Scudetto n'a jamais été aussi accessible. Incroyable mais vrai, il est même devenu plausible pour l'Udinese. Derniers au terme de la cinquième journée, les Frioulans ont, depuis, marqué plus de points que tout le monde. Ils sont les seuls encore invaincus en 2011, et leur bilan lors de la nouvelle année dit 35 buts marqués, 9 encaissés. Avec Di Natale et Sanchez (37 buts à deux), rêver est permis. Pas pour rien que la presse italienne les a baptisés « le petit Barça » .



Quatrième place : Les Romaines encore dans le coup ?


Udinese : 56, Lazio : 54, AS Roma : 50



Au vu des derniers résultats, les quatre places qualificatives pour la Ligue des Champions semblent déjà attribuées. Les Milanaises ne lâcheront pas, et le Napoli et l'Udinese semblent sur une lancée difficilement arrêtable. Néanmoins, juste derrière, les deux équipes de Rome veulent encore croire que la quatrième place peut se libérer. La Lazio, qui n'a quitté le Top4 que la semaine dernière, après sa défaite dans le derby, semble moins explosive qu'en début de saison. Son jeu est poussif, voire complètement emmerdant, mais l'équipe gagne. Elle gagne petit, mais elle gagne. 1-0 contre Bari, 1-0 contre Cesena, la Lazio s'appuie surtout sur sa défense, la deuxième meilleure de Serie A. Le calendrier pourrait néanmoins être fatal aux laziali : ils doivent encore jouer le Napoli, l'Inter et l'Udinese, tous à l'extérieur. Quant à la Roma, l'écart avec l'Udinese n'est que de six points, mais les giallorossi semblent avoir de réelles limites, notamment en défense. Les Romains ont encaissé 41 buts. Seul Palerme, Bari et Lecce ont fait pire. Heureusement, ils peuvent s'appuyer sur un Totti qui s'est réveillé depuis quelques matches, et qui a bien compris qu'à 35 ans, ses participations à la C1 vont devenir de plus en plus rares. Mais pour rêver encore, il faudra gagner les trois prochains matches, face à la Juve, l'Udinese et Palerme. Loin, très loin d'être gagné.



Europa League : la Fio titille la Juve


Lazio : 54, AS Roma : 50, Juventus : 45, Palerme : 43, Fiorentina : 41, Bologne : 40



Considérant les points déjà accumulés, il semble acquis que les deux équipes qui n'accèderont pas à la Ligue des Champions (Udinese, Lazio, AS Roma) prendront les deux premières places qualificatives pour l'Europa League. Mais en Italie, la septième place peut également servir de passeport pour la C3, si et seulement si la Coupe d'Italie est remportée par une équipe déjà qualifiée par le biais du championnat. En gros, si Milan gagne la Coupe, la septième place est qualificative. Si c'est Brescia qui la remporte, la septième place ne sert à rien. Mais sachant que le dernier carré est composé de l'Inter, du Milan, de l'AS Roma et de Palerme, il semble probable que cette septième place devienne effective. Dans ce cas, trois équipes devraient se battre pour l'obtenir et pour éviter une saison blanche. La Juventus, Palerme et la Fiorentina. Les Turinois ont gagné leur dernier match mais n'ont pas convaincu, et Del Piero ne pourra pas toujours les sortir du néant. Palerme a emergé de son inertie en battant le leader, mais devra corriger encore ses errances défensives. La Fiorentina, après un hiver en hibernation, semble en revanche en net regain de forme depuis quelques journées. Dommage pour Bologne qui, sans ses trois points de pénalité, serait largement dans la course aussi.


[page]
Ventre mou : Quatre clubs déjà en vacances


Bologne : 40, Cagliari : 39, Genoa : 39, Chievo : 35



Atteindre la barre symbolique des 40 points, ou du moins s'en rapprocher, c'est se mettre à l'abri jusqu'à la fin de la saison. C'est le cas pour Bologne, Cagliari, le Genoa et le Chievo, qui, hormis Bologne, ont tous effectué des saisons anonymes. Le Chievo remporte d'ailleurs la palme de l'équipe la plus monotone du championnat, avec déjà sept matches nuls 0-0... Le Genoa aurait pu obtenir cette distinction, mais se sauve grâce à son incroyable victoire face à la Roma : de 0-3 à 4-3 en 30 minutes. A part ça, merci, et rendez-vous l'année prochaine.



Maintien : La Sampdoria en plein cauchemar


Parme : 32, Catane : 32, Sampdoria : 31, Cesena : 29, Lecce : 28, Brescia : 26, Bari : 17



Six équipes. Quatre places en Serie A. L'équation n'est pas compliquée. Avec sa défaite hier à domicile contre le Chievo (1-2), Bari a vraisemblablement dit adieu à l'élite. 12 points de retard sur le premier non-relégable, c'est trop. Beaucoup trop. Brescia n'est pas bien non plus. Malgré quelques exploits (deux matches nuls face à l'Inter), les Lombards sont avant-derniers, mais doivent jouer leurs prochains matches contre Bologne, Cagliari et le Genoa, trois équipes qui n'ont plus rien à espérer. Ca va donc se bagarrer sévère entre Cesena, Lecce, la Sampdoria, Parme et Catane. La Samp est au fond du trou, et le spectre d'un retour en Serie B, après neuf saisons en Serie A, continue de grandir. Un point pris sur les 18 derniers possibles : à ce rythme là, ce n'est plus un spectre. C'est une réalité. Parme, bourreau des Génois hier (victoire 1-0) devra encore jouer la Lazio, l'Inter, l'Udinese, Palerme et la Juve. Le maintien est donc loin d'être acquis. Quant au Catane de Simeone, il n'est pas mieux loti, mais peut compter sur un atout non-négligeable : le stade Massimino, où les Siciliens-Argentins ont pris 28 de leurs 32 points. Dommage de ne pas avoir imposé le même rendement loin de leur île...



Eric Maggiori

Achetez vos billets pour l'Inter de Milan maintenant !

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
On était au Vélodrome
0 0