Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // CAN 2015
  2. // 2e journée
  3. // Gr. A
  4. // Burkina Faso/Guinée Éq. (0-0)

Le Burkina Faso accroché par la Guinée équatoriale

Pour leur deuxième match dans cette Coupe d'Afrique 2015, la Guinée équatoriale et le Burkina Faso n'ont pas réussi à se départager au terme d'une rencontre sans but (0-0). Les deux équipes peuvent encore espérer se qualifier lors du troisième et dernier match.

Modififié
Cinq centimètres trop à droite, cinq autres trop à gauche, un match de football ne tient parfois qu'à peu de choses. Le Burkina Faso a pu encore en être témoin face à la Guinée équatoriale. Un coup franc, tout juste pas assez travaillé, d'Alain Traoré, une reprise déviée, d'un rien, du même homme, une chaussure qui traîne pour enlever un ballon bouillant : comme dans la vie, concrétiser une occasion reste toujours le plus difficile. Peu importe l'explication ou l'excuse, le résultat aussi décevant soit-il, au final, est le même. Il faut parfois payer pour apprendre, le Burkina Faso ne dira pas le contraire puisque, malgré une nette domination illustrée par deux montants touchés, les Étalons ne sont pas parvenus à prendre le meilleur sur le pays organisateur de cette Coupe d'Afrique des nations, toujours aussi accrocheur et vaillant devant son public en fusion.

La folie équato-guinéenne face...


Un dessin d'un élève de CE2. S'il fallait imager le jeu de la Guinée équatoriale, voilà une image qui conviendrait parfaitement. Le coach argentin, Esteban Becker, avait ordonné d'emballer les rencontres pour « cacher un déficit physique certain » , le Nzalang Nacional a obéi. Des courses folles, une organisation absolument illisible encore une fois et cette volonté constante de tenter absolument tout ce dont on a envie. Exactement comme ce petit enfant devant sa feuille blanche. Et tel l'artiste dans ses plus jeunes années, la Guinée équatoriale est aussi capable de surprendre et de dévoiler par séquences, même infimes, son génie. Forcément de quoi mettre l'embarras dans une défense burkinabée exposée face aux dribbles de Javier Balboa ou aux feintes d'Emilio Nsue. Comme lors du premier match, le pensionnaire de Middlesbrough croit d'ailleurs trouver l'ouverture, mais il est repris à chaque fois (6', 44', 52'). Son danger numéro un bien cerné, la Guinée équatoriale sort d'autres crayons de sa trousse. Kike Boula et Douala ont ainsi des bonnes positions, mais ne convertissent pas (47', 56'). Des bribes d'occasions, certes, mais Picasso non plus n'a pas réalisé ses chefs-d'œuvre aux premiers coups de pinceau. Rendez-vous contre le Gabon pour le tableau final.

...au manque de maîtrise burkinabé


Face à tant d'inspirations quasiment mystiques, le Burkina Faso se prend la tête entre les mains à l'image d'un Alain Traoré pas verni. Mieux organisés - forcément - les Étalons mènent très rapidement aux points, mais ne concrétisent pas au tableau d'affichage, malheureusement pour eux. Que ce soit à cause du poteau par deux fois (19', 39'), d'un très bon Ovono (40', 51', 66') ou de ballons qui fuient le cadre pour quelques centimètres (76', 78'), les tentatives des hommes de Paul Put ne démontrent pas la nette supériorité burkinabée.


Un certain manque de réussite qui est aussi aggravé par un manque de maîtrise, la faute à Pitroipa et Bancé, constamment à la peine quand il s'agit de faire le bon choix. Pourtant dominateurs, les Étalons montent aussi trop vite sur leurs grands chevaux plutôt que de construire patiemment. Kaboré multiplie par exemple les pertes de balle en voulant jouer trop rapidement, et trop long, vers l'avant. Quinze dernières minutes sans frisson plus tard, l'heure est au constat. Le Burkina n'a pas trouvé la main pour attraper une partie, à cinq centimètres de sa portée. Il faudra désormais impérativement s'imposer lors de la dernière journée, face au Congo, pour entrevoir les quarts de finale.

Par Eric Marinelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17