1. //
  2. // CAN 2015
  3. // Gr. A
  4. //
  5. // Congo/Burkina Faso (2-1)

Le Burkina est dehors

Après un nul et deux défaites, dont celle-ci contre le Congo (2-1), le finaliste de la CAN 2013 saute dès le premier tour. Les Étalons du Burkina sont éliminés.

Modififié
36 5

Congo - Burkina Faso
(2-1)

T. Bifouma (51'), F. Ondama (85') pour Congo , A. Bancé (85') pour Burkina Faso.


D'un côté, les finalistes de la dernière CAN entraînés par un Belge, de l'autre l'équipe surprise de ce groupe A, entraînée par un Sorcier français. Surpris dès le début par le Gabon, les Étalons n'ont plus qu'une solution pour se qualifier : la victoire. Pourtant, les hommes de Paul Put n'entrent jamais dans leur match. Régulièrement fautifs, ils ne se créent pas beaucoup d'occasions, et leur jeu est trop stéréotypé. Le Congo a été plus fort, mais s'est surtout montré impérial sur un nombre incroyable de phases arrêtées : 37 au total du match.

Tacles, fautes et ennui


Les premières minutes sont - un peu - à l'avantage du Burkina Faso. Alain Traoré bute néanmoins assez vite sur Mafoumbi. De l'autre côté, l'action - dans le jeu - la plus dangereuse est celle de Thievy Bifouma, lancé parfaitement en profondeur, qui ne peut cadrer. Il se retrouve ensuite au sol, l'occasion de tailler une bavette avec son défenseur garde du corps. Le reste de la mi-temps va subir le même rituel ennuyeux : tacle, coup de sifflet, petite occasion. Joseph Lamptey, l'arbitre ghanéen, chauffe ses lèvres bien plus souvent qu'à son tour, mais il apporte au moins de la bonne humeur en souriant après chaque décision. Chaque - mini - occasion vient d'une phase arrêtée. Après un coup franc, Nakoulma est lancé en profondeur, mais Mafoumbi sort bien à sa rencontre. Après un corner, Pitroipa se retrouve isolé aux six mètres, mais canonne au-dessus. Suite à un autre coup franc, c'est enfin Babele qui est contré par la défense burkinabée. Dans l'art de tomber, l'esthète s'appelle Bifouma. Dès qu'on le voit à l'image, le joueur d'Almería est au sol. Jeu très haché, beaucoup de fautes donc, et un rythme qui atteint par moments un niveau d'inertie. Seule action qui fait plaisir : la sortie autoritaire de Mafoumbi qui, hors de son rectangle, place une tête puissante pour écarter le danger. Mais franchement, c'est faible.

Deux buts en une minute


Dans le même esprit qu'en première mi-temps, le deuxième acte reprend avec une phase arrêtée, mais la tête d'Alain Traoré est non cadrée. Cela a le don de réveiller le sociétaire de Lorient qui va ensuite se muer en passeur sur une occasion rocambolesque. Lancé en profondeur, Traoré contrôle la balle en étant sûrement deux-trois mètres hors-jeu. Accélération, centre aux six mètres pour Thievy Bifouma qui arrive tel un buffle, se lance, marque, mais se ramasse Sanou dans les dents. Buteur oui, mais le voilà de nouveau au sol. Le Burkina se rend compte qu'il n'y a plus rien à perdre et qu'il est temps de s'y mettre et de se ruer vers le but. L'offensive n'est pas spécialement impressionnante.

Et la chance n'a pas l'air d'avoir l'intention d'aider les Étalons. Quand un centre burkinabé touche Nganga, les hommes de Paul Put hurlent au penalty, mais le ralenti montre clairement que c'est… le ventre du défenseur qui est touché. Comme c'est sur phases arrêtées qu'on s'amuse le plus, les Diables rouges tentent une combinaison. Sur un coup franc excentré à gauche, petite passe vers le centre, feinte, et frappe finale de Ndinga, mais Sanou s'empare du tir assez facilement. De l'autre côté, Bertrand Traoré sème un peu la panique dans le rectangle. Le milieu du Vitesse Arnhem récupère un centre loupé, mais envoie son tir juste à côté du poteau. Ça ne fonctionne pas, alors on repart en phase arrêtée : alors que Mafoumbi semble s'emparer d'un coup franc directement, il est bousculé par Ouedraogo, Bertrand Traoré en profite pour caler le cuir au fond des buts, mais l'arbitre siffle. Pas de faute, hors-jeu de Ouedraogo au départ de l'action. On sent que le danger se rapproche : on retrouve Ouedraogo sur le flanc droit, le joueur d'Admira Wacker claque un centre subtil pour le revenant Aristide Bancé. Égalisation… pour une minute. Sur la relance, les Congolais obtiennent rapidement un coup franc - bien sûr - qui semble être du gâteau pour Sanou. Mais le grand portier se loupe et fait rebondir le ballon sur le dos de Nguessi. Il était écrit que le Burkina ne devait pas prendre de points ce soir. Et ce, malgré un dernier tir sur la barre dans les arrêts de jeu… sur coup franc.


Par Émilien Hofman
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

C'est mon pote burkinabé qui va faire la gueule demain...
Le plus important c'est que Bakary Koné rentre à la maison !
Note : 1
Des étalons entraînés par une Put !
Des étalons entraînés par une Put !
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
36 5