Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 23 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Real/OL (1-1)

Le bulletin de notes...

Que de la gueule. Après l'avoir bien ouverte avant le match, les Merengues quittent la Ligue des Champions la queue entre les jambes. Les Gones peuvent être satisfaits de la cure d'humilité infligée à des Merengues très loin d'être aussi habiles sur le terrain qu'avec leurs langues. Retour sur la plus belle page européenne de l'histoire de l'OL sous forme de notes.

Modififié
REAL MADRID

Casillas 3: Depuis qu'il a opté pour le bouc, il fait vraiment n'importe quoi. Où est passé San Iker ?


Arbeloa 2: Il a presque fait regretter cette banane de Marcelo. L'international espagnol est atteint de “maloudaite” : la maladie des passes en retrait sans intérêt.


Garay 3: Il a fait illusion en première mi-temps. Beaucoup moins en deuxième... Trop tendre pour le niveau international. Trop petit pour porter le maillot du Real ?


Albiol 6 : Le duel de barbus aura été remporté par l'international espagnol haut la main. Ça lui fait une belle jambe maintenant qu'il est éliminé.


Sergio Ramos 7 : Il a été celui qui a le plus ouvert sa grande gueule avant le match... En même temps, on le pardonne, car il a été l'un des meilleurs joueurs du match avec Ronaldo.


Lass Diarra 5: Il a fait son taf sans briller. Quand il est sur le banc, le Real gagne. Quand il joue, les Merengues losent. Le Français serait-il devenu le chat noir du Real ?


Granero 3,5 : Peut-être le plus gentil pirate de la planète. L'ancien maître à jouer de Getafe n'a rien fait de grandiose. Tant mieux pour les Gones.


Kaka 0 : Aujourd'hui, il portait vraiment bien son nom. Mais bon dieu, où est passé le génial milieu de terrain du Milan AC ?


Guti 4 : Une belle passe décisive pour Ronaldo et rideau. Le problème avec la petite pucelle merengue, c'est que la lanterne de son génie est à très basse consommation.


Higuain 0 : Les Lyonnais peuvent lui dire merci. L'Argentin a livré une prestation merdique alors qu'il aurait pu mettre le Real très vite à l'abri. Quand on sait que Benzema (absent à cause dune blessure) est son remplaçant, ça laisse songeur...


Cristiano Ronaldo 8,5 : En conférence de presse, il avait dit qu'il voulait montrer qui était le patron au Bernabeu. Maintenant on sait : c'est lui et lui seul. La Ligue des Champions perd sans doute le meilleur joueur du monde. Triste.

Remplaçants

Mamadou Diarra (pas noté) : Toujours aussi souriant. Visiblement, il n'était pas informé du score du match aller.


Van Den Vaart (pas noté): Transparent.

Coach

Pellegrini (4) : Tactiquement, il s'est fait manger par Puel. Ses heures sur le banc merengue sont désormais comptées.

[page]
OLYMPIQUE LYONNAIS



Lloris 6 : Deux parades décisives sur Kaka puis Higuain, un manque d'autorité sur le but de Ronaldo. Heureusement pour lui, Higuain a fait n'importe quoi en mettant la balle de break sur le poteau de son but vide.


Boumsong 4 : Quand il était sur le terrain, Lyon faisait pitié. Sans lui, les Gones se sont qualifiés. Hasard ou réalité scientifique ?


Cris 7 : Le Brésilien a distribué des tatanes à Raul et Higuain, raté un but alors qu'il était seul face à Casillas et livré dans l'ensemble un bon match.


Reveillère 6,5 : Tout le monde attendait qu'il se fasse fumer par Ronaldo et ça a été le cas. Mais le Gone a balayé le spectre de Mancini avec un très bonne prestation et quelques interventions pas dégueu. Pas de quoi se lever de son siège pour autant, mais c'est déjà ça.


Cissokho 5 : Pas bon en défense, pas vraiment percutant en attaque. Et tout ça à cause d'un seul homme : Sergio Ramos. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il n'a pas pris les “intervaux” (selon sa propre expression, ndlr) comme il faut.



Pjanic 6 : Un match digne de Ben Arfa. Transparent pendant 75 minutes et un coup de génie sur le but. Putain de fantôme.


Delgado 6,5 : Match plein d'abnégation pour celui qui a un énorme Snickers à la place des sourcils.


Govou 4 : "Whisky Coca" a beaucoup couru et colmaté les brèches en défense et en milieu de terrain, raison pour laquelle son apport a été nul en attaque.


Toulalan 7 : Irréprochable tant en milieu de terrain qu'en défense.


Makoun 3 : Porté disparu pendant la première mi-temps. Plus actif sur le banc de touche que sur le terrain.


Lisandro 6,5 : Un rôle ingrat, un face à face loupé face à Casillas de manière incompréhensible... Malgré tout, le Barbu a quand même été passeur décisif sur le but qui change tout. La classe.

Remplaçants

Ederson, 4: Une entrée qui a permis à tous ceux qui l'avaient perdu de vue de se rendre compte qu'il est toujours à Lyon.


Kallstrom 6 : Superbe entrée du Suédois qui a réussi à dynamiser le jeu lyonnais presque à lui tout seul. Oui, les Madrilènes peuvent rougir de honte.


Gonalons 7 : Incisif, décomplexé, mordant, bagarreur. Les puceaux de l'an 2010 ont peut-être trouvé leur future idole.

Coach

Puel (9) : Il est venu, il a souffert, il a vu, il a crié, il a vaincu. En faisant entrer Kallstrom et Gonalons à la mi-temps, Claude P. a fait basculer le match. Un coaching historique pour les Gones !

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 2 heures Le duo Berlusconi-Galliani débarque à Monza 16
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom
Hier à 16:36 Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti 1
À lire ensuite
Ce Lyon est galactique