Le Brésil retrouve le ballon

Encore traumatisés par la déroute de la Seleção, les Brésiliens essaient de se consoler avec la reprise du championnat, et son lot de rumeurs de transferts. On annonce Ronaldinho et Deco de retour au pays.

0 0
Ceará-Corinthians. Pas très bandant, le match au sommet de la 8e journée du Brasileirão... Même si les torcedores Nordestins devraient remplir le stade du Castelão de Fortaleza pour faire honneur à l'équipe-surprise de ce début de championnat, l'affiche qui oppose ce mercredi les deux co-leaders aura du mal à faire oublier la déroute des bourrins de Dunga en Afsud.



Et puis de toute façon, le top sujet foot du moment au Brésil, c'est surtout l'affaire Bruno. Le désormais ex-gardien de Flamengo, soupçonné d'être impliqué dans le meurtre de son ex, croupit déjà en taule en attendant son jugement. Alors que tous les jours, des détails plus gore les uns que les autres sortent dans la presse (les hommes de main de Bruno auraient fait disparaître le corps en le découpant avant de le donner aux chiens), on a encore du mal à parler ballon au pays du foot-samba.



Heureusement, il reste les rumeurs de transferts pour faire fantasmer les supporters. La plus glamour d'entre elles annonce Ronaldinho du côté de Flamengo. Déjà sur les tablettes de Botafogo l'année dernière, Ronnie kiffe ses vacances à Rio et squatte les pages people en exhibant sa bedaine sur la plage ou en draguant de belles mulatas dans des shows de samba. Histoire de joindre l'utile à l'agréable, le ballon d'or 2005 a déjeuné en tête-à-tête avec Patricia Amorim, présidente du club rouge et noir. Les deux parties seraient tombées d'accord sur la base d'un salaire annuel de 12 millions de reais (un peu plus de 5 millions d'euros). Reste à obtenir l'aval du Milan, ce qui ne sera pas une mince affaire vu que le joueur reste le chouchou de Berlusconi. Selon le site globoesporte.com, si les dirigeants du club flamenguista ne parviennent pas à le faire venir cette année, ils devraient avoir plus de chance en 2011, grâce à une clause de son contrat qui stipulerait qu'il pourrait signer où il voudrait sans indemnité de transfert si une offre intéressante lui parvenait en janvier.



Fluminense, le rival éternel, n'est pas en reste. En attendant la confirmation de l'arrivée de Deco, les Tricolores ont fait signer mardi dernier son coéquipier à Chelsea : le latéral droit Beletti, 34 ans, buteur en finale de la ligue des champions 2006 avec le Barça. Ils comptent aussi parmi leurs renforts un ancien pensionnaire de Ligue 1 : le défenseur André Luis, dont le passage à l'OM en 2005-2006 est loin d'avoir laissé des souvenirs impérissables. Mais leur recrue choc se nomme Emerson, le “Sheik”, de retour des Émirats, après avoir fait les beaux jours de...Flamengo.



Pillage attendu au mercato européen



Santos, le club le plus hype du début d'année, n'a pas perdu tout espoir de conserver Robinho. Guardiola a nié tout intérêt de la part de Barcelone, tandis que le joueur a affirmé publiquement qu'il souhaitait poursuivre l'aventure. Reste à convaincre les dirigeants de Manchester City de le laisser partir pour un prix raisonnable, ce qui ne sera pas une mince affaire. En attendant, l'ancien club de Pelé a déjà renforcé son secteur offensif en recrutant Keirrison. Auteur de 24 buts en 35 matchs avec Palmeiras il y a un an, il a été acheté par le Barça qui l'a prêté au Benfica, puis à la Fiorentina, où il a foiré lamentablement. Prêté une nouvelle fois par le club catalan, il est censé compenser le départ du jeune André, clone de Neymar en moins talentueux mais en plus costaud, cédé pour 8 millions d'euros au Dynamo Kiev. Vendre un diamant brut pour rapatrier un raté, c'est la dure réalité du foot brésilien.



Et ce n'est que le début. Quand le mercato va s'agiter à partir du mois d'août, tous les clubs du Brasileirão seront encore une fois pillés à mi-championnat par les grosses écuries du Vieux Continent. Et comme d'hab, la valse des entraîneurs poursuit son rythme frénétique. Sept équipes reprendront avec un nouveau coach. Palmeiras se frotte les mains avec le retour de Luiz Felipe Scolari aux commandes du Verdão, mais “Felipão” pourrait ne pas faire de vieux os, vu qu'il est le candidat n°1 à la succession de Dunga pour le poste de sélectionneur. Il sera présenté aux supporters ce jeudi lors du choc contre Santos. Autre Classico de cette 8e journée, Flamengo-Botafogo ; un remake des quatre dernières finales du championnat de Rio.



Louis Génot, à Rio de Janeiro

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0